yes, therapy helps!
Le racisme scientifique: qu'est-ce que c'est et comment il transforme la science pour se légitimer

Le racisme scientifique: qu'est-ce que c'est et comment il transforme la science pour se légitimer

Février 27, 2021

Le racisme est un phénomène multidimensionnel ce qui entraîne l'exclusion et la restriction de l'accès aux différentes sphères de la vie publique d'une personne ou d'un groupe de personnes, pour des raisons de couleur ou d'origine nationale ou ethnique.

José Martín (2003) nous dit que, bien que les races n'existent pas biogénétiquement, le racisme en tant qu'idéologie existe. Et pour cela, il a fallu un long processus où l'histoire et la production de connaissances scientifiques ont mélangé et affecté les différentes formes d'organisation sociale. C’est la raison pour laquelle le racisme a également été installé comme moyen de connaître le monde et d’être en relation les uns avec les autres.

Dans cet article nous ferons un bref aperçu de la notion de racisme scientifique , compris comme un processus qui concerne d’une part la manière dont la science a participé à la production et à la reproduction du racisme, et d’autre part les pratiques scientifiques traversées par des préjugés raciaux. En d'autres termes, nous faisons référence à la fois à la manière dont la science a généré le racisme et au processus par lequel le racisme a généré la science.


  • Article connexe: "Stéréotypes, préjugés et discrimination: pourquoi devrions-nous éviter de préjuger?"

Où est le racisme?

Lorsque nous parlons de racisme, nous avons tendance à tomber dans un préjugé raciste, et nous pensons immédiatement que c’est un problème dont l’existence et la définition se posent en Amérique du Nord ou en Afrique du Sud, et nous oublions ou même nions les processus raciaux d’autres endroits, par exemple en Amérique latine. , à certains endroits en Europe ou en nous et nous-mêmes. Non seulement ces processus sont refusés, mais les éléments historiques et socioculturels qui les ont fait émerger sont également cachés .

En conséquence, les causes qui ont réellement produit les phénomènes associés aux inégalités (économiques, politiques ou sociales, par exemple) au profit d’une interprétation faite directement ou indirectement par les classes dirigeantes sont annulées ou mal interprétées.


Si nous prenons un regard historique, cela met en relation les différentes transformations sociales, politiques et économiques , on peut penser que le racisme est un phénomène structurel et historique. C’est-à-dire qu’il s’agit d’un système d’éléments répartis de manière déterminée pour délimiter la fonction et les parties d’un tout; et cela a été établi en fonction de trajectoires spécifiques.

Dans la structure sociale et les relations interpersonnelles

En tant que phénomène structurel, le racisme se traduit par des formes de relations sociales et culturelles, médiées par la discrimination et la subordination des unes sur les autres, sur la base d'une différence supposée fixe de possibilités et d'opportunités pour des raisons biologiques ou socioculturelles du groupe lui-même. subordonné Des différences qui articulent et reproduisent également des stéréotypes, non seulement de race, mais de classe et de genre .


En d’autres termes, ils nous permettent d’évoquer certaines images en relation avec certains mots, et non avec d’autres, en ce qui concerne les personnes qui nous ont été enseignées comme "inférieures", "primitives", "faibles" ou qui sont "fortes", "civilisées". "," Supérieurs ". En d’autres termes, nous associons certains actes à certaines personnes ou groupes de personnes et non à d’autres; ce qui nous offre également un cadre d’identification et de relations déterminées.

  • Peut-être êtes-vous intéressé: "La langue comme marqueur du pouvoir"

D'où il vient? Altération et colonialisme

Les groupes racialisés sont souvent utilisés au profit de ceux qui défendent les différences par rapport à la prétendue infériorité-supériorité. Dans ce sens, ils sont dépouillés de leur statut de "personne" et compris en termes de distance.

À la base de tout cela, il y a une croyance et une pratique fondamentales: l'existence d'une unité (en bref, l'homme adulte-occidental-blanc occidental) à partir de laquelle les valeurs de la vie sont valorisées et même "canalisées". autres ".

