yes, therapy helps!
Les 9 attributs que doit avoir le professionnel de la thérapie (selon la science)

Les 9 attributs que doit avoir le professionnel de la thérapie (selon la science)

Juillet 22, 2022

De nombreux auteurs ont été chargés de déterminer quels sont les caractéristiques et compétences qu'un bon professionnel de la psychologie doit posséder appliqué à la thérapie.

Comme nous le verrons, tout n’est pas basé sur la connaissance théorique des techniques d’intervention; D'autres aspects plus interpersonnels ont une influence considérable sur le succès de la thérapie.

  • Article connexe: "4 compétences thérapeutiques fondamentales en psychologie"

L'efficacité de la relation patient-thérapeute

L’exercice de la profession de psychologue clinicien implique la maîtrise de deux types de connaissances très différentes. D'une part, un apprentissage théorique considérable des différentes techniques d'intervention thérapeutique correspondant au courant psychologique appliqué par le professionnel (cognitivo-comportemental, psychanalytique, phénoménologique-existentialiste, contextuel, etc.) est requis.


Le deuxième type de compétence est centré sur l’internalisation d’une série de compétences personnelles qui seront déterminantes pour type de lien thérapeutique établi entre le patient et le psychologue . Ainsi, ce dernier marquera dans une large mesure l'efficacité du traitement effectué. Dans la recherche bien connue de Lambert (1986) sur les facteurs impliqués dans le succès thérapeutique, la proportion suivante a été trouvée parmi les différents facteurs impliqués:

1. Le changement extra-thérapeutique (40%)

Il fait référence aux aspects spécifiques au patient et au contexte dans lequel il évolue. les circonstances personnelles et sociales qui l'entourent.


2. Les facteurs communs (30%)

Ils incluent les éléments communs à tous les types de thérapie, indépendamment du courant psychologique appliqué. Cette proportion reflète la qualité de la relation thérapeutique entre les deux parties. En ce sens, Goldstein et Myers (1986) défendent les trois principaux éléments sur lesquels devrait reposer une relation thérapeutique positive: sentiments de sympathie, de respect et de confiance réciproque entre les deux parties.

3. Les techniques (15%)

Ils sont liés aux composants spécifiques qui constituent une classe de traitement spécifique. Ce pourcentage reflète l'interaction entre le patient et les composants théoriques et pratiques utilisés par le professionnel, c'est-à-dire la façon dont le patient internalise les méthodes et le contenu de l'intervention.

  • Peut-être que vous êtes intéressé: "Types de thérapies psychologiques"

4. L'effet placebo (15%)

Il est lié aux attentes du patient et à la crédibilité que génère l'intervention psychologique.


Attributs du thérapeute professionnel

Comme on peut le voir dans un pourcentage élevé des causes qui motivent le changement psychologique, il s’agit de variables qui dépendent des compétences acquises par le professionnel. Comme Cormier et Cormier (1994) l’ont souligné dans leurs études, l’efficacité de ce chiffre repose sur un équilibre entre leurs propres compétences interpersonnelles et celles de nature plus technique .

Selon les auteurs mentionnés, les caractéristiques qu'un thérapeute efficace doit posséder sont les suivantes:

  1. Avoir un niveau adéquat de compétence intellectuelle .
  2. Avoir une attitude dynamique, persistante et énergique dans la pratique professionnelle.
  3. Montrer flexibilité dans la gestion des théories, des techniques et des méthodes, ainsi que l’acceptation de différents styles de vie également valables.
  4. Agissez sur la base d’un équilibre entre le soutien et la protection du patient.
  5. Guidé par motivations constructives et positives, montrant un intérêt sincère pour le patient.
  6. Avoir un niveau suffisant de connaissance de soi sur leurs propres limites et forces (théoriques et interpersonnelles).
  7. Perception de soi de compétences professionnelles suffisantes.
  8. Besoins psychologiques internes résolus et une capacité d'autorégulation empêchant l'interférence d'aspects personnels de la figure du psychologue dans le développement de la thérapie. Ce phénomène est connu sous le nom de contre-transfert.
  9. Se conformer strictement aux principes éthiques et moraux recueillies dans le code déontologique professionnel (confidentialité, renvoi à un autre professionnel, suivi du dossier et prévention de l'établissement de relations non professionnelles entre les deux parties).

Facteurs favorables à la relation thérapeutique

Outre les capacités indiquées précédemment, Bados (2011) mentionne une autre série d'aspects liés au thérapeute qui facilitent l'établissement d'un lien adéquat entre celui-ci et le patient:

2. cordialité

Une expression modérée d'intérêt, d'encouragement, d'approbation et d'appréciation est liée à la mise en place d'un environnement de travail plus favorable. À ce stade, il est également possible de trouver un équilibre dans la manifestation du contact physique établi, car ces types de gestes peuvent facilement être mal interprétés par le patient.

3. compétition

Dans ce domaine, le degré d'expérience professionnelle du psychologue et la maîtrise de l'administration et de l'application des contenus inclus dans la thérapie spécifique sont déterminants. Les résultats de la recherche de Howard (1999) semblent indiquer que la dominance de ce dernier aspect sur le premier est davantage associée à un bon résultat de l'intervention.

Cormier et Cormier (1994) exposent les exemples suivants de comportement non verbal comme un reflet de la compétence professionnelle: contact oculaire, disposition frontale du corps, fluidité dans le discours , des questions pertinentes qui stimulent la pensée et des indicateurs verbaux de l’attention.

