yes, therapy helps!
Raison populiste et rationalisme bourgeois

Raison populiste et rationalisme bourgeois

Janvier 17, 2023

J'écris cet article en conjonction avec le récent "Qu'est-ce que le populisme?" de la compagne Albert Borràs .

Si Albert a choisi une perspective analytique, descriptive et explicative du concept de populisme, je choisirai une perspective politique du même.

La raison populiste s'installe en Espagne

Très en vogue dans les médias et dans les élites politiques et commerciales de notre pays pour tenter de discréditer Podemos, le populisme révolté semble revenir à l'ordre du jour. On a beaucoup parlé du populisme d'extrême droite en Europe et il semble maintenant que les vents politiques du populisme de gauche latino-américain soufflent avec force sur notre territoire.


Pourquoi le populisme est-il si critiqué?

Comme Albert explique bien, il est généralement assimilé à démagogie (obtenir un soutien politique par le biais de faveurs envers le peuple), mais il comporte évidemment un élément très différent. Il y a quelque chose de commun au populisme d'extrême droite et d'extrême gauche qui est souvent négligé: les deux né des passions politiques du "peuple ”.

À quoi les passions se sont-elles traditionnellement opposées? À la raison et, plus concrètement, à la raison scientifique et bourgeoise née de l'illumination française. Le débat passion / raison ou rationalité versus irrationnalité est depuis longtemps surmonté, mais nous en subissons encore les effets. Si vous critiquez autant le populisme de la part des élites financières et politiques de notre pays, c'est une structure de pensée qui vient de loin: les passions seraient les "plus basses" de l'être humain et la raison, la plus haute, presque l'essence même de la condition humaine, celle qui nous distinguerait des "bêtes", des animaux.


Pour moi, l’un des essais les plus abjects qui reflète clairement cette pensée est Psychologie de masse de Le Bon. Les masses ont toujours été assimilées à l'irrationalité et à de faibles passions politiques. Une élite de privilégiés s'est toujours opposée à cela, une élite de personnes qui se positionneront au-dessus de la foule et qui croiront les propriétaires de la Vérité et de la Raison, toujours loin et nécessairement indépendantes des multitudes. Et que, par conséquent, ils sont nos souverains et nos dirigeants (et j'ajoute, pour se contrôler).

Lorsque nous lisons et interprétons la société selon le schéma classique et moderne d’un peuple inculte et passionné, opposé ou opposé à un élite rationnelle, "méritocratique" et séparés de la foule, nous nous trouvons au cœur du débat actuel sur les populismes. C’est le schéma même de la souveraineté moderne que nous retrouvons également dans l’analyse de notre propre psyché (la volonté de notre "conscience", notre conscience "rationnelle" d’être souveraine sur le corps, sur nos décisions, sur nos "instincts" du qui s'opposerait).


Qu'est-ce qui rend le front national si fascinant? Pourquoi est-il si fort parmi la classe ouvrière française?

L'argument classique pour expliquer ces phénomènes est le suivant: "des solutions simples et miraculeuses sont proposées à des problèmes complexes". Nous devons éviter ce type d'explication pour deux raisons qui, à mon avis, renforcent la structure de domination actuelle.

Première raison : En affirmant que les gens sont convaincus de choses simples face à des problèmes complexes, on affirme implicitement que les gens sont stupides et qu’ils ne sont pas capables, par eux-mêmes, de comprendre ce monde et ses souffrances. En d’autres termes, vous dites que vous êtes bien éclairé et que vous êtes plus intelligent que les autres et que nous devrions laisser l’espace des décisions politiques à des technocrates qui comprennent la complexité de notre monde. Il s'agit d'un paternalisme de droite très classique, qui a été utilisé comme argument pour interdire de voter pour les pauvres, les Afro-Américains, les femmes et les enfants aux 19e, 20e et 21e siècles.

Deuxième raison : Lorsque la sagesse conventionnelle affirme que "aux problèmes complexes, des solutions simples" affirme plus son propre cadre d'analyse que l'idée qui la transmet. Ce cadre reste celui de la rationalité bourgeoise: je fais une observation de la réalité, j'en suis un élément externe, et je peux classer, décrire, certains problèmes. Cela reproduit la position illusoire de l'observateur qui observe sans influencer le processus lui-même (une idée que la physique quantique avait déjà démentie).

