yes, therapy helps!
23 poèmes de Pablo Neruda qui vous fascineront

23 poèmes de Pablo Neruda qui vous fascineront

Mai 21, 2022

Ricardo Eliécer Neftalí Reyes Basoalto, mieux connu sous le nom de Pablo Neruda , était un poète né le 12 juillet 1904 à Parral (Chili) et décédé le 23 septembre 1973 pour des raisons qui n’ont pas encore été élucidées, mais qui semble avoir été empoisonné.

Le talent poétique de Neruda est incontestable . En 1971, il a reçu le prix Nobel de littérature et a été admiré et reconnu pour son excellent travail.

23 poèmes de Pablo Neruda

Dès son plus jeune âge, il a déjà précisé son grand talent et son intérêt pour la poésie et la littérature. À 13 ans, il travaillait déjà pour un journal local. Il est l'un des poètes hispanophones les plus connus. et, tout au long de sa vie, il a laissé de nombreux poèmes qui transmettent des sentiments et des émotions profondes.


Dans cet article nous avons rassemblé 23 poèmes de Pablo Neruda pour que vous puissiez en profiter .

1. Sonnet 22

Combien de fois, mon amour, je t'ai aimé sans te voir et peut-être sans mémoire,

sans reconnaître ton regard, sans te regarder, centaurée,

dans les régions opposées, un midi brûlant:

Vous étiez juste l'arôme des céréales que j'aime.

Peut-être que je t'ai vu, je te supposais en passant élever une tasse

en Angola, à la lumière de la lune de juin,

ou étiez-vous la taille de cette guitare

que je jouais dans les ténèbres et que ça sonnait comme une mer sans mesure.

Je t'aimais sans que je le sache et je cherchais ta mémoire.

Dans les maisons vides je suis entré avec une lanterne pour voler votre portrait.

Mais je savais déjà à quoi ça ressemblait. Tout à coup


pendant que tu étais avec moi je t'ai touché et ma vie s'est arrêtée:

devant mes yeux, vous me régniez, et des reines.

Comme le feu dans les bois, le feu est votre royaume.

Un poème qui traite de la mémoire de l'amour, un amour qui peut ne pas être correspondait . Vous pouvez continuer à aimer malgré le temps et la distance, vous pouvez être amoureux sans voir, seulement avec des souvenirs et de l'espoir. C'est la force du coeur.

2. Poème 1

Corps de femme, collines blanches, cuisses blanches,

Vous ressemblez au monde dans votre attitude de capitulation.

Le corps de mon ouvrier sauvage vous mine

et cela fait sauter les fils des profondeurs de la terre.

J'étais juste comme un tunnel. Les oiseaux se sont enfuis de moi,

et en moi la nuit entra dans sa puissante invasion.

Pour survivre, je t'ai forgée comme une arme,

comme une flèche dans mon arc, comme une pierre dans ma fronde.

Mais l'heure de la vengeance tombe et je t'aime.


Corps de peau, de mousse, de lait vif et ferme.

Ah les vaisseaux mammaires! Ah les yeux de l'absence!

Ah les roses du pubis! Ah ta voix lente et triste!

Le corps de ma femme, je persisterai dans ta grâce.

Ma soif, mon désir illimité, mon chemin indécis!

Canaux sombres où l'éternelle soif continue,

et la fatigue continue et la douleur infinie.

Ce poème de Pablo Neruda se trouve à l'intérieur du livre "Vingt poèmes d'amour et une chanson du désespoir". Un texte qui révèle un Neruda rebelle, dans son adolescence. Ce livre est considéré comme douloureux, car Neruda souffre d’amour et le désire ardemment. .

Ce morceau de poésie, en particulier, concerne la sexualité et le corps de la femme. Bien qu'il le vive, il ne le possède pas. Se perdre dans le corps d'une femme peut être à la fois une expérience physique et spirituelle. Neruda se situe entre le désir d'avoir cette femme et l'angoisse de ne pas être avec elle.

3. Si tu m'oublies

Je veux que vous sachiez une chose.

Vous savez comment c'est:

Si je regarde la lune de cristal, la branche rouge

de l'automne lent dans ma fenêtre,

si je touche les cendres impalpables près du feu

ou le corps ridé du bois,

tout m'amène à vous, comme si tout ce qui existe,

arômes, lumière, métaux, étaient de petits bateaux qui naviguent

aux îles à vous qui m'attendent.

