yes, therapy helps!
Le quadruple exil des adolescents de l'immigration

Le quadruple exil des adolescents de l'immigration

Mai 22, 2022

Les enfants de l'immigration forment un univers hétérogène. Le terme désigne, d'une part, les enfants et les jeunes qui ont accompagné leurs parents dans le processus de migration, soit en voyageant ensemble, soit en les rencontrant après quelques mois ou quelques années grâce au regroupement familial.

Ils peuvent également être considérés comme des fils et des filles de l'immigration, ces jeunes qui sont nés lorsque leurs parents résidaient déjà dans le pays étranger; les immigrants dits de deuxième génération, comme si le statut d'immigrant pouvait être transmis, traîné ou hérité. Cet article vise à rassembler quelques réflexions sur les enfants d'immigrés qui sont ou ont atteint un stade du cycle de la vie généralement considéré comme critique, comme l'adolescence, et les "exilés" qui s'y produisent.


Transits des adolescents de l'immigration

L'adolescent souffre, entre autres aspects, de sa maturité. Cela présuppose un manque qui doit être résolu, prescrivant par conséquent une période de formation, de développement, pour résoudre le manque constituant. D'un point de vue anthropologique, l'adolescence peut être abordée comme une période de transit, de passage; c'est une étape qui, dans les sociétés préindustrielles, a été complètement ritualisée. Il est proposé ici que les adolescents des migrations soient obligés de traverser toutes sortes de vicissitudes; non seulement celles liées à un processus migratoire, parallèle et avec des particularités vis-à-vis de leurs parents, mais une quadruple migration autour de 4 éléments: corps, territoire, certitudes et droits. Quatre processus migratoires métaphoriques et littéraux qui se croisent, se nourrissent et se renforcent mutuellement; les voyages dans lesquels les jeunes enfants sont conduits involontairement et en principe sans possibilité de retour, ce qui permet à ces dernières particularités de considérer ces transits plutôt que comme une simple migration, comme un exil.


En ce qui concerne la migration et l'exil, il est courant de parler des duels que cela entraîne. Le mot duel travaille chez les quatre exilés dans ses deux connotations, celle de douleur, autour de la rupture et de l'acceptation des multiples pertes que les adolescents sont obligés d'assumer; et dans la connotation de conflit, défi et lutte, en ce qui concerne les obstacles et les défis à surmonter.

Exil I: Body

Le premier exil renvoie aux transformations apportées par l'adolescence elle-même. L'adolescence n'est pas une option recherchée: des mutations se produisent simplement. L'adolescent est expulsé, de manière forcée et sans possibilité de retour, de son monde infantile, de son corps prépubère, de son pensée magique . D'un côté, ils augmentent leurs quotas de liberté, mais ils diminuent (et il est nécessaire de renoncer) des aspects auxquels ils étaient fermement liés et qui fournissaient des privilèges, des prérogatives et du confort.


Il est nécessaire de s’adapter à un nouveau corps, aux nouvelles exigences de leurs parents, de leurs pairs, de la société, qui, à travers les médias, les inonde de messages sur ce que l’on attend d’eux. La signification de ce qui a été et est en train de devenir une crise entre en jeu.

Des questions se posent sur qui on est, comment ils aimeraient être, comment ils devraient être, comment ils sont perçus. Les hormones ont envie. Les priorités et les aspirations changent, elles deviennent plus complexes. Les jeux ont des implications de plus en plus graves. Le paradis du monde des enfants n'offre plus de multiples satisfactions et de nouvelles responsabilités sont acquises. Face au vide et à l'incertitude, nous ressentons un grand besoin d'appartenance, c'est-à-dire d'être égaux et en même temps d'être uniques, de nous différencier. Le regard et l'opinion des autres sont méprisés et en même temps, leur approbation et leur reconnaissance revêtent une importance vitale.

C’est une période d’exploration des différentes zones auxquelles on commence à avoir accès, c’est donc aussi une période de confusion, de chutes, de découvertes, d’illusions et de déceptions. Faire face à un groupe d'insécurités, de contradictions et d'ambiguïtés.

