yes, therapy helps!
Division sexuelle du travail: qu'est-ce que c'est et théories explicatives

Division sexuelle du travail: qu'est-ce que c'est et théories explicatives

Juillet 22, 2022

La division sexuelle du travail, c’est-à-dire la manière dont les tâches de production et de reproduction ont été réparties par sexe et par sexe, est depuis longtemps reconnue comme une des formes les plus fondamentales d'organisation sociale et économique de nos sociétés .

Dans cette discussion, les mouvements féministes ont participé à différents anthropologues, sociologues, économistes, psychologues et autres universitaires. Les études ont porté à la fois sur leurs causes et leurs conséquences, et de nombreuses propositions dépendent en grande partie de la tradition spécifique de leur explication.

Ici nous présentons grossièrement quelle est la division sexuelle du travail, quelles théories expliquent ses origines et comment cela influence actuellement notre organisation sociale.


  • Peut-être que vous êtes intéressé: "Les 7 types de violence de genre (et caractéristiques)"

Quelle est la division sexuelle du travail?

Lorsque nous parlons de la division sexuelle du travail, nous désignons le processus par lequel des aptitudes, des compétences, des valeurs et / ou des responsabilités ont été attribuées à une personne en fonction de ses caractéristiques biologiques associées à l’un ou l’autre sexe. Cela se traduit par la division des tâches qui sont fondamentales pour l'organisation sociale, en fonction de ce qui correspond à une personne pour être un homme ou à ce qui lui correspond pour une femme.

Des études sur la division sexuelle du travail nous ont permis d'analyser pourquoi les femmes sont traditionnellement liées à l'espace domestique et pourquoi les hommes sont davantage liés à l'espace public, ce qui définit à son tour une identité féminine en relation avec les valeurs de soin (pour le bien-être d'autrui) et une identité masculine en rapport avec les valeurs de l'offre ( mise à disposition des ressources nécessaires à la subsistance).


Dans cette division, les activités de l’espace domestique ont été considérées davantage en termes de responsabilité morale et biologique, ce qui n’a pas été reconnu comme un "travail formel" (comme un travail rémunéré). Contrairement aux activités de l’espace public liées à la fourniture, celles qui sont reconnues en termes de productivité commerciale, avec ce qui est directement lié aux échanges économiques.

En d’autres termes, les femmes sont traditionnellement réduites à la capacité de reproduction biologique, avec laquelle leur principale activité économique est la reproduction de la main-d’œuvre et a donc été historiquement chargée des soins . Et les hommes ont été compris en relation avec la force physique, ce qui leur confie des tâches liées à l'espace public et à la production économique.

C’est ainsi que, à partir de cette division, une série de croyances, de normes et de valeurs sont générées et transmises, à partir desquelles les idéaux de féminité et de masculinité émergent.


  • Peut-être êtes-vous intéressé par "Mansplaining: une autre forme underground de machisme culturel?"

Propositions théoriques sur les origines de cette division

Les explications les plus classiques sur l’origine de la division sexuelle du travail suggèrent que celle-ci provient du fait que les sociétés humaines ont cessé d’être nomades (elles sont devenues sédentaires), car c’est lors de la construction des premières colonies similaires aux villes que la nécessité d’établir des tâches de collaboration fondées sur les capacités de procréation à l’origine de l’organisation sociale à travers la famille.

Cependant, certaines études traditionnelles sur le genre et le travail dans la préhistoire ont eu pour effet de légitimer l'inégalité qui est à la base de cette division, car elles la présentent comme quelque chose de naturel et intrinsèque à notre biologie; c'est-à-dire comme un fait fixe et immuable. Compte tenu de cela, une grande partie de l'anthropologie du genre nous a appris que, souvent, les préjugés androcentriques actuels sont exportés directement vers la compréhension des sociétés non occidentales ou "préhistorique".

Par exemple, dans ce domaine d’étude, l’activité des femmes collectionneurs et potentiellement inventeurs de l’agriculture, mais également leurs activités liées à la chasse, ainsi que la possibilité d’existence de sociétés matriarcales dans l’espace européen actuel.

C’est-à-dire que l’anthropologie a fini par casser bon nombre des conceptions essentialistes lorsqu’elle étudie les différences entre des sociétés organisées différemment des sociétés occidentales, où les rôles de prise en charge et de prestation des services ne sont pas les mêmes, ni assignés à des hommes et à des femmes d’origine de la même manière qu'en Occident. Par exemple, il a été possible d’analyser la manière dont les sociétés industrielles l'économie s'est stabilisée sur le travail quotidien non reconnu des femmes (tâches liées aux soins et à l’espace domestique).

Éléments illustratifs de la division sexuelle du travail

La division sexuelle du travail se transforme à mesure que les moyens et les relations de production changent dans nos sociétés. De manière générale, Etcheberry (2015) propose trois éléments pouvant servir de guide pour expliquer les relations entre les hommes et les femmes sur le lieu de travail et qui ont une validité importante de nos jours.