Maintenant, si petit à petit tu arrêtes de m'aimer

Je vais arrêter de t'aimer petit à petit.

Si du coup tu m'oublies, ne me cherche pas,

que je t'aurai oublié.

Si vous considérez long et fou

le vent des drapeaux qui traverse ma vie

et vous décidez de me laisser au rivage

du coeur dans lequel j'ai des racines,

pense que ce jour-là,

à ce moment-là je lèverai les bras

et mes racines iront chercher un autre pays.

Mais si tous les jours,

chaque heure tu te sens destiné à moi

avec une douceur implacable.

Si chaque jour monte

une fleur à tes lèvres pour me chercher,

Oh mon amour, oh mon

en moi tout ce feu se répète,

en moi rien n'est éteint ou oublié,

mon amour se nourrit de ton amour bien-aimé

et tant que tu vivras, ce sera dans tes bras

sans quitter le mien.

Parfois, vous trouvez cette personne qui bouleverse votre cœur, qui fait ressortir des émotions que vous pensiez impossibles à ressentir. Votre vie change complètement et votre vie se transforme en vie de cette personne que tu aimes avec folie , avec une vraie folie. Vous savez que si cette personne revient, vous ressentirez la même chose de nouveau, mais ce n'est pas comme ça et vous devez l'accepter.

4. Poème 12

Pour mon coeur assez ta poitrine,

tes ailes suffisent pour ta liberté.

De ma bouche atteindra le ciel

Qu'est-ce qui dormait sur ton âme?

C'est en toi l'illusion de tous les jours.

Vous venez comme la rosée aux corollas.

Vous affaiblissez l'horizon avec votre absence.

Éternellement en vol comme la vague.

J'ai dit que tu chantais dans le vent

comme les pins et les mâts.

Comme ils sont grands et taciturnes.

Et soudainement triste, comme un voyage.

Confortable comme une vieille route.

Vous avez des échos et des voix nostalgiques.

Je me suis réveillé et parfois ils émigrent

et les oiseaux qui dorment dans ton âme s'enfuient.

Ces vers appartiennent à l'ouvrage de l'auteur "Vingt poèmes d'amour et une chanson désespérée" paru en 1924. Le thème sur lequel tourne ce poème est l'absence de l'être humain . L'histoire se situe dans la mer chilienne, car l'auteur a passé une grande partie de sa vie à côté des vagues, des mâts et du vent.

5. Poème 4

C'est un matin de tempête

au coeur de l'été.

Alors que les adieux blancs parcourent les nuages,

le vent les secoue avec leurs mains qui voyagent.

Coeur innombrable du vent

battre sur notre silence amoureux.

Bourdonnant à travers les arbres, orchestral et divin,

comme une langue pleine de guerres et de chansons.

Vent transportant dans la litière de feuilles de vol rapide

et dévie les flèches battantes des oiseaux.

Vent qui le renverse en une vague sans mousse

et la substance sans poids, et les feux inclinés.

Il casse et submerge son volume de baisers

se sont battus à la porte du vent d'été.

L'auteur met en évidence l'environnement estival dans lequel le vent est un facteur important, car cela affecte certainement son humeur, ce qui lui confère paix et tranquillité. Mais le frappant est le premier couplet qui interrompt la tempête en plein été. C'est-à-dire, une séparation momentanée , sûrement avec quelqu'un avec qui il y a eu des bons et des mauvais moments.

6. l'amour

Femme, j'aurais été ton fils, pour avoir bu

lait des seins à partir d'une source,

pour vous regarder et se sentir à mes côtés et vous avoir

dans le rire d'or et la voix de cristal.

Te sentir dans mes veines comme Dieu dans les rivières

et t'adore dans les tristes os de poussière et de citron vert,

parce que ton être passera sans chagrin à côté de moi

et est sorti dans la strophe - pur de tout mal.

Comment pourrais-je savoir comment t'aimer, femme, comment pourrais-je savoir?

je t'aime, je t'aime comme personne ne l'a jamais su!

Meurs et t'aime encore plus.

Et t'aime toujours de plus en plus.

