yes, therapy helps!
Trouble de la personnalité paranoïaque: causes et symptômes

Trouble de la personnalité paranoïaque: causes et symptômes

Juillet 26, 2022

Les individus souffrant de trouble de la personnalité paranoïde ont tendance à se caractériser par une méfiance très marquée et généralisé envers d'autres personnes pendant une période relativement longue.

Les personnes qui souffrent de ce trouble sont extrêmement méfiantes vis-à-vis des actes, des attitudes ou des intentions d'autrui, au point qu'elles croient qu'il existe des complots et des mouvements "suspects" qui cherchent à le blesser ou à lui nuire.

Caractéristiques de la personnalité paranoïaque

Les personnes touchées par ce trouble croient vivement que d’autres personnes tentent d’en tirer parti, ou veulent leur nuire ou leur faire du mal, bien qu’il n’existe aucune donnée ni preuve permettant de parvenir à cette conclusion. Il ne faut pas confondre ce modèle de croyance pathologique avec ce qu'un être humain moyen peut penser ou expérimenter à certains moments de la vie, par exemple sur le lieu de travail, comme se sentir moins valorisé qu'un collègue, etc.


Les personnes souffrant de trouble de la personnalité paranoïde sont des cas extrêmes de ce trait, et Ils portent ces fausses croyances dans tous ou presque tous les domaines de la vie : du domaine professionnel à l'amitié ou aux relations familiales.

Les symptômes

La réitération d'expériences paranoïaques est la caractéristique principale du trouble de la personnalité paranoïaque. Au cours de ces épisodes, la personne touchée éprouvera l'un des symptômes suivants:

  • Excès d'inquiétude sur les sentiments de loyauté de leurs proches et compagnons.
  • Anticipation sans fondement que d’autres personnes veulent vous causer du tort, le tromper ou en profitant de lui.
  • Rotunda méfiance envers les autres . Ils évitent de diffuser des informations sensibles car ils pensent qu’elles peuvent être utilisées à leur encontre, en faisant l’objet d’une trahison et d’un ridicule.
  • Surestimation des risques et des menaces .
  • Tendance à la répétition mentale de certains souvenirs , paroles ou gestes offensants de tiers, tels que taquineries ou insultes (souvent vécues de manière exagérée), qui provoquent également un fort ressentiment.
  • Auto-absorption excessive , un certain égocentrisme et de présomption: ils sont généralement considérés comme plus importants que les autres.
  • Disproportion dans leur réponse aux attaques des autres , même en arrivant à présenter des attaques de colère et de rage excessive sans raison logique.
  • Hermétisme émotionnel , ils sont contemplatifs, froids et exigeants avec les autres pour éviter qu’ils ne puissent leur nuire.
  • L'hypersusceptibilité aux commentaires de tiers à son sujet, en considérant une attaque personnelle ou une moquerie qui compromet sa réputation.
  • Soupçons récurrents de l'infidélité de son épouse, ce qui provoque une gêne dans la relation et conduit souvent à la fin de la vie en commun.
  • L’isolement, étant donné leur comportement insaisissable, évite de prolonger les relations sociales au-delà de ce qui est strictement nécessaire.
  • Conflits familiaux , généralement pour des raisons économiques. Leur méfiance excessive les amène à penser que leurs proches les trompent ou révèlent leur intimité à des tiers.
  • Impossibilité de maintenir le lieu de travail , en raison de leur engagement limité à s’acquitter de leurs tâches, principalement lorsque celles-ci sont vis-à-vis du public, en plus de leur sentiment d’être exploités et de recevoir un salaire qui n’est pas fonction de leur préparation ou de leur talent.
  • Problèmes récurrents de la santé , en raison de leur méfiance vis-à-vis du personnel de santé et des médecins, ce qui les empêche de venir régulièrement consulter. Dans certains cas, ils ont recours à l'automédication.
  • Agression injustifiée et des nerfs sur la peau, avec une attitude marquée de mépris envers les autres.
  • Expressions d'admiration et de respect pour les personnes qui ont une valeur sociale ou un pouvoir plus grand . Par contre, ils ont tendance à hésiter à contacter des personnes qu’ils considèrent socialement ou légèrement inférieures, qu’ils déprécient.

Les causes

Bien que ce trouble ait été étudié en profondeur, il n’existe toujours pas de données fiables sur ses causes. . Il existe différentes théories et hypothèses sur les causes du trouble de la personnalité paranoïaque.


Dans la plupart des cas, les experts en santé mentale s'accordent pour dire que les causes en sont biopsychosociales, c'est-à-dire un mélange de facteurs biologiques et génétiques et de facteurs acquis et sociaux. En d'autres termes, il y aurait une prédisposition génétique et biologique à avoir une structure de pensée paranoïaque, mais les rôles appris et l'environnement pouvant mener à cette prédisposition sont clairement exprimés ou non.

En outre, il existe également des causes psychologiques liées à la personnalité, au caractère et au tempérament de la personne, qui peuvent également être liées à l'apparition d'un trouble paranoïde.Par exemple, avoir appris des stratégies d'adaptation pendant l'enfance peut être un facteur préventif lors du développement de certains troubles mentaux, car il permet de réduire l'inconfort causé par le stress engendré par certaines situations de la vie quotidienne.


Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un trouble multi-causal et chaque cas est unique.

Traitement

Le traitement du trouble de la personnalité paranoïaque est généralement basé sur une thérapie psychologique avec un psychologue expérimenté et une formation de soutien professionnel dans ces types de cas. Certains médicaments psychotropes peuvent également être administrés si les symptômes et le contexte personnel et social de la personne affectée le justifient.

1. psychothérapie

La psychothérapie est la méthode la moins invasive et la plus efficace quand il s'agit de traiter tout type de trouble de la personnalité.

En tant que trouble qui trouve son origine dans des croyances mésadaptées et irrationnelles du patient, l’accent sera mis sur le rétablissement de la confiance des personnes affectées, car il n’est pas habituel de parler d’input sur leurs idées paranoïaques.

2. pharmacologique

Les médicaments psychotropes, malgré leur efficacité du point de vue psychiatrique, sont découragés dans ce type de cas, car ils peuvent générer une suspicion et une suspicion de la part du patient, ce qui conduit généralement à l'abandon du processus thérapeutique. Dans ce cas, si cela est strictement nécessaire, l'administration des médicaments doit être limitée à de courtes périodes.

Des psychodrogues anxiolytiques sont habituellement administrés, par exemple le diazépam, dans les cas où le patient souffre d'anxiété ou d'agitation. Un médicament de type antipsychotique, par exemple l'halopéridol, peut être indiqué si la personne concernée a des pensées psychotiques potentiellement dangereuses pour elle ou d'autres personnes.

Références bibliographiques:

  • Belloch, A .; Sandín, B. et Ramos, F. (2006). Manuel de psychopathologie. (2 Vol). Madrid McGrawHill.
  • López-Ibor Aliño, Juan J. et Valdés Miyar, Manuel (dir.). (2002). DSM-IV-TR. Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. Texte révisé. Barcelone: ​​Éditorial Masson.

Gérer les personnalités paranoïaque (Juillet 2022).


Articles Connexes