yes, therapy helps!
Sigmund Freud: la vie et l'oeuvre du célèbre psychanalyste

Sigmund Freud: la vie et l'oeuvre du célèbre psychanalyste

Janvier 24, 2023

Sigmund Freud Il est peut-être le penseur le plus célèbre, le plus controversé et le plus charismatique de la psychologie du vingtième siècle.

Ses théories et son travail ont laissé une marque importante dans la manière dont des explications ont été données pendant des décennies dans l'enfance, la personnalité, la mémoire, la sexualité ou la thérapie. De nombreux psychologues ont été influencés par son travail, tandis que d'autres ont développé leurs idées en opposition à lui.

De nos jours, la psychologie scientifique se développe en dehors des idées de Sigmund Freud. Cependant, cela n'enlève rien à la valeur historique de ce chercheur. Ensuite, nous passerons en revue sa vie et son travail.

  • Article connexe: "Les 31 meilleurs livres de psychologie à ne pas manquer"

Sigmund Freud et la psychanalyse

Freud est le père de la psychanalyse, une méthode visant à traiter les maladies mentales. La psychanalyse freudienne est une théorie qui tente d'expliquer le comportement des êtres humains. Elle est basée sur l'analyse de conflits sexuels inconscients qui naissent de l'enfance. Selon cette théorie, les impulsions instinctives réprimées par la conscience restent dans l'inconscient et affectent le sujet. L’inconscient n’est pas observable par le patient: c’est le psychanalyste qui doit rendre ces conflits inconscients accessibles à travers le interprétation de rêves, actes manqués et association libre .


Le concept appelé "association libre" est une technique qui cherche à exprimer le patient, lors de séances de thérapie, toutes ses idées, émotions, pensées et images telles qu'elles se présentent, sans restriction ni ordre. Après cette ouverture, le psychanalyste doit déterminer quels facteurs, au sein de ces manifestations, reflètent un conflit inconscient.

  • Peut-être que cela vous intéresse: "Nous avons tiré au sort 5 exemplaires du livre" Psychological Speaking "!"

La relation de Sigmund Freud avec Charcot et Breuer: origine de la psychanalyse

Pour comprendre sa théorie, il faut savoir que tout a commencé à Paris, où Sigmund Freud était grâce à une bourse. Il a passé beaucoup de temps à côté de Jean-Martin Charcot , célèbre neurologue studieux du phénomène hypnotique, commence donc à s'intéresser à la suggestion et à l’étude de l’hystérie. Une fois la bourse terminée, Freud est revenu à Vienne et a partagé les théories de Charcot avec d'autres médecins, mais tout le monde l'a rejeté. Josef Breuer , un de vos amis.


En outre, Breuer a joué un rôle important dans la vie de Sigmund Freud en tant que figure paternelle , le conseillant dans les différents aspects de la carrière qu'ils partageaient, le soutenant financièrement pour qu'il puisse s'installer comme médecin privé, créant la méthode cathartique et écrivant avec lui l'œuvre inaugurale de l'histoire de la psychanalyse.

Le célèbre cas d'Anna O.

Le cas de Anna O. (son vrai nom était Bertha Pappenheim) marqué un avant et après dans la carrière d'un jeune Freud . Anna O. était une patiente de Breuer qui souffrait d'hystérie, mais toutes deux se sont chargées de son problème. La patiente était une jeune femme qui est tombée malade à l’automne 1880. À l'âge de 21 ans, son père est tombé malade et a été obligé de prendre soin de lui. Son attention était tellement portée sur son père que la grande négligence qu’elle s’est donnée la conduisit à l’anémie et à la faiblesse. Mais ces problèmes qui l'ont bientôt prosternée au lit, ont été suivis d'inconfort encore plus alarmants: paralysie, trouble grave du langage et autres symptômes apparaissant après le décès de son père et pour lesquels elle est diagnostiquée hystérique.


Le traitement de Breuer visait à inciter la patiente à un état hypnotique et à la persuader de se rappeler les circonstances antérieures à la première apparition de chacun des symptômes ressentis. En quittant la transe hypnotique, ces symptômes hystériques disparaissaient un à un. Le médecin effectuait ce traitement deux fois par jour et Anna O. l'appelait «guérir par le mot». Breuer l'a baptisé comme méthode cathartique . Dans le cas d'Anna O., il a été conclu qu'elle avait été victime d'abus sexuel dans son enfance par un membre de la famille et, même s'il semblait que la thérapie fonctionnait, il existait un transfert sexuel entre la patiente et le médecin. Ensuite, il y avait des problèmes avec une fausse grossesse de la patiente, amoureuse de son thérapeute, et Breuer est parti harcelé par la jalousie de sa femme.

