yes, therapy helps!
Comment améliorer l'éducation émotionnelle des enfants, en 15 clés

Comment améliorer l'éducation émotionnelle des enfants, en 15 clés

Février 18, 2019

L'intelligence émotionnelle est un grand oubli dans notre système éducatif . Mais, en tant que parents, nous ne prêtons pas l’attention voulue au bon développement de l’aspect émotionnel de nos enfants.

Pour pouvoir bien démarrer dans cette entreprise et les aider à découvrir et à renforcer leurs émotions, je me suis permis d'écrire ce guide pratique.

1. Une obligation partagée

Les parents, les enseignants, ceux qui sont à la fois en même temps et tous les adultes sans exception sont responsables de l'éducation émotionnelle qu'ils méritent aux enfants, afin qu'ils puissent acquérir une bonne intelligence émotionnelle et une personnalité équilibrée. Mais, comme il est logique, l’adulte qui est imprégné d’idées fausses sur ce sujet ne sera pas en mesure de dispenser l’éducation appropriée et ne pourra, de manière non volontaire, influer négativement sur le bon objectif qu’il visait.


2. Il n'y a pas d'émotions négatives

D'entrée, Il est fondamental de préciser que la discrimination entre les émotions négatives et les émotions positives est incorrecte . Toutes les émotions sont utiles à la survie individuelle de l'enfant. Ce que nous devons enseigner à l'enfant, c'est que face à une émotion, il y a des réactions positives et des comportements concrets qui sont négatifs pour la société et peuvent conduire à des problèmes.

3. La maturité émotionnelle par étapes

Un autre concept fondamental est que la maturité émotionnelle de l'enfant se développe par étapes successives, de la naissance à la majorité de son âge, à mesure qu'il devient maître de ses fonctions cérébrales. Le traitement de leurs émotions doit donc être approprié, à chaque étape de leur évolution, sinon nous risquons de leur porter préjudice, involontairement ou du moins, de gaspiller des efforts inappropriés.


Jusqu'à six mois, l'enfant n'obéit qu'aux stimuli sensoriels et moteurs (base instinctive) et n'est pas conscient de ses émotions. À partir de cet âge, vous pouvez commencer à différencier vos émotions de base avec l'aide d'adultes. Jusqu'à trois ans, il n'est pas en mesure de modifier son comportement de manière stable en fonction de ses émotions (capacité intuitive). Et jusqu'à ce qu'il entre dans la phase opérationnelle, vers six ans environ, il ne peut pas appliquer "l'utilisation de la raison" à ses comportements et apprendre à travailler en équipe. À partir de cet âge, il apprend à identifier et à nommer les émotions fondamentales qu'il éprouve, à réfléchir et à les soumettre à la maîtrise de soi. Mais le bon traitement des émotions et des sentiments dérivés ne sera pas possible avant dix ou onze ans. Et la maturité de savoir prévoir les conséquences de ses actes et de planifier avec une vision d'avenir n'arrive généralement pas avant l'âge de seize ans: la majorité de l'âge émotionnel.


4. Avec l'amour ne suffit pas

Une erreur très fréquente est de penser que, si nous accordons de l’amour et une protection aux enfants, le résultat de leur intelligence émotionnelle sera nécessairement bon. . L'amour et la protection sont bien sûr essentiels. Mais ils ne suffisent pas. Ils doivent être accompagnés d'une éducation émotionnelle équilibrée. Si les parents surprotendent par excès de permissivité, ou sont autoritaires et trop sévères ou sont incontrôlés et imprévisibles, des dommages émotionnels peuvent sérieusement affecter la personnalité du futur adulte, malgré l'amour reçu.

5. Comment savoir si un enfant a des problèmes émotionnels?

Il est très facile de diagnostiquer qu'un enfant a des problèmes d'éducation émotionnelle. . Un enfant en bonne santé est inquiet, impatient, bruyant, spontané, enjoué, curieux, créatif, social, en confiance avec ses pairs et avec les adultes ... Toute absence de l'une de ces caractéristiques devra être analysée car elle peut constituer une alerte de problèmes émotionnels possibles. Nous devrons détecter en quelles émotions fondamentales l'enfant se sent submergé et lui offrir un soutien opportun.

6. Comment gérer vos peurs

Commençons par la peur. Un enfant a de nombreuses causes de peurs possibles: rester seul, être abandonné, être une nuisance, être rejeté, ne pas être capable de nourrir, de ténèbres, de froid, de chauffer, d'incliner de la nature, tomber malade, à des étrangers, à des personnes autoritaires ou hostiles, avoir la faute de papa et maman pour se disputer ... La solution est de vous donner la sécurité dont vous avez besoin .

