yes, therapy helps!
Peur des femmes (gynophobie): causes, symptômes et traitement

Peur des femmes (gynophobie): causes, symptômes et traitement

Novembre 22, 2022

La gynéphobie ou la peur des femmes est une phobie étrange qui survient généralement chez les hommes (bien que cela puisse également toucher les femmes) et, par conséquent, il s’agit d’une peur irrationnelle pour toute femme. Cette pathologie, qui provoque un grand malaise, une anxiété et une grande peur, ne doit pas être confondue avec la misogynie, qui est la haine envers les femmes.

Dans cet article, nous aborderons la gynéphobie et détaillerons les aspects les plus importants de ce trouble phobique, ainsi que ses causes, ses symptômes et son traitement.

Ginephobia: c'est quoi?

Les phobies sont des troubles anxieux qui se caractérisent par le fait que les personnes qui en souffrent ressentent une grande peur vis-à-vis d’un stimulus qu’elles tentent d’éviter afin de réduire l’inconfort. Il existe différents types de phobies, généralement regroupées en trois groupes: phobie sociale, agoraphobie et phobie spécifique. La peur des femmes appartient à ce dernier groupe et peut empêcher les phobiques d’avoir des relations quelconques avec les femmes. , même les relations intimes et, par conséquent, être incapable de développer une relation intime ou le projet de former une famille.


La gynéphobie peut causer de graves problèmes relationnels pouvant affecter la vie de personnes différentes, car les phobiques évitent tout endroit où ils peuvent se retrouver dans un stimulus phobique, généralement en recrutant chez eux, en évitant de se rendre au travail ou de prendre les transport public. C'est un trouble grave qui doit être traité.

Causes de ce trouble

Les causes de ce phénomène peuvent être variées. Parfois, la faible estime de soi du sujet suscite la peur des femmes, parfois elle peut être le résultat de mauvaises expériences dans des relations intimes avec elles ou de croyances irrationnelles, telles que les femmes veulent blesser et sont blessées. mauvais par nature.


Cependant, dans la plupart des cas, les expériences traumatiques du passé sont à l'origine de ce trouble et ont donc tendance à se développer par un type d'apprentissage associatif appelé conditionnement classique. Ce type d’apprentissage est primitif et bien que le premier enquêteur ait été Ivan Pavlov, le terme est devenu populaire grâce à John B. Watson, l’un des créateurs de l’une des tendances les plus importantes de la psychologie: le behaviorisme.

Watson a été le premier à étudier le conditionnement classique et les phobies chez l'homme. L'une des caractéristiques de ce type d'apprentissage est qu'il implique des réponses automatiques ou réflexes, et non des comportements volontaires. Watson a donc pensé qu'il était possible d'apprendre des émotions négatives, telles que la peur, grâce à ce processus. Pour cela, il a fait l’une des expériences les plus controversées de l’histoire de la psychologie, car elle a permis à un enfant, nommé Albert, d’apprendre à avoir peur d’un rat blanc avec lequel il aimait jouer auparavant. Watson l'a fait; toutefois, cette expérience ne peut être réalisée à présent car elle est considérée comme contraire à l'éthique.


Vous pouvez plonger dans le conditionnement classique et l'expérience Watson dans notre article: "Le conditionnement classique et ses expériences les plus importantes"

Sommes-nous biologiquement programmés pour souffrir de phobies?

Les chercheurs pensent que le conditionnement classique n'est pas la seule cause des phobies. En effet, de nombreuses personnes apprennent ce type de peur par l'observation. C'est ce qu'on appelle le conditionnement du vicaire qui n'est pas la même chose que l'apprentissage par imitation dans notre article "Conditionnement du vicaire: comment fonctionne ce type d'apprentissage?").

En outre, d’autres auteurs pensent que nous sommes biologiquement prédisposés à souffrir de phobies , parce que la peur est une émotion négative qui a été très utile dans le passé car elle a permis la survie d’êtres humains. Ce type d'apprentissage active les régions du cerveau appartenant à ce que l'on appelle le cerveau primitif. Il est donc caractérisé par des associations primitives et non cognitives. C'est-à-dire que ces craintes sont difficiles à modifier par des arguments logiques. Cette idée vient de la théorie de la préparation de Martin Seligman.

Symptômes de peur des femmes

A l'instar d'autres troubles phobiques spécifiques, la peur de la femme présente une symptomatologie similaire. La seule différence est que le stimulus phobique qui le provoque est différent. Par conséquent, l'anxiété, l'inconfort et la peur se manifestent en présence de ce stimulus, ce qui incite la personne à vouloir l'éviter pour réduire les symptômes.

Ces symptômes se manifestent à trois niveaux: cognitif, comportemental et physique. Les symptômes cognitifs sont la peur, l'angoisse, la confusion et les difficultés à maintenir l'attention, ainsi que la pensée irrationnelle de la personne. L'évitement est le symptôme comportemental le plus caractéristique.Les symptômes physiques incluent: rougir. difficulté à respirer, nausée, hypersudation, tremblements, etc.

Traitement

Les phobies causent beaucoup de souffrance; Cependant, leur pourcentage de succès est élevé lorsque le traitement comprend une thérapie psychologique. Dans certains cas graves, les patients reçoivent un traitement pharmacologique, en particulier des anxiolytiques, mais la base du traitement doit inclure une psychothérapie afin que l'amélioration se maintienne dans le temps .

Les études scientifiques concluent que les psychologues experts dans le traitement des phobies incluent généralement des techniques de thérapie cognitivo-comportementale qui se sont révélées plus efficaces. Parmi ceux-ci, se distinguent: les techniques de relaxation et les techniques d'exposition.

Les deux techniques sont combinées dans une méthode thérapeutique appelée désensibilisation systématique, qui consiste à exposer progressivement le patient au stimulus phobique, mais il doit d’abord avoir appris les techniques de relaxation, car elles lui permettront de mieux faire face aux situations dans lesquelles il doit vivre. faire face à votre peur pathologique. Si vous voulez en savoir plus sur cette technique, vous pouvez lire notre article "Qu'est-ce que la désensibilisation systématique et comment ça marche?"

Malgré l'efficacité de la thérapie cognitivo-comportementale dans le traitement de ces types de troubles, d'autres méthodes se sont également révélées utiles. Ce sont des thérapies contextuelles ou de troisième génération, parmi lesquelles la thérapie de l'acceptation et de l'engagement ou la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience, qui prennent en compte l'influence du contexte (et de la relation du patient avec lui) lors du développement. la pathologie et insister sur l'acceptation de l'expérience comme moyen de réduire les symptômes anxieux et, par conséquent, de réduire l'inconfort.

Différences entre la gynophobie, la misogynie et la calliginéphobie

Il est important de ne pas confondre la gynophobie avec la caliginéphobie , qui se caractérise par le fait que l’homme, généralement par sa faible estime de soi, se sent intimidé devant la beauté de la femme. Il est également important de ne pas confondre la gynophobie avec la misogynie, qui est un type de préjugé dans lequel la personne ressent de la haine envers les personnes du sexe féminin.

  • Article connexe: "Stéréotypes, préjugés et discrimination: pourquoi devrions-nous éviter de préjuger?"

Dépassez votre peur du rejet avec une femme (Novembre 2022).


Articles Connexes