yes, therapy helps!
Qu'est-ce que la violence par procuration?

Qu'est-ce que la violence par procuration?

Juin 20, 2019

La violence sexiste est l’un des fléaux qui reste en vigueur dans la société actuelle. Jusqu'à présent cette année, au moins sept femmes ont perdu la vie aux mains de leurs partenaires , le premier quelques heures après le début de 2017.

Les abus et la violence domestique font des ravages sur la personne agressée physiquement et mentalement, que ce soit une femme ou un homme. Mais la violence n'affecte pas que les membres du couple.

Lorsqu'il y a des enfants en cause, ils souffrent à la fois de l'observation des mauvais traitements infligés à leurs proches et, dans de nombreux cas, de la violence directe ou indirecte à leur encontre. Certains d'entre eux sont même agressés physiquement ou psychologiquement dans le but de nuire à l'autre élément de la relation. Ce que ces enfants souffrent, c'est la violence par procuration. .


Que veut dire "vicaire"?

Le concept du fait d'autrui fait référence à la substitution ou au remplacement d'un individu par un autre dans l'exercice d'une fonction ou dans l'expérience d'une situation. Un exemple facile à comprendre peut être envisagé dans l'apprentissage par procuration, dans lequel on apprend à partir de l'observation des actes accomplis par d'autres personnes et de leurs conséquences.

Comprenant le concept, il est entendu que la violence par procuration sera définie comme une situation dans laquelle va procéder à une sorte d'agression sur une personne ou en remplacer une autre, ce qui serait le but réel ou collatéralement.

Violence par procuration: de quoi s'agit-il et pourquoi?

La violence par procuration est un type de violence au sein de la famille qui englobe tous les comportements accomplis de manière consciente dans le but de causer du tort à une autre personne, en agissant en second lieu par rapport au comportement principal. Cette violence est une forme de maltraitance à enfant qui peut aller de la visualisation et de l'observation par le mineur d'agressions d'un de ses proches à la souffrance d'agressions directes en tant que méthode pour le blesser.


Dans de nombreux cas, le fils ou la fille est utilisé à des fins instrumentales dans le but de nuire au véritable objectif de la violence. , le couple. La personne qui exerce la maltraitance profite de la fragilité des mineurs, portant atteinte à leur intégrité physique ou psychologique pour porter atteinte à leur partenaire psychologiquement, leur provoquant souffrance, douleur et culpabilité en ne pouvant pas défendre leurs proches. la victime.

La violence par procuration ou la menace de violence est également utilisée comme mécanisme de coercition et de contrôle à l'égard de la victime adulte: avant de savoir de quoi l'agresseur est capable, le conjoint ou le mineur est obligé de céder aux prétentions et aux souhaits de la victime. Une autre victime, qui craint d’être agressée par des mineurs, a moins de possibilités de signaler, de demander de l’aide ou de faire quelque chose qui la met en danger.


Ce type de violence domestique peut se produire de différentes manières, à la fois au niveau de la violence psychologique, de la privation des besoins essentiels, de la violence physique et même de la violence sexuelle. Dans certains cas, ce type de violence peut entraîner la mort de l'enfant , qu’il s’agisse d’un homicide ou d’un meurtre avec préméditation.

Profil de l'agresseur

Bien que le déclenchement des agressions puisse être très différent selon les cas, dans de nombreux cas, derrière la violence par procuration se trouve un profond sentiment d'infériorité et de manque de confiance en soi qui génèrent chez l’agresseur une frustration générée de manière agressive par la violence à l’égard des autres. Comme pour les autres formes de violence domestique, ce sont généralement les hommes âgés de 20 à 50 ans, bien que l'agresseur soit aussi une femme.

La plupart des agresseurs ont tendance à rechercher la domination et l'exercice du pouvoir par le biais de la soumission de leur partenaire et des enfants en bas âge, se sentant une figure autoritaire et jouissant de l'obéissance et du contrôle de la situation avec laquelle ils tentent de compenser vos insécurités. Parfois, des comportements violents peuvent être aggravés ou déclenchés pendant l'ivresse ou altérations de la conscience.

Effets sur le mineur

La souffrance de ce type de violence va générer sur le mineur une série d'effets physiques et psychologiques cela marquera en profondeur la grande majorité des zones vitales, causant une série de dommages sérieux dans leur développement.

Tout d’abord, l’un des effets les plus immédiats peut être observé lorsque l’abus se produit au niveau physique. Les agressions dont l'enfant peut être victime peuvent entraîner des blessures graves pouvant nécessiter une hospitalisation, voire même une invalidité (selon les zones touchées), voire la mort.

