yes, therapy helps!
La théorie de l'autodétermination: ce que c'est et ce qu'elle propose

La théorie de l'autodétermination: ce que c'est et ce qu'elle propose

Avril 22, 2019

L’être humain est, par définition, un être actif: nous adoptons en permanence une grande variété de comportements afin de rester en vie, de nous adapter à l’environnement ou de nous développer de manière à pouvoir faire face aux vicissitudes et aux besoins qui en découlent. tout au long de notre cycle de vie. Nous utilisons les moyens à notre disposition, à la fois en interne et au niveau de ceux disponibles dans les médias, pour agir.

Mais ... pourquoi agissons-nous? Qu'est-ce qui nous touche? Ces questions apparemment simples ont conduit à l’élaboration d’une grande diversité de théories sur ce qui nous pousse à agir. Une de ces théories, qui rassemble en réalité une série de sous-théories à ce sujet, est la théorie de l'autodétermination . C’est à propos de ce dernier dont nous allons parler tout au long de cet article.


  • Article connexe: "Dualisme en psychologie"

La théorie de l'autodétermination: que nous dit-elle?

C'est ce qu'on appelle la théorie de l'autodétermination, une macro-théorie développée principalement par Decí et Ryan, qui vise à établir dans quelle mesure le comportement humain est influencé par différents facteurs. facteurs qui affectent notre motivation à agir , avec un accent particulier sur l’idée d’autodétermination ou de capacité à décider volontairement quoi et comment le faire en tant qu’élément explicatif fondamental.

L’objectif principal de la théorie de l’autodétermination est de comprendre le comportement humain de manière à ce que cette connaissance puisse être généralisée à toutes les situations que peuvent rencontrer les êtres humains de toutes les cultures et toucher toute sphère, sphère ou domaine vital.


Dans ce sens, cette théorie se concentre sur la motivation comme élément principal à analyser , valorisant l’existence d’une accumulation d’énergie générée par différents besoins humains, qui acquiert par la suite une direction ou une orientation vers la satisfaction de ces besoins.

Il faut tenir compte du fait qu’en ce sens ils ont une grande importance la personnalité et les éléments biologiques et autobiographiques de la personne en question , le contexte dans lequel leur comportement évolue et la situation concrète dans laquelle il se déroule, étant des éléments qui s’influencent mutuellement et qui influent sur l’apparition possible de différents types de motivation.

L'autodétermination serait le degré auquel nous dirigeons volontairement notre comportement par le biais de forces internes croissantes, constituant la motivation de plus en plus appropriée à la volonté et au désir de réaliser le comportement au lieu d'être influencé par des éléments environnementaux qui rendent la réalisation de l'action nécessaire. Nous sommes des êtres actifs qui ont tendance à se développer , grandir, rechercher et intégrer l’expérience perçue, tant au niveau des éléments externes qu’internes, étant donné que tout cela nous permettra de disposer de ressources suffisantes pour répondre à nos besoins actuels et futurs. Il est donc important de savoir ce qui vient de l'environnement et ce qui est inné et impulsif.


Nous sommes devant une théorie qui intègre et fait partie de conceptions de différents paradigmes psychologiques, parmi lesquels se distinguent comportemental et humaniste. D'une part, une recherche d'informations rigoureuses et scientifiques est maintenue, ce qui explique les mécanismes par lesquels nous orientons notre comportement vers la réalisation d'un objectif motivant (de la même manière que le comportementaliste) et d'autre part. acquérir la vision de l'être humain en tant qu'entité active orientée vers des buts et des objectifs propre à la psychologie humaniste.

Nous devons également garder à l’esprit que cette théorie est applicable dans presque tous les domaines, car la motivation est un élément nécessaire à la mise en œuvre de tout type d’activité: de la formation académique au travail, en passant par les loisirs, relations interpersonnelles

  • Peut-être que cela vous intéresse: "Types de motivation: les 8 sources de motivation"

Cinq théories principales

Comme mentionné ci-dessus, la théorie de l'autodétermination peut être identifiée comme une macro-théorie visant à étudier le fonctionnement de la motivation en ce qui concerne la détermination de son propre comportement. Cela implique que la théorie elle-même est constituée d'un ensemble de différentes théories interreliées afin de travailler sur le sujet de la motivation et de l'autodétermination. Ces sous-théories sont principalement les cinq suivantes.