Breuer et l'hystérie

Breuer a conclu que les patients qui présentaient les symptômes de l'hystérie n'avaient pas de mal physique, mais que leurs symptômes étaient en réalité le résultat de l'action permanente de certaines expériences traumatiques du passé et qu'ils avaient été réprimés sans pour autant être oubliés. et aussi que lors de la libération de ces pensées refoulées, de leur extériorisation et de leur acceptation consciente, les symptômes ont disparu. Au début, Breuer n'a pas rendu ses découvertes publiques, mais il les a partagées avec Freud. Ce dernier a utilisé cette méthode, mais a laissé l'hypnose de côté et a mis en place la procédure de "libre association".

Plus tard, la relation entre Breuer et Freud a commencé à se détériorer suite à plusieurs discussions dans le domaine scientifique. Breuer adhérait à une conception scientifique classique qui n'acceptait pas la séparation totale entre physiologie et psychologie, tandis que Freud misait sur la création d'un tout nouveau système théorique pour la psychologie et l'indépendance absolue de toute autre branche médicale. D'autre part, Breuer a conçu la méthode cathartique avec l'hypnose, mais sans l'adoption de "l'association libre" ou d'autres modifications et extensions suggérées par Sigmund Freud. L’amitié finit par être définitivement brisée l’année de la publication conjointe.

L'inconscient

Sigmund Freud a développé une carte topographique de l'esprit dans laquelle il décrit les caractéristiques de la structure et du fonctionnement de l'esprit. Dans ce modèle, l’esprit conscient n’est que le la pointe de l'iceberg . Dans l’inconscient, beaucoup de nos impulsions et désirs primitifs qui sont médiés par le préconscience .

Freud a découvert que certains événements et désirs causaient tant de peur et de souffrance à ses patients, que ils sont restés gardés dans le subconscient sombre , affectant le comportement de manière négative. Cela est dû au processus qu'il a appelé "répression". Dans sa théorie, l’inconscient revêt une grande importance, puisque la psychanalyse a pour but de faire prendre conscience de ce qui dérange l’inconscient.

Les instances psychiques

Plus tard, Freud développa un modèle d'esprit composé d'IT, ME et SUPER-ME, et l'appela "l'appareil psychique". Les deux IT , le Je et Super-yo ce ne sont pas des zones physiques, mais des conceptualisations hypothétiques d'importantes fonctions mentales.

  • Le IT fonctionne au niveau inconscient. Il répond au principe de plaisir et est composé de deux types d’instincts biologiques qu’il a appelés Eros et Thanatos . Eros, ou instinct de vie, aide les individus à survivre; dirige des activités qui soutiennent la vie, telles que la respiration, la nourriture ou le sexe. L'énergie créée par les pulsions de la vie s'appelle la libido. En revanche, les Thanatos ou instinct de mort sont une série de forces destructrices présentes dans tous les êtres vivants. Lorsque l’énergie est dirigée vers les autres, elle se traduit par des agressions et de la violence. Freud pensait que Eros avait plus de pouvoir que Thanatos et que cela permettait aux gens de survivre plus facilement que de s'autodétruire.
  • Le Je (ou ego) se développe pendant l'enfance. Son objectif est de satisfaire les exigences de l'informatique au sein de l'acceptation sociale. Contrairement à l'informatique, le je suit le principe de réalité et opère dans le conscient et le subconscient.
  • Le Super-yo (ou le surmoi) est chargé de veiller à ce que les normes morales soient suivies, de sorte qu'il agit conformément au principe de la moralité et nous motive à adopter un comportement socialement acceptable et responsable. Le SUPER-ME peut amener une personne à se sentir coupable de ne pas suivre les règles. En cas de conflit entre les objectifs informatiques et le SUPER-ME, le ME agit en tant que médiateur. Le soi a des mécanismes de défense pour prévenir l'angoisse de ces conflits. Ces niveaux ou instances se chevauchent, c'est-à-dire qu'ils sont intégrés et que la psyché humaine fonctionne. C'est un processus qui commence à partir du moment où une personne est née.

