yes, therapy helps!
Les 10 meilleurs poèmes de Roberto Bolaño

Les 10 meilleurs poèmes de Roberto Bolaño

Juillet 25, 2022

Roberto Bolaño (1953 - 2003) est l’une des figures littéraires chiliennes les plus connues des cinquante dernières années.

Cet écrivain et poète bien connu, décédé en 2003, est particulièrement reconnu pour avoir produit des romans tels que "Distant Star" ou "The Wild Detectives". Il est également connu pour être l'un des principaux fondateurs du mouvement infrarrealiste, qui cherchait à exprimer librement sa position vitale indépendamment des conventions et des limites imposées par la société.

Le chemin de cet auteur, bien que peut-être mieux reconnu pour ses romans, commencerait par la main de ses œuvres lyriques, principalement des poèmes dans lesquels l'auteur exprimait ses émotions et ses pensées sur une grande variété de sujets. Et pour observer et approfondir leur façon de voir les choses, dans cet article nous présentons une brève sélection de poèmes de Roberto Bolaño .


Articles liés:

  • "Les 10 meilleurs poèmes de Julio Cortázar"

Dix poèmes de Roberto Bolaño

Ensuite, nous vous laissons une douzaine d’oeuvres poétiques de Roberto Bolaño, qui nous parlent de sujets aussi divers que l’amour, la poésie ou la mort, d’un point de vue parfois tragique.

1. chiens romantiques

À cette époque, j'avais vingt ans et j'étais fou. J'avais perdu un pays mais j'avais réalisé un rêve. Et s'il avait ce rêve, le reste importait peu. Ni travailler ni prier, ni étudier à l'aube avec des chiens romantiques. Et le rêve a vécu dans le vide de mon esprit.

Une pièce de bois, au crépuscule, dans l'un des poumons des tropiques. Et parfois, je rentrais en moi et visitais le rêve: une statue immortalisée dans des pensées liquides, un ver blanc se tordant d'amour.


Un amour en fuite. Un rêve dans un autre rêve. Et le cauchemar m'a dit: tu vas grandir. Vous laisserez derrière vous des images de douleur et de labyrinthe et vous oublierez. Mais à cette époque, grandir aurait été un crime. Je suis ici, dis-je, avec les chiens romantiques et ici je vais rester.

Ce poème, publié dans le livre du même nom, nous parle de la jeunesse, de la folie et du manque de contrôle des passions auxquelles il est généralement associé. Nous voyons également une référence possible à la chute du Chili entre les mains de Pinochet et son émigration au Mexique.

2. Musa

Elle était plus belle que le soleil et je n'avais pas seize ans. Vingt-quatre ont passé et continuent à mes côtés. Parfois, je la vois marcher dans les montagnes: elle est l'ange gardien de nos prières. C'est le rêve qui revient avec la promesse et le sifflet, le sifflet qui nous appelle et qui nous perd. Dans leurs yeux, je vois les visages de tous mes amours perdus.


Ah, Musa, protège-moi, je te dis, dans les terribles journées d'aventures incessantes. Jamais séparé de moi. Prends soin de mes pas et ceux de mon fils Lautaro. Laissez-moi sentir de nouveau le bout de vos doigts sur mon dos, me poussant, quand tout est noir, quand tout est perdu. Laissez-moi entendre le sifflement à nouveau.

Je suis votre fidèle amant même si parfois le rêve me sépare de vous. Vous êtes aussi la reine des rêves. Mon amitié que tu as tous les jours et un jour, ton amitié viendra me chercher dans le désert de l'oubli. Eh bien, même si vous venez en arrière-plan, nous sommes des amis inséparables.

Musa, partout où je vais, tu vas. Je t'ai vu dans les hôpitaux et dans la file des prisonniers politiques. Je vous ai vu dans les yeux terribles d'Edna Lieberman et dans les allées des hommes armés. Et tu m'as toujours protégé! Dans la défaite et dans le scratch.

Dans les relations malsaines et la cruauté, vous avez toujours été avec moi. Et même si les années passent et que Roberto Bolaño de la Alameda et la Libreria de Cristal se transforment, paralysent, deviennent stupides et plus âgés, vous resterez tout aussi beau. Plus que le soleil et les étoiles.