Les parents ne sont plus sages ni omnipotents pour lui, mais des adultes agaçants, rétrogrades et coercitifs qu'on aime ou qu'on déteste, qui sont dénigrés et admirés au fil des moments. Les idoles sont maintenant des chanteurs, des acteurs, des athlètes, un groupe d'amis. Un des défis des adolescents est de reconnaître leurs parents et eux-mêmes dans leur humanité, leurs imperfections, leurs contradictions. Le plus grand désir de l'adolescent est de le laisser seul, mais il aspire en même temps à obtenir protection et protection parentales. Ces contradictions le font parfois se sentir comme le meilleur du monde et parfois comme le plus misérable.

L'adolescence représente l'actualisation du mythe de la rébellion des enfants contre leurs parents, un défi essentiel pour l'établissement d'un nouvel ordre social, ou du moins de nouvelles conditions d'ordre social. C'est un acte dans l'aventure pour la rencontre avec soi-même.L'expulsion du paradis des enfants est le chemin de la connaissance, du choix, de la transformation. C’est un exil douloureux et enrichissant, nécessaire au développement de l’autonomie et à la conscience de soi et du monde plus vaste, plus complexe et plus profond.

La blessure d'exil de l'adolescence n'est pas complètement guérie. L'adaptation relative réalisée ne sera plus adaptée aux nouvelles exigences du contexte. Ainsi, après une période de stabilité relative au cours de laquelle sont construites les bases d’une identité flexible, des circonstances vont bien se produire qui vont réveiller de manière commode notre non-conformité, notre rébellion et notre désir de faire les choses, d’être ou de vivre différemment.

Exile II: Territoire

Les enfants adolescents d'immigrants s'ajoutent à la crise d'identité, au mécontentement et aux conflits qui surviennent généralement à l'adolescence, conditions génératrices de tension et d'incertitude entourant le processus migratoire.

La migration tend à être une décision volontaire chez les adultes, basée sur des désirs et des motivations qui servent de support pour avoir une idée constructive des situations que l’on peut rencontrer dans l’environnement hôte, facilitant ainsi leur processus d’adaptation. Les enfants et les adolescents, en revanche, peuvent être considérés comme des migrants involontaires, car ils sont fréquemment éloignés de leur espace de vie, de leur vie quotidienne, de leurs liens, de leur territoire, des aspects qui assurent la sécurité sans pouvoir participer activement. dans la décision et surtout sans pouvoir mesurer les ruptures et les abandons que cela implique. Ils sont en quelque sorte entraînés dans la décision des adultes, qui rationalisent souvent leur bien-être (celui des enfants) en tant que moteur de la migration familiale. Pour beaucoup d'enfants et d'adolescents, la migration, plutôt qu'une opportunité, peut être perçue comme une menace de perdre de nombreux éléments avec lesquels ils sont fortement liés.

Ceux qui doivent faire face à davantage de pertes sont probablement les enfants ou les adolescents qui étaient en charge d’un parent proche alors que leurs parents obtenaient certaines conditions leur permettant de les amener avec eux. Ils doivent faire face à un double duel, d’abord la séparation de l’un ou des deux parents, puis celle de leur tuteur qui, après de nombreuses années d’attente, est peut-être devenu une figure parentale ayant de forts liens affectifs avec le Ils doivent rompre à nouveau. En outre, la construction du lien avec les parents, après des années de distanciation, peut également être problématique.

Pour eux, pour ceux qui sont venus avec leurs parents et pour les enfants d'immigrés nés dans le pays d'accueil, il est particulièrement pertinent d'être exposé à deux environnements de socialisation, celui de leur lieu d'origine, représenté par leurs parents, et le lieu de réception qui se manifeste dans les interactions qu’ils établissent dans leur école, avec les médias et dans la "rue". Ces deux environnements de socialisation peuvent avoir des exigences, des attentes et des principes différents. Même la conception même de l'adolescence et ce que l'on attend d'eux et eux à ce stade peuvent différer dans les deux contextes. Il existe généralement des différences dans les modes de consommation, dans la manière de se rapporter aux adultes, dans les relations établies au sein des familles.

