yes, therapy helps!
Arsonfobia (peur du feu): causes, symptômes et traitement

Arsonfobia (peur du feu): causes, symptômes et traitement

Août 11, 2022

Tout au long de l’histoire de l’humanité, le feu a joué un rôle à la fois d’allié et d’ennemi de l’homme. Grâce à lui, un grand nombre d'avancées et d'inventions ont été possibles, ce qui a permis d'améliorer le développement de l'humanité.

Cependant, nous ne pouvons pas ignorer le danger de cela. Depuis mal contrôlé, il peut devenir mortel, d’où la peur qu’il suscite parmi les gens. Cependant, lorsque cette peur devient excessive, nous pouvons nous retrouver face à un cas d’arysonphobie .

Article connexe: "Les 15 phobies les plus pures qui existent"

Qu'est-ce que l'arsonophobie?

Dans la longue liste de phobies spécifiques existantes, L'arysonphobie est ce trouble d'anxiété dans lequel la personne éprouve une peur pathologique du feu ou des incendies . Cette phobie peut aussi être connue sous le nom de pyrophobie.


Comme pour le reste des troubles anxieux spécifiques, lorsque les personnes souffrant d’arsonophobie font face ou pensent qu’elles doivent faire face au stimulus redouté, une série de réactions, à la fois physiques et psychologiques, typiques des états de stress et d’anxiété très élevés commence.

Il est compréhensible qu'une personne puisse ressentir un certain degré de peur en présence de feu et encore plus face à un feu. Cette peur est considérée comme une peur normale et adaptative, qui apparaît comme une réaction de survie. Cependant, Si cette réponse est généralisée à n'importe quelle situation et qu'elle est disproportionnée, elle peut être considérée comme une phobie spécifique, notamment une arsonphobie. .


Comment le différencier d'une peur normative?

Une série de caractéristiques spécifiques nous permettent d’établir une différence entre une réaction habituelle ou une réaction à un danger et une phobie ou une peur pathologique. Pour cela, nous devons tenir compte des conséquences ou des effets directs de cette peur sur le quotidien de la personne.

Par conséquent, dans les cas où la personne souffre d’une arsonphobie, elle éprouvera de fortes réactions d’anxiété avant l’apparition du stimulus phobique ou aversif; dans ce cas le feu. De plus, il est fort possible que cette peur provoque des interférences au moment de mener une vie normale. Il est donc toujours conseillé de consulter un psychologue professionnel.

Enfin, il est nécessaire de prendre en compte une série d'exigences et de qualités des troubles de la peur, qui servent à définir la phobie et à en permettre le diagnostic. Ces qualités sont les suivantes.


1. Il en résulte une peur disproportionnée

L'une des caractéristiques qui différencient une crainte naturelle d'une crainte disproportionnée est que, dans un arsonphobie, le sentiment de peur ressenti est complètement disproportionné par rapport à la menace réelle posée par le stimulus phobique.

Dans ce cas, la personne peut réagir de manière exagérée à la perception d'une allumette brûlante ou même avant une cuisinière.

2. C'est irrationnel

Sujets présentant un arsonphobie ils sont absolument incapables de trouver une explication raisonnable et justifiée de leurs réactions de peur . Au point que, dans de nombreux cas, la personne est parfaitement consciente que le stimulus n’est pas dangereux en soi mais qu’il est toujours incapable d’empêcher l’apparition d’une réaction anxieuse.

3. C'est incontrôlable

Enfin, la troisième caractéristique qui définit une peur phobique est que cette peur est absolument incontrôlable pour la personne avec un arsonphobia. Cela signifie que la personne ne peut pas éviter l'apparition de réactions d'anxiété et de peur, ni la contrôler pendant qu'elle les ressent.

Les symptômes

Parce que l’arsonophobie fait partie de la liste des phobies spécifiques, sa symptomatologie est très similaire à celle d'autres peurs pathologiques de ce type . Le tableau clinique se distingue par son caractère anxieux et apparaît chaque fois que la personne est confrontée ou pense à des situations liées à un incendie ou à des incendies.

Ce tableau clinique est classé en symptômes physiques, symptômes cognitifs et symptômes comportementaux; qui apparaissent généralement automatiquement et soudainement et ne disparaissent que lorsque la personne a réussi à s'échapper ou à éviter le stimulus phobique.