Ce poème parle de l'immensité de l'amour, à quel point ce sentiment peut être fort et profond . Encore une fois, un amour insatisfait, dans lequel l'auteur souhaite de toutes ses forces se perdre dans le corps et l'âme de cette personne qui a complètement changé sa vie

7. Poème 7

Pour mon coeur assez ta poitrine,

tes ailes suffisent pour ta liberté.

De ma bouche atteindra le ciel

Qu'est-ce qui dormait sur ton âme?

C'est en toi l'illusion de tous les jours.

Vous venez comme la rosée aux corollas.

Vous affaiblissez l'horizon avec votre absence.

Éternellement en vol comme la vague.

J'ai dit que tu chantais dans le vent

comme les pins et les mâts.

Ce poème appartient au livre "20 poèmes d'amour et une chanson désespérée". Le texte parle de la présence d'une femme qui, après son départ, reste éternellement vivante dans la mémoire. Il est écrit avec espoir malgré les tristes pensées de devoir s’échapper.

8. Cent sonnets d'amour

Nue tu es aussi simple qu'une de tes mains:

Doux, terrestre, minimal, rond, transparent.

Vous avez des lignes de lune, des chemins de pomme.

Nu, tu es mince comme du blé nu.

Nu, tu es bleu comme la nuit à Cuba:

Vous avez des vignes et des étoiles dans les cheveux.

Nu tu es rond et jaune

comme l'été dans une église en or.

Nue tu es aussi petit qu'un de tes ongles:

courbe, subtile, rose jusqu'à la naissance du jour

et vous obtenez dans le métro du monde

comme dans un long tunnel de costumes et d'emplois:

ta clarté s'éteint, s'habille, se défolie

et encore c'est une main nue encore.

Quelques très beaux vers ils parlent de la beauté d'une femme qui l'attrape . Il vous emprisonne dans sa plus pure intimité, dans laquelle votre mémoire parcourt votre corps. Dans chaque mot, il décrit avec finesse les qualités de la personne qu'il aime, dans lesquelles chaque vers exprime ses sentiments et ses pensées.

9. Mon coeur était une aile vivante et trouble ...

Mon coeur était une aile vivante et trouble ...

une aile effrayante pleine de lumière et de désir.

C'était le printemps sur les champs verts.

Le bleu était la hauteur et le sol était émeraude.

Elle-celle qui m'a aimé-est mort au printemps.

Je me souviens encore de ses yeux de pigeon dans l'insomnie.

Elle-celle qui m'a aimé-fermé les yeux ... tard.

Soirée champêtre, bleue. Après-midi d'ailes et de vols.

Elle-celle qui m'a aimé-est mort au printemps ...

et il a pris la source au ciel.

Neruda nous donne l'occasion d'apprécier cette pièce dans laquelle l'auteur parle de la mémoire de cette femme qu'il a aimée. C'est la force de l'âme qui envahit chaque seconde de votre pensée. Même s'il parle de l'amour étant mort, il est toujours en vie, comme le premier jour .

10. Ami, ne meurs pas

Ami, ne meurs pas

Écoutez-moi ces mots qui sortent brûlants,

et que personne ne dirait si je ne les disais pas.

Ami, ne meurs pas

Je suis celui qui vous attend dans la nuit étoilée.

Celui qui vous attend sous le soleil couchant.

Je regarde les fruits tomber sur la terre sombre.

Je regarde les gouttes de rosée danser sur les herbes.

Dans la nuit au parfum épais des roses,

quand la ronde des ombres immenses danse.

Sous le ciel du sud, celui qui vous attend quand

l'après-midi l'air comme une bouche bisous.

Ami, ne meurs pas

Je suis celui qui a coupé les guirlandes rebelles

pour le lit de jungle parfumé soleil et jungle.

Celui qui a apporté des jacinthes jaunes dans ses bras.

Et des roses déchirées. Et des coquelicots sanglants.

Celui qui a croisé les bras pour t'attendre, maintenant.

Celui qui a cassé ses arcs. Celui qui a plié ses flèches.

Je suis celui qui garde le goût du raisin sur mes lèvres.

Clusters rafraîchis. Morsures rouges.

Celui qui vous appelle des plaines germées.

Je suis celui qui te veut à l'heure de l'amour.

L'air de l'après-midi décale les hautes branches.

Ivre, mon coeur. sous Dieu, vacille.

