yes, therapy helps!
Le Rapport: 5 clés pour créer un environnement de confiance

Le Rapport: 5 clés pour créer un environnement de confiance

Septembre 18, 2019

Lorsque nous parlons de thérapies psychologiques, nous avons souvent tendance à penser aux techniques mises en œuvre, aux instruments permettant d'évaluer les attitudes et les capacités ou à l'approche utilisée lors de cette consultation.

Bien sûr, ce sont des facteurs très importants pour définir le type de thérapie suivie et les objectifs visés, mais pour bien saisir l’essence des séances de psychothérapie moderne, nous devons également avoir Considérons un autre problème clé. Il s’agit de la qualité de l’alliance thérapeutique établie entre le patient et le professionnel. .

C’est un concept qui peut aussi être appelé rapport , et qui est utilisé dans des domaines tels que la psychologie clinique, la PNL et même le traitement des patients dispensés par le personnel infirmier.


Comprendre la signification du mot "rapport"

Le rapport thérapeutique est la compréhension partagée et empathique des différentes perspectives à partir desquelles soi-même et l’autre aborde un problème qui doit être résolu à la fois . C'est un cadre de relations dans lequel une compréhension mutuelle est établie entre plusieurs agents afin de résoudre un problème de manière collaborative.

En bref, le rapport thérapeutique est l’harmonisation psychologique entre le thérapeute et le patient qui permet la collaboration nécessaire entre les deux . Ses deux principaux piliers sont la confiance mutuelle et la communication fluide (ce qui n’est pas symétrique, car l’idéal est que le patient s’exprime beaucoup plus que le thérapeute).


Communiquer ... au-delà de la requête

À l'origine, le mot «rapport» faisait référence à la dynamique des relations qui devraient régir l'interaction entre un agent de santé ou un thérapeute et leurs patients. De cette manière, il existe des programmes de formation pour les professionnels de la santé mentale et les médecins qui se concentrent sur l’enseignement de techniques permettant de générer des rapports, sachant qu’il s’agit d’un aspect fondamental de l’efficacité de l’intervention sur les patients. Cependant, aujourd'hui, ce mot peut également s'appliquer à pratiquement n'importe quel contexte dans lequel une tâche peut être effectuée par deux personnes qui ont besoin d'atteindre un bon degré de relation. pour l'obtenir.

En outre, le rapport peut être compris autant que dynamique relationnelle (c'est-à-dire quelque chose situé dans un espace et dans un temps spécifiques) ou en tant que technique appliquée par un thérapeute (c'est-à-dire un instrument faisant partie du répertoire de compétences du professionnel). Cependant, ces nuances ne font pas varier la nature de ce que devrait être un bon rapport.


Composants du rapport

Là où il y a de bonnes relations, il y a aussi les trois piliers sur lesquels il repose: la coordination (ou miroir), la réciprocité et la recherche de lieux communs.

1. coordination

Le la coordination o en miroir consiste en s'adapter au rythme de l'autre personne gestuelle (capturant l'ensemble de son langage non verbal et le reproduisant de la même manière), oralement (adaptez le ton de la voix et le rythme de la parole à ceux de votre interlocuteur) et surtout émotionnellement (reflétant soi-même l'état émotionnel de l'autre personne pour faire preuve d'empathie et en même temps manifester cette empathie).

2. Réciprocité

Montrer réciprocité consiste en trouver des moyens de faire correspondre les contributions de l'autre personne, qu'il s'agisse d'actions ou de prières . Traditionnellement, dans la consultation psychologique, la réciprocité se traduit par une écoute active dans laquelle le psychologue, tout en restant plus silencieux que le patient, donne constamment des signaux pour écouter l'autre personne et réagir à ce qu'il dit.

Cette composante du rapport varie en fonction de la nature du travail collaboratif que les personnes doivent accomplir.

3. Lieux communs

Ce facteur fait référence à la nécessité de centrer les messages et les actions sur des questions qui intéressent toutes les personnes concernées . C'est quelque chose que nous faisons souvent sans nous en rendre compte, en testant les goûts et les goûts d'une personne que nous venons de rencontrer et en finissant par parler de quelque chose sur ce qui est facile pour nous de dialoguer.

Cela se fait également en thérapie, bien que, bien sûr, toujours dans l’esprit des séances et sans trop s’écarter des directives et des sujets à traiter.

Le résultat de ces trois facteurs est l'instauration de l'empathie, de la confiance et d'une communication claire .

