yes, therapy helps!
René Spitz: biographie de ce psychanalyste

René Spitz: biographie de ce psychanalyste

Décembre 9, 2021

Quand nous parlons d'une personne déprimée, nous imaginons généralement un homme ou une femme souffrant d'un épisode d'humeur dépressive et peu capable de percevoir le plaisir et la joie de ce qu'ils font, le désespoir et probablement une certaine passivité et un manque de désir ne rien faire L'image qui nous est venue à l'esprit sera probablement celle d'un adulte ou d'un adolescent. Mais la vérité est qu'il existe également différents types de dépression dans l'enfance.

René Spitz fut l'un des premiers auteurs à les étudier et à l'origine de divers concepts. La vie et le travail de cet auteur sont d'un grand intérêt, c'est pourquoi tout au long de cet article Voyons une petite biographie de René Spitz .


  • Article connexe: "Histoire de la psychologie: auteurs et théories principales"

Brève biographie de René Spitz

René Spitz, qui s'appelait René Árpád Spitz, est venu au monde le 29 janvier 1887. Sa naissance a eu lieu à Vienne , étant l'aîné des deux frères enfants d'Árpád Spitz et d'Ernestine Antoinette Spitz. Il faisait partie d'une famille importante et économiquement influente originaire de Hongrie et d'origine juive. Il avait également une soeur plus jeune, Désirée Spitz (plus tard Bródy).

Bien qu'elle soit née à Vienne, la famille a déménagé à Budapest, où le jeune Spitz allait grandir et commencer à se développer et à se former au niveau universitaire.


La formation

Spitz entrerait à l'université de cette ville et mènerait des études en médecine. Outre à Budapest, il a étudié dans d'autres villes telles que Lausanne et Berlin. Pendant ces années il a travaillé avec des professionnels comme Sandor Ferenczi et a commencé à se familiariser avec le travail de Sigmund Freud Il termina ses études de médecine au cours de l'année 1910. Tout cela donna à Spitz un vif intérêt pour la psyché humaine et la théorie psychanalytique.

Un an plus tard (en 1911) et sur recommandation de Ferenczi, Spitz commença à analyser pour lui afin d'apprendre, et finit par se former à la psychologie psychanalytique. Il est devenu membre de la Société psychanalytique viennoise en 1926, une société à partir de laquelle il a participé à plusieurs enquêtes. Plus tard, en 1930, il fit de même dans la Société psychanalytique allemande.

Cependant, deux ans plus tard, en 1932 Il s'installe à Paris où il sera professeur de psychanalyse à l'École Normale Supérieure. . De plus, son intérêt s’intéresserait peu à peu à la névrose infantile, commençant ses recherches sur le développement des mineurs à partir de 1935.


Mais il est arrivé un moment où le nazisme a pris le pouvoir et un grand nombre de personnes ont dû émigrer pour éviter la guerre, y compris Spitz.

Transfert en Amérique et vie active sur le continent

En 1939, pendant la Seconde Guerre mondiale, cet important professionnel quitta Paris pour s’exiler aux États-Unis à cause du risque de sa vie lorsqu’il avait la descendance hébraïque. Là, il travaillait comme professeur au City College de la City University de New York. Il a également produit un film avec ses recherches qui verrait la lumière en 1952 et conservera également un poste de professeur de psychiatrie à l'hôpital Lenox Hill.

Plus tard, il s'installe à Denver, au Colorado, où il sera engagé comme professeur à l'Université du Colorado. Au-delà de vos tâches d'enseignant, dans cette période de sa vie, il commencerait à s'intéresser de plus en plus aux relations des dyades mère-enfant et c’est pendant cette période cruciale que je commencerais à travailler avec des enfants orphelins.

Et ce serait avec eux qu'ils découvriraient l'un de leurs concepts les plus connus: la dépression anaclitique. Il analyserait également les effets de l'abandon et de la privation affective, ainsi que celui du développement de l'enfant en analysant les relations d'objet. Durant cette période, il fera de nombreuses études sur la névrose infantile et le développement du point de vue psychanalytique et de la psychologie génétique (recherche de la véracité des données dans son modèle). Il a également réalisé de nombreux reportages graphiques, comme celui de 1952 intitulé "Les maladies psychogènes de la petite enfance".