La rivière déchaînée éclate en sanglots et parfois

sa voix devient mince et devient pure et tremblante.

La plainte bleue de l'eau retentit dans la soirée.

Ami, ne meurs pas!

Je suis celui qui t'attend dans la nuit étoilée,

sur les plages dorées, sur les époques blondes.

Celui qui a coupé les jacinthes pour votre lit et les roses.

Situé parmi les herbes, je suis celui qui vous attend!

Un des poèmes les plus tristes de Pablo Neruda, à propos d'une amie qui se bat pour sa vie et risque de ne pas survivre. Une pièce qui atteint le coeur et demandant désespérément de ne pas partir.

11. soif de toi.

La soif de toi me harcèle les nuits affamées.

Main rouge tremblante qui monte à la vie.

Ivre de soif, soif folle, soif de jungle en période de sécheresse.

Soif de métal en feu, soif de racines avides ...

C'est pourquoi vous avez soif et ce qui doit le satisfaire.

Comment puis-je ne pas vous aimer si je dois vous aimer pour cela?

Si tel est le lien, comment le couper, comment.

Comme si même mes os avaient soif de vos os.

Soif de toi, guirlande atroce et douce.

Soif de toi qui me mord la nuit comme un chien.

Les yeux ont soif, à quoi servent vos yeux?

La bouche a soif, à quoi servent vos baisers.

L'âme est en feu de ces braises qui vous aiment.

Le corps vit le feu qui doit brûler votre corps.

De soif Soif infinie Avoir soif de soif

Et à l'intérieur, il s'annule comme de l'eau dans le feu

12. je t'aime ici ...

Je t'aime ici

Dans les pins sombres, le vent se déchaîne.

La lune brille sur les eaux errantes.

Ils marchent les mêmes jours en se poursuivant.

Le brouillard descend dans les figures dansantes.

Une mouette argentée est suspendue au coucher du soleil.

Parfois une bougie. Grandes, grandes étoiles.

Ou la croix noire d'un navire.

Seul.

Parfois, je me réveille et même mon âme est mouillée.

Cela sonne, la mer lointaine résonne.

Ceci est un port.

Je t'aime ici

Ici je t'aime et en vain l'horizon te cache.

Je t'aime toujours parmi ces choses froides.

Parfois mes baisers vont sur ces navires sérieux,

Ils courent par la mer où ils n'atteignent pas.

Je suis déjà oublié comme ces vieilles ancres.

Les printemps sont plus tristes quand l'après-midi se termine.

Ma vie est inutilement faim.

J'aime ce que je n'ai pas. Vous êtes si distant.

Mon ennui se débat avec les crépuscules lents.

Mais la nuit arrive et commence à chanter pour moi.

La lune tourne son sommeil dormir.

Les plus grandes stars me regardent de tes yeux.

Et comme je t'aime, les pins au vent,

Ils veulent chanter votre nom avec leurs feuilles de fil.

L’amour est l’une des plus belles expériences que l’être humain puisse ressentir, car Il inonde d'émotions fortes le jour le jour et les sentiments de la personne . L'amour, mais quand il s'en va, il reste dans la mémoire d'une âme brisée. Demander encore et encore, embrasser encore ces lèvres.

13. Ne blâmez personne

Ne jamais se plaindre de personne ou de quoi que ce soit,

parce que fondamentalement vous avez fait

ce que tu voulais dans ta vie.

Accepter la difficulté de se construire

même et le courage de commencer à vous corriger.

Le triomphe de l'homme véritable découle de

les cendres de son erreur.

Ne te plains jamais de ta solitude ou de ta chance,

Affrontez-le avec courage et acceptez-le.

Une manière ou une autre est le résultat de

vos actes et prouver que vous avez toujours

vous devez gagner ..

Ne soyez pas amer à propos de votre propre échec ou

le télécharger sur un autre, accepter maintenant ou

Vous continuerez à vous justifier en tant qu'enfant.

Rappelez-vous que tout moment est

bon pour commencer et que rien n'est

si terrible d'abandonner.

N'oubliez pas que la cause de votre cadeau

c'est votre passé ainsi que la cause de votre

l'avenir sera votre cadeau.

Apprendre des audacieux, des forts,

qui n'accepte pas les situations,

qui vivra malgré tout,

pense moins à tes problèmes

et plus dans votre travail et vos problèmes

sans les éliminer, ils mourront.

