yes, therapy helps!
Le programme MOSST: un nouveau traitement de la schizophrénie

Le programme MOSST: un nouveau traitement de la schizophrénie

Janvier 24, 2024

L’un des centres problématiques présentés par les schizophrènes est lié à la graves difficultés dans le domaine des interactions interpersonnelles et sociales . Les symptômes positifs (hallucinations ou délires), les symptômes négatifs (difficultés d'expression affective) et la désorganisation du langage et du comportement nuisent considérablement à la performance quotidienne du patient sur le plan personnel, familial, professionnel ou social.

Dans cet article, nous verrons quel est l'un des outils permettant d'améliorer la qualité des relations entre les personnes atteintes de schizophrénie et leur environnement social. C’est le programme MOSST: Formation en compétences sociales orientée vers la métacognition .


  • Article connexe: "Qu'est-ce que la schizophrénie? Symptômes et traitements"

Interventions psychologiques actuelles dans la schizophrénie

Les interventions psychologiques qui ont toujours montré une plus grande efficacité visaient à développer les compétences sociales et à promouvoir un répertoire comportemental permettant à la personne de développer un rôle compétent à la fois dans le contexte personnel et communautaire. Ainsi, les interventions cognitivo-comportementales à composantes multiples qui incluent des éléments tels que apprendre des stratégies d'adaptation et de résolution de problèmes , les tests comportementaux, la modélisation, la formation à la maîtrise de soi et à l’auto-instruction, l’apprentissage de stratégies cognitives et les interventions psychoéducatives familiales ont prouvé leur supériorité en efficacité dans de nombreuses enquêtes par rapport à d’autres types d’interventions dans lesquelles les composants sont traités séparément.


Cependant, bien que la formation d’aptitudes sociales (EHS) soit considérée comme une partie essentielle de l’intervention contre la schizophrénie et qu’elle soit fortement recommandée dans des contextes cliniques très divers, selon Almerie (2015), il semble que la difficulté à Les stratégies élaborées au cours de la séance dans le contexte réel du patient, appelée capacité de généralisation, compromettent les indices d'efficacité de ce type de traitement.

D’autre part, des auteurs tels que Barbato (2015) ont montré qu’un élément fondamental du déficit fait référence aux difficultés au niveau métacognitif présentées par les schizophrènes , c’est-à-dire la capacité de réfléchir et d’analyser ses propres pensées, sentiments, intentions de comportement et de comportement et celles des autres et la représentation que ces patients font de leur réalité quotidienne.


  • Peut-être vous êtes intéressé: "Thérapie cognitive comportementale: qu'est-ce que c'est et sur quels principes est-elle basée?"

Quelles sont les compétences travaillées?

Actuellement les principaux traitements de la schizophrénie sont bien dérivés des techniques de modification du comportement afin d'améliorer le fonctionnement psychosocial de la personne et de réduire les symptômes positifs ou, d'une manière plus nouvelle, de mettre l'accent sur les compétences cognitives sociales de travail afin de parvenir à une meilleure compréhension et à davantage de compétences dans le fonctionnement interpersonnel et la compréhension du états mentaux et émotionnels impliqués dans ce type d'interactions.

Selon la proposition théorique de Lysaker et al. (2005) quatre sont les processus de base de la métacognition:

  • Auto-réflexivité : penser à ses états mentaux.
  • Différenciation: penser aux états mentaux des autres.
  • Décentralisation: comprenez qu'il existe d'autres perspectives dans l'interprétation de la réalité en dehors de la sienne.
  • Domaine: intégrer les informations subjectives de manière plus large et adaptative.

Mettre l'accent sur la promotion des compétences indiquées et poursuivre les propositions de Lysaker (2011), qui a travaillé sur l'application d'un type de psychothérapie basée sur l'optimisation du pouvoir de l'auto-réflexion, ou de Moritz et Woodward (2007), qui ont concentré leurs interventions pour amener les patients à identifier des répertoires de raisonnement incorrects ou biaisés, Ottavi et al. (2014) ont développé le programme MOSST (Formation en compétences sociales orientée vers la métacognition).

Composantes du programme MOSST

Cette initiative nouvelle et prometteuse présente de nombreux éléments communs aux principaux EHS et décrits ci-dessus, bien qu'elle tente de mettre davantage l'accent sur le pouvoir de généralisation des contenus travaillés en thérapie, afin de promouvoir la compréhension et l'expression des phénomènes métacognitifs, en plus de donner plus de poids à l’utilisation de la technique de la modélisation et du jeu de rôle .