Le double contexte de socialisation devient pertinent à l’adolescence, considérant qu’il s’agit d’une période critique pour la construction de l’identité et revêt une grande importance pour la façon dont il est perçu et valorisé par les autres, ces derniers aspects constituant la base sur laquelle l'estime de soi est construite.

Avec l'arrivée de l'adolescence, la capacité cognitive s'intensifie pour reconnaître les valeurs vis-à-vis du groupe auquel elle appartient et avec lesquelles elle est liée. De cette manière, l'adolescent devient plus conscient et même parfois hypersensible aux situations de discrimination, aux préjugés péjoratifs et aux attitudes xénophobes qui peuvent être exposés à l'école et dans la rue. Cette capacité à distinguer en ce qui concerne l’évaluation des groupes sociaux se manifeste également chez les adolescents du lieu de réception et c’est le moment où ils ont tendance à exprimer des préjugés et des attitudes xénophobes qui ne se sont pas manifestés dans l’enfance. De nombreux enfants du groupe d'accueil qui partageaient auparavant des moments et des espaces avec des enfants immigrés cessent de le faire lorsqu'ils atteignent l'adolescence. Les attitudes discriminatoires à l’égard des adolescents immigrants peuvent également augmenter, car les personnes du groupe d’accueil les perçoivent comme plus menaçantes à mesure qu’elles se rapprochent du corps de l’adulte.

La rétroaction négative que l'adolescent reçoit de son image de la part du groupe majoritaire, qui place son groupe de référence comme inférieur dans une hiérarchie sociale, peut être une grande source de frustration et de détresse émotionnelle. Compte tenu de ce qui précède, les adolescents peuvent choisir de s’intégrer au groupe majoritaire en adoptant avec force des manières d’être et de se comporter de la même manière que leurs pairs adolescents du groupe d’accueil. Parfois, la tentative d'imitation est reçue par les adolescents du groupe d'accueil avec indifférence ou rejet manifeste, ce qui est dévastateur pour l'adolescent immigré.Il est évident que tous les enfants adolescents issus de l'immigration ne sont pas exposés aux mêmes préjugés et il est habituel de révéler une hiérarchie sociale liée au lieu d'origine, à l'apparence physique, mais surtout au statut socio-économique. attributs.

La tentative d'imitation et d'identification avec le groupe récepteur en réaction à la perception négative du groupe lui-même peut s'accompagner du sentiment de rejet de l'adolescent à l'égard de sa propre culture d'origine. Il s’ajoute ensuite au fossé générationnel entre parents et adolescents, qui affecte généralement les conflits qui les opposent, le rejet et la honte que l’on peut ressentir vis-à-vis de leurs parents, ces derniers étant des représentants de la culture mal valorisée dans la société. contexte de l'hôte.

Compte tenu du rejet et de l'indifférence des adolescents du groupe majoritaire, ceux-ci peuvent alors chercher refuge et être accueillis par des adolescents de la même culture ou qui subissent des discriminations similaires. Des identités de résistance sont ensuite construites, dans lesquelles les adolescents sont principalement liés à d’autres adolescents immigrants, en essayant de mettre en évidence ou de créer des moyens d’être avec lesquels ils peuvent se sentir membres d’une communauté qui les soutient, se manifestant dans un certain type de musique, Façons de parler, de s'habiller, de marcher. Le groupe de pairs est un refuge contre la perception d’un environnement hostile.

Les adolescents peuvent également vivre le double contexte de socialisation en tant que demandes diverses et demandes émanant de deux groupes auxquels un sentiment de loyauté est préservé. Cela peut être vu comme une mise à jour du conflit archétypal entre la tradition représentée par les parents et le nouveau et le rénovateur, représenté par la culture d'accueil.

Lorsque l'adolescent a un environnement familial offrant un soutien et une reconnaissance suffisants, et un contexte social du groupe d'accueil suffisamment respectueux de ses particularités. L'adolescent parvient à maintenir la tension du conflit de loyauté en se permettant d'explorer et de "jouer" avec les possibilités et les avantages de chaque contexte de socialisation. L'adolescent identifie ensuite et met en avant en lui-même les aspects de tel ou tel contexte lui sont plus attrayants et plus intéressants en fonction du moment vital pour lequel il se trouve. Il obtient alors une perspective plus large et plus complexe de lui-même et des autres, percevant le fait de coexister entre deux contextes culturels plus comme un enrichissement que comme une limitation. Les doubles contextes de socialisation permettent aux adolescents de développer des compétences dites multiculturelles, il s’agit de la gestion positive de la diversité culturelle que l’on retrouve couramment dans le travail, les loisirs, etc., ainsi que de la capacité de fonctionner correctement dans un contexte culturel. différent du propre.

