yes, therapy helps!
La société du spectacle: une réflexion sur la postmodernité

La société du spectacle: une réflexion sur la postmodernité

Mai 20, 2022

Actuellement nous vivons des moments convulsifs au niveau de la société, de la politique et de l'économie . On suppose qu'une partie de la crise financière mondiale nous a assiégés pendant exactement dix ans, mais indique également une autre raison, davantage psychologique ou plutôt psychosocial. Un manque de compréhension de la société que nous sommes et de ce que nous voulons être. "Une crise de valeurs", disent des philosophes et des sociologues du monde entier. L’activité économique dans les périodes de prospérité aurait été un mirage de ce que nous pensions devoir être, et il n’en reste maintenant que la facette. kitsch.

Le concept de la société du spectacle est maintenant plus de vingt ans depuis qu'il a été conçu par la main de l'auteur français, penseur et philosophe Guy Ernest Debord (1931-1994). Cet auteur a écrit un livre de moins de 200 pages pour décrire ce qu'il considérait comme la nouvelle supercherie du vingtième siècle. Comparé au modèle de société, le capitaliste émergent, à ce qui était devenu une religion dans le passé: un simple contrôle des personnes créant une réalité fictive et qui n’a jamais existé, comme la consommation.


  • Peut-être que vous êtes intéressé: "Qu'est-ce que la psychologie politique?"

Quelle est la société de la série?

L'idée de la société du spectacle découle de la pensée situationniste des années cinquante du siècle dernier. Guy Debord a été influencé par le cinéma moderne, par des paroliers européens et par les idées marxistes et anarchistes les plus radicales. Alors ça a fondé le lettriste international en 1952 , magazine critique avec le modèle urbain qui se forgeait après la période de la guerre mondiale.

Cinq ans plus tard, en 1957, l’Internationale Situationniste (IS) était créée. Elle était une organisation d’intellectuels et d’artistes révolutionnaires. ils sont allés contre le capitalisme cela a été mis en œuvre dans la société européenne. En outre, c’était une revendication farouche contre la société de classe et contre la culture de la civilisation occidentale à domination capitaliste. Ce mouvement s'est nourri des idéologies d'extrême gauche d'auteurs tels que Georg Lukács ou Rosa Luxemburg.


Une décennie plus tard, le fondateur du groupe situationniste, après avoir rassemblé suffisamment d'informations et d'observations sur la vie quotidienne, écrivit son ouvrage le plus célèbre: La société du spectacle (1967). Ce livre était une thèse magistrale d'un débat critique contre la société du capitalisme moderne, ainsi que de son impact sur l'identité des personnes. "Tout ce qui a été vécu directement s'éloigne aujourd'hui dans une représentation", a assuré l'écrivain.

Les valeurs de la société postmoderne

Les situationnistes de l'époque apportèrent une grande contribution aux révoltes culturelles et intellectuelles dans le monde entier, du monde occidental au monde oriental, en portant une attention particulière au printemps 1968 (printemps de Prague), opposant une grande résistance aux valeurs inculquées. dans les sociétés modernes. Capitalisme, consommation, image, statut, matérialisme. Il était destiné à rompre avec ces valeurs prédéterminées et artificielles créer un modèle plus pur, sentimental et humaniste.


Pour Guy Debord, le modèle de production capitaliste avancée a marqué notre mode de vie, notre manière de nous relier aux autres et les valeurs acquises en fonction du spectacle . En spectacle, nous comprenons la représentation de ces valeurs par les médias, le cinéma, les publicités et les bannières publicitaires qui magnifient les idées fausses et les sentiments erronés, selon les critiques.

Les valeurs de la société du spectacle, toujours présentes aujourd'hui, suggèrent la conviction d'une réalité artificielle comme étant notre environnement naturel. La normalisation de ces préceptes en tant que méthode de coexistence. Le véhicule, les appareils, les types de trajet que nous effectuons sont tous des concepts mercantiles répondant à une idéalisation erronée de ce qui devrait être la vie basée sur l'image donnée aux autres .

La psychogéographie comme méthode révolutionnaire

Une des clés pour surmonter certains des stéréotypes marqués par le capitalisme occidental était ce que Guy a appelé la méthode du "détour", une manière de tracer une direction différente de celle à laquelle la société nous a habitués. Ainsi, la psychogéographie était une méthode expérimentale très efficace qui visait à tracer un itinéraire indéfini errant dans des environnements urbains et non prédéterminée par le rythme de la société.

Il s'agissait de marcher, de générer des situations naturelles et des expériences de hasard (c'est pourquoi on l'appelait le situationnisme). Selon un autre expert sur le terrain, l’Espagnol Luis Navarro, une situation peut être un moment spontané ou construit, en fonction de la manière dont chaque personne veut ou doit créer sa propre réalité . De ce point de vue, il s’agit d’une des lignes maîtresses de la société du spectacle, de mettre en doute le schéma créé pour une société "fonctionnelle et civilisée".

Le situationnisme aujourd'hui

De nombreux mouvements sociaux sont aujourd'hui les héritiers directs du situationnisme du XXe siècle. La crise mondiale du système financier qui a éclaté il y a plus de dix ans est directement une crise du système capitaliste actuel (héritier également du siècle dernier). Pour cette raison, des plateformes telles que "Occupy Wall Street", la page de reconnaissance mondiale en tant que "Wikileaks" ou les pirates activistes de "Anonymous", sont présentées comme suit: des outils pour lutter contre la culture établie .

Au niveau national, en Espagne, le "Mouvement des 15 millions" s'est traduit par des manifestations pacifiques qui ont débuté dans les grandes villes du pays pour réclamer des réductions de salaire, le retrait des droits civils tels que le logement, un emploi stable ou la liberté. désaffection politique ressentie par les citoyens à l’égard de leurs représentants. La corruption est le dernier pilier de ce phénomène qui continue de s’intensifier.


Georges VIGARELLO sport et postmodernité (Mai 2022).


Articles Connexes