1. Restrictions intrinsèques et extrinsèques à la participation des femmes au marché du travail

En termes généraux, cette dimension renvoie à la difficulté et à l’inégalité des chances que les femmes peuvent affronter. quand on veut accéder au marché du travail . Par exemple, lorsque nous devons faire concurrence à des hommes pour un poste, généralement dans le cas de postes de direction ou de ceux liés à l’administration publique.

Les restrictions intrinsèques sont les convictions, normes et valeurs qui ont été intériorisées et qui déterminent les responsabilités différenciées entre hommes et femmes, c'est-à-dire les emplois que ces hommes et ces femmes sont censés accomplir sur le marché du travail.

Restrictions extrinsèques ou imposées ce sont ceux qui proviennent des États et des marchés, par exemple les préférences des employeurs, les règles d'accès et de contrôle des ressources, la technologie et le savoir, l'accès à la communication et à l'éducation, entre autres.

2. Ségrégation verticale et horizontale des femmes dans les emplois rémunérés

Le terme de ségrégation sociale fait référence à la manière dont l'accès à différents espaces est distribué, et à partir de quelles autorités et ressources. Dans ce cas, il fait spécifiquement référence à la répartition inégale entre hommes et femmes sur les marchés du travail (même si elle peut également s'appliquer à l'espace domestique).

Ceci est important car il existe plusieurs façons de séparer les personnes moins visibles que d’autres. Par exemple, bien que statistiquement les femmes aient davantage accès à l’éducation ou à des emplois de types différents, elles peuvent aussi faire face à d'autres obstacles qui sont une conséquence de l'inégalité des sexes au sein de ces positions.

L’un de ces obstacles est peut-être le fait que les femmes ont rejoint le secteur productif, en particulier si c’est pour exercer à nouveau des tâches de prise en charge. fardeau pour les femmes au-delà de l’émancipation.

Ce dernier a suscité différents débats sur les politiques de conciliation qui devraient être mises en œuvre dans différents pays, afin que la répartition des tâches puisse être équilibrée.

En d'autres termes, la ségrégation ne doit pas seulement être comprise en termes quantitatifs, mais qualitative , ce qui est impossible à comprendre si certaines catégories déterminantes ne sont pas prises en compte dans les relations sociales et du travail, telles que le sexe, la classe sociale, la race, l’âge, entre autres. Il existe même une ligne de recherche traitant de tout cela, connue sous le nom d’économie féministe de la conciliation.

3. Masculinités et travail rémunéré

La masculinité et la féminité répondent à un processus historique et culturel de construction de valeurs, de pratiques, de rôles et d'organes . Certaines valeurs généralement attribuées à la masculinité normative ou hégémonique sont l'autonomie, la liberté, la force physique, la rationalité, le contrôle des émotions, l'hétérosexualité, la rectitude, la responsabilité, entre autres.

Pour atteindre ces valeurs, les hommes doivent être reconnus en tant que tels par d'autres personnes, un problème qui se pose principalement dans l'espace de travail rémunéré.

Dans nos sociétés en général l’espace public et productif est lié à la nécessité d’ignorer les maux, les malaises les maladies; et le secteur privé a tendance à concerner les soins, les espaces réservés aux enfants, aux femmes et aux personnes âgées, ainsi que les rôles de mère-épouse-femme au foyer.

En résumé, le terme division sexuelle du travail constitue un axe de recherche important pour analyser nos sociétés et l’histoire de l’oppression des femmes. Les critiques que les théories du genre et de la féministe ont formulées sur les perspectives plus classiques du travail, qui, lorsqu'elles paraissent neutres, tendent à masquer le fait que l'activité des femmes s'est naturalisée du fait de son association avec le sexe et le genre. ; activité qui ne pas être impayé cesse de servir de facteur important maintenir l'organisation et le système économique à grande échelle.

Références bibliographiques:

  • Benería, L. (1981). Reproduction, production et division sexuelle du travail. Pendant ce temps, 6: 47-84.
  • Brunet, I. et Santamaría, C. (2016). Économie féministe et division sexuelle du travail. IV (1): 61-86.
  • Etcheberry, L. (2015). Les femmes dans une entreprise minière chilienne: corps et émotions dans des emplois masculinisés. Thèse non publiée en vue de l'obtention du diplôme de Master en sciences sociales de l'Université du Chili.
  • Mora, E. et Pujal i Llombart, M. (2018). Soins: au-delà du travail domestique. Revue Mexicaine de Sociologie, 80 (2): 445-469.
  • Murdock, G. (1973).Facteur dans la division du travail selon le sexe: une analyse interculturelle. Caterina Ethnology, 12 (2): 203-225.
  • Sánchez, O. (2001). L'archéologie du genre dans la préhistoire. Quelques questions à réfléchir et à débattre. Revue Atlantique-Méditerranéenne de Préhistoire et d'Archéologie Sociale, 4: 321-343.
  • Siles, J. et Solano, C. (2007). Structures sociales, division sexuelle du travail et approches méthodologiques. La structure familiale et la fonction socio-sanitaire de la femme. Recherche et enseignement en soins infirmiers, XXV (1): 67-73.

Le phénotype: diversité des individus d'une population (Juillet 2022).


Articles Connexes