yes, therapy helps!
Le ça, le moi et le surmoi, selon Sigmund Freud

Le ça, le moi et le surmoi, selon Sigmund Freud

Juin 22, 2022

De toutes les théories développées par Sigmund Freud, celle de Il , le Je et le Surmoi C'est l'un des plus célèbres. Selon son approche psychodynamique, chacune de ces structures représente un exemple psychique qui, de notre système nerveux, nous conduit à poursuivre des intérêts en conflit.

Alors, le Il, le Je et le Surmoi sont les concepts que Freud faisait référence au conflit et à la lutte des forces antagonistes qui, selon lui, gouvernent notre façon de penser et d'agir . La psychanalyse avait donc pour objectif de faire ressortir la véritable nature des conflits et des blocages qui, selon Freud, étaient à la base de la psychopathologie. Voyons plus en détail quelles idées se trouvaient derrière cette théorie.


Les trois exemples psychiques de la théorie de Freud

L'approche psychodynamique, née de la psychanalyse de Freud, est basé sur l'idée que les processus psychiques qui se produisent chez chaque personne sont définis par l'existence d'un conflit . C’est d’où vient le terme «dynamique» qui exprime cette succession constante d’événements par lesquels une partie tente de s’imposer à l’autre. Les concepts d'id, d'ego et de surmoi constituent la section des théories de Freud dans laquelle cette idée d'un conflit entre différentes structures psychiques est plus évidente.

Mais éloignons-nous de ces termes abstraits. Quelle est la base de cette lutte qui, selon Freud, se déroule dans notre tête d’une manière fondamentalement inconsciente? Quels intérêts et objectifs sont en jeu selon le père de la psychanalyse? Pour répondre à ces questions, il est d'abord nécessaire de définir ce que sont l'identifiant, le moi et le surmoi, trois entités qui, pour Freud, expliquent la personnalité de l'être humain à travers la manière dont il se bat entre eux.


1. Le ça

Freud a proposé que l'Id ou Id soit la structure de la psyché humaine qui apparaît en premier . Contrairement à ce qui se passe avec l'ego et le surmoi, il est présent dès la naissance et, par conséquent, pendant les deux premières années de notre vie, c'est celui qui commande tout au long de cette période.

Le Ello se déplace depuis le début du plaisir immédiat et c’est la raison pour laquelle il s’efforce de faire en sorte que les pulsions principales régissent le comportement de la personne, indépendamment des conséquences que cela peut entraîner à moyen ou à long terme. Pour cette raison, on considère généralement que l'identifiant est "la partie animale" ou "instinctive" de l'être humain.

2. le moi

Cet exemple psychique serait issu de deux ans et, contrairement au ça, serait régi par le principe de réalité. Cela signifie que le Soi est plus orienté vers l'extérieur et cela nous amène à réfléchir aux conséquences pratiques de ce que nous faisons et aux problèmes que peut générer un comportement trop désinhibé. Cela le fait faire face à l'identifiant pour calmer les impulsions émanant de lui, pour lesquelles il utilise des mécanismes de défense.


En bref, le je est, selon la théorie de Sigmund Freud, l’agence psychique responsable de la force du. Il ne prend pas le contrôle du corps conduisant à des situations catastrophiques à court terme, et celui du Superyo n’est pas étouffant. en raison de son caractère restrictif. Ce n’est pas simplement une entité qui limite l’influence des deux autres, mais a son propre agenda et ses propres intérêts et est régi par une logique différente: celle du pragmatique et de la survie.

3. Le surmoi

Le surmoi apparaîtrait selon Freud à partir de 3 ans, et c'est une conséquence de la socialisation (essentiellement apprise par les parents) et l'internalisation des normes socialement acceptées. C'est l'instance psychique qui assure le respect des règles morales. C’est la raison pour laquelle le surmoi s’efforce de faire d’énormes sacrifices et efforts pour que la personnalité de soi soit aussi proche que possible de l’idée de perfection et de bien.

Alors qu’il rejette totalement l’idée de la soumission au moral et au moi, en dépit de ses tentatives d’arrêter les impulsions, il se déplace également en fonction d’objectifs égoïstes axés sur la survie et le pragmatique de l’adaptation à l’environnement. Pour le père de la psychanalyse, Superyo a du sens dans un contexte où l'influence de la société nous oblige à adopter un comportement d'autocontrôle pour éviter les confrontations avec les autres, même si cette influence va bien au-delà cette logique orientée vers la socialisation et devient un élément fondamental de la création de l'identité de l'individu.

L'équilibre entre les forces

Freud pensait que toutes ces parties de la psyché existaient dans tous les êtres humains et, à leur manière, constituaient un élément indispensable des processus mentaux.Cependant, il a également estimé que la lutte entre le Moi, le Soi et le Surmoi peut parfois générer des décompensations qui produisent de la souffrance et l'apparition de psychopathologies, de sorte que nous devrions essayer de rééquilibrer la corrélation des forces par la psychanalyse . En fait, l'une des caractéristiques des théories de Freud est qu'elles créent un concept de santé mentale dans lequel les troubles ne sont pas l'exception, mais la norme. les plus communs sont les déséquilibres entre ces instances psychiques, car les problèmes mentaux restent implicites et latents dans la lutte interne qu’ils entretiennent entre eux.

Par exemple, si le surmoi devient imposé, la répression des pensées et des émotions peut devenir si excessive qu’une dépression nerveuse périodique se produit, ce qu’il attribue à par exemple aux cas de femmes souffrant d'hystérie trop attaché à une morale rigide et profondément restrictive.

D'autre part, si le Il prédominait, cela pourrait céder le pas à la sociopathie , une impulsivité qui met en danger à la fois la personne qui en fait l'expérience et les autres, car la priorité absolue est de satisfaire les besoins de manière urgente.

Ce concept d'équilibre entre forces imprégna complètement le travail de Sigmund Freud, puisqu'il ne croyait pas qu'il y avait une solution définitive à la confrontation entre les trois instances psychiques: les personnes les plus saines ne sont pas celles dans lesquelles le ça, le moi et le surmoi ont ne pas se battre (chose impossible, selon lui), mais ceux dans lesquels cette lutte cause moins de malheur.

Il faut toutefois tenir compte du fait que l'impossibilité de réfuter les théories de Freud transforme ces trois concepts en constructions théoriques qui ne sont pas très utiles pour la psychologie scientifique actuelle, en partie à cause de l'impact sur les travaux de Karl sur la philosophie des sciences. Popper et ses critiques de la psychanalyse.

Références bibliographiques:

  • Carlson, N. R. (2010). Psychologie, la science du comportement: l'approche psychodynamique. Toronto: Pearson Canada.
  • Freud, S. (2016). Le je et le ça. Madrid: Amorrortu.
  • Rycroft, C. (1968). Dictionnaire critique de la psychanalyse. New York: livres de base.

Ça, Moi, Surmoi VTFS#13 (Juin 2022).


Articles Connexes