yes, therapy helps!
Que faut-il faire pour réduire le taux de suicide?

Que faut-il faire pour réduire le taux de suicide?

Décembre 5, 2022

Selon les données fournies par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 800 000 personnes meurent chaque année par suicide et beaucoup d'autres commettent cette tentative sans succès. En 2001, les suicides enregistrés dans le monde dépassaient les chiffres des décès par homicide (500 000) et des guerres (230 000), tandis que, dans la grande majorité des pays, il s'agissait de la principale cause de décès non naturel précédant les accidents. circulation ou meurtre.

Il est clair qu’il s’agit d’un problème de santé publique très grave qui, même aujourd’hui, reste un sujet tabou pour la plupart des gouvernements et des sociétés qui en souffrent, ainsi que pour les familles concernées. Que fait-on pour empêcher une partie de la population de mettre fin à ses jours? Ensuite, nous verrons ce qu'ils sont les mesures connues pour réduire le taux de suicide .


  • Peut-être que ça vous intéresse: "Les 9 mythes et faux sujets sur le suicide"

La stigmatisation et le tabou du suicide

En premier lieu, pour savoir comment intervenir sur la généralisation des tentatives de suicide, il faut tenir compte du fait que il est compliqué de rechercher sur ce sujet , car il est couvert de tabous et de stigmates. D'après les données que nous avons vues, de nombreux autres cas sont présumés être officiellement notifiés, car la mort par suicide est une question très délicate, même illégale dans certains pays, et peut rester mal classée dans la catégorie des décès dus à des "accidents de la route" ou "arrêt cardiaque".

Des études sur cet aspect, comme celles du psychologue Thomas Joiner, élucident que plus de 40% des personnes qui ont perdu un être cher à la suite d'un suicide Je mentirais à ce sujet pour cacher la vérité .


L'enregistrement d'un cas de suicide est une procédure complexe qui implique plusieurs autorités différentes parmi la police, le personnel de santé, les proches et les médias, qui ne sont pas toujours confrontés aux faits avec la transparence et les informations nécessaires pour coordonner leur prévention.

L'effet Werther et la restriction d'information

La partie centrale de ces difficultés réside dans la stigmatisation associée aux troubles mentaux et au comportement suicidaire, principalement favorisée par la peur et l’ignorance. L’un des principaux piliers de la désinformation repose sur le célèbre effet Werther .

L'effet Werther (ou ses variantes "copycat", "domino", "call", entre autres), au contraire du roman Les chagrins du jeune Werther écrit par Johann Wolfgang Von Goethe en 1774, où le protagoniste souffre tellement d'amour qu'il décide de mettre fin à ses jours. Ce comportement a été copié par de nombreux jeunes de l'époque, à un point tel que le roman a été interdit par les autorités.


Plus tard, le sociologue David Phillips élabora une étude analogue entre 1947 et 1968, montrant que lorsque le New York Times publiait une nouvelle concernant un suicide, celle-ci augmenta dans tout le pays le mois suivant.

En réalité, l'idée que le suicide a un aspect "contagieux" En d’autres termes, si une personne célèbre se suicide ou si une nouvelle similaire est révélée, elle amènera d’autres personnes à considérer le suicide comme une option souhaitable. C’est très difficile à prouver et les études qui la font connaître sont contradictoires. Les taux de suicide restent stables dans le temps, ce que corroborent les statistiques qui peuvent être consultées après le 19ème siècle, ce qui a conduit à un accord mondial entre tous les spécialistes sur les causes les plus courantes.

  • Peut-être êtes-vous intéressé: "Pensées suicidaires: causes, symptômes et traitement"

Les principales causes de suicide

Parmi les principaux facteurs de risque, on retrouve: la maladie mentale, la dépression et les troubles psychotiques, ainsi que toxicomanie et toxicomanies , les maladies chroniques avec douleur et, enfin, les crises majeures de la vie, étant la plus fréquente avec 60% des cas, la rupture d’un partenaire (au final, nous continuons à nous suicider par amour), précédées de problèmes en milieu familial et les problèmes économiques.

Il faut aussi mentionner l'isolement social, le déracinement et le manque de liens affectifs avec les autres.

