yes, therapy helps!
Causes de l'inégalité entre les sexes: socialisation différentielle

Causes de l'inégalité entre les sexes: socialisation différentielle

Juin 20, 2019

La socialisation fondée sur le sexe cause l'inégalité des sexes . Cette socialisation se produit même avant la naissance: à partir du moment où la grossesse détermine si le bébé sera un garçon ou une fille, un long processus de socialisation commence qui se traduit par une différenciation des hommes et des femmes.

Du point de vue du genre, il est possible de comprendre que l’application du système genre-genre dans le processus de socialisation construit un ensemble de croyances au niveau social dans lesquelles chaque genre se voit attribuer certains comportements.

La différence entre le sexe et le genre

Les rôles de chaque sexe ont une importance différente selon une hiérarchie de valeurs, plaçant les femmes dans l'infériorité. Ainsi apparaissent les stéréotypes qui contribuent au maintien des inégalités entre hommes et femmes.


Le concept "sexe" se réfère exclusivement aux caractéristiques physiques cela différencie biologiquement les hommes et les femmes. Cependant, le concept "genre" est une construction sociale basée sur l'attribution de rôles différents en fonction du sexe.

Cela signifie que le genre est utilisé pour décrire ces caractéristiques socialement construites différemment pour les femmes et les hommes. Les différences sociales que nous constatons dans la société actuelle entre hommes et femmes sont le résultat de l’apprentissage du système genre-genre.

Le système genre-genre: une théorie sur l'inégalité

Le système genre-genre est un modèle théorique qui explique comment se produit la socialisation entre les sexes. Cette théorie identifie le naturel avec le social construit et établit que le sexe en soi n'est pas la cause de l'inégalité entre hommes et femmes, mais leur position de genre socialement construite.


Ce système produit un ensemble de normes sociales apprises et intériorisées qui structurent les comportements des deux sexes et conditionnent la perception et l'interprétation de la réalité sociale. Par conséquent, ils génèrent une socialisation différentielle.

Les inégalités biologiques se traduisent par des inégalités sociales , politiques politiques et économiques entre hommes et femmes qui génèrent du sexisme, les femmes étant les plus défavorisées dans ce processus.

Dès la naissance, les personnes apprennent les comportements, les attitudes, les rôles et les activités correspondant aux caractéristiques déterminées par l'appartenance à un sexe ou à l'autre, développant ainsi l'identité de genre et les rôles de genre.

Rôles de genre et construction identitaire

L'identité de genre est l'attribution à un sexe ou à l'autre, c'est-à-dire une identification en tant qu'homme ou femme. À partir de cette identification de genre, le développement d'un processus de différenciation spécifique dans lequel les rôles de genre sont appris est déclenché.


Les rôles de genre impliquent d'assumer les représentations sociales comme leurs propres sur la masculinité et la féminité à travers les différents agents de socialisation: la famille, le système éducatif, les médias, la culture, la communauté, les institutions, etc.

Cette socialisation est maintenue tout au long de la vie. Grâce aux interactions avec d’autres personnes, les valeurs, les attitudes, les attentes et les comportements de chaque société sont appris et intériorisés afin de fonctionner en son sein.

La socialisation différentielle entre les femmes et les hommes

La théorie de la socialisation différentielle de Walker et Barton (1983) explique comment, dans leur processus d'initiation à la vie sociale et culturelle et sous l'influence d'agents socialisants, ils acquièrent des identités différenciées selon le genre, impliquant des attitudes, des comportements, des codes moraux et des normes stéréotypées du comportement attribué à chaque genre.

La clé du processus de socialisation différentielle est la congruence entre les messages émis par tous les agents de socialisation . Cela facilite la prise en charge et l'intériorisation de chaque individu au point de considérer qu'il s'agit de quelque chose qui lui est propre, de sa personnalité, ce qui produit ce qu'il pense et se comporte en conformité. De cette manière, les enfants assumeront les rôles traditionnels masculins et féminins depuis leur enfance.

Les rôles masculins: travail et ambition

La socialisation des enfants dans le rôle traditionnel des hommes est axée sur la production et la progression dans la sphère publique. Ils sont censés réussir dans ce domaine car ils sont préparés et éduqués de manière à ce que leur estime de soi et leur satisfaction proviennent de la sphère publique.

Les hommes sont réprimés dans la sphère affective renforcer les libertés, les talents et les ambitions diverses facilitant la promotion personnelle. Ils reçoivent beaucoup d'encouragement et peu de protection, ce qui les guide vers l'action, l'extérieur, le macrosocial et l'indépendance.Les hommes apprennent la valeur du travail en tant que priorité et définissent l'obligation de leur condition.

