yes, therapy helps!
Nerfs et stress: à quoi sert l'anxiété?

Nerfs et stress: à quoi sert l'anxiété?

Avril 22, 2019

Ne perds pas tes nerfs!

De manière générale, il existe une conviction que les "nerfs" sont comme des petits diables qui, nourris trop, rendent notre vie un enfer. En fait, dans le langage populaire, le message de "ne pas perdre ses nerfs" est transmis, ce qui signifie "calme, ne vous énervez pas". Et ce conseil aurait beaucoup de succès si ce n’était pour l’interprétation fatidique donnée.

Vraiment, si nous prenions le "ne pas perdre nos nerfs" tel que cela signifie vraiment, et non pas comme une interprétation terrible de ce qui se passera si nous les perdons (si nous ne sommes pas calmes), il y aurait beaucoup moins de problèmes d'anxiété et bien sûr, l'objectif encore plus populaire "d'être heureux" serait plus proche .


Quels sont les nerfs?

Au-delà de l'analyse philosophique ou linguistique, il est important que nous ayons une idée claire de ce que sont ces "nerfs" dont on parle si souvent, et en particulier comment les nerfs influencent notre fonctionnement quotidien . Par conséquent, nous allons les traiter sous le terme activation .

En premier lieu, vous devez attaquer cette connotation négative . Ces nerfs se rapportent au niveau d'activation mentale, physiologique et émotionnelle, ce qui se traduit par des comportements spécifiques qui agissent en essayant de modérer ce niveau, toujours en fonction de la tâche spécifique.

Ce concept a beaucoup en relation avec l’anxiété, le stress ou la peur en psychologie clinique. Une caractéristique fondamentale de l'anxiété est la forte activation, à la fois physiologique et émotionnelle, de la personne . Ainsi, nous voyons comment les trois termes (anxiété, stress ou peur) ne sont que des représentations différentes d’une forte activation.


Les types de nerfs

C'est un point important. Ce n’est pas la même chose pour nous de discuter avec notre partenaire que les nerfs que nous ressentons lors d’un examen ou de réagir à une peur qui s’échappe d’un chien enragé. C'est pourquoi nous disons que c'est la tâche qui détermine le type d'activation et le niveau d'activation que nous devrions avoir. En référence aux types d'activation, nous devons savoir que nos "nerfs" agissent sur la base de deux mécanismes.

  • Un appétit ou approximation , qui est activé par rapport aux émotions positives et aux comportements que nous aimons (tels que l’enthousiasme que nous ressentons lorsque nous allons marquer un but ou lorsque nous essayons d’atteindre un objectif professionnel).
  • Un de défense ou évitement , liés à des menaces ou à des situations que nous n'aimons pas (par exemple, comportement de fuite ou de survie face à une menace, fuite d'un danger, lutte contre une menace ...).

Est-ce bien d'être très activé?

Depuis lors, ça peut être . Comme nous l'avons mentionné, cette activation est utile ou nécessaire en fonction de la tâche. Pour revenir aux exemples ci-dessus, une activation beaucoup plus importante est utile si nous devons échapper à une menace que si nous essayons de réussir un examen . De plus, l'existence même de cette activation est nécessaire pour faire face aux défis quotidiens. Ce n'est pas forcément mauvais. Sauf si nous décidons nous-mêmes.


De la même manière, en termes d'activation positive, la nécessité d'améliorer le temps nécessaire pour parcourir un kilomètre est différente de celle de recevoir un baiser (rappelez-vous que l'activation positive n'implique pas seulement émotions positives, mais comportements qui nous aident ou nous approchent de cette source d'activation, comme dans le cas d'un objectif).

Réinterpréter l'angoisse de vivre mieux

Quel est le vrai problème? C'est-à-dire, Pourquoi envoie-t-il toujours le message de ne pas perdre vos nerfs, de ne pas avoir une activation élevée? Il est évident qu'il existe certaines situations dans lesquelles une forte activation n'est pas utile, mais que se passe-t-il si c'est le cas? Il n'est pas nécessaire de craindre la montée d'adrénaline du corps, encore moins les conséquences; Toujours personne ne s'est transformé en un monstre de muscle vert.

Au niveau clinique, voici un problème important: l'évaluation subjective que nous faisons de notre activation et les conséquences qu'elle aura . Il a été démontré que la composante la plus invalidante de l’anxiété n’est pas physiologique ou physique, mais mentale.

Se détendre Il existe des techniques pour réguler cette activation, des appels valant la redondance, des techniques de désactivation, parmi lesquelles la relaxation musculaire, la méditation ou la relaxation dans l'imaginaire. Et ils peuvent être utilisés au moment où cette activation devient inutile.

Mais avant d'y arriver, relativiser . C'est bon de perdre ses nerfs, surtout si ce sont des nerfs positifs. Donnons une occasion à cet enthousiasme positif.Donnons à notre corps l'occasion de s'exprimer aussi. Peut-être qu'il veut nous dire quelque chose.


Angoisse et crise d'angoisse. Symptômes de l'angoisse. Traitement de l'angoisse (Avril 2019).


Articles Connexes