Musa, où que vous alliez, je vais. Je suis ton sillage radieux à travers la longue nuit. Peu importe les années ou la maladie. Ne pas me soucier de la douleur ou de l'effort que je dois faire pour vous suivre. Parce qu'avec toi je peux traverser les grands espaces désolés et je vais toujours trouver la porte qui me ramènera à la Chimère, parce que tu es avec moi, Musa, plus belle que le soleil et plus belle que les étoiles.

L'auteur nous parle dans ce poème de son inspiration poétique, de sa muse, qu'il voit dans différentes sphères et contextes.

3. pluie

Il pleut et vous dites que c'est comme si les nuages ​​pleuraient. Ensuite, vous vous couvrez la bouche et vous dépêchez-vous. Comme si ces nuages ​​sordides criaient? Impossible Mais alors, d'où vient cette rage, ce désespoir qui nous mènera tous au diable?

La nature cache certaines de ses procédures dans le mystère, son demi-frère. Donc, cet après-midi que vous considérez comme une soirée du bout du monde plus tôt que vous ne le croirez ne semblera être qu'un après-midi mélancolique, un après-midi de solitude perdue dans la mémoire: le miroir de la Nature.

Ou alors tu vas l'oublier.Ni la pluie, ni les pleurs, ni vos pas qui résonnent dans le sentier de la falaise, maintenant vous pouvez pleurer et laisser votre image se diluer dans le pare-brise des voitures garées le long de la promenade. Mais vous ne pouvez pas vous perdre.

Cette poésie reflète un sentiment d'étrangeté, de tristesse, de peur et d'impuissance découlant de l'observation de la pluie, symbole de la douleur et des larmes. C'est un élément d'apparition fréquente dans le travail de l'auteur qui tend également à utiliser comme un point d'union le réel et l'irréel.

4. étrange mannequin

Étrange mannequin d'un magasin de métro, quel moyen de m'observer et de me sentir au-delà de tout pont, en regardant l'océan ou un immense lac, comme s'il s'attendait à de l'aventure et à l'amour. de mon visage ou des instants sont voilés, des plaques de cuivre rouge vif le souvenir de l’amour refusé trois fois pour un autre type d’amour. Nous nous endurcissons donc sans abandonner la volière, sans nous dévaluer, ou nous retournons dans une petite maison où une femme est assise dans la cuisine et nous attend.

Étrange mannequin d'un magasin de métro, quel moyen de communiquer avec moi, seul et violent, et de ressentir autre chose. Vous ne m'offrez que des fesses et des seins, des étoiles de platine et des sexes pétillants. Ne me faites pas pleurer dans le train orange, ni dans les escaliers mécaniques, ni soudainement pour Mars, ou quand vous imaginez, si vous vous imaginez, mes pas en tant que vétéran absolu dansant à nouveau dans les gorges.

Étrange mannequin d'un magasin de métro, ainsi que le soleil et les ombres des gratte-ciel inclinés, vous vous inclinerez les mains; Tout comme les couleurs et les lumières colorées s'éteignent, vos yeux s'éteignent. Qui va changer tes vêtements alors? Je sais qui va changer de vêtements alors.

Ce poème, dans lequel l’auteur parle avec un mannequin dans une boutique de métro, parle d’un sentiment de vide et de solitude, de la recherche du plaisir sexuel comme échappatoire et de l’extinction progressive de l’illusion.

Le grand Roberto Bolaño, dans son bureau.

5. Le fantôme d'Edna Lieberman

Ils vous rendent visite à l'heure la plus sombre de tous vos amours perdus. Le chemin de terre qui menait à l'asile se déroule à nouveau comme les yeux d'Edna Lieberman, car seuls ses yeux pouvaient s'élever au-dessus des villes et briller.

Et les yeux d’Edna brillent à nouveau pour vous derrière le cercle de feu qui était autrefois le chemin de terre, le chemin que vous avez parcouru dans la nuit, dans les deux sens, encore et encore, à la recherche ou peut-être de votre ombre.