Rôles féminins: famille et foyer

Dans le cas des filles, le processus de socialisation dans le rôle traditionnel de la femme se concentre sur leur préparation à la reproduction et leur permanence dans la sphère privée. On s’attend à ce que leurs succès proviennent de ce domaine, qui façonnera à la fois leur source de satisfaction et leur estime de soi.

À l'opposé des hommes, ils répriment leurs libertés, leurs talents et leurs ambitions qui facilitent l'auto-promotion, la promotion de la sphère affective. Ils reçoivent peu d’encouragement et une protection suffisante qui les guide vers l’intimité, l’intérieur, le microsocial, la dépendance et la valeur du travail ne sont pas inculqués en tant qu’obligation prioritaire ni ne définissent leur condition.

Toutes ces valeurs et normes sont appelées mandats de genre c’est-à-dire ces normes sociales implicites qui ne reflètent pas ce que sont les hommes et les femmes mais ce qu’elles devraient ou devraient être et ce que l’on attend de chacune d’elles.

  • Article connexe: "Patriarcat: 7 clés pour comprendre le machisme culturel"

Agents de socialisation: comment les rôles de genre sont renforcés

Le processus de socialisation différentielle selon le sexe se produit à travers différents renforcements et modèles. Le renforcement différentiel se produit lorsque les hommes et les femmes sont récompensés ou punis pour des comportements différents , intérêts ou expression des émotions.

Une grande partie de cet apprentissage se produit dans les premières années de la vie par le biais de la modélisation, c'est-à-dire par l'observation du comportement d'autres personnes et des conséquences d'un tel comportement sur le modèle.

Cette influence normative et informative est produite par les agents de socialisation. Les principaux agents de socialisation sont:

1. la famille

Les premiers modèles que l'enfant aura sont les membres de sa famille et jouent un rôle important dans la première étape de la vie en tant que transmetteurs de comportements, de valeurs, etc., par le biais de modèles et d'un apprentissage émotionnel. Plusieurs études indiquent que le rôle le plus important de la famille réside dans la réglementation des activités caractérisées par le sexe.

2. Le système éducatif

Le système d'éducation est la structure sociale qui reflète le mieux les croyances et les valeurs dominantes . Son influence sur le maintien des différences se produit à travers le curriculum caché et les processus d'interaction sociale qui se produisent dans le système éducatif.

La socialisation différentielle contribue au programme caché à quatre niveaux: la répartition des hommes et des femmes dans le système éducatif, qui sert de modèle pour les étudiants; matériel pédagogique et manuels scolaires qui tendent à reproduire les stéréotypes de genre; l'organisation et les pratiques scolaires, qui reproduisent les choix des activités traditionnelles liées au genre; et les attentes et attitudes des enseignants, qui affectent les attentes que les élèves ont d'eux-mêmes.

En ce qui concerne les processus d’interaction sociale, des différences d’interaction dans la classe, d’attention des enseignants, de répartition des espaces de jeu, etc. ont également été observées.

3. Les médias

C’est l’influence informative que la réglementation sélective présente des modèles culturels stéréotypés basés sur des idéaux des hommes et des femmes qui ne correspondent pas à la réalité. Ils influencent la perception que nous avons des hommes et des femmes en général et de nous-mêmes.

Pour parvenir à l'élimination des inégalités fondées sur le sexe, il est nécessaire de comprendre que l'origine des inégalités est basée sur la socialisation différentielle et que la socialisation est un processus qui se justifie lui-même. c’est-à-dire que les hommes et les femmes se comportent différemment et développent leur activité dans différents domaines.

La socialisation différentielle aide à confirmer la conviction que les sexes sont différents et justifier la nécessité de continuer à perpétuer les différences socialement construites.

Étant donné que la congruence entre les messages émis par les agents de socialisation est la clé du maintien de ce processus différentiel, il serait utile de les utiliser comme moyen de changer et de promouvoir des messages congruents qui éliminent les inégalités fondées sur le sexe. .

  • Article connexe: "Théorie de l'apprentissage social d'Albert Bandura"

Références bibliographiques:

  • Bosch, E., Ferrer, V. et Alzamora, A. (2006). Le labyrinthe patriarcal: réflexions théoriques et pratiques sur la violence à l'égard des femmes. Barcelone: ​​Anthropos, Éditorial de Man.
  • Cabral, B. et García, C. (2001). Défaire le nœud du genre et de la violence. Autres looks, 1 (1), p.60-76. Extrait de: //www.redalyc.org/pdf/183/18310108.pdf
  • Walker, S., Barton, L. (1983). Genre, classe et éducation. New York: La Falmer Press.

La socialisation et le genre (Juin 2019).


Articles Connexes