Apprendre à naître de la douleur et à être

plus grand que le plus gros obstacle,

regarde-toi dans le miroir

et vous serez libre et fort et vous cesserez d'être un

marionnette des circonstances parce que vous

Tu es ton destin

Lève-toi et regarde le soleil le matin

et respirez la lumière de l'aube.

Vous faites partie de la force de votre vie,

Maintenant réveille-toi, combat, marche,

décidez et vous triompherez de la vie;

ne pense jamais à la chance,

parce que la chance est:

le prétexte des échecs ...

Bien que la plupart des poèmes de Neruda parlent d'amour, cela fait référence à la culpabilité. Le message est clair: ne blâmez personne, regardez-vous et sortez . Toujours avec la tête haute.

14. la mer

J'ai besoin de la mer car elle m'apprend:

Je ne sais pas si j'apprends la musique ou la conscience:

Je ne sais pas si c'est seul ou en profondeur

ou tout simplement ronfler la voix ou éblouissante

Assomption de poisson et de navires.

Le fait est que même quand je suis endormi

cercle magnétique

à l'université de la houle.

Il n'y a pas que les coquilles broyées

comme si une planète tremblante

participera progressivement à la mort,

non, du fragment je reconstruis le jour,

d'une traînée de sel la stalactite

et d'une cuillerée le dieu immense.

Ce qu'il m'a appris avant de le garder! C'est de l'air,

vent incessant, eau et sable.

Il semble peu pour le jeune homme

qu'il est venu vivre ici avec ses feux,

et pourtant le pouls qui montait

et descendit dans son abîme,

le froid du bleu qui craquait,

l'effritement de l'étoile,

le tendre déroulement de la vague

dilapider la neige avec la mousse,

le pouvoir immobile, là, déterminé

comme un trône de pierre profonde,

il a remplacé la pièce dans laquelle ils ont grandi

tristesse têtue, accumulant les oublis,

et a changé mon existence brusquement:

J'ai donné mon adhésion au mouvement pur.

La mer a toujours fait partie de la vie de Neruda, qui vivait à Valparaíso , une ville située sur la côte chilienne. Il y trouva souvent l'inspiration pour écrire. Dans ces vers, il est possible de percevoir l'amour envers l'odorat, la couleur et le mouvement des vagues et tout ce qui entoure ce paradis.

15. Ne sois pas loin de moi

Ne sois pas loin de moi un jour, car comment,

parce que je ne sais pas comment te le dire, la journée est longue,

et je t'attendrai comme dans les gares

quand les trains s'endormaient quelque part.

Ne partez pas pendant une heure car alors

à cette heure, les gouttes de veille se rejoignent

et peut-être toute la fumée qui cherche une maison

viens tuer même mon coeur perdu.

Oh que ta silhouette ne soit pas brisée dans le sable,

Oh, et ne laissez pas vos paupières voler en l'absence:

Ne pars pas une minute, bien-aimée,

parce que dans cette minute, vous serez allé si loin

que je traverserai la terre entière en demandant

si vous reviendrez ou si vous me laisserez mourir.

Ce poème parle du désir d’être avec cette femme pour qui on ressent un sentiment profond et intense et, par conséquent, existe un besoin de l'exprimer , pour pouvoir se fondre dans votre corps.

16. Je peux écrire les vers les plus tristes ce soir ...

Je peux écrire les vers les plus tristes ce soir.

Écrivez par exemple: «La nuit est étoilée,

et ils frissonnent, bleus, les étoiles, au loin ».

Le vent de la nuit tourne dans le ciel et chante.

Je peux écrire les vers les plus tristes ce soir.

Je l'aimais et parfois elle m'aimait aussi.

Des nuits comme ça, je la tenais dans mes bras.

Je l'ai embrassée tant de fois sous le ciel infini.

Elle m'aimait, parfois je l'aimais aussi.

Comment ne pas avoir aimé ses grands yeux fixes.

Un poème qui met en évidence une immense tristesse de ne pas pouvoir être avec l'être cher. De vouloir et de ne pas pouvoir, de vouloir et de ne pas avoir , pour rêver et se réveiller. Un rêve qui occupe une grande partie de votre temps et de vos pensées.