Sur le plan psychologique, l'estime de soi et le concept de soi peuvent être gravement endommagés.En règle générale, il y a une dégradation de la capacité d'attention et de concentration, une baisse des performances scolaires et un niveau élevé de démotivation. La survenue de troubles de stress post-traumatique, avec réminiscences d'agressions, évitement de situations rappelant la maltraitance et un niveau élevé d'activation physiologique est fréquente. Il n’est pas surprenant que des troubles de l’anxiété ou de l’humeur tels que la dépression apparaissent également. La peur et l'anhédonie sont des symptômes fréquents qui peuvent même avertir le milieu social que l'enfant est victime d'abus. Les tentatives de suicide à un moment donné du cycle de vie, y compris l’enfance, ne sont pas étranges.

Sur le plan émotionnel l'acquisition de compétences sociales, l'apparition d'empathie et les problèmes de maîtrise de soi sont très difficiles. . De cette manière, l'apparition à l'avenir de différents troubles de type psychotique ou de comportements antisociaux, agressifs et psychopathes est également favorisée.

Sur le plan social, ces mineurs ont tendance à développer des attitudes méfiantes vis-à-vis de leurs relations interpersonnelles, ce qui se traduit par un lien affectif plus complexe avec des tiers. Tout cela résulte de la violation et des abus dont ils ont été victimes, aggravés notamment par le fait que l'agresseur ou l'agresseur est une personne significative et proche. Le fait qu'il existe un lien affectif rend plus compliqué le fait de dénoncer ou de prendre d'autres types de mesures. Il est également possible que les mauvais traitements visualisés ou subis soient dissociés du reste de l'expérience, maintenant une vie sociale relativement normale en dehors du foyer en tant que mécanisme de compensation. Il n’est pas rare que des attitudes surprotectrices se développent avec les personnes les plus importantes afin de les empêcher de souffrir des mêmes souffrances qu'eux.

Enfin, la violence par procuration à laquelle ils ont été soumis peut amener les enfants affectés à acquérir les schémas comportementaux qu’ils ont pu observer, générant ainsi un apprentissage par procuration de la situation dans laquelle ils peuvent éventuellement reproduire les mauvais traitements qu’ils subissent. habitués à eux et considèrent la violence dans la famille et le couple comme un comportement normal.

Traitement

Le traitement de ce phénomène doit être abordé dans une perspective multidisciplinaire, dans laquelle les services sociaux, sanitaires, éducatifs, administratifs et judiciaires travaillent ensemble. À cette fin, plusieurs protocoles d'action ont été mis en œuvre dans les cas de maltraitance d'enfants dans la famille.

La législation en vigueur doit garantir à l'enfant victime ou témoin d'abus le droit de fournir des services d'assistance qu'ils répondent aux besoins découlant de la situation de violence, étant dans les deux cas victimes de violence domestique et nécessitant la prévention de nouvelles situations pouvant causer des dommages physiques ou psychologiques. À cet égard, la détection et le signalement des cas de maltraitance sont fondamentaux. C'est pourquoi différents protocoles d'observation ont été mis en place dans des institutions telles que les hôpitaux et les écoles.

Sur le plan psychologique, il est nécessaire de travailler d'un point de vue psychologique avec les victimes de l'agression, à la fois avec les enfants affectés et avec les adultes, qu'ils aient été témoins ou agressés. La nécessité de donner une explication à la situation produira une frustration profonde qu’ils doivent pouvoir exprimer, et il est nécessaire de travailler en plus des cognitions et des émotions causées par les mauvais traitements.

Collaborer au traitement de la situation subie, favoriser et promouvoir un concept de soi réaliste, éviter les comportements évitables et éliminer les reproches typiques Un grand nombre de victimes sont des objectifs thérapeutiques communs, qui doivent être entrepris en validant les sensations des individus et en les acceptant sans condition.

En ce qui concerne l'agresseur ou l'agresseur, quelles que soient les conséquences juridiques de leurs actes et les mesures préventives imposées (telles que l'ordonnance de blocage), différentes thérapies de rééducation ont été créées dans le but de modifier leurs comportements abusifs et d'améliorer la gestion de la frustration, techniques de modification du comportement et d’autres techniques cognitives et émotionnelles.

Références bibliographiques:

  • Deu del Olmo, M.I. (2016). Fils et filles victimes de la violence de genre dans la ville de Ceuta. Grenade: Université de Grenade. [//hdl.handle.net/10481/43005]
  • Holt, S .; Buckley, H. et Whelan, S. (2008). L'impact de l'exposition à la violence domestique sur les enfants et les jeunes. Une revue de la littérature. Child Abuse & Neglect, 32, 798-810.
  • Sauvez les enfants (2006). Attention aux enfants victimes de violence de genre. Analyse de l'attention portée aux fils et aux filles de femmes victimes de violence sexiste dans le système de protection des femmes. Madrid: Sauver les enfants en Espagne.
  • Sepúlveda, A. (2006). La violence de genre en tant que cause de la maltraitance des enfants. Cahiers de médecine légale, 12, (43-44), 149-164.
  • Vaccaro, S. (2015). Violence par procuration: Les fils et filles victimes de violences contre leurs mères.

Vie par procuration (Juin 2019).


Articles Connexes