Alors, dans quelle mesure parler de suicide peut-il aider les personnes qui se trouvent dans ces tessituras et y penser de manière récurrente? Certes, informer et sensibiliser peut pousser une personne qui a conçu à mettre fin à sa vie à agir comme cette goutte qui remplit le verre, mais en même temps, c'est la seule façon pour les gens de savoir qu'ils peuvent demander de l'aide quand il a atteint ce point et que la seule réponse qu'il trouve est le silence.

Carmen Tejedor, psychiatre et experte en suicide, responsable du premier plan de prévention du suicide mis en œuvre en Espagne, visant à empêcher les gens de parler de suicide.

Tentatives de mettre fin à ses jours

Personne ne veut mourir. L'idée que le suicide est un acte de libre volonté compris comme le fait que la personne décide volontairement de ses actes découle d'une conception romantique de la liberté de la personne. Il n'y a pas de liberté dans le suicide, seulement un désespoir constant et intense jusqu'à ce que l'individu considère sa mort comme le seul moyen d'éviter de souffrir .

Entre 20 et 30 personnes qui se suicident ont mis leur vie en danger pour tenter d'y mettre fin. Ces tentatives sont les approches que l’individu fait, les essais, pour voir comment faire face à la peur, la douleur physique et la rupture avec leur propre sens de l'auto-préservation . L'expression est fausse: "qui n'a pas réussi à se suicider, c'est parce qu'il n'allait vraiment pas le faire". Si une personne a tenté de se suicider une fois, il est fort possible qu'elle réessaye et que la prochaine tentative réussisse.

Intervention psychologique et prévention

Face à la plupart des tentatives infructueuses, des options peuvent être ouvertes, notamment des traitements pharmacologiques et psychologiques par lesquels Beaucoup de gens découvrent de nouvelles raisons de continuer à vivre . On estime qu'en l'absence d'un plan de prévention du suicide adéquat, 30% des personnes touchées réitéreront leur tentative, mais grâce à une intervention spécialisée, seuls 10% le feront.

Le rôle de la société est crucial. À l'heure actuelle, quelques pays ont inclus la prévention du suicide parmi leurs priorités en matière de santé et 28 pays seulement ont indiqué disposer d'une stratégie nationale de prévention du suicide.

Les mesures les plus directes ont été la restriction de l’information et des moyens létaux. (comme le choix de la divulgation d'informations sur les suicides, les médicaments sans ordonnance, l'arrêt de l'utilisation de barbituriques ...). Il est prouvé que si une personne adopte un comportement suicidaire, mais que celui-ci est interrompu ou inaccessible, elle n'a pas tendance à se rendre sur un autre site pour le terminer. Limiter l'accès à un environnement meurtrier se traduit par la pratique d'installer des barrières physiques dans les zones à risque telles que les fenêtres de certains hôtels et ponts.

Cependant, nous devons aller plus loin et parier sur la coordination des institutions . Premièrement, informez les médias de manière responsable pour mettre fin à la stigmatisation, en particulier en ce qui concerne les troubles mentaux et le suicide. L'absence de telles responsabilités rend impossible toute personne qui envisage de se suicider ou a essayé de recevoir l'aide dont elle a besoin.

Deuxièmement, par rapport à ce qui précède, disposer d'informations fiables dont les données permettent d'approfondir l'étude des comportements suicidaires afin de les prévenir (seuls 60 États membres disposent de données d'état civil de bonne qualité pouvant être utilisées directement estimer les taux de suicide), y compris les registres civils des suicides, les registres d’hôpitaux et des études représentatives à l’échelle nationale.

Enfin, il convient de noter que le premier rapport mondial de l'OMS sur le suicide intitulé "Prévention du suicide: un impératif mondial", publié en 2014, vise à sensibiliser la population à l'importance du suicide et des tentatives de suicide, ainsi qu'à la nécessité élaborer d’urgence des stratégies de prévention globales dans le cadre de la une approche multisectorielle de la santé publique de sorte que les États membres ont réussi à stabiliser les taux de suicide nationaux de 10% d’ici à 2020.


Suicide : plaidoyer pour une prévention active - cese (Décembre 2022).


Articles Connexes