17. regarde toi

Aujourd'hui, je danse la passion de Paolo dans mon corps

et ivre d'un rêve joyeux mon cœur bat la chamade:

Aujourd'hui je connais la joie d'être libre et d'être seul

comme le pistil d'une marguerite infinie:

oh femme-chair et sommeil-viens et aime-moi un peu,

viens vider tes lunettes de soleil à ma façon:

que dans mon bateau jaune tes seins fous tremblent

et ivre de jeunesse, qui est le plus beau vin.

C'est beau parce qu'on le boit

dans ces vaisseaux tremblants de notre être

cela nous prive du plaisir pour que nous en jouissions.

Boire Ne jamais arrêter de boire.

Jamais, femme, rayon de lumière, pulpe blanche de poma,

suavices la marche qui ne vous fera pas souffrir.

Plantons la plaine avant de labourer la colline.

Vivre sera le premier, ensuite ce sera mourir.

Et après que la route ferme nos pistes

et dans le bleu nous arrêtons nos écailles blanches

- flèches d'or qui étoiles en vain -

Oh Francesca, où mes ailes me mèneront-elles?

Un autre des poèmes caractéristiques de Pablo Neruda, dans lequel il parle de la mer et d'une femme à qui l'auteur lui demande de vivre intensément l'amour , laissant libre cours au cœur et à l’expression des sentiments.

18. Femme, tu ne m'as rien donné

Tu ne m'as rien donné et pour toi ma vie

effeuille son rosier de désespoir,

parce que tu vois ces choses que je regarde,

les mêmes pays et les cieux eux-mêmes,

parce que le réseau de nerfs et de veines

qui soutient ton être et ta beauté

il faut frémir au pur baiser

du soleil, du même soleil qui m'embrasse.

Femme, tu ne m'as rien donné et pourtant

Je ressens les choses à travers votre être:

Je suis content de regarder la terre

dans lequel votre coeur tremble et repose.

Mes sens me limitent en vain

fleurs sucrées qui s'ouvrent dans le vent

parce que je suppose que l'oiseau qui passe

et que ça mouille votre sentiment bleu.

Et pourtant tu ne m'as rien donné,

tes années ne s'épanouissent pas pour moi

la cascade de cuivre de votre rire

Cela n'arrêtera pas la soif de mes troupeaux.

Hôte qui n'a pas goûté votre bouche fine,

amoureux de la bien-aimée qui t'appelle,

J'irai à la route avec mon amour au bras

comme un verre de miel pour celui que vous aimez.

Vous voyez, nuit étoilée, chanter et boire

dans lequel tu bois l'eau que je bois,

Je vis dans ta vie, tu vis dans ma vie,

Tu ne m'as rien donné et je te dois tout.

Il se peut que l’autre personne ne nous donne rien mais que nous nous sentions une immense attraction qui nous enveloppe et cela nourrit notre désir d'être avec elle. C'est exactement ce que ce poème est à propos.

19. Le vent me souffle les cheveux

Les cheveux peigne mes cheveux

en tant que main maternelle:

J'ouvre la porte du souvenir

et la pensée me quitte.

Les autres voix sont celles que je porte,

c'est des autres lèvres que je chante:

à ma mémoire grotte

Cela a une étrange clarté!

Fruits de terres étrangères,

vagues bleues d'une autre mer,

amours d'autres hommes, pénalités

que je n'ose pas me souvenir.

Et le vent, le vent qui me peigne

comme une main maternelle!

Ma vérité est perdue dans la nuit:

Je n'ai pas de nuit ou de vérité!

Allongé au milieu de la route

Ils doivent me marcher pour marcher.

Mes coeurs passent à travers moi

ivre de vin et rêver.

Je suis un pont immobile entre

ton coeur et l'éternité.

Si je meurs subitement

Je ne m'arrêterais pas de chanter!

Un beau poème de Pablo Neruda, qui recueille une partie de la grande créativité de l'auteur, et dans lequel il est possible d'apprécier l'expression de ses conflits subjectifs profonds en référence au désir qu'il ressent.

20. j'ai peur

J'ai peur. L'après-midi est gris et la tristesse

du ciel il s'ouvre comme une bouche de mort.

Mon coeur a un cri pour une princesse

oublié au bas d'un palais du désert.

