yes, therapy helps!
Etat de conscience minimale: symptômes et causes

Etat de conscience minimale: symptômes et causes

Août 2, 2022

Percevoir notre environnement et nous-mêmes, le comprendre et interagir avec lui sont des compétences essentielles que nous possédons grâce à notre état de conscience. Lorsqu'il reste intact, nous sommes parfaitement capables de nous détendre au milieu et de répondre aux demandes et aux stimuli externes.

Cependant, cet état peut être altéré par une série de dommages dans le système nerveux. Parmi de nombreuses autres conditions, ces dommages peuvent causer le soi-disant état de conscience minimale , dont nous discuterons tout au long de cet article.

  • Article connexe: "Les 6 niveaux de perte de conscience et les troubles associés"

Quel est l'état de conscience minimale?

Anciennement connu sous le nom d '"état de réponse minimale", l'état de conscience minimale consiste en une perturbation de la base neurologique par laquelle la personne est plongée dans une situation grave de son niveau de conscience. Cette disposition de la personne est classée dans la catégorie diagnostique des troubles de la conscience , parmi lesquels se trouvent le coma, l’abaissement ou la stupeur.


Par conscience, nous comprenons l'état dans lequel la personne conserve la connaissance de lui-même et de son environnement, ainsi que la capacité d'interagir avec elle.

En gardant cela à l'esprit, nous pouvons comprendre que l'état de conscience minimale concerne une disposition ou une condition de la personne dans laquelle la conscience est maintenue à des niveaux si bas qu'elle ne lui permet pas de communiquer ou de maintenir une interaction avec son environnement de manière optimale. fonctionnel

Cependant, Dans ce type de trouble neurologique, les personnes manifestent des signes de comportement minimes mais perceptibles et la réponse avant les stimuli externes. Ces réactions à l'environnement sont données par un suivi oculaire, des réponses gestuelles de base ou une sorte de langage intelligible.


Quant à la durée de cet état de conscience minimum, il peut devenir définitif ou permanent. De plus, dans les cas où il s'agit d'un état temporaire, la récupération d'un état de conscience minimale est un processus ardu dans lequel les possibilités d'amélioration sont réduites.

Bien qu'en Espagne l'incidence de ce trouble ne soit pas connue avec précision, on estime qu'entre 30% et 40% des patients atteints de lésions cérébrales graves présentent des altérations du niveau de conscience.

L'étiopathogénie de cet état de conscience minimal, ainsi que de nombreux autres troubles qui lui sont liés, se retrouve une série de dommages ou de blessures dans différentes zones du tronc cérébral, ainsi que dans diverses structures telles que le thalamus ou l'association cortex.

Quels symptômes présente-t-il?

Au niveau du fonctionnement neurologique, les patients en état de conscience minimale voient leur activité métabolique cérébrale réduite, pour rester autour de 20 à 40%. Malgré ces très faibles niveaux d'activité cérébrale, le corps parvient à maintenir des fonctions automatiques pour maintenir la vie de la personne.


Cela signifie que, malgré les dommages au cerveau Les fonctions cardiaques, ainsi que la capacité respiratoire, parviennent à rester actives , travaillant comme chez une personne en parfaite santé.

Cet état de conscience minimale se caractérise par le fait que la personne peut faire de petites verbalisations à peine compréhensibles, des réactions gestuelles de base et exécuter de petites instructions élémentaires.

Cependant, pour établir le diagnostic d'un état de conscience minimal, la personne doit présenter au moins l'un des signes ou comportements suivants:

  • Répondre aux commandes simples.
  • Réponses verbales ou non verbales de oui et de non.
  • Verbalisations incompréhensibles , avec ou sans la présence d'un stimulus qui les provoque.
  • Gestualisation de base en réponse à des questions orales.
  • Fixation visuelle et suivi visuel d'un stimulus .
  • Mouvements stéréotypés en réponse à un stimulus externe.
  • Réponses émotionnelles , comme le rire ou les pleurs, en accord avec le stimulus.
  • Perception de la douleur et localisation des stimuli douloureux.
  • Touchez et maintenez les petits objets.

Différences avec le coma et l'état végétatif

Comme mentionné ci-dessus, l'état de conscience minimale est classé dans les troubles de la conscience altérée. Le coma et les états végétatifs font partie de ces troubles et, malgré des anomalies du niveau de conscience, il existe des différences significatives.

Dans le premier cas, la personne a la capacité de réagir et de réagir à travers des expressions de base, dans le coma il n'y a pas de réaction possible . La personne reste avec les fonctions de base mais ne garde pas seulement les yeux ouverts, ni exprime aucun type de réponse aux stimuli, on considère donc qu'il n'y a pas de niveau minimum de conscience.

Si ce coma se prolonge pendant plus de quatre semaines, il est considéré comme un état végétatif. , dans lequel peuvent apparaître des réactions motrices de base causées par des réflexes du tronc cérébral.

  • Peut-être êtes-vous intéressé: "L'échelle de Glasgow dans le coma: comment mesurer la perte de conscience"

Quelles sont les causes?

Comme le reste des troubles affectant la conscience, la cause principale est une lésion du système nerveux central, en particulier chez une structure connue sous le nom de système réticulaire ascendant , qui contrôle les niveaux de vigilance et de sensibilisation.

De nombreuses conditions, à la fois organiques et externes, peuvent générer un état de conscience minimum. Certaines d'entre elles sont:

1. Causes organiques

  • Maladies auto-immunes qui provoquent l'inflammation du système nerveux.
  • Accidents ischémiques ou accidents vasculaires cérébraux hémorragiques.
  • Tumeurs primaires et secondaires .
  • Encéphalopathies anoxiques.

2. Causes externes

  • Méningite ou maladies infectieuses.
  • Traumatismes cranioencéphaliques.
  • Encéphalopathies dues à des agents toxiques .
  • Maladies cérébrales par radiation, électrocution, hyper ou hypothermie.
  • Traitement et pronostic

En raison des caractéristiques de cette affection, aucun protocole d’intervention efficace faisant référence au statut minimal n’a encore été établi. Cependant, une série d'actions pouvant dépendre de la gravité de l'état du patient peuvent être réalisées.

Au début de la maladie, il est primordial de stabiliser les signes vitaux de la personne, puis essayer de récupérer les fonctions cognitives qui restent chez la personne . Cela se fait par le biais de programmes de stimulation multisensorielle et d'exercices d'activation neurologique.

Quant au pronostic concernant les patients en état d'activation minimale, ils peuvent y rester pendant des années, ce qui il peut s'agir de lésions cérébrales graves et irréversibles . Cependant, il existe des cas dans lesquels la personne atteint un certain degré de récupération progressive ou progressive.


Quels sont les signes d'un AVC : AVC symptômes et AVC séquelles (Août 2022).


Articles Connexes