yes, therapy helps!
Les effets désastreux du traité transatlantique (TTIP)

Les effets désastreux du traité transatlantique (TTIP)

Novembre 30, 2022

Un amalgame d'acronymes apparaissent pour décrire la même chose. Et ce n'est pas sans raison. L'opacité pour laquelle ce nouveau est traité accord de libre-échange entre les États-Unis et l'Union européenne , induit un manque de consensus parmi les acteurs des médias. Néanmoins, dans la presse, les acronymes en anglais ont été généralement acceptés, mis à disposition par les institutions supranationales, du TTIP (Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement, pour son acronyme en anglais) [1].

Cependant, la soupe à l'alphabet ne se termine pas avec le TTIP. L'AECG (Accord économique et commercial global) et l'ASP (Accord de partenariat stratégique) sont des accords commerciaux et politiques entre les pays de l'Union et le Canada. Cela servira de passerelle pour mettre en œuvre le TTIP. Le 26 septembre 2014, les négociations entre les deux parties ont pris fin dans l'attente de la ratification du traité par le Conseil et le Parlement européen (instance compétente) et dans les parlements respectifs des États de l'UE (si leur constitution l'exige).


Mais, quel est le TTIP?

Il semble comprendre que ce traité assume, de manière générale, organiser le plus grand marché de libre-échange du monde, qui rassemblerait plus de 800 millions de consommateurs et plus de la moitié du PIB mondial (54%) permettant également de doper les économies européennes à hauteur de 120 000 M € et les économies américaines à 95 000 M € (données élaborées par le Centre for Economic Policy Research) [2]. Dans cette perspective économique, un citoyen européen ne douterait pas de son implantation, mais ... pourquoi tant de secret?

Le TTIP dépasse de loin les "simples" accords de libre-échange, car il poursuit trois objectifs très importants à clarifier. La première consisterait en la suppression des derniers droits de douane (barrières tarifaires), qui sont déjà très bas [3]. La seconde, quant à elle, vise à "harmoniser" les barrières non tarifaires (normes) entre les pays concernés [4]. Enfin, il consiste à garantir des mécanismes juridiques, dénommés ISDS (règlement des différends entre investisseurs et États), afin que les investisseurs ne rencontrent pas d'obstacles réglementaires ou législatifs sur les marchés où ils entendent pénétrer et puissent les éviter en cas de recherche. En d’autres termes, le TTIP (ou aussi le CETA) vise à donner la priorité aux intérêts des grandes entreprises sur les États , avec la perte évidente de souveraineté que cela entraînerait. [5] + [6]


En fait, les négociations ont été initiées par de nombreux groupes de pression américains [7] et européens [8], mais ce sont officiellement les fonctionnaires des gouvernements respectifs qui les traitent [9]. En théorie, les négociations se termineront l'année prochaine, mais seront précédées d'un long processus de ratification au Conseil et au Parlement européen, ainsi que dans les pays requis par leur législation. Ce processus ne sera pas une tâche facile en cette période de crise économique, sociale et politique en Europe (en particulier au Sud). Dans ce contexte, plus l’incertitude quant aux conséquences possibles du TTIP, on en déduit l’imperméabilité des institutions [10].

Quels avantages ou inconvénients le TTIP apportera-t-il?

Les avantages ou les inconvénients pour les sociétés européennes ou américaines sont différents selon les cas et selon le prisme idéologique auquel on se réfère. Selon le rapport préparé par le lobby des banquiers du CEPR pour la Commission européenne (qui affirme également qu'il s'agit d'une prévision économique et qu'il est évident qu'elle manque inévitablement de certitude), les avantages sont liés à la croissance économique (augmentation de 0,5% du PIB de l'UE et de 0,4% aux États-Unis), en particulier dans certains secteurs: notamment le secteur automobile (augmentation de 40% des exportations), le secteur métallurgique (+ 12%), les produits alimentaires transformés (+9%). %), produits chimiques (+ 9%) ... En ce qui concerne l'emploi, l'étude réalisée pour le compte de la Commission prédit un transfert d'emplois entre secteurs (7 emplois sur 1 000 sur 10) et ne crée pas réellement . C'est important! Les politiciens jouent toujours le stratagème de la création d’emplois pour justifier l’accord de libre-échange (ou d’autres intérêts d’une légitimité douteuse) quand ils n’adhèrent pas vraiment aux données des études officielles des institutions qu’ils représentent.


