yes, therapy helps!
La personnalité pourrait être régulée par le système immunitaire

La personnalité pourrait être régulée par le système immunitaire

Juin 3, 2022

L'étude des types de personnalité est l'un des principaux domaines de recherche en psychologie.

Plusieurs propositions de tests et systèmes de personnalité en sont ressortis, très utiles à la fois en psychologie appliquée et en recherche. Cependant, on en sait encore très peu sur les causes de l'apparition de la personnalité elle-même . Nous nous rendons compte qu'il existe des différences dans les modèles de comportement (et de pensée) des personnes, mais nous ne savons pas quelle en est l'origine. Génétique - Différences d’apprentissage? La réponse à cette question, en plus d’être un mystère, semble être très complexe.

Cependant, une enquête récente a jeté un peu de lumière sur la question et a révélé une possible réponse surprenante. Une pente de notre personnalité pourrait être contrôlée par notre système immunitaire .


Les origines de la personnalité sociable

Les conclusions de l’étude, publiées dans la revue Nature et signées par plusieurs chercheurs de l’Université de Virginie, suggèrent la possibilité qu’une partie de notre comportement social soit apparue sous l’influence du système immunitaire sur notre cerveau.

L’enquête a été réalisée à partir de l’étude de plusieurs souris de laboratoire dont le corps manquait d’une molécule appelée interféron gamma (IFN-y). Cet élément joue un rôle très important dans la réponse immunitaire aux agents pathogènes. On pourrait donc dire qu'il lutte contre les maladies.

Mais sa pertinence ne reste pas seulement en cela, à en juger par ce qui a été observé chez les souris. Ces rongeurs s et ils étaient nettement moins sociables que les autres et son comportement ressemblait à ce qui se passe dans les cas d'autisme.


En outre, en plaçant ces animaux sous observation à l'aide de la technique d'IRM fonctionnelle, il a été constaté que certaines zones du lobe préfrontal étaient beaucoup plus activées que la normale chez les individus de leur espèce. C’était éclairant, car on sait que le lobe préfrontal joue un rôle important dans la régulation du comportement social et apaise également les ordres qui parviennent au cortex en provenance du système limbique, partie du cerveau responsable de l’apparition des émotions. .

Le système immunitaire et les molécules pour être plus social

Une fois que cela avait été observé, les chercheurs ont injecté de l'IFN-y à ce groupe d'animaux et, juste après, ils ont vu comment leur comportement avait changé pour devenir celui d'une souris plus sociable et tout à fait normale.

En outre, ils ont vérifié qu'après l'introduction de ce type de molécule dans le corps de la souris, la quantité d'un neurotransmetteur appelé GABA avait augmenté, entre autres pour inhiber l'activation de nombreux neurones du lobe préfrontal. Cela a entraîné une baisse du niveau d'activité dans cette zone.


Plus d'études, plus de preuves en faveur

Les mêmes chercheurs ont effectué un autre type d'étude, cette fois dans une perspective évolutive, pour déterminer si le rôle de l'interféron gamma était aussi pertinent qu'il y paraissait. Pour cela, ils ont analysé le génome de plusieurs espèces animales. Ils ont ainsi découvert que les animaux qui partageaient l'espace avec d'autres membres de leur espèce étaient davantage prédisposés à exprimer davantage le gène responsable de la fabrication de l'IFN-y, alors que l'inverse se produisait chez ceux qui avaient été plus isolés. .

C'est-à-dire que ces différentes espèces animales ont été génétiquement programmées pour produire plus d'IFN et pour être en situation sociale, même si elles n'étaient pas infectées.

Les implications de l'étude

La découverte réalisée dans cette étude est très pertinente pour deux raisons.

La première est que le plus intuitif et apparemment logique serait de penser que c’est un comportement social qui, en augmentant la contagion des maladies, a des effets sur le système immunitaire de nos ancêtres, et non l’inverse. Cette recherche rompt avec cette idée en plaçant le système immunitaire comme déclencheur possible du début de la personnalité sociable. .

En outre, selon Jonathan Kipnis, l'un des coauteurs de l'étude, on pensait que le système immunitaire et le cerveau travaillaient chacun de leur côté et que, lorsqu'il était apprécié, l'activité immunologique cérébrale était interprétée comme un signe de maladie. Par conséquent, le fait de savoir que certains composants immunologiques peuvent avoir des effets aussi importants sur le cerveau ouvre la porte à de futures lignes de recherche nous permettant de mieux connaître et de mieux connaître le comportement humain et animal.

Articles Connexes