Quand on est né, c'est tout, il faut satisfaire immédiatement vos besoins en nourriture, hygiène, sommeil et contact, car il n'a pas la capacité d'attendre, c'est-à-dire qu'il est régi par un principe de plaisir, il est impatient. Petit à petit, il apprend à attendre, il s'aperçoit que quelqu'un l'encourage, distingue des situations, c'est le moment où le SELF émerge et, à mesure qu'il grandit, il poursuit son apprentissage.

Parmi ces enseignements, il distingue certaines choses qu’il ne peut pas faire et d’autres qu’il fait; c’est alors que le SUPER-YO commence à se former. Un enfant oriente son comportement comme indiqué par les adultes qui lui décernent des prix ou des punitions selon qu'il répond ou non aux normes ou aux indications qu'il donne.

Les mécanismes de défense

Freud nous parle de mécanismes de défense, tels que les techniques de l'inconscient, qui sont chargés de minimiser les conséquences d'événements trop intenses. De cette manière, grâce à ces mécanismes, l’individu est capable de fonctionner normalement.C'est une réponse du SELF, qui se défend à la fois de la pression excessive de l'informatique, lorsqu'elle demande la satisfaction d'impulsions, et du contrôle excessif du SUPER-ME; Grâce à eux, le SELF se protège également de la présence d'expériences traumatiques passées.

Les mécanismes de défense sont des moyens incorrects de résoudre le conflit psychologique et peuvent conduire à des troubles de l'esprit, du comportement et, dans les cas les plus extrêmes, à la somatisation du conflit psychologique et des dysfonctionnements physiques qui l'expriment. Voici quelques-uns des mécanismes de défense:

Déplacement

Il fait référence à la réorientation d'une impulsion (généralement une agression) vers une personne ou un objet. Par exemple, quelqu'un qui est frustré par son patron et qui donne un coup de pied à son chien.

Sublimation

C'est semblable au déplacement, mais l'impulsion est canalisée dans une forme plus acceptable. Une pulsion sexuelle se sublime dans un but non sexuel et renvoie à des objets socialement valorisés, tels que l'activité artistique, l'activité physique ou la recherche intellectuelle.

La répression

C'est le mécanisme que Freud a découvert en premier. Il fait référence au fait que j'efface les événements et les pensées qui seraient douloureuses si elles étaient maintenues au niveau de la conscience.

Projection

Il fait référence aux personnes qui attribuent leurs propres pensées, motivations ou sentiments à une autre personne. Les projections les plus courantes peuvent être des comportements agressifs qui provoquent un sentiment de culpabilité, des fantasmes ou des pensées sexuelles.

Déni

C'est le mécanisme par lequel le sujet bloque les événements extérieurs pour qu'ils ne fassent pas partie de la conscience et traitent des aspects évidents de la réalité comme s'ils n'existaient pas. Par exemple, un fumeur qui refuse de fumer peut causer de graves problèmes de santé.

Si vous voulez en savoir plus sur ce sujet, vous pouvez visiter l'article "Mécanismes de défense"

Les étapes de la théorie de Freud

À l’époque où vivait l’auteur de la théorie psychosexuelle et dans lequel il était habituel de subir une forte répression des désirs sexuels, en particulier chez les femmes, Sigmund Freud comprenait qu’il existait un lien entre névrose et répression sexuelle. Par conséquent, il était possible de comprendre la nature et la variété de la maladie en connaissant les antécédents sexuels du patient.

Freud considérait que les enfants naissent avec un désir sexuel qu'ils doivent satisfaire et qu'il existe une série d'étapes au cours desquelles l'enfant recherche le plaisir à partir d'objets différents. C'est ce qui a conduit à la partie la plus controversée de sa théorie: la théorie du développement psychosexuel.

Stade oral

Cela commence avec la naissance et continue pendant les 18 premiers mois de la vie. Cette étape est centrée sur le plaisir en bouche, c'est-à-dire la zone érogène. L'enfant tète tout ce qu'il trouve parce que c'est agréable et qu'il connaît son environnement. Par conséquent, dans cette phase, l'enfant expérimente déjà sa sexualité. Si l'adulte, par exemple, lui interdit de se sucer le doigt, la main, etc. Cela vous empêche d'explorer et d'explorer votre environnement. Qui peut apporter des problèmes futurs pour l'enfant.