Et tu te réveilles silencieusement et les yeux d'Edna sont là. Entre la lune et le cercle de feu, lisez vos poètes mexicains préférés. Et Gilberto Owen, l’avez-vous lu?, Vos lèvres disent sans bruit, dit votre respiration et votre sang qui circule comme la lumière d’un phare.

Mais tes yeux sont le phare qui traverse ton silence. Ses yeux sont comme un livre de géographie idéal: les cartes du pur cauchemar. Et ton sang illumine les étagères avec des livres, les chaises avec des livres, le sol plein de livres empilés.

Mais les yeux d'Edna ne te cherchent que. Ses yeux sont le livre le plus recherché. Trop tard, vous avez compris, mais ce n'est pas grave. Dans le rêve, vous vous serrez encore la main et vous ne demandez plus rien.

Ce poème nous parle d'Edna Lieberman, une femme dont l'auteur était profondément amoureux mais dont la relation s'est brisée bientôt. Malgré cela, il s'en souviendrait souvent, apparaissant dans un grand nombre d'œuvres de l'auteur.

6. Godzilla au Mexique

Prends soin de toi, mon fils: les bombes tombaient sur Mexico mais personne ne s'en est aperçu. L'air transportait le poison dans les rues et les fenêtres ouvertes. Tu venais juste de finir de manger et tu as vu des dessins animés à la télévision. J'ai lu dans la pièce voisine quand j'ai su que nous allions mourir.

Malgré les vertiges et les nausées, je me suis glissé dans la salle à manger et je vous ai trouvé par terre.

Nous nous embrassons. Vous m'avez demandé ce qui se passait et je n'ai pas dit que nous participions au programme de décès, mais que nous allions commencer un voyage ensemble, et que vous n'aviez pas peur. Quand il est parti, la mort n'a même pas fermé les yeux. Vous nous avez demandé une semaine ou un an plus tard, des fourmis, des abeilles, des chiffres erronés dans la grande soupe du hasard pourrie? Nous sommes des êtres humains, mon fils, presque des oiseaux, des héros publics et des secrets.

Ce bref problème reflète très clairement la manière dont l'auteur travaille sur le sujet de la mort et la peur et la peur de celle-ci (dans le contexte d'un attentat), ainsi que la facilité avec laquelle il peut nous atteindre. Cela nous donne également une brève réflexion sur la question de l'identité, qui sommes-nous dans une société de plus en plus individualiste, mais dans laquelle la personne est moins considérée comme telle.

7. Apprends-moi à danser

Apprends-moi à danser, à bouger mes mains entre le coton des nuages, à me dégourdir les jambes, de conduire une moto dans le sable, de pédaler à vélo sous des centres imaginaires, de rester immobile comme une statue de bronze, rester immobile, fumant Délicat dans ntra. coin

Les réflecteurs bleus de la salle vont montrer mon visage, dégoulinant de mascara et de rayures, vous verrez une constellation de larmes sur mes joues, je vais fuir.

Apprends-moi à coller mon corps à tes blessures, apprends-moi à tenir ton cœur un peu dans ma main, à ouvrir mes jambes comme les fleurs s'ouvrent au vent pour elles-mêmes, pour la rosée de l'après-midi. Apprends-moi à danser, ce soir, je veux suivre le rythme, ouvrir les portes du toit, pleurer dans ta solitude alors que d'en haut nous regardons les voitures, les camions, les autoroutes pleines de policiers et de machines à feu.

Apprends-moi à ouvrir mes jambes et à le rentrer, à contenir mon hystérie à l'intérieur de tes yeux. Caresse mes cheveux et ma peur avec tes lèvres qui ont tant maudit, ombre soutenue. Apprends-moi à dormir, c'est la fin.

Ce poème est la demande de quelqu'un terrifié, qui a peur mais veut vivre libre et qui demande à son compagnon de lui apprendre à vivre librement, à la libérer et à lui faire l'amour afin de trouver la paix.