1. Théorie des besoins psychologiques de base

L'une des principales théories constituant la théorie de l'autodétermination est celle des besoins psychologiques de base. Ces besoins font référence à des constructions psychiques que l'être humain doit être motivé par le comportement, en laissant de côté les composants purement physiologiques (tels que le besoin de manger ou de boire).Les différentes études réalisées dans le cadre de cette approche ont déterminé l’existence de au moins trois types de besoins psychologiques de base qui expliquent le comportement humain : le besoin d'autonomie, le besoin d'auto-compétence et le besoin de lien ou de relation.

Le premier d'entre eux, l'autonomie, fait référence au besoin de l'être humain (et des autres êtres) de se connaître ou de se considérer comme des êtres capables d'influencer par le biais de sa propre vie ou de sa réalité. Ce besoin implique que le sujet voit ses actions comme quelque chose qui a un effet réel et palpable, qu'il est capable d'exercer sa volonté avec un certain contrôle sur ce qu'il fait et ce que cela implique: il s'agit avant tout du besoin de se sentir libre choisir C’est fondamental dans l’émergence d’une identité personnelle et dans les cas où elle ne se développe pas pleinement, des comportements de passivité et de dépendance peuvent apparaître ainsi que des sensations d'inutilité et de désespoir.

Le besoin de percevoir sa propre concurrence est en arrière-plan lié au précédent, dans le sens où il est basé sur la capacité de contrôler ce qui se passe en fonction de ses propres actions, mais dans ce cas, il est centré sur la conviction que nous avons assez de ressources pour mener à bien un comportement. C'est la conviction que nous sommes capables et la sensation d'être habile , que les actions que nous avons choisies de mener de manière autonome pourront être mises à profit grâce à notre capacité et auront un impact certain sur ce qui se passe.

Enfin, le besoin de relation ou de lien est une constante chez les êtres grégaires comme l’être humain: nous devons nous sentir membres d’un groupe, avec lesquels nous pourrons interagir de manière positive et établir des relations mutuellement solidaires.

2. Théorie des orientations causales

Un autre élément fondamental de la théorie de l'autodétermination est celui de la théorie des orientations causales, dans laquelle elle vise à élucider ce qui nous pousse ou dans quelle direction nous orientons nos efforts. En ce sens, la théorie établit l'existence de trois types principaux de motivation: intrinsèque ou autonome, extrinsèque ou contrôlée et impersonnelle ou démotivée.

Dans le cas de la motivation intrinsèque ou autonome, il représente cette force qui nous motive de telle sorte que la performance vient des forces internes , effectuant la conduite en raison du plaisir de le faire. Une partie du temps où tous les besoins de base mentionnés ci-dessus sont bien résolus, alors nous agissons uniquement en fonction de notre volonté et de notre choix. C’est le type de motivation qui implique un plus grand degré d’autodétermination et qui est davantage lié au bien-être psychique.

La motivation extrinsèque, au contraire, provient d'un manque de satisfaction de certains des besoins psychiques ou physiologiques qui sont destinés à être remplacés par la performance du comportement. Nous sommes confrontés à une action menée parce que cela permettra ou facilitera la réduction du statut de manque. Généralement le comportement est considéré comme contrôlé afin de satisfaire le besoin . Bien qu'il y ait une certaine autodétermination, celle-ci est moins présente que dans la motivation intrinsèque.

Enfin, la motivation impersonnelle ou la motivation découle du sentiment d'incompétence et d'autonomie: nous pensons que nos actions ne prédisent pas les changements possibles et n'ont pas d'effet sur la réalité, ne permettant pas de contrôler ce qui nous arrive ou cette réalité. Tous les besoins ont été frustrés, ce qui conduit au désespoir et au manque de motivation.

3. Théorie de l'évaluation cognitive

Le troisième des sous-domaines qui composent la théorie de l'autodétermination, dans ce cas-ci, est basé sur le principe que l'existence d'intérêts personnels et innés, recevant des événements qui se produisent dans le médium (externe ou interne), est différente. évaluation au niveau cognitif et générer différents degrés de motivation.

