yes, therapy helps!
Réductionnisme et psychologie: pourquoi tout est dans le cerveau

Réductionnisme et psychologie: pourquoi tout est dans le cerveau

Juin 13, 2021

Un grand nombre des discussions qui ont lieu au sein de la psychologie ne sont pas, techniquement, des discussions psychologiques, mais plutôt philosophiques. La philosophie fournit un cadre épistémologique et conceptuel que nous utilisons pour interpréter et produire des données, et que la phase précédente n’est pas une tâche scientifique; il s’agit plutôt de défendre un point de vue et d’expliquer pourquoi il est meilleur que d’autres positions philosophiques.

C'est quelque chose qui se passe dans toutes les sciences, parce que toutes sont basées sur des fondements philosophiques qui ont normalement été discutés pendant des décennies. Cependant, en psychologie, il se passe quelque chose qui ne se produit généralement pas autant avec les sciences fondamentales que la physique: le débat scientifique et celui des idées se mêlent beaucoup et peuvent facilement devenir confus. Cela se produit en partie à cause de la popularité de une position philosophique connue sous le nom de réductionnisme . Voyons en quoi cela consiste et quelles implications et quels risques cela peut avoir dans le domaine de la psychologie.


  • Article connexe: "En quoi la psychologie et la philosophie sont-elles semblables?"

Qu'est-ce que le réductionnisme?

Le réductionnisme est un cadre d'interprétation de la réalité à travers lequel tout ce qui se passe dans un système (qu’il s’agisse d’une entreprise ou d’un cerveau humain) peut être compris en étudiant individuellement ses "pièces", ses composants.

De plus, du réductionnisme, on suppose que le lien entre ces pièces et les propriétés qu’elles expriment est moins discutable que la relation entre le système dans son ensemble et les propriétés qu’il possède. Le général provient donc de l’individu et ne l'inverse se produit. Par exemple, les caractéristiques d'un phénomène complexe, telles que les mouvements d'une fourmi, découlent de la somme des comportements individuels de chacun de ces insectes.


À son tour, si nous étudions les composants d’un phénomène, nous en conclurons que ce phénomène ne peut changer que dans un nombre limité de façons, étant donné que ses composants déterminent les voies du changement à travers lequel l'ensemble peut passer. Les fourmis ne pourront pas survivre sans reine des fourmis, car leurs gènes les lient pour vivre dans une colonie totalement bouleversée en reproduction.

Le réductionnisme en psychologie

La perspective réductionniste peut être très utile, mais elle comporte néanmoins un danger à prendre en compte: elle peut générer des cadres explicatifs circulaires pour tenter de comprendre ce qui se passe dans un phénomène complexe et en mutation, comme nous le verrons. En particulier quand le réductionnisme est appliqué à la psychologie ou aux neurosciences, ce risque est relativement élevé.

Le résultat de cet inconvénient est qu’on a souvent recours au réductionnisme en raison de limitations techniques et méthodologiques et en interprétant les données obtenues grâce à cette recherche, il "oublie" que la décision d’isoler un problème dans ses parties relativement simples action philosophique, et non objectif ou scientifique. Voyons un exemple lié aux sciences cognitives et à l'étude du cerveau.


  • Vous pouvez être intéressé: "Parties du cerveau humain (et fonctions)"

L'étude de l'intelligence

L'intelligence est un concept aussi intéressant et populaire que controversé, car il n'existe pas de définition très claire et exhaustive de ce qui est ou n'est pas. En fait, les définitions les plus abstraites de cette caractéristique indiquent déjà pourquoi il est difficile de la limiter à une définition: c’est la capacité de s’adapter rapidement et efficacement à de nouveaux problèmes. Comme les "nouveaux problèmes" sont un concept nécessairement ouvert (vous ne pouvez pas savoir à l'avance ce qu'est un nouveau problème pour quelqu'un), l'intelligence ne peut être comprise que comme un phénomène complexe et dont l'arrière-boutique est en constante évolution, de même que tous nos membres. activités mentales conscientes et inconscientes tout le temps.

Comment identifier les processus biologiques sur lesquels repose l'intelligence de chaque personne? Étant une tâche aussi compliquée, de nombreux chercheurs ont choisi d'analyser les schémas d'activation de certaines parties du cerveau et de comparer la combinaison de ces parties du système nerveux avec les scores obtenus par chaque personne lors d'un test d'intelligence. Ce faisant, il a été découvert que les principales différences biologiques qui distinguent les plus intelligents des moins intelligents se trouvent dans les lobes frontaux, les lobes pariétaux et le cingulaire antérieur de chaque hémisphère cérébral.

D'un point de vue réductionniste, cela peut être interprété comme un signe que ces parties du cerveau sont les principales impliquées dans l'intelligence de la personne, celles qui déclenchent l'ensemble du processus de raisonnement et de conservation des informations dans la mémoire de travail, etc.Le reste des structures cérébrales peut être indispensable, mais dans tous les cas, ce sont des membres auxiliaires, ils participent en aidant au travail des autres.

Cette explication semble très naturelle et convaincante avec lequel on peut le considérer comme un fait objectif étranger à la philosophie, mais en réalité, il est loin d’expliquer le fondement neurobiologique de l’intelligence.

Que se passerait-il si cette capacité mentale n'était pas la tâche de parties du cerveau travaillant chacune de son côté et "regroupant" son travail de temps en temps? Et si l'intelligence était basée sur le travail coordonné en temps réel de millions de neurones répartis dans tout le cerveau, maintenant des interactions avec les autres cellules nerveuses et les substances qui les atteignent par les vaisseaux sanguins? Si cette explication décrivait bien la logique de la biologie qui sous-tend l'intelligence, des recherches antérieures l'auraient-elle détectée?

Non à cause du réductionnisme, Cela aurait confondu une description des effets d’un système global sur les pièces du cerveau avec les causes de ce qui est vu dans ce système global. De la même manière, ce n'est pas le visage triste ou sans expression qui provoque la dépression chez les personnes atteintes de ce type de trouble.

conclusion

La psychologie est un domaine de recherche qui vise à expliquer beaucoup de choses: du comportement des acheteurs aux méthodes d’apprentissage les plus efficaces, de la manière dont la consommation de drogue influe sur les relations sociales et d’une infinité de problèmes Ils ont trop à faire avec ceux-ci. Fondamentalement, toute parcelle de la réalité dans laquelle un être vivant apprend certaines habitudes et certains comportements (volontaires ou non) en psychologie présente un vide.

Mais la psychologie il ne prétend pas tout expliquer au sens où la physique pourrait tout expliquer , puisque dans les actions humaines interviennent toutes sortes de phénomènes très complexes, tant au niveau génétique qu’historique, culturel et contextuel. C'est pourquoi le réductionnisme ne doit être pris que comme un outil, et non comme une philosophie permettant de générer des explications simples sur des faits qui ne le sont pas.


DMT, La molécule de l'esprit: Les potentialités insoupçonnées du cerveau humain (Juin 2021).


Articles Connexes