yes, therapy helps!
La théorie du panoptique de Michel Foucault

La théorie du panoptique de Michel Foucault

Juillet 25, 2022

Le pouvoir, son contrôle et sa gestion sont des éléments constamment présents dans la société et dans les institutions.

La gestion du comportement de citoyen et l'action selon certaines règles de coexistence plus ou moins convenues et acceptées par la société dans son ensemble sont assurées par divers agents tout au long de notre vie. Ce suivi et ce contrôle seraient analysés dans le La théorie panoptique de Michel Foucault .

  • Article connexe: "Biopower: la théorie développée par Michel Foucault"

Comprendre le terme: qu'est-ce que la panoptique?

Bien que la théorie du panoptique soit devenue populaire grâce à Michel Foucault, le concept panoptique a été conçu par Jeremy Bentham comme un mécanisme applicable au contrôle du comportement des prisonniers dans les prisons.


Le panoptique lui-même est une forme de structure architecturale conçue pour les prisons et les prisons . Ladite structure supposait un agencement circulaire des cellules autour d'un point central, sans communication entre elles et pouvant être le détenu observé de l'extérieur. Au centre de la structure se trouverait une tour de guet où une seule personne pourrait visualiser toutes les cellules, pouvant ainsi contrôler le comportement de tous les détenus.

Ceux-ci, cependant, ne pouvaient jamais savoir s'ils étaient surveillés ou non, étant donné que la tour avait été construite de telle sorte qu'elle était vue de l'extérieur comme opaque, ne sachant ni où elle se trouvait ni quel était le gardien. Ainsi, le prisonnier pouvait être surveillé à tout moment, devant contrôler son comportement pour ne pas être puni.


  • Cela peut vous intéresser: "Les 13 types de prisons (et leurs effets psychiques sur les détenus)"

La théorie du panoptique de Michel Foucault

L'idée du panoptique serait reprise par Michel Foucault, qui verrait dans la société d'aujourd'hui un reflet de ce système. Pour cet auteur, le passage du temps nous a amené à nous immerger dans une société disciplinaire , qui contrôle le comportement de ses membres par l’imposition d’une surveillance. Ainsi, le pouvoir cherche à agir par la surveillance, le contrôle et la correction du comportement de citoyen.

Le panoptisme est basé, selon la théorie du panoptique de Michel Foucault, sur le fait de pouvoir imposer des comportements à l'ensemble de la population en se basant sur l'idée que nous sommes surveillés. Il cherche à généraliser un comportement typique dans une plage considérée comme normale, en punissant les déviations ou le bon comportement du premiándose.


Autogestion et autocensure

Ce modèle social amène l'individu à gérer lui-même son comportement , empêchant la coordination et la fusion avec le groupe afin de maintenir le comportement dans une plage établie comme correcte par le pouvoir. La formation et l'action de groupes divergents avec l'ordre établi sont difficiles.

L’utilisation de mécanismes fondés sur le même principe de panoptique permet de ne pas obliger le pouvoir à être exercé et à se manifester continuellement, car même si dans l’antiquité il y avait une personne qui exerçait le pouvoir et surveillait s’il était obéi, à présent toute personne Même un objet peut être un représentant de ce pouvoir.

Le fait que la surveillance soit invisible, c'est-à-dire que les personnes observées ne peuvent pas déterminer si elles sont observées ou non, permet de contrôler le comportement individuel même s'il n'est pas surveillé. Le sujet en observation éventuelle tentera d'obéir aux normes imposées afin de ne pas être sanctionné.

Foucault dit que le panoptique s'exprime très bien le type de domaine qui se produit à l'ère contemporaine : Les mécanismes de surveillance sont introduits dans les corps, ils font partie d'un type de violence qui s'articule à travers les attentes et les significations transmises par les espaces et les institutions.

Le panoptique dans la société

Pour la théorie du panoptique de Michel Foucault, la structure de type panoptique dans laquelle certains agents ont le pouvoir de surveiller et de sanctionner le comportement des autres sans qu'ils puissent déterminer s'ils sont surveillés ou non ne se limite pas au seul environnement carcéral. dans lequel Bentham l'a imaginé.

En fait selon Foucault, toutes les institutions actuelles ont, d'une manière ou d'une autre, ce type d'organisation . Bien qu'il ne soit pas nécessaire de procéder physiquement, et même sans véritable surveillance à tout moment, le fait de savoir ou de nous croire surveillé et évalué modifiera notre comportement dans des environnements différents.

Par exemple, la théorie du panoptique de Michel Foucault est applicable dans le monde de l'entreprise, où les employés contrôlent leur comportement avant de savoir que leurs supérieurs peuvent visualiser leurs actions. Ce contrôle améliore la productivité et diminue la dispersion.Il en va de même à l’école, les élèves surveillant eux-mêmes leur comportement s’ils se sentent supervisés par des enseignants et même avec les enseignants s’ils estiment qu’ils sont surveillés par les organes directeurs. L'idée est de rendre le domaine diffus dans les dynamiques de pouvoir et les relations sociales.

Pour Foucault, tout est actuellement lié par la vigilance, de la participation à différentes institutions à notre quotidien. Même dans des domaines tels que le sexe, les mécanismes de contrôle de la société actuelle sont visibles, à la recherche du contrôle de nos pulsions grâce à la normalisation de la sexualité . Cela a été renforcé avec la naissance des technologies de l'information, dans lesquelles des caméras et des systèmes de surveillance ont été mis en place et améliorés afin de contrôler le comportement des autres.

Quelques aspects liés à la psychologie

La structure conçue par Bentham et la théorie de l'optique panoptique de Michel Foucault ont toutes deux une conséquence importante sur le plan psychologique: l'émergence de la maîtrise de soi des sujets en raison de la présence de surveillance .

Ce fait correspond au conditionnement opératoire selon lequel l'émission ou l'inhibition d'un comportement sera donnée par les conséquences de ladite action. Ainsi, le fait d'être surveillé implique, selon les cas, l'attente d'un possible renforcement ou punition si nous adoptons certains comportements. Cela entraînera la mise en œuvre de réponses cherchant à adopter le comportement qui entraîne des conséquences positives ou à éviter l’imposition d’une punition, tout en évitant tout comportement ayant des conséquences aversives.

Bien que cela puisse améliorer les performances et le comportement au travail dans certains domaines, une telle surveillance constante peut souvent entraîner des réactions de stress et même des épisodes d’anxiété chez des personnes qui finissent par être excessivement inhibées, constituant ainsi un contrôle excessif favorisant les rigidités comportementales et inconfort psychique.

En outre, l’imposition de pouvoir générera un niveau élevé de réactance chez de nombreuses autres personnes. s, induisant des comportements opposés à ceux initialement souhaités.

Ce contrôle peut également être effectué de manière positive. Le fait d'être surveillé peut encourager les sujets à apporter des changements de comportement pouvant éventuellement constituer un avantage adaptatif. Par exemple, cela peut aider à améliorer l'observance et le suivi d'un traitement ou d'une thérapie ou même à prévenir des actes tels que des voies de fait, du harcèlement ou des mauvais traitements. Le problème est que beaucoup de ces modifications vont être simplement superficielles et faire face au public, ne provoquant pas de changements d'attitude ou se produisant dans la sphère privée. Le changement de comportement est essentiellement dû aux conséquences possibles et non à la conviction de la nécessité d'un changement.

Références bibliographiques:

  • Foucault, M. (1975). Surveiller et punir. Éditions Gallimard: Paris

Foucault - Surveiller et punir - De Dicto #10 (Juillet 2022).


Articles Connexes