yes, therapy helps!
Risque criminel: clés et concepts pour l’évaluer

Risque criminel: clés et concepts pour l’évaluer

Septembre 18, 2019

À l’heure actuelle, il n’est pas surprenant d’entendre parler de «dangerosité» dans les journaux télévisés, la radio et d’autres médias, en particulier lorsqu’ils parlent de questions liées aux affaires pénales.

"Criminel de grande dangerosité", "prison d'une demi-dangerosité" et d'autres concepts et termes sont des exemples de la manière dont nous entendons cette terminologie au jour le jour, au point où nous pensons la connaître. Malgré cela, ce concept reste l’un des plus incompris de la criminologie car il est souvent confondu avec d’autres, comme l’agression et la violence.

En outre, les nouvelles formes de criminalité apparues avec l’époque nouvelle nous obligent à procéder à un examen approfondi. Dans cet article nous proposons de conceptualiser le concept de dangerosité, de préciser ses caractéristiques et d'expliquer son importance .


Risque criminel: connaître l'histoire du concept

L’idée de danger n’est nullement nouvelle, mais le concept de dangerosité criminelle C'est relativement moderne.

Son antécédent le plus clair remonte aux thèses de l'auteur allemand Feuerbach, dont le terme ferait partie du code pénal bavarois en 1800 et qui le définissait comme suit: la qualité d'une personne qui présume qu'il va violer le droit.

Définitions et approches modernes

La définition la plus moderne de la dangerosité a été introduite en criminologie par Rafael Garófalo avec sa peur de désigner la perversité constante et active du délinquant et la quantité de mal attendue que doit craindre le même délinquant.


Le concept, bien que controversé depuis lors, fut rapidement accepté jusqu'en 1892 Union internationale de droit pénal, de la main d'éminents maîtres de cette branche du droit tels que Von Liszt et Prins, officiellement reconnus.

Définition unitaire de la criminologie

Danger, du latin pericule, se réfère au risque, à l'éventualité imminente d'un mal qui se passe , étant la situation, la chose ou l’obstacle, ce qui augmente la possibilité de dommages ou de dommages.

Dangerquand on l'applique à une personne, c'est la qualité des dommages qui pourraient causer cela, en réponse aux facteurs qui le poussent à le faire . Le Académie royale de la langue accepte ce terme désignant une personne comme pouvant causer des dommages ou des actes criminels.


Pour clarifier ce concept, examinons d’autres définitions données par divers auteurs qui étudient le droit et la criminologie. Rocco le définit comme le pouvoir, l'attitude, l'aptitude, la capacité de la personne à être la cause d'actions nuisibles ou dangereuses. Petrocelli le définit comme un ensemble de conditions subjectives et objectives sous l'impulsion duquel il est probable qu'un individu commette un événement socialement dangereux ou néfaste. L’Encyclopédie Quillet dit que la dangerosité est l’ensemble des conditions subjectives qui autorisent une prévision sur la propension d’un individu à commettre des crimes.

Comme vous pouvez le voir Les éléments communs dans les définitions sont le potentiel et l’intention d’être sujet au crime . Tout comme il existe une nette différence entre l'agression et la violence, le danger est différent des deux précédents en ce que les deux termes nous aident à essayer de diagnostiquer cette dernière.

Composants de dangerosité

Les étudiants en comportement criminel s'accordent pour dire que la dangerosité comporte deux éléments essentiels: capacité criminelle et adaptabilité sociale .

Le premier concept, le capacité criminelle, fait référence à la tension pénale interne, le pouvoir criminel, qui est capable de se donner la personnalité criminelle dans le domaine pénal. Pour sa part, le adaptabilité sociale est l’aptitude du délinquant à la vie sociale, c’est-à-dire la possibilité d’adapter l’activité du criminel à l’environnement dans lequel elle s’insère.

À partir de ces composants nous pouvons reconnaître quatre formes d'état dangereux .

  1. Très grande capacité pénale et très grande adaptabilité Voici les manifestations les plus graves de comportement antisocial telles que les crimes en col blanc, les crimes politico-financiers, le crime organisé, les psychopathes organisés, etc.
  2. Très grande capacité criminelle et adaptabilité incertaine : moins grave mais avec un potentiel criminogène très nocif. Leur inadaptation les fait attirer facilement l'attention sur eux. Les criminels professionnels et spécialisés, les exclus sociaux, entre autres, appartiennent à cette catégorie.
  3. Faible capacité criminelle et faible adaptation : ils constituent les délinquants qui inondent habituellement les prisons. Parmi eux se trouvent des inadaptations psychiques, des criminels de caractère et des typologies similaires.
  4. Faible capacité pénale et grande adaptabilité : formes légères de la criminalité. Son danger est faible ou aigu (le danger peut être chronique ou aigu dans l’attention portée à la durée, nous en reparlerons plus tard). Nous reconnaissons ici les criminels occasionnels et passionnés

Eléments constitutifs de dangerosité

Nous citerons et expliquerons ci-dessous les caractéristiques les plus importantes de la dangerosité .