Conditions d'application

En ce qui concerne ses particularités, tout d’abord, l’application du programme s’effectue de manière hiérarchique, de sorte que les compétences les plus simples soient initialement abordées (par exemple, reconnaître ses pensées - réflexivité de soi) et, par la suite, progresser vers la formation de capacités plus complexes liées au composant de domaine.

D'autre part, l'espace physique dans lequel les sessions ont lieu doit être exempt d'interruptions ou de bruits parasites. L'environnement doit être détendu et ludique, mais sécurisé pour les patients. Par conséquent, les thérapeutes sont des agents actifs qui participent, expriment leurs auto-révélations et valident positivement les participants. Tout cela favorise la mise en place d’un lien positif entre les membres du groupe de patients et les thérapeutes , ou animateurs métacognitifs (FM), qui les guident dans les séances.

Sur le plan pratique, ce programme est conçu pour les patients ambulatoires présentant un profil symptomatologique stable sans diagnostic neurologique ni retard mental . Les groupes sont composés de 5 à 10 personnes et les sessions de 90 minutes ont lieu toutes les semaines. Dans chacun d'eux, une compétence différente est travaillée. Les éléments suivants sont inclus dans le programme:

  • Saluer les autres
  • Écouter les autres .
  • Demander information.
  • Commencez et terminez les conversations.
  • Tenir des conversations .
  • Recevez et félicitez.
  • Faire et rejeter des demandes.
  • Engagez-vous et négociez.
  • Proposer des activités .
  • Faire des critiques constructives.
  • Répondre aux critiques négatives.
  • Excuser .
  • Exprimer des sentiments désagréables
  • Exprimer des sentiments positifs

Les sessions sont divisées en deux parties différentes. En premier lieu, une pratique d'auto-réflexion est réalisée, rappelant une situation concrète et répondant à des questions visant à améliorer leur évocation métacognitive chez les patients. Plus tard le même processus est exécuté sur une représentation de rôle en direct et sur l'audition d'une narration, toutes deux publiées par les thérapeutes.

Dans la deuxième partie de la séance, les participants effectuent une deuxième mise en scène, après préparation de la compétence spécifique à exercer, et se terminent par une discussion sur l’évaluation des états métacognitifs vécus ou observés par les membres du groupe pendant représentation

En guise de conclusion: l'efficacité de MOSST

Otavii et al. (2014) ont trouvé des résultats prometteurs après l'application du MOSST en petits groupes à la fois chez les patients atteints de schizophrénie chronique et chez les sujets présentant des épisodes psychotiques débutants .

Par la suite, une fois l'adaptation du programme à l'espagnol achevée, Inchausti et son équipe de collaborateurs (2017) ont corroboré les résultats obtenus par Ottavi, atteignant un niveau élevé d'acceptation par les patients et d'efficacité thérapeutique. Cela se traduit par une augmentation de la performance des activités interpersonnelles, une amélioration des relations sociales et une diminution du comportement perturbateur ou agressif .

En dépit de tout ce qui précède, en raison de la nouveauté de la proposition, Inchausti souligne la nécessité de mener davantage d’études validant de manière rigoureuse les conclusions des chercheurs mentionnés à ce jour.

Références bibliographiques:

  • Ottavi, P., D'Alia, D., Lysaker, P., Kent, J., Popolo, R., Salvatore, G. et Damaggio, G. (2014a). Formation aux compétences sociales axée sur la métacognition pour les personnes atteintes de schizophrénie à long terme: méthodologie et illustration clinique. Psychologie clinique et psychothérapie, 21 (5), 465-473. doi: 10.1002 / cpp. 1850
  • Inchausti, F., García-Poveda, N.V., Prado-Abril, J., Ortuño-Sierra, J., Gainza-Tejedor, I. (2017). Formation aux compétences sociales orientées vers la métacognition (MOSST): cadre théorique, méthodologie de travail et description du traitement des patients atteints de schizophrénie. Papers of the Psychologist 2017, vol. 38 (3), pp. 2014-212.

Schizophrenia - causes, symptoms, diagnosis, treatment & pathology (Janvier 2024).


Articles Connexes