4. confiance

Il semble que ce facteur dépend de la perception que le patient génère de la combinaison de phénomènes tels que: compétence, sincérité, motivations et intentions, acceptation sans jugement de valeur, cordialité, confidentialité, dynamisme et sécurité et, enfin, émission de réponses non défensives (Cormier et Cormier, 1994).

  • Article connexe: "Comment augmenter la confiance en soi en 6 étapes"

5. Attraction

Un certain niveau de perception du thérapeute en tant qu'attractif est en corrélation positive avec le résultat du traitement, comme le montrent Beutler, Machado et Neufeldt (1994). Cette attraction est basée sur le degré de gentillesse et de cordialité suscité par le professionnel , ainsi que dans la perception des aspects similaires entre celui-ci et le patient (Cormier et Cormier, 1994).

Actions telles que le contact visuel, la disposition frontale du corps, le sourire, un hochement de tête, la voix douce et modulée, les échantillons de compréhension, un certain degré de révélation de soi et le consensus sur la structure de la thérapie augmenter l'intérêt du patient pour son psychologue .

6. Degré de directivité

Un degré intermédiaire de directivité ou de structuration de la thérapie est recommandé lorsqu'un équilibre peut être trouvé entre des aspects tels que la facilitation des instructions à suivre, la présentation du contenu des tâches et des sujets abordés lors des séances, la résolution des doutes ou la confrontation de certaines idées du patient. Tout cela semble garantir un certain niveau d'autonomie chez le patient , ainsi que le sentiment d’être guidé et soutenu dans le processus de traitement.

  • Peut-être que cela vous intéresse: "Types de leadership: les 5 classes de dirigeants les plus courantes"

Des attitudes professionnelles qui aident à progresser

Dans les années soixante, Carl Rogers a proposé les piliers fondamentaux sur lesquels devrait reposer l'attitude du thérapeute à l'égard du patient: empathie, acceptation inconditionnelle et authenticité. Par la suite, la capacité d'écoute active a également été jugée très pertinente.

1. empathie

Il se définit comme la capacité de comprendre le patient du point de vue de ce dernier et, très pertinent, du fait de savoir communiquer. Par conséquent, auparavant, le thérapeute doit être compétent dans la compréhension des cognitions, des émotions et des comportements que le patient traiterait, ne pas interférer avec le point de vue du professionnel . Le deuxième point est celui qui fera vraiment comprendre au patient.

  • Article connexe: "L'empathie, bien plus que se mettre à la place de l'autre"

2. Acceptation inconditionnelle

Il fait référence à l'acceptation du patient tel qu'il est, sans jugement, et à le valoriser en tant que personne digne de sa dignité. Truax et Carkhuff (1967, cité dans Goldstein et Myers, 1986). Différents éléments constituent ce type d’attitude, tels que: engagement fort envers le patient, désir de le comprendre ou manifester une attitude non valorisée .

3. Authenticité

Cette attitude implique de vous montrer tel que vous êtes, d'exprimer vos propres sentiments et expériences intérieures sans les déformer. Agit comme un sourire spontané, fait des commentaires sans double sens ou l'expression d'un aspect personnel sincère ils indiquent l'authenticité. Cependant, un excès de spontanéité n'est pas recommandé; Il semble pertinent que les révélations personnelles de la part du thérapeute soient orientées au bénéfice exclusif du patient et de la thérapie.

4. écoute active

Il consiste en la capacité de recevoir le message de l'interlocuteur (basé sur un langage verbal et non verbal), son traitement approprié et l'envoi d'une réponse indiquant que le psychologue donne toute son attention au patient

  • Article connexe: "L'écoute active: la clé pour communiquer avec les autres"

Des attitudes qui entravent le déroulement des sessions

Enfin, une série d'actions ont été rassemblées qui peuvent avoir un effet opposé et nuire à l'évolution favorable de la thérapie psychologique. Cette liste reflète les principaux comportements que le psychologue devrait éviter de manifester devant le patient:

  • Montrer l'insécurité à propos de l'interprétation faite du problème consulté
  • Maintenir une attitude froide ou distante, être critique ou autoritaire.
  • Poser trop de questions .
  • Interrompre le patient à la hâte.
  • Tolérer et gérer de manière incorrecte les expressions émotionnelles de pleurs de la part du patient.
  • Désir d'être apprécié par le patient et obtenir votre approbation .
  • Essayez d'éliminer trop rapidement l'inconfort psychologique du patient
  • Déséquilibre l’approche entre les aspects simples et les plus complexes de la thérapie.
  • Évitez de vous attaquer à des problèmes conflictuels, de peur que le patient ne provoque une réaction émotionnelle intense.

Références bibliographiques:

  • Bados, A. et Grau, E. (2011). Compétences thérapeutiques Université de Barcelone. Barcelone
  • Cormier, W. et Cormier, L. (1994). Stratégies d’entrevue pour les thérapeutes: compétences de base et interventions cognitivo-comportementales. Bilbao: Desclée de Brouwer. (Original 1991).
  • Lambert, M. J. (1986). Implications sur la recherche sur les résultats de la psychothérapie pour la psychothérapie éclectique. Dans J. C. Norcross (Ed.), Handbook of Eclectic Psychotherapy. New York: Brunner-Mazel.

Musique pour attirer tout le bien dans votre vie, l' argent, la santé, l' amour... (Juillet 2022).


Articles Connexes