Participe à l'expérience de vie du sujet, ainsi qu'à l'historique d'apprentissage sur les conséquences et les effets de ses performances avec l'environnement. Ces intérêts sont analysés afin d’expliquer les différences de niveaux de motivation intrinsèque , mais aussi comment cela affecte l'extrinsèque ou quels aspects ou phénomènes favorisent une diminution de la motivation. Cet intérêt découle également de la perception de la manière dont l’interaction avec le monde permet ou non de répondre aux besoins fondamentaux.

En conclusion, nous pouvons déterminer que la théorie de l'évaluation cognitive stipule que les principaux éléments prédictifs de notre intérêt pour différents aspects de la réalité sont la sensation et l'attribution du contrôle que nous effectuons, la compétence perçue, l'orientation de la motivation (si nécessaire). est d'obtenir quelque chose ou non) et la situation ou des facteurs externes.

4. Théorie de l'intégration organique

La théorie de l'intégration organique est une proposition qui vise à analyser le degré et la manière dont différents types de motivation extrinsèque existent, en fonction du degré d'internalisation ou d'assimilation de la régulation du comportement .

Cette internalisation, dont le développement générera progressivement la capacité de motivation pour cesser de compter sur des éléments externes et sur la motivation intrinsèque née, émergera tout au long du développement de soi, basée sur l'acquisition de valeurs et de normes social. En ce sens, quatre types principaux de motivation extrinsèque peuvent être distingués en fonction du type de régulation du comportement qui a lieu.

En premier lieu nous avons une réglementation externe , dans lequel on agit pour obtenir une récompense ou pour éviter un préjudice ou une sanction étant le comportement totalement dirigé et contrôlé par l’extérieur.

Avec une réglementation légèrement plus intériorisée, la motivation extrinsèque par régulation introjectée se produit lorsque, malgré le fait que le comportement est toujours pratiqué pour obtenir des prix ou pour éviter des sanctions, leur administration ou leur fraude sont données au niveau interne, indépendamment ce que les agents externes effectuent.

Ensuite, nous pouvons trouver la motivation extrinsèque par une réglementation identifiée , au début, se voir attribuer une valeur propre aux activités réalisées (bien qu’elles soient toujours réalisées en cherchant / évitant des prix / punitions).

La quatrième et dernière, très proche de la régulation intrinsèque inhérente à la motivation du même nom mais qui reste néanmoins régie par des éléments externes, est la motivation extrinsèque qui découle de la régulation intégrée. Dans ce cas, le comportement est considéré comme positif et favorable pour la personne et en soi et sans évaluation des récompenses ou des punitions, mais pas encore fait parce qu'il génère du plaisir pour lui-même.

5. Théorie du contenu des objectifs

Enfin, et bien que différents auteurs ne l’incorporent pas dans la théorie de l’autodétermination, une autre des théories les plus pertinentes ayant un impact sur celle-ci est la théorie du contenu des objectifs. Dans ce sens, comme dans la motivation, nous trouvons des objectifs intrinsèques et extrinsèques. Les premiers sont basés sur la recherche du bien-être psychologique et du développement de la personne , consistant principalement en objectifs de croissance personnelle, d’affiliation, de santé et de contribution à la communauté ou à la générativité.

En ce qui concerne les aspects extrinsèques, ce sont nos propres objectifs et viser à obtenir quelque chose de l'extérieur de la personne et d'être dépendants de l'environnement: nous trouvons principalement des besoins en apparence, un succès économique / financier et une considération de renommée / sociale. Or, le fait qu'un objectif soit intrinsèque ou extrinsèque n'implique pas que la motivation qui y conduit soit nécessairement celle qui partage son adjectif: il est possible d'avoir une motivation intrinsèque pour obtenir des objectifs extrinsèques ou inversement.

Références bibliographiques:

  • Ryan, R.M. & Deci, E.L. (2000). Théorie de l'autodétermination et facilitation de la motivation intrinsèque, du développement social et du bien-être. American Psychologist, 55 (1): 68-78.
  • Stover, J.B., Bruno, F.E., Uriel, F.E. et Liporace, M.F. (2017). Théorie de l'autodétermination: une révision théorique. Perspectives in psychology, 14 (2).

L’approche socio-écologique (Avril 2019).


Articles Connexes