yes, therapy helps!
Les 7 meilleures phrases du neuropsychologue russe Alexander Luria

Les 7 meilleures phrases du neuropsychologue russe Alexander Luria

Juin 5, 2020

Alexander Luria (1902 - 1977), dont le nom officiel est transcrit en Aleksandr Románovich Lúriya, fut le pionnier de la neuropsychologie moderne.

Né à Kazan, en Russie, avant la révolution russe, il a développé diverses études et enquêtes qui ont constitué la base de cette sous-discipline psychologique, dans laquelle le cerveau est l'architecte à l'origine du comportement.

Dans cet article nous avons entrepris de faire une collection de phrases d'Alexander Luria cela nous permettra de mieux connaître leurs contributions et leurs théories.

  • Article recommandé: "Alexander Luria: biographie du pionnier de la neuropsychologie"

Citations célèbres d'Alexander Luria

Née dans une famille d'origine juive, Luria parle couramment l'allemand, le français, l'anglais et le russe. Disciple de Lev Vygotsky et ami personnel de Sigmund Freud, Alexander Luria a partagé ses contributions scientifiques dans plus de 350 publications.


Sans plus tarder, nous connaîtrons ses citations célèbres ainsi qu’une brève contextualisation de chacune d’elles.

1. Il est difficile de connaître la raison de mon choix pour la psychologie en tant que terrain de mon activité professionnelle immédiate.

La carrière académique d'Alexander Luria est quelque peu étrange. En contextualisant, il faut comprendre que la révolution russe s'est produite juste à un moment décisif de sa formation, à l'âge tendre de 7 ans. Il est entré à l'université avec seulement 15 ans pour étudier la psychologie.

La phrase numéro 1 correspond à son livre autobiographique "Looking back", écrit en 1979. Il s'agit d'un avis sur son véritable intérêt pour les mécanismes mentaux.


2. Les responsabilités que nous avions et l'opportunité d'étudier un grand nombre de patients souffrant de lésions cérébrales étaient impressionnantes. Ainsi, les années de désastre nous ont offert la plus grande opportunité de faire progresser la science.

Dans cette phrase, Alexander Luria parle de neuropsychologie chez les personnes atteintes de lésions cérébrales. La branche de la neuropsychologie n'a pas le moyen de causer certaines blessures pour en évaluer les effets, elle étudie simplement les cas existants de personnes ayant subi certaines chirurgies réparatrices.

3. Dans un certain village sibérien, tous les ours sont blancs. Votre voisin est allé dans cette ville et a vu un ours. De quelle couleur était l'ours?

Le syllogisme de la phrase numéro trois est devenu particulièrement populaire à son époque. Luria a décrit cette erreur logique dans l'un de ses voyages pour visiter un village autochtone d'Asie centrale. Je voulais découvrir s'il existait une sorte de raisonnement logique utilisé dans toutes les cultures et toutes les sociétés. Fait intéressant, la réponse la plus commune parmi les membres de cette ville a été: "Je ne sais pas, pourquoi ne demandez-vous pas à mon voisin?"


Bien que Luria soit largement connu pour ses recherches et ses découvertes sur des patients atteints de lésions cérébrales acquises et pour la localisation de certaines fonctions mentales dans le cerveau, il est également important de savoir qu'il était l'un des pionniers dans la conception de détecteurs de mensonges. Et même s’il était un grand érudit en psychophysiologie, il s’intéressait également à la psychanalyse et aux émotions humaines à la recherche de méthodes de «réponses motrices complétées».

4. Parler est un miracle.

Une phrase d'Alexander Luria dans laquelle il nous montre son intérêt profond et son admiration pour les processus mentaux. Luria conçoit le cerveau comme une entité holistique et, à l'instar de son professeur Lev Vygotsky, j'essaie de découvrir les fonctions cérébrales qui, en association avec d'autres, forment la base fondamentale de la pensée. Cette approche se heurte aux postulats d'autres universitaires prestigieux de l'époque, tels que Karl Wernicke ou Paul Broca, adeptes de l'idée que certaines régions spécifiques du cerveau correspondaient à certaines fonctions motrices et cognitives.

Cette controverse entre partisans du localisationnisme et de l'anti-localisation a duré une grande partie des XIXe et XXe siècles. À l’heure actuelle, la plupart des universitaires s’accordent pour dire qu’il existe un compromis entre les deux positions: notre cerveau fonctionne comme un système d’interrelations, bien qu’il soit également possible de détecter certaines régions responsables de processus mentaux spécifiques (par exemple, la La région de Broca est particulièrement liée à la production de la langue).

Le même Alexander Luria a proposé une théorie sur l'organisation en trois niveaux du cerveau: primaire, secondaire et tertiaire. Selon son approche, chaque zone du cerveau, à travers un réseau complexe de connexions neuronales, est responsable de fonctions mentales spécifiques:

  • État de veille, mémoire primaire et homéostasie interne: tronc cérébral, hypothalamus et système limbique.
  • Traitement et stockage de l'information: lobe temporal, lobe occipital et lobe pariétal.
  • Capacité motrice et programmation comportementale: lobe frontal.

5. Notre mission n'est pas de "localiser" les processus psychologiques supérieurs de l'homme dans des zones limitées du cortex, mais de découvrir, par une analyse minutieuse, quels groupes d'aires de travail concertées du cerveau sont responsables de l'exécution d'une activité mentale complexe.

Toujours à la suite de Luria, ces trois niveaux constituent un système fonctionnel interdépendant. Les fonctions de type supérieur impliquent différentes régions du cerveau et sont réalisées de manière coordonnée.

6. La connaissance que nous avons du cerveau aujourd'hui est relativement petite si nous la comparons avec ce que nous avons encore à découvrir et très grande si nous la comparons avec ce que nous savions seulement il y a quelques années.

Le neuropsychologue russe a eu raison de dire, dans l'un de ses livres, que la recherche sur les processus mentaux et cérébraux est encore très récente, et s'est félicité des nombreuses connaissances acquises à son époque. La phrase précédente d'Alexander Luria en est un bon exemple.

7. Pour passer de l’établissement du symptôme (perte d’une fonction donnée) à la localisation de l’activité mentale correspondante, il reste encore un long chemin à parcourir.

Les travaux d’Alexander Luria ont été déterminants à une époque où la communauté scientifique s’approfondissait dans la recherche des bases neuropsychologiques de la conscience humaine. Ses importantes découvertes dans le domaine de la neuropsychologie ont donné naissance à un domaine scientifique présentant un intérêt particulier pour les professionnels de la santé mentale.


2017 Maps of Meaning 8: Neuropsychology of Symbolic Representation (Juin 2020).


Articles Connexes