yes, therapy helps!
5 erreurs courantes dans la gestion de la colère

5 erreurs courantes dans la gestion de la colère

Juin 18, 2022

La gestion des émotions est l’une des difficultés auxquelles la société actuelle est confrontée. En plus de l’anxiété ou de la tristesse, la colère fait partie des émotions instinctives et universelles générant davantage d’interférences dans le bien-être personnel.

Voyons comment démanteler une série de croyances sur la gestion de la colère Cela peut permettre à l'individu de faire face plus efficacement à des situations pouvant entraîner des réactions de cette nature.

  • Article connexe: "Comment contrôler la colère: 7 conseils pratiques"

Conséquences néfastes de la colère

L’expression incontrôlée de la rage peut nous causer des dommages considérables dans différents domaines de notre vie personnelle.


1. Détérioration des relations interpersonnelles

Il semble que nous montrons des réactions de colère plus instinctives chez les personnes de notre environnement le plus proche (famille, amis et collègues), c’est-à-dire que les relations personnelles les plus importantes tendent à être les plus touchées .

2. Aggravation du conflit

Habituellement, lorsque vous essayez de dialoguer avec une autre personne lorsque le niveau de colère est intense, les échanges ne sont pas constructifs car à ce moment, c'est la partie émotionnelle du cerveau qui domine la réponse de l'individu (au détriment du cerveau plus rationnel).

  • Peut-être vous êtes intéressé: "Le modèle des 3 cerveaux: reptilien, limbique et néocortex"

3. Facilitation d'une opération violente de la personne

Les réponses manifestées par la rage sont souvent associées à l'expression de comportements violents et d'agressions (verbales ou physiques) envers l'autre. Ainsi, quand la colère domine l'état psychologique du sujet le désir instinctif de frapper, crier, menacer est plus grand , briser des objets, etc.


4. Prédisposition et plus grande proportion dans l'apparition de maladies

D'après des recherches dans le domaine de la psychologie de la santé, la personnalité de type A (fonctionnement hostile, irritable et soumis à un stress élevé) est associée à une forte propension à subir des accidents cardiovasculaires .

  • Article connexe: "Votre santé dépend de votre type de personnalité (la science montre)"

5. Instabilité émotionnelle personnelle

Une difficulté aiguë dans la gestion de la colère peut entraîner des états psychologiques dysfonctionnels tels que la dépression, des troubles anxieux ou des sentiments maintenus en période d'insécurité, de culpabilité, de faible estime de soi, de faible tolérance à la frustration, etc.

Mythes sur la gestion de la colère

Voici quelques idées fausses sur la gestion de la colère:

1. La colère diminue si elle se manifeste ouvertement

Il est vrai que la colère doit être canalisée d’une certaine manière car, sinon, son accumulation illimitée et maintenue dans le temps peut amener la personne à l’apparition des conséquences évoquées dans la section précédente.


Cependant, cette canalisation ne doit pas se faire par son expression active , puisqu’il a déjà été observé qu’une opération basée sur cette émotion conduit à une attitude intériorisée de répondre de la sorte à toute situation, qu’elle soit non pertinente ou très importante pour l’individu.

2. Fuir ou éviter la situation problématique diminue le niveau de colère

Étant une stratégie généralement connue sous le nom de "temps mort", il est parfois recommandé de ne pas exposer la personne à des situations pouvant déclencher ce type de réactions.

Il est vrai que, comme indiqué ci-dessus, tenter de tenir une conversation sérieuse pour faciliter la résolution du conflit lorsqu'il est très contrarié n'est généralement ni efficace ni utile. Par conséquent, au début, la personne peut reporter l'adaptation de la situation pendant un temps limité, à condition que, une fois le processus de réflexion terminé (ce qui permet une analyse plus rationnelle, empathique et complète), résolvez la question en suspens de manière calme et assertive.

3. La colère permet d'atteindre l'objectif souhaité

Cette idée est, en plus de la fausse, très dangereuse car elle transmet le message aux gens autour (encore plus dans le cas des mineurs) que c’est la méthodologie à suivre pour obtenir ce que l’on propose: le l'imposition, la génération de la peur à l'autre, le non-dialogue, et finalement le mépris de la partie dissidente.

Toutes ces valeurs ne signalent pas du tout un bien-être émotionnel propre. En revanche, il est faux, car, en tenant compte des différents styles de communication et de fonctionnement comportemental (style agressif, passif et assertif), la personne qui utilise la colère (profil agressif) peut trouver une réponse de l'opposition à son comportement (Si vous avez une autre personne agressive - opposition dysfonctionnelle - ou affirmée - opposition fonctionnelle -).

4L'analyse de l'histoire personnelle passée combat la colère

Le fait d’étudier le développement psychologique individuel de la personne peut être utile pour comprendre les facteurs qui ont découlé du fonctionnement actuel et du style attitudinal de la personne en question.

Néanmoins, du point de vue de l’un des courants psychologiques dotés d’un soutien plus empirique, le courant cognitivo-comportemental, sont les éléments du présent (personnel, environnemental et leur interaction) qui déterminent principalement le comportement de l’être humain.

La soi-disant "analyse fonctionnelle" de l'individu et les réponses que ce dernier émet dans certaines situations Il sera beaucoup plus utile de savoir quels aspects précipitent, maintiennent ou aggravent le comportement en colère. Ce sont ces derniers qui peuvent être influencés pour obtenir une réelle modification du comportement.

5. Les événements externes sont l'unique cause de la colère individuelle

Compte tenu de ce qui précède, les éléments externes qui apparaissent dans les situations où la personne manifeste des réactions de colère devraient être pris en compte de la même manière que les facteurs internes ou personnels devraient être pris en compte. Le REBT, ou thérapie comportementale émotive rationnelle d'Albert Ellis, défend l'analyse en profondeur et le questionnement d'une série de croyances nucléaires que la personne a sur elle-même, sur l'environnement et sur le monde en général (convictions irrationnelles) qui empêchent l'application de une interprétation plus logique, rationnelle et réaliste des situations auxquelles l’individu est exposé.

Par conséquent, l’interprétation cognitive de la situation, et non la situation elle-même, donne un élément fondamental du niveau d’affectation émotionnelle qui produit tout ce qui arrive à la personne chaque jour.

En bref, il est entendu que face à des événements désagréables, la personne peut travailler et modifier sa propre perspective avant ces événements, dont le résultat aura un impact sur l’apparition d’un état d’esprit plus adaptatif.

Apprendre à gérer les émotions

Comme il a été observé, il semble qu'une bonne gestion de la colère soit essentielle pour éviter une série de conséquences pouvant compromettre notre santé physique et psychologique.

De l'argument relatif à l'injustice des cinq prémisses exposées sur la gestion de la rage maintenue au fil du temps, on peut atteindre une connaissance plus approfondie sur ce que pourraient être les formes de gestion alternatives les plus adaptatives de ce type d'émotion aussi invalidante.

Références bibliographiques:

  • Ellis, A. (1999). Contrôlez votre colère avant qu'elle ne vous contrôle. Paidós: Barcelone.

COMMENT NE PLUS S’ÉNERVER (Juin 2022).


Articles Connexes