J'ai peur. Et je me sens si fatigué et petit

Je réfléchis à l'après-midi sans méditer dessus.

(Dans ma tête malade, il n'y a pas de rêve à faire

comme dans le ciel il n'y a pas eu d'étoile.)

Cependant à mes yeux une question existe

et il y a un cri dans ma bouche que ma bouche ne crie pas.

Il n'y a pas d'oreille sur terre qui entende ma triste plainte

abandonné au milieu de l'infini!

L'univers meurt, d'une agonie calme

sans la partie du soleil ou le crépuscule vert.

Agonise Saturne comme une de mes douleurs,

la terre est un fruit noir que le ciel mord.

Et par l'immensité du vide, ils deviennent aveugles

les nuages ​​de l'après-midi, comme des bateaux perdus

cacher des étoiles brisées dans leurs caves.

Et la mort du monde tombe sur ma vie.

Les conflits internes que l'auteur traverse causer une grande peur qui tente traduire dans ces versets . Cette peur, ainsi ressentie, affecte l'esprit et le corps, et elle émerge et se développe jusqu'à causer une fatigue profonde.

21. hier

Tous les poètes exaltés se moquaient de mon écriture à cause de la ponctuation,

pendant que je frappe ma poitrine en avouant des points et des virgules,

exclamations et deux points, inceste et crimes

qui a enterré mes mots dans un moyen âge spécial

des cathédrales provinciales.

Tous ceux qui se sont évanouis ont commencé à se braver

et avant le coq qui a chanté, ils sont allés avec Perse et avec Eliot

et ils sont morts dans votre piscine.

Entre temps je me suis empêtré dans mon calendrier ancestral

plus daté chaque jour sans découvrir mais une fleur

découvert partout dans le monde, sans inventer qu'une star

sûrement déjà éteint, alors que je l'ai imbibé de sa luminosité,

ivre d'ombre et de phosphore, le ciel était stupéfait.

La prochaine fois que je reviens avec mon cheval pour l'heure

Je vais m'arranger pour chasser correctement accroupi

tout ce qui court ou qui vole: l'inspecter auparavant

S'il est inventé ou non inventé, découvert

ou non découvert: aucune planète future n'échappera à mon réseau.

Quelques vers d'une beauté impressionnante qui s'incarnent dans un contexte autobiographique, dans lequel Neruda parle d'hier, mais aussi du présent et où il est arrivé. Tous avec un langage extraordinaire qui inonde les sens.

22. Sonnet 93

Si ta poitrine s'arrête un jour,

si quelque chose cesse de brûler dans vos veines,

Si ta voix dans ta bouche part sans être un mot,

Si vos mains oublient de voler et s’endormir,

Matilde, mon amour, laisse tes lèvres écartées

parce que ce dernier baiser doit durer avec moi,

il doit rester immobile pour toujours dans ta bouche

afin qu'il m'accompagne aussi dans ma mort.

Je mourrai en embrassant ta folle bouche froide,

étreignant le groupe perdu de votre corps,

et à la recherche de la lumière de vos yeux fermés.

Et alors quand la terre reçoit notre étreinte

nous serons confus dans une mort

vivre pour toujours l'éternité d'un baiser.

Un poème sur le choc qui se produit lorsque l'amour entre en contact avec la mort. Exprimez des sentiments intenses de chagrin.

23. Sonnet 83

C'est bien, mon amour, de me sentir proche de moi la nuit,

invisible dans ton rêve, sérieusement nocturne,

pendant que je démêle mes soucis

comme s'ils étaient des réseaux confondus.

Absent, à travers les rêves votre coeur navigue,

mais ton corps ainsi abandonné respire

me chercher sans me voir, complétant mon rêve

comme une plante qui double à l'ombre.

Érigé, vous serez un autre qui vivra demain,

mais des frontières perdues la nuit,

de cet être et ne pas être dans lequel nous sommes

quelque chose se rapproche à la lumière de la vie

comme si le sceau de l'ombre pointait

avec le feu ses créatures secrètes.

Un poème qui se concentre sur les sentiments que produit l’intimité en tant que couple, fait constamment allusion aux éléments qui entourent le thème de la nuit.


Chili : la version officielle de la mort de Pablo Neruda scientifiquement contredite (Mai 2022).


Articles Connexes