Beaucoup d'écrivains et d'artistes attribuent une partie de leur capacité créatrice à l'éloignement et à la tension de la vie entre deux cultures. Les enfants des adolescents de l'immigration ont l'avantage d'être plus conscients que chaque personne et chaque culture est un kaléidoscope d'influences de dynamique ambivalente, de mélanges.

Exile III: Certitudes

Ce troisième exil est partagé par les adolescents avec le reste des habitants du monde contemporain, mais ils sont plus vulnérables à son impact en raison de la somme des exilés précédents. Il fait référence à l'expulsion involontaire et sans possibilité de retour des certitudes et des rationalités de la modernité.

Le monde dans lequel les adolescents contemporains ont atterri est un monde imprévisible, où l’ambiguïté des rôles, les utopies disparues et les liens fluides prédominent. Il est décrit comme un monde liquide, volatile, difficile à saisir. Une société dans laquelle il est nécessaire de coexister constamment avec risque et incertitude; où l'espace et le temps ont été réduits. On prétend que la religion, la science et la politique ont cessé de servir d'institutions de signification, ou du moins comme elles l'ont été pour les générations précédentes.

Dans le monde contemporain, le nombre de choix de manières d’être et d’agir a augmenté chez les adolescents. Une telle ampleur des options donne des sentiments de liberté mais génère également des vertiges et de la confusion. Leurs identifications sont donc éphémères, volatiles, émotionnelles, contagieuses, paradoxales. Ils peuvent coexister de manière traditionnelle et avec des attitudes progressistes. Un désir de nouveauté et un intérêt pour ses racines.

La dynamique prédominante du monde contemporain présente de nombreux aspects qui ressemblent au caractère adolescent. Comme eux, le monde postmoderne n’est pas clair sur ce qu’il est ou où il va.

Pour certains spécialistes des sciences sociales tels que Michel Maffesoli, le monde contemporain est à la recherche de nouveaux principes, de nouvelles logiques et de nouvelles relations. Il considère que la modernité et sa conception du monde sont saturées, remettant même en cause l'un de ses fondements fondamentaux tel que la notion de progrès. Nous sommes alors à la recherche un peu erratique de nouveaux paradigmes qui leur permettent d’être viables ou du moins de reporter à plus tard l’expérience de l’humanité dans le cadre de l’écosystème de cette planète.

La migration, qui a considérablement augmenté au cours des dernières décennies, définit le monde contemporain et est à la fois une conséquence et un moteur des transformations générées. Les enfants adolescents issus de la migration sont donc une excellente expression du monde naissant, dans lequel eux et leurs descendants seront les protagonistes.

Exil IV: Droits

La situation d’un immigré ou d’un certain type d’immigré continue d’être un facteur de vulnérabilité important à la discrimination et à l’entrave à la jouissance des droits fondamentaux qui garantissent la dignité humaine. Pour les exilés précédents, les enfants adolescents issus de l'immigration doivent faire face au fait qu'ils se considèrent comme marginalisés de la possibilité de mener une vie digne dans laquelle ils peuvent développer leurs potentialités dans les mêmes conditions que le reste des adolescents.

Beaucoup d'adolescents doivent vivre avec la peur que l'un de leurs parents soit expulsé parce qu'ils n'ont pas pu régulariser leur résidence après de nombreuses années et une vie construite dans leur lieu de refuge. Certains sont forcés de retourner dans leur pays d'origine, parfois un endroit qu'ils connaissent à peine.

Ils peuvent également faire l’objet de soupçons de la part des forces de police, lorsqu’ils sont liés à des gangs ou à des groupes ayant commis des actes de violence, limitant leur droit de transit sans devoir expliquer leur apparence ou leur façon de s’habiller.