Ce processus s'appelle "altération" et consiste à nommer en termes de différenciation antagoniste à certaines personnes d'un point de vue hégémonique, basé sur une certaine idée du "nous".

Le problème est que, lorsqu'ils sont présentés en termes de différence antagoniste par rapport au groupe hégémonique, les "autres" groupes sont également facilement "réifiés" et leurs modes de vie facilement écartés ou remplacés par ceux qui sont considérés comme "meilleurs". Pour cette raison, le racisme est directement lié à la violence. La violence a également été l'une des constantes du processus historique d'expansion des modes de vie occidentaux et de leurs modes de production déterminés.

Ainsi, dans le contexte du racisme est l'expansion de la vision du monde et des "modes de vie occidentaux" , où des formes de contact fondamentalement racistes sont établies et légitimées. Cela étant, le racisme fait partie non seulement de l'histoire de nos sociétés, mais aussi de leurs formes de production économique et de la création de connaissances.

  • Peut-être êtes-vous intéressé: "L'orientalisme: qu'est-ce que c'est et comment il a aidé à dominer un continent"

Racisme scientifique: entre connaissance et idéologie

Depuis que le discours scientifique a été positionné comme celui qui nous offre des réponses vraies et valables sur le monde et sur nous-mêmes, leurs connaissances se sont progressivement placées dans l’arrière-plan de nombreuses théories, ainsi que dans celui de différents formes d'identification et relation.

Plus précisément, dans la reproduction du racisme, la science a participé directement et indirectement à travers de supposées découvertes qui légitimaient des visions marquées par des préjugés raciaux invisibles. Des segos qui ont été rendus invisibles, entre autres, parce que des personnes reconnues comme des personnes compétentes pour faire de la science, ils ont été précisément les hommes adultes blancs et occidentaux .

Dans ce contexte, les recherches apparues au XIXe siècle et qui ont marqué la production scientifique en biologie et en histoire en tant que disciplines scientifiques étaient particulièrement importantes. Ces dernières proviennent de la montée des théories évolutionnistes, selon lesquelles l’espèce humaine a changé après un processus génétique et biologique complexe, où il est possible que certaines personnes aient évolué "plus" ou "moins" que d’autres. Ce qui valide également le principe de sélection naturelle appliqué à l’être humain, ainsi que l’idée qu’entre eux il y a un concours permanent pour la survie .

Une série de supposées démonstrations sur l'existence de hiérarchies raciales au sein de l'espèce humaine est ensuite présentée; manifestations qui s’installent bientôt dans l’imaginaire social, tant au niveau micro que macro-politique. Autrement dit, cela n’affecte pas seulement la façon dont nous nous voyons tous les jours, comment nous voyons les «autres» et quels modes de vie sont «souhaitables»; mais ça ils sont également devenus visibles dans les guerres de l'expansion coloniale , où l'extermination des liens les plus bas de ladite hiérarchie est justifiée.

De plus, la confirmation scientifique de l'infériorité raciale a eu un impact direct sur les moyens de construire et de dispenser une éducation formelle, d'organiser politiquement et juridiquement la participation sociale, la gestion économique et les opportunités offertes à chaque groupe, etc.

Déterminisme biologique et coefficient intellectuel

Le déterminisme biologique se positionnait ainsi en tant que philosophie sociale. Et l'un des processus les plus contemporains où cela devient visible est la recherche sur les caractéristiques intellectuelles innées, basée sur la construction du quotient intellectuel, entendue comme un nombre capable de classer de manière linéaire les personnes, dont la base est principalement génétique et immuable.

Cela a notamment affecté la réduction des possibilités de participation sociale et l’inégalité des chances pour ceux qui sont situés en dehors de la moyenne. Question dans laquelle les préjugés de classe et de genre ont également été rendus invisibles.