La sécurité physique contre les maladies, la faim et toutes sortes de dangers physiques. Et la sécurité affective. Il est pratique pour les parents de répéter autant de fois que nécessaire qu’ils le voulaient avant leur naissance, qu’ils le veulent tels quels et qu’ils le voudront toujours. Si l'enfant se comporte mal, nous dirons que nous n'aimons pas ce qu'il fait, mais qu'il est recherché sans aucun type de doute ou d'objection. Rebeca Wild, l'extraordinaire psychopédagogue, a déclaré: "Si l'enfant se sent bien, il ne se comporte pas mal".

7Comment traiter tes crises

Continuons avec colère. Un enfant plongé dans une crise de colère peut afficher une énergie spectaculaire. Les causes de la crise peuvent aussi être multiples: ils ont refusé un vœu ou un caprice, ils ont emporté un jouet, ils l'ont grondé "injustement", ils ne l'écoutent pas ou ils ne l'écoutent pas, ils l'ont battu ou humilié et il n'a pas été capable de se défendre ... Le soutien dont l'enfant a besoin ici est la compréhension .

Pour lui montrer sans ambiguïté que nous comprenons la cause de sa crise de colère, mais qu'il doit apprendre à la contrôler; lui apprendre à être moins égoïste et à savoir partager ses biens ; que nous devons nous habituer à supporter certaines frustrations de la vie; que nous devons rechercher de nouvelles motivations et de nouvelles attentes et ne pas abandonner; que nous devons nous défendre contre l'injustice avec calme et sérénité; que vous devez éviter les dangers de manière préventive ...

8. Comment traiter vos chagrins

Une autre émotion de base est la tristesse . Pour avoir perdu un jouet, un objet favori, un animal domestique ou un être cher; pour ne pas pouvoir être avec des amis; pour ne pas avoir la même chose que les enfants autour de lui; pour avoir perdu père et mère ... Le bon soutien est une consolation. Faites preuve d'empathie pour sa perte, notre accompagnement dans sa douleur, offrez de l'aide pour faire face à sa perte, soutenez-le avec des distractions telles que des jeux et de nouvelles motivations.

9. Le pouvoir des jeux

Le jeu est une activité instinctive chez l'enfant et, par conséquent, devrait être la distraction préférée contre les mauvaises tendances de l'enfant. Tous les pédagogues et les psychologues s'accordent sur les avantages physiques, physiologiques, émotionnels, sociaux et cognitifs des jeux en équipe.

10. Comment traiter votre honte

La honte est l’une des conséquences les plus dommageables pour les émotions. Dommage d'être trop grand ou trop petit; pour être gros ou maigre; pour être différent; pour avoir des problèmes physiques ou des handicaps; pour ne pas comprendre de quoi ils parlent; pour ne pas savoir comment exprimer; pour avoir fait quelque chose de mal; pour avoir subi des abus physiques ou sexuels ... La meilleure aide pour surmonter la honte est de renforcer leur estime de soi.

Répétez autant de fois que nécessaire chaque personne est unique et vaut autant que la personne qui . Apprenez-lui à améliorer ses problèmes ou ses défauts sans le stresser. Aidez-le à reconnaître ses erreurs et à les surmonter. Apprenez-lui à socialiser et à avoir des amis qui lui correspondent. Gagner leur confiance afin que nous puissions participer à d'éventuels abus physiques ou sexuels.

11. Perte d'estime de soi

Nous devons absolument éviter que l'enfant ne perde de l'estime de soi . Parce que cela signifie que l'enfant intériorise qu'il est inutile et inutile; qu'il ne mérite pas d'être aimé; qu'il est naturel qu'ils l'ignorent ou le méprisent; qu'il est logique qu'ils se moquent de lui et l'humilient.

En raison du manque d'estime de soi chez les enfants et les adolescents, nous aurons à l'âge adulte des personnes souffrant de troubles du comportement. S'il y a eu une réaction passive, l'adulte manifestera de graves dépendances affectives; peur d'avoir des relations intimes; peur de parler en public et d'être remarqué; une insécurité pathologique; un complexe d'infériorité. S'il y a eu une réaction agressive, l'adulte manifestera de fortes tendances à la tyrannie, au despotisme, à la cruauté, au narcissisme égocentrique, à une armure exagérée de fausse sécurité.

