yes, therapy helps!
Trouble du jeu vidéo: un nouveau trouble mental selon l'OMS

Trouble du jeu vidéo: un nouveau trouble mental selon l'OMS

Mai 11, 2021

Notre comportement évolue en même temps que notre culture et notre société, il n'est donc pas absurde de penser que ces changements sont à l'origine de nouveaux troubles ou de modifications psychologiques connexes. C'est le cas du trouble du jeu vidéo.

Il y a quelques décennies, il était presque impossible de penser qu'un jeu vidéo pouvait conduire à un désordre psychologique . Cependant, la prolifération croissante des jeux vidéo et leur accessibilité ont amené l'OMS à elle-même à se demander si cela pouvait constituer un problème pour la santé mentale et physique des personnes.

  • Article connexe: "Huit aspects psychologiques importants dans les jeux vidéo"

Le désordre du jeu vidéo est-il une nouvelle condition?

En décembre dernier, l’OMS a publié un nouvel état psychologique très lié à l’époque: le trouble du jeu vidéo.


L'existence réelle de cette maladie, qui sera incluse en juillet prochain dans la nouvelle édition de la Classification internationale des maladies (CIM-11), a été largement débattue dans les milieux de la recherche; C’est l’une des premières mesures prises par l’organisation pour envisager la possibilité qu’un abus des jeux vidéo puisse générer des dépendances ou des altérations psychologiques.

Après des années de recherche, depuis que l'OMS collabore avec des groupes d'experts dans ce domaine depuis 2005, l'organisation a jugé nécessaire de prendre une décision à ce sujet, car Dépendance ou problèmes liés à l'abus de jeux vidéo ils sont de plus en plus récurrents dans les consultations de psychologie.


L'OMS a signalé que, même s'il est encore trop tôt pour révéler des données épidémiologiques entièrement fiables, on estime que le nombre de personnes touchées par ce trouble varie de 1 à 10% de la population adulte en général.

De même, il a été précisé que, bien qu’il s’agisse d’un trouble beaucoup plus lié à la population plus jeune, il ne s’agit pas d’un critère d’exclusion, il sera donc pris en compte de manière égale pour tous les groupes d’âge.

Bien que l’OMS elle-même admette que la plupart de la population qui se considère comme un joueur habituel ne souffre d'aucun type de trouble , il est recommandé que ces personnes maîtrisent le temps consacré à ce loisir, car une utilisation excessive de ces jeux peut avoir des effets pervers tels que l’abandon des obligations et des activités quotidiennes ou une altération de la santé physique et psychologique.


De la même manière, les professionnels de différents domaines de la santé sont également encouragés à observer et à admettre les conséquences possibles de l’abus des jeux vidéo sur la santé des enfants et des adultes.

  • Article connexe: "Dépendance aux jeux vidéo: symptômes, causes et traitement"

Quelles sont les fonctionnalités?

En raison du fait qu'il s'agit d'un trouble très récent qui fait toujours l'objet d'une enquête, les représentants de l'OMS ont révélé que, pour le moment, le trouble du jeu vidéo n'aura pas son propre épigraphe dans la prochaine édition de la CIM-11. mais ça sera situé dans les diagnostics liés aux jeux numériques .

Par conséquent, bien qu’une définition définitive n’ait pas encore été établie, une série de caractéristiques et de schémas comportementaux de ce trouble ont été décrits.

Le trouble du jeu vidéo est défini comme un schéma de comportement caractérisé par un manque de contrôle sur la nécessité de jouer , en donnant de plus en plus la priorité au temps passé à jouer à des jeux vidéo à d’autres activités et intérêts qui étaient auparavant importants pour la personne.

Ce comportement est défini comme étant continu ou récurrent, après avoir observé une escalade de temps investie dans les jeux vidéo malgré les conséquences négatives de celles-ci. C'est-à-dire que la personne continue à jouer malgré les effets néfastes qu'elle provoque.

Afin d’éviter le surdiagnostic de ce trouble, l’OMS met en garde que, pour être considéré comme tel, Ce modèle de comportement doit interférer de manière significative dans les autres domaines de la vie de la personne . Par conséquent, les contextes tels que le travail, l'éducation, la famille ou social devraient être fortement affectés.

  • Peut-être êtes-vous intéressé: "Les 16 troubles mentaux les plus courants"

Quels seront les critères de diagnostic?

Pour qu'un comportement anormal lié à l'utilisation et à l'abus de jeux vidéo soit considéré comme un trouble ou une maladie, les trois critères suivants doivent être remplis.

De la même manière, afin que le diagnostic de trouble du jeu vidéo puisse être posé, le problème doit être constaté au moins pendant une période de 12 mois . Toutefois, l’OMS prévient que, dans les cas très graves, le délai peut être beaucoup plus court.

Les trois critères à prendre en compte lors du diagnostic d'un trouble du jeu vidéo sont les suivants.

1. Manque de contrôle

Le premier des trois critères est celui qui stipule que la personne doit être Incapable d'exercer un contrôle volontaire sur son comportement vis-à-vis des jeux vidéo . Ce symptôme inclut également l’incapacité de limiter et de contrôler le temps passé à jouer.

2. Priorité au jeu

Au cours de la période pendant laquelle le trouble se développe, la personne augmente le niveau de priorité donné au jeu. Localisation le temps qui est investi pour jouer en avance sur le reste des obligations de la personne.

3. Escalade de comportement

Enfin, le troisième critère prévoit que la personne affectée par le trouble du jeu vidéo doit expérimenter une échelle de comportement, qui continuera à être appliquée malgré ses effets néfastes sur son état de santé. Indépendamment des dommages que cela implique, le patient va continuer avec son comportement ou il va même l'augmenter .

Un traitement a-t-il été défini?

Malgré tout ce qui est décrit ci-dessus, le prochain volume de la CIM-11 dans lequel ce trouble est déjà n'établit aucune directive pour la prévention ou le traitement , il n’offre donc aucune recommandation à l’intention des membres de la famille, des professionnels ou des institutions.

Cependant, l'OMS souligne que l'introduction de ce trouble est la première étape à prendre en compte par les organisations et les professionnels lors de la conception de ressources et de moyens pour la prévention, le traitement et la réadaptation de ce trouble.

Critiques à son introduction dans la CIM-11

Comme prévu, la décision de l'OMS je ne me suis pas débarrassé des critiques de certains spécialistes qui considèrent que la génération d’une étiquette spécifique pour ce type de comportement est excessive.

Certains secteurs font valoir que, bien que ce comportement doive être pris en compte, son introduction dans un manuel de diagnostic peut créer de la confusion chez les professionnels et les membres de la famille de personnes qui ne sont que des passionnés de jeux vidéo.

Un autre exemple est une étude réalisée à l’Université d’Oxford dans laquelle il est établi que, bien que les enfants passent beaucoup de temps à jouer à des jeux vidéo, ils sont généralement capables de combiner ce loisir avec reste de ses activités ou obligations sans aucun aspect de sa vie blessé.


Gamers compulsifs, vous êtes malades ! (Mai 2021).


Articles Connexes