yes, therapy helps!
Violence à l'encontre des enseignants: 90% des victimes

Violence à l'encontre des enseignants: 90% des victimes

Décembre 9, 2021

Les tambours de violence contre les enseignants jouent depuis quelque temps, mais ils sont maintenant plus forts que jamais. Selon les dernières enquêtes du Centre syndical indépendant et des fonctionnaires (CSIF), un pourcentage écrasant de 90% des enseignants interrogés il prétend avoir vécu un cas de violence dans les salles de classe et 75% affirment avoir perdu le respect et le niveau d’autorité.

En outre, un quart des personnes interrogées assurent ou pensent que la vie professionnelle dans le centre d’enseignement n’est ni très agréable ni agréable. Ce n'est pas un problème étranger à quiconque; Les associations de pères et de mères sont conscientes de la situation et demandent plus de moyens pour lutter contre la violence en classe. Le problème pourrait être dans les nouvelles formes de socialisation et dans un mauvais usage d'Internet.


  • Article connexe: "Les 5 types d'intimidation ou d'intimidation"

La violence selon le syndicat indépendant des fonctionnaires

Avec un échantillon de 3 000 enseignants et professeurs interrogés, les résultats de cette étude ont provoqué des alarmes alarmantes à la fois dans les médias et au ministère de l'Éducation. Bien que les écoles soient créées dans le but d'éduquer, il semble que la non-violence, l'un des principes fondamentaux de la socialisation et de la participation à toute culture, perd sa présence en classe. La violence physique ou verbale semble être présente dans le travail de la plupart des enseignants.

Pour aggraver les choses, d’autres indicateurs de l’étude montrent davantage de signes des effets de la violence en classe. Les chiffres sont les suivants: 55% des enseignants disent qu'il y a beaucoup de violence dans les classes , 28% pensent que la relation avec les parents est mauvaise ou très mauvaise et 20% des personnes interrogées admettent avoir une mauvaise relation avec leurs élèves. Certes, il est à craindre que la tendance ne s'inverse pas.


  • Peut-être êtes-vous intéressé: "Les 11 types de violence (et les différents types d'agression)

Causes principales

Le CSIF a présenté l'étude il y a un peu plus d'une semaine et son présentateur, Mario Gutiérrez, a ouvert la session en reconnaissant ouvertement le sérieux de la situation: "c'est extrêmement inquiétant". L'étude est franche: si cette violence d'enfants n'est pas corrigée, elle deviendra une violence d'adulte . Il ne s'agit plus de respecter l'enseignant, mais de soi et des autres.

Les auteurs de l'étude soulignent les causes possibles de ce phénomène: le manque d'autorité de l'enseignant (sans aucun doute le plus pertinent), l'accès des étudiants à tout type de contenu violent via Internet et le peu de reconnaissance que les enseignants ont de la société.

Il n'y a pas si longtemps, l'enseignant était le deuxième personnage le plus important pour les jeunes, après les pères et les mères. L'éducation que les enfants ont reçue a été complétée par l'école. Cette chaîne de transmission de valeurs socialisantes a été interrompue, dit Gutiérrez.


Les syndicats mettent en garde contre ce manque d’autorité latente, car dans de nombreux cas les enseignants disent qu'ils ne contrôlent pas la situation et se sentent humiliés par l'étudiant lui-même même quand il est très jeune. Il attire l'attention sur le fait que certains enseignants prétendent ne pas être en mesure de renvoyer l'élève en dehors de la classe lorsqu'il se comporte de manière inappropriée. Les enseignants font valoir le manque de soutien de leurs supérieurs, des autorités compétentes, mais surtout des parents lorsqu'ils les rencontrent. "La plupart n'acceptent pas la critique de leurs enfants", a expliqué un professeur lors de la présentation des résultats de l'étude.

Je ne pourrais pas rater un autre classique de notre époque: les réseaux sociaux. Les créateurs de l'étude affirment que les élèves très jeunes, âgés de 12 à 16 ans, provoquent des situations d'intimidation à l'école et d'intimidation à des niveaux extrêmes. Le syndicat souligne la mauvaise pratique des pères et des mères consistant à donner des appareils mobiles dans les communions. "Ils ne savent pas comment gérer leur ego et perdent le respect de leurs pairs 24 heures sur 24." De ce point de vue, les réseaux sociaux comme Instagram propiciar une compétition constante d'influence sur les autres , la violence étant un moyen supplémentaire de gagner ce respect précieux.

Quelques mesures

Outre la récente étude du CSIF, d'autres rapports d'action et de prévention de la violence en classe recommandent certaines mesures pour lutter contre cette vague de maltraitance envers les enseignants. Et c'est que la situation l'exige, selon les points de vue les plus pessimistes. L’association El Defensor del Profesor a assuré que les menaces et les agressions d’élèves par des étudiants avaient été multipliées par cinq au cours des dernières années.

Pour cette raison, le CSIF a proposé une série de mesures nécessitant une mise en œuvre urgente, telles que la conclusion d’un pacte entre États. que les centres d’éducation publique disposent d’un département de soutien psychologique pour ce type d’incident, ou mettre en place un plan de coexistence scolaire actualisé. À court terme, les enseignants doivent davantage de formation pour lutter contre l'influence néfaste de l'utilisation abusive des nouvelles technologies, telles que WhatsApp ou Facebook.


Rokhaya Diallo : "J’invite Jean-Michel Blanquer à porter plainte contre moi". (Décembre 2021).


Articles Connexes