  • Éléments : deux éléments de dangerosité sont reconnus. Le premier état d’état dangereux est la situation vécue par une personne sur le point de commettre un crime. Dans la même mesure, l’occasion est la commodité du temps et du lieu qui prête ou favorise le sujet pour donner le pas à la loi.
  • Les formulaires : psychiatres, psychologues et criminologues distinguent deux types de danger, étant le premier (chronique ou permanente) qui se produit généralement dans les cas de psychopathie et autres délinquants difficiles à adapter; tandis que le second évoque le danger aigu, qui est plutôt épisodique et peut même être épuisé par l'événement même. Malgré cela, si les circonstances criminogènes sont maintenues, le danger grave peut être chronique.

Quantifier la dangerosité, un travail interdisciplinaire

La criminologie clinique tente d'expliquer le crime du point de départ du criminel, sa personnalité, son histoire personnelle et les différents facteurs qui jouent un rôle dans son comportement. Son but est de formuler un diagnostic, un pronostic et un traitement sur le sujet qui commet un comportement antisocial .

Citant Wolfgang et Ferracuti, la criminologie clinique consiste en une application intégrée et conjointe des connaissances en criminologie et des techniques de diagnostic à des cas particuliers et à des fins diagnostiques-thérapeutiques. Ainsi, en termes de fonctions de la criminologie clinique, elles se distinguent

Un) Synthétiser les différentes études menées sur le sujet antisocial et les intégrer pour une synthèse criminologique correcte permettant d'émettre un diagnostic, un pronostic et un traitement

B) Découvrez la criminogenèse et criminodynamique du délinquant

C) Émettre des avis et des avis d'experts criminologique

D) Proposer, le cas échéant, quel type de pénalité c'est plus pratique

E) Faire une prophylaxie criminologique et répondre aux besoins criminologiques du sujet

F) Estimer le niveau de danger

Sciences et professionnels qui évaluent la dangerosité des criminels

Bien que le criminologue clinicien soit le responsable de la quantification du niveau de danger, il serait impossible d’exécuter cette tâche sans l’application correcte de diverses disciplines qui fournissent des outils objectifs sur le sujet antisocial.

La synthèse criminologique doit provenir d'au moins sept sciences qui, ensemble, permettent d'établir un diagnostic fiable et qui, ensemble, se complètent pour expliquer le comportement antisocial. Ces sciences sont: l'anthropologie, la médecine, la psychologie, la sociologie, la victimologie et la pénologie. À ceux-ci, on peut ajouter d'autres qui permettent d'émettre d'autres critères objectifs sur le sujet tels que: le travail social, la pédagogie, etc.

Un exemple pratique pour comprendre le rôle de chaque professionnel

Pour un échantillon du travail interdisciplinaire, nous pourrions illustrer par le cas suivant : nous avons un sujet qui est accusé de vol, le pédagogue souligne qu'un facteur important de facteurs criminogènes est le niveau d'apprentissage lui-même, qui s'avère être rare, impose que cette difficulté affecte leurs rares possibilités d'emploi et trouve dans le vol le moyen le plus facile de gagner sa vie. la vie. Le médecin explique pour sa part que la malnutrition a joué un rôle important dans le développement médiocre de son cerveau au cours des premières années de sa vie, ce qui expliquerait en partie un faible QI qui renforce l’idée de son faible niveau d’apprentissage; À son tour, un psychologue explique que les deux conditions, au fil des années, ont accentué les niveaux d’insécurité et de sentiment d’infériorité qui l’empêchaient de rechercher un mode de vie honnête par peur d’être rejeté.

De cette manière, la criminogenèse du délinquant est dissociée, ce qui nous permet à son tour d'estimer de manière plus fiable leur niveau de danger.

Évaluation et quantification de la dangerosité pénale

L'évaluation du danger est qualitative et quantitative . Le premier concerne l’étude méticuleuse et objective des facteurs criminogènes du sujet antisocial, qu’elle soit endogène (par exemple son caractère et son biotype, son prédisposition organique, ses psychopathologies, etc.) ou son exogène (environnement social, conditions environnementales, culture, niveau d’éducation, autres). .

En ce sens, il est également très important d’établir si la dangerosité du sujet en question est absolue, c’est-à-dire si ses comportements antisociaux sont développés sous l’influence de stimuli criminogènes ou si nous parlons d’un danger relatif dans lequel la personne cela n'arrive à l'acte qu'après l'influence de facteurs spécifiques et dans des circonstances très particulières.

D'autre part, L'évaluation quantitative fait référence à la valeur, à la quantité et à la taille des facteurs permettant de prédire, entre autres, la probabilité de récidive et l'efficacité d'un traitement en prison. . Il est généralement classé en tant que minimum, moyen et maximum, mais différents auteurs gèrent plusieurs échelles en fonction d'éléments prédéfinis corrélés au danger qualitatif, en essayant de signaler le plus grand nombre possible de facteurs criminogènes présents dans le sujet. De telles études, nous citerons des exemples plus tard.

