yes, therapy helps!
Effet Corne: voici comment agissent nos préjugés négatifs

Effet Corne: voici comment agissent nos préjugés négatifs

Février 24, 2021

Les êtres humains sont imparfaits. En raison de l'héritage biologique de nos ancêtres les plus primitifs, les gens conçoivent une image ou une première impression des autres en quelques secondes.

Ce phénomène est attribué à la rapidité et à l’agilité du cerveau pour décider et agir comme il convient. Bien, l'effet Horn est quelque chose de similaire : il se révèle être une tendance à se faire une opinion négative de quelqu'un basée uniquement sur une observation simple et peu méticuleuse.

  • Article connexe: "Biais cognitifs: découvrir un effet psychologique intéressant"

Les préjugés comme point de départ

Avant d'entrer pleinement dans la définition technique de ce qu'implique l'effet Horn, nous devons comprendre quelque chose de fondamental concernant le comportement humain. Nous sommes des êtres sociaux, nous avons besoin de l'acceptation des autres et faisons bonne impression . Nous ne pouvons pas l'éviter, nous voulons toujours faire partie d'une identité, d'un groupe.


Comme d'habitude, de la même manière que nous donnons une image ou une autre intentionnellement, nous pensons aussi aux autres. Nous préjugeons constamment et nous le faisons de manière pessimiste et beaucoup d'autres de manière optimiste. Voyons ci-dessous ce qui se dit jusqu'à présent.

Quel est l'effet Corne?

L'effet corne est tout antagoniste à l'effet Halo . Ce dernier consiste en la génération d'un avis favorable sur une personne dans son ensemble, basé sur l'observation d'une caractéristique unique qui la définit: normalement, son apparence physique. Nous construisons un cadre mental fictif basé sur des informations très limitées.

Au contraire, l'effet Horn simplifie la perception de l'observé de l'attention fixée au négatif. Lorsque nous rejoignons une équipe de football, nous portons une attention particulière à la harangue que joue l’entraîneur. Selon le ton, la gesticulation et le vocabulaire utilisés, nous penserons que c'est une personne sérieuse, avec une tendance à l'état de tension et de colère. Une fois la session terminée, il s'avère qu'il propose de nous transporter à l'adresse et nous avons une bonne conversation avec lui. Une fois de plus, nous brisons le moule psychologique que nous avions monté .


De manière assez résumée, l’effet Halo et l’effet Horn ils sont biaisés et des vues subjectives qui ont été analysées par nos capacités cognitives . L’attention sélective accordée aux caractéristiques que nous examinons fait également partie de ce processus. Parfois, nous insistons pour continuer à dessiner une mauvaise (ou bonne) image de cette personne afin de maintenir nos convictions préétablies.

Sur le marché du travail ...

Nous vivons à une époque où tout compte, chaque détail ajoute ou soustrait, chaque mot dénigre ou loue, et sur le lieu de travail, cette tendance est très dangereuse. Surtout lors de la sélection du personnel . Selon les données statistiques, 80% des nouveaux candidats ne terminent pas l'entretien personnel avec succès.

Il arrive souvent que nous passions à un entretien d'embauche, avec un profil plus que suffisant, satisfaisant à 100% toutes les exigences de l'offre d'emploi. Nous rentrons chez nous déçus et sans avoir accédé au poste. Tant pour le bien que pour le mal, l'effet Horn a un impact terrible sur le processus de sélection des candidats à la recherche d'une nouvelle opportunité professionnelle.


Selon une étude révélée par le journal économique Expansión, plus de 80% des candidats potentiels à un nouvel emploi perdraient du temps à déposer des CV ou à assister à des entretiens organisés par des entreprises. Les gestionnaires ou les gestionnaires des ressources humaines ils ne passent pas plus d'une minute à lire le CV ou, dans de nombreux cas, ils en jettent la moitié par manque de temps. Ils sont fixés au minimum et un avis est formé à partir de très peu de données.

Quelques lignes directrices pour éviter l'effet Corne

Pour commencer, nous devons insister sur l’idée qu’il sera pratiquement impossible d’éviter de porter des jugements de valeur sur d’autres. Nous sommes des êtres humains, et c'est une tendance tout à fait naturelle. Cependant, vous trouverez ci-dessous quelques recommandations à suivre pour éviter, dans la mesure du possible, ce comportement.

1. Auto-analyse

Lorsque nous sommes plongés dans l'analyse à première vue d'une personne que nous venons de rencontrer, et que nous réalisons les aspects que nous soulignons, nous devrons faire le point. Si nous examinons de près les aspects négatifs, nous devrons rechercher les aspects positifs et inversement. Alors seulement approcherons-nous d’une meilleure perception de ce que nous observons .

2. Soyez patient et évitez les précipitations

Nous nous dépêchons toujours sur tout. Nous vivons à un moment où tout se passe très vite, tout est instantané et la consommation est immédiate. Cela se produit aussi au niveau humain. Vous devez prendre du temps, interagir davantage avec cette personne et ensuite évaluer sa personnalité.

3. Ne faites pas confiance à la première impression

L'effet Horn répond, comme il ne pouvait en être autrement, à une première impression. Ce point est corrélé avec le précédent. DNous devrions insister pour rechercher plus d'expériences avec cette personne dont nous avons une mauvaise relation personnelle. Peut-être que l'un est d'une certaine manière au travail, et un autre diamétralement opposé dans la vie sociale.

4. Partager l'opinion avec les autres

Dans certaines situations, nous formons un groupe ou un duo de personnes qui se connaissent d’autres personnes à un moment donné. Un conseil fortement recommandé consiste à échanger des opinions avec le partenaire . Il est étonnant de voir comment différentes manières d'analyser les éléments modifient radicalement les jugements de valeur.

Références bibliographiques:

  • Belloch, A., Sandín, B. et Ramos, F. (Eds.) (1995). Manuel de psychopathologie (2 volumes). Madrid: McGraw Hill.
  • Bulbena, A., Guimón, J. et Berrios, G. (1993). Mesure en psychiatrie. Barcelone: ​​Salvat.

Kent Hovind - Seminar 4 - Lies in the textbooks [MULTISUBS] (Février 2021).


Articles Connexes