Stade anal

La phase anale du développement se situe entre 18 mois et 3 ans. A ce stade, l'inquiétude de l'enfant et de ses parents tourne autour de l'année, c'est le stade de l'apprentissage de la propreté. La jouissance sexuelle chez l'enfant est dans la défécation. Il sent qu'il abandonne ainsi une production de son corps, une partie de lui-même et c'est pourquoi il est si important pour lui.

C'est une étape d'une grande importance et il est essentiel que le contrôle du sphincter se fasse progressivement, sans pression. Une mauvaise gestion de cette étape aura un impact négatif sur le comportement futur.

Stade phallique

La phase phallique de la théorie de Sigmund Freud commence à trois ans et s'étend sur six ans. A ce stade, les organes génitaux font l’objet de plaisir et l’intérêt pour les différences sexuelles et les organes génitaux apparaît, il est donc très important de ne pas réprimer et gérer correctement ce stade, car il pourrait entraver la capacité de recherche, de connaissance et d’apprentissage général . Freud dit que les hommes commencent à éprouver des sentiments sexuels envers leur mère et voient leurs parents comme des compétiteurs. Ils craignent donc d'être castrés, processus qui aboutit au complexe d'Œdipe. Plus tard, les enfants s'identifient à leurs parents et répriment les sentiments envers leur mère pour qu'ils abandonnent cette phase.

Stade de latence

La phase de latence de Freud se développe entre six ans et le début de la puberté, elle coïncide avec le stade scolaire et on a longtemps cru à tort que la sexualité était dormante, latente. Ce qui se passe, c’est que pendant cette période, l’intérêt de l’enfant se concentre sur la connaissance, l’apprentissage et la recherche. Une bonne gestion des étapes précédentes contribue très favorablement à la réussite scolaire.

Stade génital

Cette phase se produit à la puberté et, encore une fois, l'accent est mis sur les organes génitaux. Les individus manifestent de la curiosité pour la sexualité génitale et il est essentiel qu'ils trouvent chez leurs parents et dans le monde des adultes l'ouverture et la disponibilité nécessaires pour parler de sexualité et pour clarifier et répondre à leurs questions.

Analyse des rêves

Freud considérait que les rêves étaient importants pour expliquer ce qui se passait dans l'inconscient, car pendant que nous rêvons, les défenses du moi ne sont pas présentes. Pour cette raison, beaucoup de matériel réprimé devient conscient, bien que de manière déformée. Se souvenir de fragments de rêves peut aider à découvrir des émotions et des souvenirs enfouis. Par conséquent, les rêves jouent un rôle important dans l’inconscient et servent à donner des indices sur la façon dont ils fonctionnent.

Sigmund Freud a distingué entre contenu manifeste (ce dont on se souvient du rêve) et contenu latent , la signification symbolique du rêve (ce qu’il essaie de dire). Le premier est superficiel et le second se manifeste à travers le langage des rêves. L'auteur de la "Théorie de l'interprétation des rêves" mentionne que tous les rêves représentent la réalisation d'un souhait du rêveur, y compris des cauchemars. Selon sa théorie, la "censure" des rêves produit une distorsion de leur contenu. Ainsi, ce qui peut sembler être un ensemble d’images rêvées sans signification, grâce à l’analyse et à sa méthode de "déchiffrement", peut en réalité être un ensemble d’idées cohérentes.

Curiosités sur la vie de Freud

Nous avons récemment publié cet article qui pourrait vous aider à compléter vos connaissances sur la figure du psychanalyste autrichien:

"10 curiosités sur la vie de Sigmund Freud"

Héritage de ce grand penseur

Les idées freudiennes ont eu un impact considérable et son travail a rassemblé un grand nombre de disciples. Parmi eux, citons Karl Abraham, Sandor Ferenczi, Alfred Adler, Carl Gustav Jung, Otto Rank et Ernest Jones. Certains, comme Adler et Jung, se sont éloignés des principes de Freud et ont créé leur propre conception psychologique.

Il n'y a aucun doute que La psychanalyse a été révolutionnaire pour la psychologie et il a servi de base au développement d’un grand nombre de théories psychologiques et d’écoles. A ses débuts, et même aujourd’hui, c’est une doctrine qui s’est éveillée grandes passions, pour et contre . L’une des principales critiques concerne peut-être le manque d’objectivité dans l’observation et la difficulté de tirer des hypothèses précises vérifiables de cette théorie, mais quelle que soit leur critique, dans le développement de la psychologie, il existe un avant et un autre. après ce personnage célèbre.

Articles Connexes