Le seuil criminogène

Cela soulève plusieurs problèmes en rapport avec ce que divers étudiants en comportement humain appellent le seuil criminogène, également appelé seuil de criminalité, qui est défini comme la capacité du sujet à réagir à un certain stimulus criminogène.

Ceci est une caractéristique individuelle. Ainsi, plus le seuil criminogène du sujet est bas, moins le stimulant criminel sera nécessaire pour passer à l'acte. (Tout comme les personnes dont le seuil de douleur est bas ont besoin d’un petit stimulus pour le produire). Lorsqu’on compare les études de personnalité, il faut ajouter les antécédents des crimes antérieurs de l’individu et observer les différences d’action d’un acte à l’autre, car le danger tend à augmenter proportionnellement à la complexité du crime.

Échelles pour évaluer la dangerosité

Pour Schied (auteur allemand), Le risque peut être quantifié sur une échelle de 15 facteurs et où chacun d'eux ajoute un point négatif qui, à son tour, est lié à la probabilité de récidive. Parmi les facteurs que cet auteur inclut, se distinguent les psychopathies, les maladies héréditaires, la régularité du travail, les antécédents judiciaires, etc.

Parmi les autres outils d’aide inclus dans l’évaluation de la dangerosité, citons le HCR-20 (protocole d’évaluation du risque de tout type de violence), LSI-R (qui calcule les probabilités de récidive), le SVR-20 (spécialement conçu pour calculer probabilités de récidive des agresseurs sexuels), et cetera.

Quelle est l'utilité de connaître le danger d'un criminel?

D'un point de vue clinique, l'établissement du niveau de danger d'un criminel poursuit plusieurs objectifs parmi lesquels nous soulignons les suivants:

1. Établir ce que l'action criminologique sera . Si c'est un traitement prophylactique ou seulement un traitement spécifique, si vous avez besoin d'un travail de réintégration totale ou si vous devez simplement vous occuper des facteurs criminogènes spécifiques qui conduisent à un comportement criminel, cela vous permet de personnaliser le traitement en prison.

2. Aidez à déterminer quelle est la réaction criminelle du juge . si elle est digne d'une peine privative de liberté ou d'une mesure de sécurité. Si vous avez besoin d'un traitement pénitentiaire de cinq ou vingt ans.

3. Indiquez quelle est votre probabilité de récidive aidant à établir un diagnostic correct et un pronostic et donc sa probabilité de réintégration dans la société.

4. Justifiez quel établissement pénitentiaire convient le mieux au traitement et s'il mérite d'être dans un centre pénitentiaire ou dans une prison de danger faible, moyen ou élevé.

5. Donner une idée des dommages pouvant être infligés contre d'autres.

Réflexions sur la validité du concept de dangerosité

En raison de l’énorme complexité de la personnalité humaine, malgré les divers éléments et méthodes proposés pour tenter de quantifier le danger, il n’existe aucun paramètre objectif à 100% permettant un diagnostic fiable sous cet aspect.

En outre, l’une des critiques les plus prononcées à l’encontre du terme est qu’il soit stigmatisant et préjugé. Certains juristes et psychologues critiquent le concept de dangerosité dans la mesure où il limite l’étude des criminels.

Si nous réfléchissons bien, la prison est pratiquement inutile: elle coûte cher, elle maintient les criminels au ralenti, elle multiplie les vices, elle n’est qu’une sanction supplémentaire, l’isolement provoque des anomalies allant de la névrose à la psychose et favorise la promiscuité.

Malheureusement À l'heure actuelle, la grande majorité des gouvernements choisissent encore de punir l'intention de commettre un crime et le raisonnement utilisé pour commettre des actes criminels. , mais la proportionnalité du crime et le danger inhérent à son exécution ne sont pas examinés en profondeur. Cependant, les pays qui adoptent le modèle de réintégration individualisé basé sur les besoins criminogènes du sujet, qui tiennent compte du niveau de danger du sujet et qui appliquent des sanctions qualitatives et non quantitatives, obtiennent de meilleurs résultats et leurs chiffres de récidive sont plus bas.

Références bibliographiques:

  • Rodríguez Manzanera, L. (2003). Criminologie (18 ed.). Mexique: Porrúa
  • Mendoza Beivide, Ada Patricia. Psychiatrie pour les criminologues et criminologie pour les psychiatres. Mexique: Trillas (Reimp, 2012)
  • Pérez, Luis Carlos: Droit pénal. Ed. Bogotá, 1981.
  • Landecho, Carlos María. Danger social et dangerosité criminelle .. U. de Valencia. 1974

Table Ronde Dîner du Savoir 2016 - #RiskIT (Septembre 2019).


Articles Connexes