Les gens subissent dans notre chair les effets et les oppressions de ce système. Personne ne doit venir nous dire comment et comment nous sommes opprimés, c'est quelque chose que nous savons déjà. Si le Front national a remporté une élection, ce n’est pas parce qu’il offre des solutions, mais bien avec une rationalité politique différente, qui part des manifestations mêmes, de la population elle-même, bien qu’il ait ici un caractère de décomposition sociale.Marine Le Pen fait une chose que les autres politiciens ne nous ont pas habituée: elle parle avec passion. Il parle comme beaucoup d'entre nous parlent dans nos rues et nos quartiers. C'est agressif. Beaucoup de gens des classes populaires peuvent s'y identifier, car ils utilisent les mêmes expressions, la même force passionnée qui existe déjà dans la rue. Ce n'est ni bon ni mauvais en soi, a une composante très transgressive, qui est de lutter contre le rationalisme bourgeois, ce faux groupe d’intérêts et de gens d’université bien domestiqués qui s’asseyaient autour d’une table pour discuter des maux du monde tout en sirotant leur tasse de café ou thé chaud

Quelle que soit l'origine sociale de Marine Le Pen qui soit indifférente, elle est énoncée et parlée comme elle est parlée dans les classes populaires, tout en générant un nouveau cadre d'oppression. Et pour cette raison, c'est un danger, pour cette raison, il a de la force et pour ces raisons, en France, ils vont avoir un problème énorme. Peu de gens, et encore moins dans l'arène politique, semblent reconnaître que Le Pen a le mérite d'avoir créé un lien terrifiant avec les classes populaires, moyennes et hautes de la France. Il est toujours attaqué par une position d'élitisme libéral au lieu de le reconnaître en tant qu'adversaire, en tant que parti et en tant qu'idées égales. Nous ne devons pas nous placer hiérarchiquement ou intellectuellement au-dessus de Marine, car nous retombons dans le jeu et dans le royaume du parlementarisme libéral, nous devons le combattre des classes populaires et opprimées. C'est une menace réelle, une menace qui réside dans les passions tristes (au sens spinoziste) de la foule.

Nous pouvons et la rationalité populiste

Nous pouvons, par contre, aller beaucoup plus loin que cela. Il ne fait pas une exaltation passionnée de chiffons et une haine envers les minorités sociales . Nous pouvons créer et réaliser à travers une rationalité populiste, une rationalité qui émerge des démos, des foules. Si le Front national reste dans le populisme des peuples modernes - de UN peuple, avec UNE idée, qui prend UNE décision, qui est fermé et limité en soi, qui crée une séparation entre son peuple et le reste des peuples - Podemos abre au peuple pour qu'il y ait une multitude, pour qu'il n'y ait pas de rangs souverains, pour que de nombreuses décisions soient prises et que de nombreuses rationalités apparaissent. En plus de cela, il renforce les passions gaies, générant une composition sociale et augmentant le pouvoir collectif.

Le populisme du Front national aspire à revenir à faire de la nombreuse première unité d'État pré-conflictuelle (lutte constitutive de l'ordre capitaliste pré-classe). Par ailleurs, comme le dit Paolo Virno dans Grammaire de la foule: "la multitude est sillonnée d’antagonismes, elle ne peut jamais être une unité. Beaucoup subsistent comme beaucoup sans aspirer à affirmer l'unité. "

Canaliser et tenter de limiter les passions des multitudes à un jeu d’intérêts libéraux et bureaucratiques est une tentative grossière de la part des élites pour nous gérer et nous soumettre au subterfuge de la raison bourgeoise (cartésienne, éclairée, élitiste). Pour que tout puisse devenir identifiable et puisse être corrigé, pour que tout soit inscrit dans ses règles, de sorte que ce soient elles qui déterminent ces règles et pour ceux qui peuvent les utiliser sans changer ceux qui continuent de décider par le haut comment nous gouverner. C'est une mise à jour de l'idée platonicienne. La raison et la passion sont toujours chaînées et juxtaposées.

Le problème n'est jamais de savoir ce qui est rationnel ou irrationnel, mais qui détermine ce qui est rationnel ou irrationnel et en fonction de quels objectifs ou pour justifier quelle structure sociale .

Nous, les citoyens, les multitudes, générons la raison politique par le bas, une nouvelle "raison" loin des mécanismes habituels de répression libidinale. Nous nous séparons des anciens axes: raison / passion, rationnel / irrationnel, gauche / droite. Nous voulons constituer un nouveau monde commun et c’est pour cette raison que nous menons et continuons également la critique pertinente de ces structures érigées arbitrairement au-dessus de nous, qu’il s’agisse de rois et de monarchies absolues menées pour des raisons divines, c’est-à-dire un certain type de Raison, de pure raison qui impose une fausse dichotomie entre raison et passion mais qui reste en réalité sa raison bourgeoise contre notre raison du peuple, des multitudes.


Les fondements philosophiques de Marine Le Pen [sous-titres français] (Janvier 2023).


Articles Connexes