En 1945, il commence à paraître dans le magazine "L'étude psychanalytique de l'enfant" et publie un an plus tard un de ses grands ouvrages dans lequel il explique le concept de dépression anaclitique: le livre Dépression anaclitique, L'étude psychanalytique de l'enfant. . Au fil des ans, il a réalisé un grand nombre de publications et d'œuvres, en plus de continuer à enseigner à l'université. Finalement a été nommé président de la Société psychanalytique de Denver en 1962 , position dans laquelle il est resté jusqu'à un an plus tard.

  • Peut-être êtes-vous intéressé: "Sigmund Freud: la vie et l'œuvre du célèbre psychanalyste"

Quelques unes de ses contributions les plus connues

Parmi les œuvres et les concepts les plus représentatifs de l'auteur met en évidence la conception de la dépression analytique , qui se définit par la présence d’irritabilité, d’asthénie, de dépendance, d’angoisse, de problèmes d’alimentation et de sommeil, d’isolement et de peu d’attachement ainsi que de problèmes aux niveaux intellectuel, communicatif et moteur. Cette symptomatologie découle de l'existence d'une privation partielle d'affect pendant la petite enfance, et plus particulièrement au cours des dix-huit premiers mois, au cours desquels l'enfant n'a pas pu entretenir de relations étroites avec la mère. Il a effectué ses études avec des enfants jusqu'à deux ans.

Au sein de ce concept et développant davantage sa théorie a établi l'existence de trois étapes le long de ce type de dépression: la phase préobjectale, dans laquelle l'apparition du sourire en tant que mécanisme d'organisation et il n'y a aucune possibilité de distinction entre objets ou séparée du reste, la phase de l’objet précurseur dans laquelle il commence à pouvoir reconnaître le connu et enfin la phase réelle d'objet dans laquelle commence à se comprendre une différenciation entre mère et enfant et l'angoisse qui s'en va et dans lesquels apparaissent également la détresse et la capacité de dire non.

Nous devons également prendre en compte le concept d'hospitalalisme, qui fait principalement référence à la séparation de la mère et de l'enfant pendant une période prolongée, dans des situations telles que l'admission à l'hôpital.

Ses observations lui ont fait considérer que la relation avec la mère est à l'origine et marque l'ensemble des relations sociales . Il a également travaillé sur des aspects tels que l'acquisition d'identité. Un autre concept connu de cet auteur est celui du marasme, qui fait référence à l’émergence d’une pathologie chez les enfants souffrant de privation d’affection, pouvant générer un état de perte de poids et d’appétit importants et pouvant dans de nombreux cas entraîner la mort de l’enfant.

La mort et l'héritage

La mort de cet auteur est survenue le 11 septembre 1974 à Denver, à l'âge de 88 ans.

Bien qu'il ne soit pas un auteur connu de la majorité de la population, son héritage perdure encore: a été le premier à évaluer l'existence d'altérations psychiatriques de type psychiatrique chez l'enfant , et plus particulièrement en manifestant de l’intérêt, en analysant et en évaluant l’existence de symptômes dépressifs chez les mineurs. Ses travaux et ceux de Bowlby sont complémentaires et permettent de comprendre des éléments tels que l’attachement des mineurs. Et l’idée de dépression anaclitique et de réactions telles que l’hospitalalisme et le marasme constituent une contribution importante à la science. En ce sens, il intègre également une certaine rigueur dans le traitement de l'information, obtenue grâce à des processus plus basés sur l'observation et moins abstraits que d'autres psychanalystes.

Références bibliographiques:

  • Emde, R. N. (1992). Sens individuel et complexité croissante: contributions de Sigmund Freud et de René Spitz à la psychologie du développement. Psychologie du développement, 22 (3), 347-359.
  • Spitz, R.A. (1946). Hospitalisation; Rapport de suivi sur les recherches décrites dans le volume I, 1945. L'étude psychanalytique de l'enfant, 2, 113-117.

LEMAY Michel : Forces et souffrances psychiques de l'enfant (Décembre 2021).


Articles Connexes