8. Lever du soleil

Croyez-moi, je suis au milieu de ma chambre et j'attends qu'il pleuve. Je suis seul. Cela ne me dérange pas de terminer mon poème ou non. J'attends la pluie en buvant un café et en regardant par la fenêtre un magnifique paysage de patios intérieurs, avec des vêtements suspendus et immobiles, des vêtements de marbre silencieux dans la ville, où il n'y a pas de vent et au loin, on n'entend que le bourdonnement d'une télévision couleur. , observé par une famille qui, à cette époque, boit aussi du café rassemblé autour d’une table.

Croyez-moi, les tables en plastique jaune se déploient jusqu'à l'horizon et au-delà: dans les banlieues où ils construisent des immeubles d'habitation et un garçon de 16 ans assis sur des briques rouges surveille le mouvement des machines.

Le ciel à l'heure du garçon est une énorme vis creuse avec laquelle joue la brise. Et le garçon joue avec les idées. Avec des idées et des scènes arrêtées. L'immobilité est une brume dure et transparente qui sort de vos yeux.

Croyez-moi: ce n'est pas l'amour qui va venir,

mais la beauté avec sa volée d’albes morts.

Ce poème fait référence à l'arrivée de la lumière du soleil à l'aube, au calme au réveil des idées, bien qu'il fasse également référence à la prédiction que quelque chose de mauvais viendra plus tard.

9. palingénésie

Je parlais à Archibald MacLeish au bar "Los Marinos" à Barceloneta lorsque je l'ai vue apparaître, une statue en plâtre marchant sous les pavés. Mon interlocuteur l'a également vue et a envoyé un serveur la chercher. Pendant les premières minutes, elle ne dit pas un mot. MacLeish a commandé un consommé et des tapas de Mariscos, du pain de campagne à la tomate et à l'huile et de la bière San Miguel.

Je me suis installé pour une infusion de camomille et des tranches de pain complet. Il a dû prendre soin de moi, dis-je. Puis elle a décidé de parler: les barbares avancent, murmura-t-elle mélodieusement, une masse de chaîne, enceinte de hurlements et de serments, une longue nuit d'amour pour illuminer le mariage de muscles et de graisse.

Puis sa voix s’éteignit et il se consacra à manger la nourriture. Une femme affamée et belle, dit MacLeish, est une tentation irrésistible pour deux poètes, bien que de langues différentes, du même Nouveau Monde indompté. Je lui ai donné la raison sans comprendre toutes ses paroles et j'ai fermé les yeux. Quand je me suis réveillé MacLeish, il était parti. La statue était là, dans la rue, ses restes éparpillés entre le trottoir accidenté et les vieux pavés. Le ciel, quelques heures avant le bleu, était devenu noir comme une rancune insurmontable.

Il va pleuvoir, dit un enfant aux pieds nus, tremblant sans raison apparente. Nous nous sommes regardés pendant un moment: avec son doigt, il a indiqué les morceaux de plâtre sur le sol. Neige, dit-il. Ne tremble pas, ai-je répondu, rien ne se passera, le cauchemar, bien que proche, est passé sans se toucher.

Ce poème, dont le titre fait référence à la propriété de régénérer ou de renaître une fois apparemment morte, nous montre comment le poète rêve de l’avancée de la barbarie et de l’intolérance qui détruisent la beauté à une époque convulsive.

10. Espoir

Les nuages ​​sont fourchus. La nuit s'ouvre, sillon pâle dans le ciel. Ce qui vient du bas est le soleil. L'intérieur des nuages, avant l'absolu, brille comme un garçon cristallisé. Routes couvertes de branches, feuilles mouillées, empreintes de pas.

Je suis resté silencieux pendant la tempête et maintenant la réalité s'ouvre. Le vent entraîne des groupes de nuages ​​dans différentes directions. Je remercie le ciel d'avoir fait l'amour avec les femmes que j'ai aimées. Viens du noir, sillon pâle

les jours que les garçons marcheurs.

Ce poème rend compte de l'espoir, de la capacité de résister à l'adversité et de la surmonter afin de revoir la lumière.


RUPESTRE, EL DOCUMENTAL. (Juillet 2022).


Articles Connexes