12. Recommandations de base

Il convient de prêter attention à une série de recommandations:

  • Il faut faire attention à l'âge de l'enfant et ne pas poser de situations pour lesquelles manque la maturité émotionnelle nécessaire.
  • Nous devons essayer de nous mettre à la place de l'enfant et comprendre ses raisons et ses motivations. Demandez et écoutez-le.
  • Il est inutile d'essayer de motiver l'enfant lorsqu'il est plongé dans un enlèvement émotionnel, il faut attendre qu'il se calme.
  • Nous ne devrions jamais le récuser parce qu'il a éprouvé une émotion, simplement pour lui faire remarquer les comportements négatifs qui l'ont éveillé et offrir des comportements positifs possibles.
  • Il convient d’éviter les discours abstraits; vous devez utiliser des phrases courtes orientées vers l'action. Sans appliquer d'adjectifs désobligeants, humiliants ou offensants à leur comportement.
  • Prêcher par l'exemple. Ne vous embêtez pas en montrant vos propres émotions, en laissant en évidence comment elles sont sous contrôle.
  • Vous devez reconnaître vos propres erreurs et montrer ce que vous faites pour les réparer.
  • Parmi les adultes, évitez les conversations sur des sujets inappropriés pour les enfants qui se trouvent devant eux.
  • Ne leur mentez jamais, sous aucun prétexte. Sauvez la partie des faits qui ne peuvent pas comprendre, mais ne modifiez pas la vérité avec des mensonges.
  • Ne permettez pas à l'enfant de se moquer, d'humilier, de manquer de respect ou de maltraiter une personne ou un animal en aucune circonstance.
  • N'appliquez jamais de violence (physique ou verbale) ni de chantage émotionnel.
  • Ne pas vouloir acheter leur affection ou leur indulgence avec nos faiblesses à travers des choses matérielles.
  • Nous devons faire face à la nécessité de fixer des limites et de former l'enfant à surmonter les frustrations pour des raisons sociales ou économiques.
  • Pour l'hygiène mentale, nous devons empêcher l'enfant de tomber dans l'addiction aux jeux solitaires de Tablet ou PlayStation.
  • Nous devons administrer correctement la motivation avec des récompenses et l'inhibition avec des punitions.
  • Les prix et les punitions doivent être proportionnels, justes et cohérents. Ils doivent être exceptionnels mais stables. Les prix doivent être des punitions abordables et évitables.
  • Les prix doivent célébrer le triomphe d'un effort précédent. Les punitions doivent impliquer un réel inconfort ou des efforts.
  • Il est essentiel de prévenir avant de punir et d'expliquer le pourquoi des punitions.
  • Nous devons encourager leur curiosité et encourager leur créativité. Ne bloquez pas votre initiative avec des recettes prédéterminées sur la façon dont les choses doivent être faites.
  • Nous devons être réceptifs aux choses de la vie que nous pouvons apprendre en observant et en dialoguant avec les enfants.
  • Montrez-leur toujours qu'ils sont aimés de façon permanente et indestructible.

13. plaies émotionnelles

Il est prouvé que les soignants qui appliquent des punitions sévères avec froideur et autoritarisme , sans affection pour les enfants, peut causer des troubles de la personnalité chez les futurs adultes: fanatismes d’ordre, comportements obsessionnels compulsifs, insécurités pathologiques, perfectionnismes maladifs.

Comme le dit l'écrivaine canadienne Lise Bourbeau, les cinq principales blessures émotionnelles qui marquent souvent l'avenir de l'enfant sont les suivantes: rejet, abandon, humiliation, trahison et injustice. La principale motivation des parents pour tenter d'éviter à leurs enfants ces cinq blessures émotionnelles par tous les moyens peut être le souvenir de les avoir subis dans leur enfance.

14. Contre le sentiment d'abandon

L’enfant peut supporter de longues absences de ses parents s’il dispose de preuves irréfutables de leur amour et que les personnes qui s’occupent de lui tiennent souvent le souvenir et l’espoir d’une réunion. La sécurité émotionnelle est plus une question d'intensité que de fréquence .

15. Nous avons tous été des enfants

Pour faciliter la compréhension des émotions et des comportements de l'enfant, il est important de rappeler que nous étions aussi des enfants et que l'enfant que nous avons survécu à l'intérieur de nous. Nous devons le récupérer pour que nous soyons bons amis de nos enfants . Avec l'amour, l'équilibre, la protection, la compréhension, la confiance, la consolation, des systèmes adéquats de récompense et de punition et, surtout, de cultiver votre estime de soi, nous veillerons à ce que nos enfants, nos petits-enfants, les enfants de notre société obtiennent tous l'intelligence émotionnelle qu'ils méritent.

Références bibliographiques:

  • Borbeau, Lise. Les cinq blessures qui empêchent d'être soi-même. OB Stare, 2003.
  • Lòpez Cassà, E. Education émotionnelle. Programme pour 3-6 ans. Wolfers Kluwer, 2003.
  • Renom, A. Éducation émotionnelle. Programme pour l'enseignement primaire (6-12 ans). Wolfers Kluwer, 2003.
  • Sauvage, Rebecca. Liberté et limites. Amour et respect Herder, 2012.

Phases considerés clés dans le developpement d'un enfant de 18 ã 24 mois (Février 2019).


Articles Connexes