C'était comme ça parce que le sujet blanc occidental a été pris comme modèle sous des arguments d'héritabilité. De nombreuses études ont montré que, par exemple, la population noire avait un QI supposé inférieur à celui de la population blanche.

Dans ces études et sous les arguments du déterminisme biologique, des questions telles que la différence d'opportunités existant pour chaque population dans un contexte sociopolitique concret ont été omises; pour cette raison, les différences ne sont pas traitées comme un problème structurel, mais comme si c'était une caractéristique caractéristique immuable d'un certain groupe de personnes.

Science: une pratique du savoir et du pouvoir

Menéndez (1972) parle de racisme scientifique en termes de relations faussées entre science et idéologie raciste, où, de plus, si nous suivons Foucault, nous pouvons voir que la pratique scientifique a non seulement été une pratique du "savoir", pouvoir ", ce qui signifie que a des effets directs sur ce qu'il étudie et valide .

Cela devient encore plus complexe si nous ajoutons le paradoxe suivant: bien que ses effets soient concrets et visibles, la science a toujours été divisée entre la production de connaissances dans des laboratoires et des revues spécialisées et ce qui se passe au quotidien. , dans la réalité sociale.

En reconnaissant ce paradoxe, les préjugés raciaux dans la production de connaissances et leurs conséquences ont été particulièrement assumés et critiqués après la Seconde Guerre mondiale. C’est précisément lorsque l’extermination a eu lieu d’un groupe géopolitiquement européen à un autre groupe géopolitiquement européen, sur la base de justifications de supériorité et d'infériorité biologiques .

Cependant, même si de nombreux scientifiques ont fait savoir que les théories étaient fortement marquées par des préjugés raciaux, il n’existait souvent pas la possibilité de mettre un terme aux relations de violence légitimées. C'est comme ça parce que la vie quotidienne échappe plusieurs fois à la science et la valeur politique des résultats des enquêtes qui remettent en question les postulats racistes a été insuffisante.

En bref, le racisme en tant que système, idéologie et forme de relation offre une vision cohérente du mode de production (à la fois économique et du savoir) dans lequel notre système social est basé à un niveau mondial. Cela fait partie de la conception du monde où une rationalité de la violence est incorporée et, en tant que tel, offre une série de techniques et de planification dans lesquelles l'activité scientifique n'a pas eu une participation mineure.

Références bibliographiques

  • Grosfoguel, R. (2013). Sexisme raciste / épistémique, universités occidentalisées et les quatre génocides / épistémicides du seizième siècle.
  • Sánchez-Arteaga, J.M., Sepúlveda, C. et El-Hani, C. (2013). Racisme scientifique, processus d'altération et enseignement des sciences. Revue internationale de recherche en éducation. 6 (12): 55-67. Tabula Rasa. 19: 31-58.
  • Sánchez-Arteaga, J.M (2007). La rationalité délirante: le racisme scientifique dans la seconde moitié du XIXe siècle. Journal de l'Association espagnole de neuropsychiatrie. 27: 112-126.
  • Martín, J. (2003). Les "races" biogénétiquement n'existent pas, mais le racisme en tant qu'idéologie. Educational Dialogue Magazine, 4 (9): 1-7.
  • Jay, S. (1984). La fausse mesure de l'homme. Grijalbo: Barcelone.
  • Menéndez, E. (1972). Racisme, colonialisme et violence scientifique. Récupéré le 25 Juin 2018. Disponible en //s3.amazonaws.com/academia.edu.documents/46912407/Menendez__Eduardo_-_Racismo__colonialismo_y_violencia_cientifica.pdf.pdf?AWSAccessKeyId=AKIAIWOWYYGZ2Y53UL3A&Expires=1529925569&Signature=9NcK78LRRa0IhpfNNgRnC%2FPnXQ4%3D&response-content-disposition=inline % 3B% 20filename% 3DRacismo_colonialismo_y_violencia_cientif.pdf.

Psywar : Guerre Psychologique - Le film (Février 2021).


Articles Connexes