yes, therapy helps!
Xilophobie: symptômes, causes et traitement

Xilophobie: symptômes, causes et traitement

Septembre 18, 2019

La xilofobie, aussi appelée hilofobie , est la peur persistante et intense ressentie par les objets en bois ou par les matériaux qui le simulent, ainsi que par les zones boisées. Bien que cela soit rare, il s’agit d’une phobie spécifique à un environnement naturel, qui peut être liée aux risques liés aux forêts.

Ensuite, quelle est la xylophobie ainsi que ses principaux symptômes et certaines stratégies pour y remédier.

  • Article connexe: "Types de phobies: explorer les troubles de la peur"

Xilophobie: peur du bois

Le terme xilofobia est composé de la voix grecque "xilo" (xylon) qui signifie bois et de "fobos" qui signifie peur. Il s'agit de une peur persistante et excessive du bois , ses caractéristiques (odeur, texture) et les objets qui en dérivent. Il se caractérise également par la peur des forêts et des matériaux simulant le bois.


En tant que phobie dont l'élément déclencheur est un élément de la nature, la xylophobie peut être définie comme une phobie spécifique à l'environnement naturel. En tant que tel, il n’ya eu que peu ou pas d’enquêtes, puisque il se manifeste en basse fréquence .

Ce qui peut arriver plus souvent, c’est qu’il s’agit d’une crainte liée à d’autres, par exemple de type situationnel. Ces derniers sont des peurs qui persistent dans certaines circonstances ou certains lieux, tels que les forêts ou les espaces ouverts. Dans ce cas, la xylophobie peut être liée non seulement au bois, mais également à l'obscurité, aux grands espaces, à l'incertitude, aux animaux, à la perte, etc.


Caractéristiques et principaux symptômes

Lorsque nous sommes confrontés à des situations qui représentent un danger, réel ou perçu , notre corps nous alerte de différentes manières. Active spécifiquement une partie de nos cellules nerveuses appelée système nerveux autonome, qui régule les fonctions involontaires de notre corps.

Ces fonctions incluent, par exemple, l'activité viscérale, la fréquence respiratoire, la transpiration ou les palpitations. Toutes ces réactions, qui sont liées à la peur, nous permettent de mettre en mouvement une série de comportements adaptatifs, c'est-à-dire de réagir proportionnellement aux dommages éventuels.

Mais, il peut également arriver que les réactions précédentes soient présentées de manière disproportionnée, nous empêchant de générer des réponses adaptatives et ayant un impact significatif sur nos expériences en ce qui concerne le stimulus.


Des phobies spécifiques telles que la xylophobie sont caractérisées par une réponse de anxiété déclenchée par l'exposition au stimulus qui est perçu comme nuisible . Ainsi, la xylophobie peut se manifester par les symptômes suivants principalement: tachycardie, élévation de la pression artérielle, transpiration, diminution de l'activité gastrique, palpitations, hyperventilation.

De la même manière et en cas d'activation de la partie du système nerveux autonome appelée "système nerveux parasympathique", la xylophobie peut générer les réponses physiologiques associées au dégoût , tels que décélération cardiovasculaire, bouche sèche, nausée, douleur à l'estomac, vertiges et baisse de la température.

La symptomatologie précédente varie selon que la phobie spécifique est une situation, un élément de l'environnement, des animaux, des plaies ou tout autre type. Selon le cas, une autre des manifestations possibles est la présence d'une attaque de panique.

Par ailleurs, il est fréquent que des comportements secondaires se produisent, que ceux-ci adoptent pour se protéger du stimulus nocif et prévenir la réponse anxieuse. Il s'agit de comportements défensifs et évitants (faites tout votre possible pour ne pas vous exposer au stimulus néfaste) et l’hypervigilance à propos de situations ou d’éléments connexes. À cela s’ajoute la perception d’un manque de ressources pour faire face au stimulus redouté, ce qui peut aggraver la réponse anxieuse et augmenter les comportements d’évitement.

Les causes

Comme pour d’autres phobies spécifiques, la xylophobie peut être causée par une série d’associations sur le stimulus et les dommages possibles. Dans ce cas, il s’agit de associations sur les zones forestières et les éléments qui les composent (surtout le bois) et les dangers qui y sont associés.

Ces associations peuvent être basées sur des expériences réelles et directes de danger ou peuvent avoir été établies par des expériences indirectes. Dans le cas particulier de la xylophobie, l'exposition des médias à des espaces boisés peut avoir une influence importante, car ils sont généralement représentés en relation étroite avec des dangers imminents, par exemple se perdre ou se faire attaquer par un animal ou par quelqu'un.

Quand une phobie se développe-t-elle?

En général, les phobies de type environnement naturel commencent dans l’enfance (avant 12 ans) et les phobies de la situation peut commencer à la fois dans l'enfance et après 20 ans . De même, il peut arriver qu'une phobie spécifique se développe jusqu'à l'âge adulte, même lorsque la peur non persistante a commencé depuis l'enfance.

Ce dernier n'a pas été étudié dans la xylophobie, mais dans la phobie animale, le sang et les injections, la conduite et les hauteurs. En outre, lorsque le développement survient pendant l'enfance et l'adolescence, les craintes phobiques ont plus de chances de diminuer, même sans traitement. problème qui est plus difficile à se produire à l'âge adulte. Il est plus fréquent que des phobies spécifiques se produisent chez les femmes que chez les hommes.

Traitements principaux

Au début, il est important d’évaluer la situation et le stimulus redouté pour en déterminer les causes. A partir de là, c'est important détecter les comportements problématiques aux niveaux cognitif, physiologique et social , ainsi que l'intensité des réponses d'anxiété. plus tard, il est important d'analyser les ressources émotionnelles et les styles d'adaptation de la personne pour savoir ce qu'il faut renforcer ou modifier.

Pour intervenir directement sur la xilophobie, ainsi que pour traiter d'autres types de phobies spécifiques, il est courant d'utiliser des stratégies telles que:

  • Exposition en direct.
  • Modèle de participant.
  • Stratégies de relaxation .
  • Restructuration cognitive.
  • Techniques d'exposition imaginaires .
  • Désensibilisation systématique.
  • Retraitement par mouvements oculaires.

L'efficacité de chacun dépend du type de phobie et des symptômes particuliers de ceux qui en souffrent.

Références bibliographiques:

  • Fritscher, L. (2018). Comprendre la xylophobie ou la peur irrationnelle des régions boisées. Récupéré le 10 septembre 2018. Disponible à l'adresse http://www.verywellmind.com/what-is-the-fear-of-the-woods-2671899.
  • Bados, A. (2005). Phobies spécifiques. Faculté de psychologie, Université de Barcelone.

Teaser party ICICLE (Septembre 2019).


Articles Connexes