yes, therapy helps!
Le test de Lüscher: de quoi s'agit-il et comment utilise-t-il les couleurs?

Le test de Lüscher: de quoi s'agit-il et comment utilise-t-il les couleurs?

Mars 4, 2021

Le test de Lüscher est une technique d'évaluation projective cette partie de la relation entre la préférence ou le rejet de couleurs différentes avec l'expression de certains états psychologiques. Il s'agit d'un test largement utilisé dans différents domaines et a donné lieu à différentes controverses en raison de la nature de son application et de ses critères méthodologiques.

Nous verrons ci-dessous quels sont quelques-uns des fondements théoriques à partir desquels le test de Lüscher a été créé, pour ensuite expliquer le processus d’application et d’interprétation et enfin pour présenter certaines des critiques formulées.

  • Article connexe: "Types de tests psychologiques: fonctions et caractéristiques"

Origines et fondements théoriques du test de Lüscher

En 1947, et après avoir étudié la relation entre la couleur et différents diagnostics psychologiques, Le psychothérapeute suisse Max Lüscher a créé un premier test d'évaluation émotionnelle et psychologique basé sur la préférence pour certaines couleurs et leur relation avec la personnalité.


Il s’agit d’un test de type projection, c’est-à-dire un instrument d’exploration de la personnalité et du psychisme utilisé à des fins de diagnostic dans différents domaines tels que la clinique, le travail, l’éducation ou la médecine légale. Projectif, il s'agit d'un test qui cherche à explorer les dimensions psychiques auxquelles il est impossible d'accéder par d'autres moyens (par exemple, par le langage verbal ou par un comportement observable).

D'une manière générale, le test de Lüscher repose sur l'idée que le choix en série de huit couleurs différentes peut expliquer un état émotionnel et psychosomatique particulier.

La relation entre les couleurs et les besoins psychologiques

Le test de Lüscher commence par relier la théorie des couleurs fondamentales et complémentaires aux besoins fondamentaux et aux besoins qui interviennent indirectement dans les mécanismes psychologiques.


En d’autres termes, il s’intéresse à la psychologie des couleurs pour établir une relation entre les réactions psychologiques et les stimuli chromatiques , où il est supposé que chaque individu réagit psychologiquement en présence d’une certaine couleur. Ainsi, la stimulation chromatique peut activer des réactions qui parlent de la satisfaction ou de l’insatisfaction de besoins psychologiques fondamentaux.

Ce qui précède est considéré comme un phénomène universel et partagé par tous, quels que soient le contexte culturel, le sexe, l’origine ethnique, la langue ou d’autres variables. De même, il se défend en affirmant que tous les individus partagent un système nerveux qui permet de répondre à la stimulation chromatique. activer divers mécanismes psychologiques .

  • Peut-être que ça vous intéresse: "Les théories principales de la personnalité"

Composante objective et composante subjective

Le test de Luscher prend en compte deux éléments qui relient les états psychologiques au choix de certaines couleurs. Ces éléments sont les suivants:


  • Les couleurs ont une signification objective, c'est-à-dire qu'une même stimulation chromatique provoque la même réaction psychologique chez tous les individus.
  • Cependant, chaque personne établit une attitude subjective qui peut être, de préférence, ou le rejet du stimulus chromatique.

C'est-à-dire que le fait de considérer que tout le monde peut percevoir les différentes gammes de couleurs de la même manière et éprouver les mêmes sensations en même temps. Il attribue un caractère objectif à la qualité d'expérience associée à chaque couleur. . Par exemple, la couleur rouge activerait une sensation stimulante et excitante chez toutes les personnes, indépendamment des variables externes aux personnes elles-mêmes.

À ce dernier est ajouté un caractère subjectif, car il soutient que, par la même sensation d'excitation que provoque la couleur rouge, une personne peut la préférer et une autre parfaitement la rejeter.

Ainsi, le test de Lüscher considère que le choix des couleurs a un caractère subjectif qui ne peut pas être transmis fidèlement par le langage verbal, mais qui peut être modifié. analysé au moyen du choix apparemment aléatoire des couleurs . Cela nous permettrait de réaliser à quoi ressemblent vraiment les gens, à quoi ils ressemblent ou comment ils aimeraient se voir.

Application et interprétation: que signifient les couleurs?

La procédure de candidature du test de Lüscher est simple. La personne est présenté avec un tas de cartes de couleurs différentes, et il vous est demandé de choisir la carte que vous préférez . Ensuite, vous êtes invité à commander le reste des cartes en fonction de vos préférences.

Chaque carte a un numéro au dos et la combinaison de couleurs et de chiffres permet un processus d’interprétation qui dépend, d’une part, de la signification psychologique que ce test attribue à chaque couleur, et, d’autre part, de l’ordre dans lequel la personne a logé les cartes.

Bien que l'application du test repose sur une procédure simple, son interprétation est assez complexe et délicate (comme c'est souvent le cas avec les tests projectifs). Bien que ce ne soit pas une condition suffisante, pour pouvoir interpréter, il est nécessaire commencez par connaître le sens que Lüscher attribue au choix ou au rejet des différentes couleurs .

Elles sont appelées "couleurs Lüscher" car elles constituent une gamme de couleurs ayant une saturation de couleur particulière, différente de celle des objets de la vie courante. Lüscher les a choisies parmi une collection de 400 variétés chromatiques différentes. Le critère de sélection était leur impact sur les personnes observées. Cet impact comprenait à la fois des réactions psychologiques et physiologiques. Pour structurer votre test, classez-les comme suit.