1. symptômes physiques

Les premiers symptômes dont le patient atteint d’arsonphobie a connaissance sont les symptômes physiques. L'apparition du stimulus phobique, le feu, provoque une suractivité du système nerveux de la personne, ce qui en déclenche toutes sortes de changements et de transformations.

Entre les symptômes qui peuvent apparaître tout au long d'un épisode phobique, nous trouvons :

  • Augmentation de la fréquence cardiaque
  • Augmentation de la fréquence respiratoire
  • Sensation d'essoufflement ou d'essoufflement
  • Augmentation de la tension musculaire
  • Mal de tête
  • Problèmes gastro-intestinaux tels que douleurs à l'estomac ou diarrhée
  • Transpiration accrue
  • Vertiges et vertiges
  • Nausées et / ou vomissements

2. symptômes cognitifs

Un autre groupe de symptômes apparaissant dans un arsonphobie sont les symptômes cognitifs. Ceux-ci consistent en une série de croyances et de spéculations, qui peuvent devenir obsessionnelles , par rapport à la peur du feu et des incendies.

Ces pensées et idées déformées favorisent l’avancée et le développement de la phobie et se distinguent par le fait qu’elles possèdent une série de croyances illogiques et irrationnelles sur le danger du feu. De plus, ces symptômes sont souvent accompagnés d'images mentales d'une nature catastrophique à propos de cet élément.

3. symptômes comportementaux

Comme dans le reste des troubles anxieux spécifiques, l’arsonphobie est également accompagnée de symptômes comportementaux. Ces symptômes se manifester par des comportements d'évitement et des comportements d'évasion .

Les comportements d'évitement font référence à tous les comportements ou actes que la personne accomplit pour éviter de rencontrer le stimulus phobique et ainsi éviter l'expérimentation de sensations négatives. Un exemple pourrait être le refus de cuisiner au feu ou d’utiliser un appareil à gaz susceptible de provoquer un incendie.

D'autre part, les comportements d'évasion se manifestent lorsque le sujet n'a pas pu éviter la confrontation avec le stimulus phobique. Il adopte donc tout comportement nécessaire pour sortir de la situation dans laquelle il se trouve et génère niveaux élevés d'anxiété.

Les causes

Bien qu'il soit parfois difficile de déterminer l'origine spécifique d'une phobie, même le patient n'est pas en mesure de l'associer à un événement traumatique, Un certain nombre de facteurs peuvent favoriser ou renforcer l'émergence et le développement de cette peur pathologique. .

L’existence d’une prédisposition génétique aux effets de l’anxiété et du stress, associée à l’expérience ou à l’expérimentation d’une situation très traumatisante ou à une charge émotionnelle élevée dans laquelle le feu est apparu de quelque manière que ce soit, peut déclencher, très probablement , l'apparition de l'incendie criminel.

Dans tous les cas, l’impact que l’apprentissage par procuration ou par imitation peut avoir au moment d’acquérir une phobie est à l’étude.

Traitement

Bien que l’incidence de cette phobie sur la population ne soit pas connue avec précision, on estime que cela apparaît plus fréquemment chez ceux dont l’emploi implique plus ou moins le contact avec le feu, tels que les pompiers ou les agents forestiers. .

Tant dans ces cas que dans celui de toute autre personne souffrant de ce trouble, certaines interventions et certains traitements psychologiques peuvent réduire les symptômes et même permettre à la personne de se régénérer et de surmonter sa peur phobique.

Le traitement psychologique est basé sur trois principes ou actions différents . La première consiste à effectuer une restructuration cognitive qui favorise la modification des pensées déformées que la personne a vis-à-vis du feu.

En outre, des techniques d'exposition en direct ou de désensibilisation systématique seront mises en œuvre, par lesquelles le patient sera exposé progressivement au stimulus ou à la situation phobique. Cela peut être fait en direct, dans des environnements et des contextes contrôlés, ou par l'imagination.

Enfin, ces techniques sont accompagnées d'un entraînement aux techniques de relaxation, qui peut réduire les niveaux d'excitation du système nerveux et aider la personne à faire face à ses peurs de la meilleure façon possible.


Abigail bailando en la escuela (Août 2022).


Articles Connexes