De plus, les inconvénients se matérialisent à plusieurs niveaux, qui ne sont pas mentionnés dans l'étude du CEPR (analyse trop économique): le traité comporte des risques sociaux, économiques, sanitaires, culturels, environnementaux, politiques et même géopolitiques. ... Par exemple, les huit droits fondamentaux proposés par l'Organisation internationale du travail (OIT) sont adoptés par les pays membres de l'UE.En retour, seuls deux d'entre eux sont ratifiés par le gouvernement des États-Unis. L'expérience des accords de libre-échange suggère que "l'harmonisation" des règles est établie sur la base du plus petit dénominateur commun, ce qui entraînerait une perte des droits fondamentaux des travailleurs européens, une section spécifiquement mentionnée par le CEPR. qui affirme, en effet, la nécessité d’une déréglementation de l’emploi.

Un autre exemple que nous proposons, en raison de sa sensibilité sociale, concerne les menaces sur l'environnement. Un marché de libre échange augmentera le trafic de fret, les dépenses énergétiques et, partant, la pollution. D'autre part, l'entrée et l'utilisation gratuites de certaines technologies polluantes, telles que l'extraction du gaz de schiste (fracking), permettent l'utilisation de produits chimiques agro-industriels (aimez-vous le poulet baigné de chlore et le bœuf contenant des hormones)? ? sic.) ou ouvrir les portes aux OGM (bien que la pratique des OGM en Espagne soit profondément enracinée [11]) ... seraient quelques-uns de ces effets à prendre en compte.

Pour terminer ce point, nous citerons les plus inquiétants: la perte de la démocratie . Les politiciens et les citoyens affirment constamment que nous vivons dans une démocratie. Mais la démocratie n'est pas ou n'est pas, mais elle dépend plus ou moins de la structure productive et de l'interlocution d'acteurs compétents au sein du système (où la société est l'acteur légitime dans une démocratie). Le manque de transparence de l'Union européenne autour d'un TTIP déjà antidémocratique, dénoncé par la Cour de justice de l'Union européenne (CURIA), est symptomatique de la perte de qualité démocratique que les traités entraîneront. L'économie défait la politique et soumet définitivement la société aux lois du marché.

"L'anarchie" du (néo) marché libéral

Une Europe soumise aux diktats des grandes transnationales entraînera une transformation du système productif, et donc du système social, ainsi qu'une régression de la souveraineté des États (le temps qu'ils ont laissé après la signature du transfert de souveraineté dans le Traités de Lisbonne). Une libération de la capacité d’action des grandes entreprises, qui va accroître la concurrence (hyper-concurrence), induit un scénario dans lequel les petits producteurs peuvent être sévèrement punis s’ils ne sont pas en mesure de s’adapter à ces nouvelles circonstances commerce serait fondamental), provoquant des conflits à tous les niveaux de la société.

Les monopoles, les oligopoles ... auront l'occasion d'accroître leur capacité d'action contre les Etats , qui serait dépourvu d’outils juridiques à cet effet (rappelons-nous les mécanismes d’arbitrage ISDS). Les réformes structurelles, vécues de manière extrême en Espagne, constituent la base de la libre circulation pouvant être mise en place. Ce dernier, s’il est concrétisé, constituera un nouveau pas vers la mondialisation économique, les États-Unis commençant avec un certain avantage. Tout cela grâce à l'influence de ses géants de l'Internet: Google, Amazon, Facebook, Microsoft ... Cette déréglementation des marchés aggraverait également les risques de crise. Premièrement, le résultat d’une spécialisation productive dans un espace territorial déterminé, qui tendrait à s’intensifier contre la diversité productive, dont la résistance aux crises économiques laïques du capitalisme est plus efficace. Deuxièmement, les États, en tant que médiateurs des forces sociales et des forces patronales, manqueraient de compétences pour éviter la chute du système productif. La perte de démocratie en faveur du contrôle de l'économie est le prix final.