Ils sont également exposés à l'insécurité d'emploi de leurs parents, à leur frustration, et doivent parfois travailler plusieurs heures de plus que les autres parents pour obtenir suffisamment d'argent pour pouvoir subvenir à leurs besoins. Ne pas pouvoir participer à l'élection des gouverneurs, afin qu'ils ne puissent pas influencer les politiques qui les concernent.

Il est impossible de renoncer aux droits et à la dignité humaine sans se sentir mutilé. L’exil des droits n’est pas commode pour faire le deuil, mais pour le transformer en moteur de l’activisme et de la revendication contre tout type d’exclusion. Le duel, qui n’est pas résolu par des droits, est l’étincelle de la résistance à des conditions de vie indignes.

Et les parents des exilés?

Face aux difficultés rencontrées, certains parents viennent demander si ce n’était pas une erreur d’avoir émigré et d’exposer leurs filles et leurs fils à des situations qui leur semblaient maintenant hors de portée. Il peut y avoir une incertitude quant à savoir si les difficultés qu’ils traversent font partie de l’adolescence, ou la conséquence de la distinction entre deux cultures, leur personnalité ou la détérioration de leur relation avec elles. Les doutes, par exemple, sur le fait de savoir si le fait que son fils manifeste une discrimination à l’école correspondent à des faits objectifs, à une hypersensibilité ou à une excuse pour justifier sa négligence.

Peur et impuissance devant l'ambiguïté des rôles de genre, l'expérience de la sexualité, la forte consommation d'alcool et de drogues à laquelle leurs enfants sont exposés. Vous doutez également de la portée de votre rôle de parent, des limites entre autoritarisme et compréhension, contrôle ou trop permissif, de la meilleure stratégie pour obtenir ce que nous voulons d'eux et ce qui est le plus important pour eux. ça convient. L’utilisation du temps de loisir est peut-être l’un des plus grands problèmes de conflit.

Vous pouvez vous sentir coupable des erreurs qui pourraient être commises dans leur éducation et de l’anxiété pour ceux qui continueront sûrement à commettre.

Pour les parents, l'adolescence de leurs enfants peut également être vécue en exil. Ils peuvent ressentir les degrés d’autonomie qu’ils acquièrent et l’identification de leurs enfants avec le contexte de la réception comme un abandon. Il se voit comme un défenseur qui pleure l’enfance de son fils, renonce à être son idole, à supporter parfois le sujet dans lequel ils canalisent leur frustration. Perdre progressivement leur degré de dépendance, ce qui peut avoir été ressenti comme un soulagement, mais aussi avec la frustration de ne plus être si important pour quelqu'un.

Il faut apprendre à renégocier un nouveau type de relation avec une personne qui n’est plus un enfant mais qui n’est pas tout à fait un adulte, qui demande des responsabilités, qui a besoin de limites, mais aussi de confiance pour prendre des risques.

Cela implique également de supposer que, quels que soient leurs désirs, il est impossible de contrôler toutes les variables qui empêchent leurs enfants d'être exposés à des situations qui les feront souffrir. Supposons également qu'ils ne sont pas venus dans le monde pour répondre aux attentes et aux rêves des parents. Soyez ouvert pour être surpris par leur unicité et essayez de ne pas les surcharger de peurs, de préjugés et d’étiquettes.

Un adolescent implique généralement une resituation de toutes les dynamiques familiales, de rôles transformés, d'attitudes et de comportements qui cessent d'avoir du sens. Les adolescents, par exemple, nécessitent moins d'attention, moins d'énergie que lorsqu'ils étaient enfants. Excès d'énergie que les parents ont besoin de replacer dans leur propre vie, dans leurs propres projets. La meilleure chose qui puisse arriver à un adolescent est d'avoir un père ou une mère relativement à l'aise avec lui-même. Un père et une mère qui occupent une partie de leurs motivations et de leurs intérêts pour leur propre bien-être et qui assument et gèrent leurs propres exilés.


LE MATIN DES MAGICIENS (AUDIOBOOK) - JACQUES BERGIER, LOUIS PAUWELS - PARTIE 3 (Mai 2022).


Articles Connexes