Directives pour créer un rapport

Certains de l les clés par lesquelles les psychologues et les thérapeutes sont guidés pour établir un bon rapport thérapeutique ils sont:

1. Soyez conscient de l'importance de la première impression

La plupart des professionnels dont les performances dépendent en grande partie de leur capacité à générer de bonnes relations ils mettent un zèle particulier au moment de présenter le patient de la bonne manière . Ainsi, dès le début, un cadre relationnel est créé, fondé davantage sur la confiance que sur son absence. D'autre part, le fait que le thérapeute se présente de manière adéquate peut faire en sorte que le patient réalise qu'il joue lui-même un rôle moteur ce n'était pas prévu.

Par exemple, une simple poignée de main suffit à rendre les patients beaucoup plus réceptifs aux attentions du psychologue et du personnel de santé en général.

2. Faites en sorte que le langage non verbal et verbal se marient

Générer un rapport consiste en grande partie à minimiser les distorsions possibles dans l'interprétation des expressions de l'autre. Pour cela, il est important de s'exprimer de manière propre, sans contradictions entre ce qui est dit et ce qui est fait . Par exemple, inviter un patient à expliquer son problème tout en gardant les bras croisés est quelque chose qui nuit à la qualité de la relation thérapeutique, car un message incohérent est émis.

Pour approfondir cet aspect important, vous pouvez consulter cet article:

"Les 5 clés pour maîtriser le langage non verbal"

3. Formuler sans ambiguïté les enuciados

C’est l’une des directives à suivre qui nécessite une bonne préparation de l’expression verbale. Consiste en utiliser un langage accessible et clair, sans espace pouvant conduire à un double sens ou à une phrase inachevée . De cette manière, l’autre personne n’aura pas à s’efforcer de déchiffrer le sens de ce qui est dit, ce qui, en soi, pourrait générer un rejet.

4. Testez la qualité du rapport

Bien que ce ne soit pas remarqué, les thérapeutes libèrent de petits "ballons-sondes" au patient pour tester la force de la relation thérapeutique . Par exemple, ils peuvent casser le miroir en adoptant une position très différente de celle de l'autre personne ou en modifiant le rythme du discours pour voir si cette initiative est imitée. Si le patient s'adapte à ces changements, c'est que la relation est établie avec succès.

5. Faites souvent de l'autocritique

Les psychologues ils passent beaucoup de temps à s'auto-évaluer pour découvrir quelle dynamique fonctionne et ce qui ne fonctionne pas lors de l'établissement d'une relation thérapeutique avec le patient . Par conséquent, la qualité des rapports s’améliore à mesure que les imperfections de cette alliance entre psychologue et patient sont corrigées, ce qui se produit grâce à l’étude de soi.

Pour resumer

Dans la consultation, Le rapport est la relation thérapeutique qui se situe dans l’équilibre entre la différence des rôles entre le patient et le professionnel et l’objectif commun de collaborer pour résoudre un problème. . Par conséquent, le rapport n'est pas exactement une capacité du thérapeute ou un outil implémenté unilatéralement, mais quelque chose qui est généré dans la dynamique des interactions avec le patient.

C'est quelque chose qui doit être nourri par les deux parties, mais pour lequel le psychologue est spécialement préparé. Grâce à un mélange d'empathie et de cohérence dans ce qui est exprimé, un thérapeute peut établir un cadre relationnel dans lequel le rapport se crée pratiquement spontanément.

En fonction des rôles que les personnes doivent adopter et des objectifs à atteindre, la bonne harmonie entre les agents peut donner lieu à plusieurs types de rapports qui s’adaptent à chaque situation. n, bien que ses principes fondamentaux soient toujours les mêmes.

Références bibliographiques:

  • Casella, S.M. (2015). Rapport thérapeutique: l'intervention oubliée. Journal des soins infirmiers d'urgence, 41 (3), pp. 252 - 154
  • Dolcos, S., Sung, K., Argo, J.J., Flor-Henry, S., Dolcos, F. (2012). Le pouvoir d'une poignée de main: corrélats neuronaux des jugements évaluatifs dans les interactions sociales observées. Journal of Cognitive Neuroscience, 24 (12), pp. 2292 - 2305
  • Norfolk T., Birdi K., Patterson F. (2009). Développer le rapport thérapeutique: une étude de validation de la formation. Qualité dans les soins primaires, 17, pp. 99-106.

Comment Se Motiver Face À Un Environnement Négatif (Septembre 2019).


Articles Connexes