Notes:

[1] //ec.europa.eu/trade/policy/in-focus/ttip/ind ...

[2] Le CEPR est une organisation (lobby) financée par différentes banques privées.

[3] Selon l'Organisation mondiale du commerce, les barrières tarifaires en Europe varient en fonction des produits, mais la moyenne est de 5,8%. Les produits qui comportent un taux de droit plus élevé sont les produits agricoles avec une moyenne de 13,24%. En revanche, les droits de douane sur les produits industriels sont nettement inférieurs, à 4,2%.

[4] Selon une étude réalisée par la Fondation Res Publica le 16 septembre 2013, "l'harmonisation" des règles se fera à partir de "ci-dessous". C'est-à-dire que des règles nationales ou supranationales dont les restrictions sont moins "nuisibles" pour les flux de capitaux seront prises.

[5] L’amende de près de 9 000 millions d’euros infligée au groupe bancaire français BNP Paribas par le gouvernement des États-Unis pour un prétendu investissement dans des pays sous embargo américain (Cuba, Iran et Soudan) laisse augurer que le droit économique Américain l'emportera sur les autres. Il semble paradoxal que le gouvernement américain puisse imposer son droit (compte tenu de son contrôle du dollar) aux entreprises européennes lorsqu'un traité transatlantique se prépare où les intérêts des multinationales défendus par de futurs tribunaux internationaux prévaudra.

[6] Il semble important de préciser que le principal intérêt des États-Unis est impérialiste et donc géopolitique (ou géostratégique). La raison en est conditionnée par la nouvelle position protectionniste du gouvernement chinois, notamment en ce qui concerne la protection de ses propres marques de haute technologie pour la consommation nationale. De plus, ses ambitions monétaires cherchent à rivaliser petit à petit avec le dollar (bien que ce soit loin). De plus, les États-Unis veulent rééquilibrer leur déficit commercial ces dernières années afin de garantir l'hégémonie sur la législation des produits industriels. Cela induirait la nécessité d'adaptation des États tiers aux règles de production du traité transatlantique. Tandis que les intérêts européens restent au contraire de simples problèmes mercantilistes (sans ambition politique de contrecarrer la domination américaine), les États-Unis cherchent à maintenir leur hégémonie à tout prix, ce qui impliquera la tentative de marginaliser la Chine et la Russie. Le processus n'est pas facile, car ces derniers recherchent des alliés pour contrer l'hégémonie américaine. L'exemple le plus clair est celui de la réunion des BRICS au Brésil coïncidant avec la Coupe du monde. ainsi que la tournée de Vladimir Poutine en Amérique latine. Remarquable son accord pour réaliser une banque d'investissement commun entre les BRICS et le gazoduc qui unira la Chine et la Russie.

[7] Les secteurs les plus intéressés sont l'industrie agro-alimentaire, l'industrie culturelle ou, en outre, l'industrie des nouvelles technologies de l'information. Selon Corporate Europe Observatory,

[8] Les groupes industriels allemands, en particulier les constructeurs automobiles, sont les plus intéressés par ce processus et voient une opportunité de délocaliser partiellement leur industrie sur le territoire américain. Ce dernier modernise considérablement sa technologie industrielle et contient une législation plus souple dans le domaine du travail.

[9] Du 14 au 18 juillet, le sixième cycle de négociations entre les États-Unis et l'Union européenne s'est déroulé à Bruxelles. Entre le 29 et le 3 octobre, le septième round de négociations aura lieu dans le Maryland (États-Unis).

[10] De même, l'opacité des négociations a facilité l'élection de Jean-Claude Junquer, "ultra libéral", pour remplacer José Manuel Durao Barroso à la Commission européenne. Ce dernier a entamé les négociations transatlantiques avec les États-Unis en 2013.

[11] //www.greenpeace.org/espana/es/Trabajamos-en / ...


Aline Fares Conférence TTIP (Novembre 2022).


Articles Connexes