1. Couleurs de base ou fondamentales

Ils représentent les besoins psychologiques fondamentaux de l'être humain. Il s'agit des couleurs bleu, vert, rouge et jaune. En gros traits, le bleu est la couleur de l’implication qu’il affecte, il représente donc un besoin de satisfaction et d’affection. Le vert représente l'attitude envers soi-même et le besoin d'affirmation de soi (la capacité de défense du soi). Le rouge fait référence à l'excitation et à la nécessité d'agir et enfin, le jaune représente la projection (entendue comme une recherche d’horizon et le reflet d’une image) et le besoin d’anticiper.

Signaler une perception agréable à la présence de ces couleurs est pour Luscher un indicateur d’une psychologie équilibrée et libre de tout conflit ou répression.

2. Couleurs complémentaires

Il s'agit des couleurs violet, marron (marron), noir et gris. Contrairement aux couleurs de base ou aux couleurs de base, la préférence pour les couleurs complémentaires peut être interprétée comme un indicateur d'expérience du stress ou d'une attitude manipulatrice et négative. Bien qu'ils puissent également indiquer certaines qualités positives en fonction de la manière dont ils sont placés. De plus, le choix de ces couleurs est associé aux personnes ayant des expériences de préférence ou de rejet faibles.

La couleur violette est représentative de la transformation, mais c'est aussi un indicateur d'immaturité et d'instabilité. Le café représente le sensoriel et le corps, c’est-à-dire qu’il est directement connecté au corps, mais comme il a peu de vitalité, son choix exagéré peut indiquer un stress. Le gris, en revanche, est un signe de neutralité, d’indifférence et isolement possible, mais aussi de prudence et de sang-froid. Le noir est représentatif du renoncement ou de l'abandon et, dans une mesure maximale, peut indiquer une protestation et une angoisse.

3. La couleur blanche

Enfin, la couleur blanche fonctionne comme la couleur contrastante des précédentes. Cependant, il n'a pas de rôle fondamental dans les significations psychologiques et évaluatives de ce test.

La position

L’interprétation du test n’est pas complétée uniquement par l’attribution d’un sens à chaque couleur. Comme nous l’avons déjà dit, Lüscher relie ces significations à l’expérience subjective de qui est évalué. C’est-à-dire que les résultats du test dépendent dans une large mesure de la position dans laquelle la personne a logé les cartes de couleur . Pour Lüscher, ce dernier rend compte de la position et de la direction du comportement individuel, qui peut être directive, réceptif, autoritaire ou suggérable.

Ce comportement peut, à son tour, être dans une position constante ou variable; ce qui varie selon la manière dont le lien est établi avec les autres sujets, les objets et les intérêts de l'individu. La procédure d'interprétation du test de Lüscher est fait sur la base d'un manuel d'application qui comprend différentes combinaisons et positions de couleurs avec leurs significations respectives.

Quelques critiques

Sur le plan méthodologique, pour Seneiderman (2011), les tests projectifs ont une valeur d’hypothèse-relais, car ils permettent d’établir des liens entre la métapsychologie et la clinique, ainsi que d’explorer des dimensions de la subjectivité qui autrement ne seraient pas intelligibles. Partant de l'ambiguïté et de la grande liberté des réponses, ces tests permettent d'accéder à des éléments parfois difficiles à verbaliser tels que fantasmes, conflits, défenses, peurs, etc.

Cependant, comme pour d’autres tests projectifs, on a attribué à Lüscher une modalité d’interprétation "subjective", ce qui signifie que son interprétation et ses résultats dépend dans une large mesure des critères personnels de chaque psychologue ou spécialiste qui l’applique . En d’autres termes, il est conclu que c’est un test qui n’offre pas de conclusions «objectives», ce qui a suscité de nombreuses critiques.

Dans le même sens, il est critiqué l’impossibilité de généraliser ses conclusions, en raison de l’absence de normalisations répondant aux critères méthodologiques d’objectivité de la science traditionnelle.Critères qui soutiennent, par exemple, les tests psychométriques. En ce sens, les tests projectifs ont un statut scientifique très controversé, en particulier chez les spécialistes qui considèrent ce type de test comme "réactif" et qui, dans le meilleur des cas, ont été proposés pour les systématiser quantitativement.

Par conséquent, ce test a été critiqué pour l’absence de critères permettant d’assurer sa fiabilité et la faible possibilité de reproduire ses résultats. D'un autre côté, Les idées de fonctionnalité et de pathologie ont également été critiquées (et la reproduction possible de préjugés, de préjugés ou de stigmates de divers types), qui étayent théoriquement les interprétations de ce test.

Références bibliographiques:

  • Muñoz, L. (2000). Test de Lüscher I. Application et interprétation. Consulté le 14 Août 2018. Disponible en //s3.amazonaws.com/academia.edu.documents/48525511/luscher_manual_curso__I.pdf?AWSAccessKeyId=AKIAIWOWYYGZ2Y53UL3A&Expires=1534242979&Signature=mY9dvdEukwzWDzpDFPUGgFzgoRo%3D&response-content-disposition=inline%3B%20filename%3DLuscher_manual_curso_I .pdf.
  • Sneiderman, S. (2011). Considérations sur la fiabilité et la validité des techniques projectives. Subjectivité et processus cognitifs. (15) 2: 93-110.
  • Vives Gomila, M. (2006). Tests projectifs: application au diagnostic et au traitement cliniques. Barcelone: ​​Université de Barcelone.

Non l'initiative Minder (Mars 2021).


Articles Connexes