yes, therapy helps!
La théorie phénoménologique de Carl Rogers

La théorie phénoménologique de Carl Rogers

Janvier 12, 2023

Chaque personne a sa propre manière de capturer la réalité , penser et traiter ce qui nous arrive et agir en fonction de nos perceptions, expériences précédentes, croyances et valeurs. En d'autres termes, chaque être humain a sa propre personnalité.

Cette construction a été étudiée à partir de théories et de points de vue très différents, ainsi que de problèmes et de troubles résultant d'un manque de coordination et d'adaptation entre les caractéristiques de la personnalité et les événements de la vie quotidienne. L'un d'eux est la théorie phénoménologique de Carl Rogers, centrée sur la formation du je et de la personnalité et leur adaptation, orientée vers la pratique clinique.


  • Article connexe: "La théorie de la personnalité proposée par Carl Rogers"

La théorie phénoménologique de Rogers

Carl Rogers était un psychologue de grande importance dans l’histoire de la psychologie, il est reconnu comme l’un des plus grands représentants de la psychologie humaniste et pour sa contribution à la pratique de la psychothérapie avec des innovations telles que la thérapie centrée sur le client. Une grande partie de ses contributions est due à sa vision de la façon dont les êtres humains intègrent la réalité pour former leur propre Soi. Et cet aspect est particulièrement traité dans la théorie dite phénoménologique de Rogers.

Cette théorie établit que chaque personne perçoit le monde et la réalité d'une manière particulière en fonction de l'expérience et de l'interprétation qu'elle en fait, de sorte qu'il construit sa propre réalité à partir de ces éléments. Cette interprétation de la réalité est ce que Rogers appelle un champ phénoménologique. Pour Rogers, la réalité est la perception que chaque personne en a , puisqu'il n'est pas possible de l'observer autrement que par le filtre de notre propre esprit.


Ainsi, le professionnel qui cherche à comprendre et à traiter un autre être humain doit partir de l’idée que pour le comprendre, il devra prendre en compte non seulement ce qu’il fait objectivement, mais aussi la vision subjective du monde qu’il possède et que y a conduit, en travaillant simultanément sur les deux éléments, du lien entre le professionnel et le patient.

La théorie phénoménologique de Rogers repose sur l’idée que le comportement est médiatisé par des éléments internes , comme la tendance à mettre à jour et à évaluer les expériences. L'être humain essaie de trouver sa place dans le monde, en se réalisant et en se basant sur sa croissance personnelle.

L'être humain en tant qu'organisme mis à jour

Tout au long de sa vie, l’être humain est continuellement exposé à un flot de situations qui l’obligeront à s’adapter pour survivre. Le but de ceci est de trouver votre propre place dans le monde. À cette fin, nous avons comme corps la tendance à nous actualiser constamment: nous sommes motivés à grandir et à nous développer continuellement, ce qui nous permet, d’une part, de survivre et, d’autre part, de nous développer et d’atteindre atteindre l'autonomie et atteindre les objectifs .


Nous apprenons également à évaluer les situations de manière positive ou négative, selon qu’elles nous permettent ou non de les mettre à jour, en abordant les éléments nous permettant de nous satisfaire et en nous éloignant de celles qui nous rendent la tâche difficile. Nous apprenons à visualiser la réalité d’une certaine manière et cette vision marquera notre interaction avec l’environnement.

Cette tendance est présente dès la naissance en essayant de coordonner ce développement avec notre être pour former un je plus ou moins stable dans le temps, qui marquera notre identité et notre personnalité.

Concept de soi et besoin d'acceptation et d'estime de soi

La théorie phénoménologique se concentre principalement sur processus de comportement et changement de personnalité au long de la vie. Un concept important est le concept de soi, qui est compris comme la conscience de soi et qui sert de modèle ou de cadre de référence à partir duquel la réalité est perçue et auquel l'expérience perçue est liée pour la donner, tout en idem, une valeur.

Ce concept de soi est basé sur l'organisme, la totalité de la personne, à la fois physiquement et mentalement, et sert de base à des expériences conscientes et non conscientes.

Le concept de soi est généré tout au long de l'évolution et de la croissance de la personne, à mesure qu'elle intériorise et attribue elle-même des traits qu'elle perçoit des actions des autres et de leurs effets. Sur la base de ces traits auto-assignés une image de soi est formée , prenant progressivement conscience de leur individualité

Les propres actions du mineur provoquent une réaction chez les autres, réactions qui deviendront pertinentes tout au long du développement, à mesure que le besoin de ressentir l'affection des autres et être évalué positivement.Selon que le comportement est approuvé ou puni d'une autre manière, la personne apprendra à se valoriser de manière à renforcer son estime de soi.

Le désordre mental

Cette estime de soi ou évaluation émotionnelle de la personne fera un croquis idéal Yo , ce que le sujet voudrait être et essayer de le réaliser. Mais notre ego idéal peut être plus ou moins proche de notre moi réel, ce qui peut provoquer des frustrations et une perte d'estime de soi si une approche du premier n'est pas atteinte. De même, si les situations vécues contredisent notre développement, elles sont perçues comme une menace.

Lorsque le concept de soi et la réalité se contredisent, l’être humain tente de réagir à travers différentes réactions qui réduisent la contradiction. C'est à ce moment où des réactions pathologiques peuvent survenir comme la négation ou la dissociation, selon la réaction défensive ne suffit pas ou est désorganisé, ce qui peut conduire à l'apparition de troubles mentaux pour désintégrer la personnalité de l'individu.

  • Article connexe: "Les 16 troubles mentaux les plus courants"

En thérapie

En thérapie, Rogers considère que le professionnel doit agir d'empathie et en utilisant l'intuition et la connexion avec le patient pour comprendre son domaine phénoménologique, afin que celui-ci puisse contribuer à le guider dans son acquisition de l'autonomie et de son développement.

Il est important de garder à l'esprit que pour Rogers chaque personne est responsable de soi, en tant que sujet lui-même qui va élaborer son développement et mener à bien le processus de changement. Le thérapeute est un guide ou une aide , mais il ne peut pas faire le changement pour lui mais aider la personne à trouver des moyens de se mettre à jour de la meilleure façon possible.

Le rôle du professionnel est donc de guider et d'aider à voir le sujet qui motive ou dans quelle direction se développe à partir de la relation avec le patient, ce qui devrait permettre et aider à s'exprimer. Il est basé sur l'acceptation complète du patient , sans conditions, pour y parvenir, il ouvre son champ phénoménologique et peut faire prendre conscience et accepter les expériences qui contredisent son concept de soi. Cela vise à rendre la personne capable de réintégrer sa personnalité et de se développer de manière positive.

  • Article connexe: "Acceptation de soi: 5 astuces psychologiques pour y parvenir"

Références bibliographiques:

  • Bermúdez, J. (2004). Psychologie de la personnalité. Théorie et recherche (Vols I et II). Unité didactique de l'UNED. Madrid
  • Evans, R.I. (1987). Les artificiers de la psychologie et de la psychanalyse. Conversations avec les grands psychologues contemporains. Mexique: FCE, pp. 267 et 254.
  • Hernangómez, L. et Fernández, C. (2012). Psychologie de la personnalité et différentielle. Manuel de préparation du CEDE PIR, 07. CEDE: Madrid.
  • Martínez, J.C. (1998). La théorie de la personnalité de Carl Rogers. École de psychologie de l'Université de Colima.

2017 Personality 10: Humanism & Phenomenology: Carl Rogers (Janvier 2023).


Articles Connexes