yes, therapy helps!
Profil de l'agresseur, en 12 traits

Profil de l'agresseur, en 12 traits

Mars 31, 2020

Malgré les progrès relativement progressifs dans la recherche de l'égalité des droits pour tous les membres de la société, la violence sexiste est toujours un problème fréquent dans notre société.

La psychologie a essayé de travailler à la fois sur la victime et sur l'environnement social et même sur l'agresseur. Dans ce dernier cas, une tentative a été faite établir un schéma ou un profil typique de l'agresseur . Bien qu'il existe de nombreux types de maltraitance et d'abus, il est possible de trouver certaines caractéristiques typiques de ce type d'agresseurs.

  • Vous êtes peut-être intéressé par: "Profil psychologique du violeur: 12 traits communs"

Violence de genre

La violence de genre est définie comme toute conduite, communication ou absence de celles produites par un sujet dans le but de causer un préjudice physique, psychologique ou sexuel à un tiers du fait ou pour des raisons découlant de son appartenance à un sexe ou à un genre. genre concret.


La personne qui commet l'acte préjudiciable, l'agresseur ou l'agresseur, commet de tels actes volontairement et intentionnellement, en sachant que de tels actes impliquent une violation des droits de la partie lésée.La violence peut être exercée directement ou indirectement , par des agressions physiques, des vexations, des menaces ou la coercition. Parfois, la violence n’est pas exercée sur le partenaire, mais est agressée dans l’environnement ou sur les enfants de cette personne afin de leur causer des souffrances.

Les statistiques reflètent que une grande majorité des mauvais traitements sont exercés par les hommes envers les femmes , initiant généralement des attitudes et comportements abusifs à l'adolescence ou au début de la jeunesse.


Il existe également des cas d’apparition tardive, ainsi que des cas de maltraitance exercée par les femmes à l’égard des hommes (bien que cela ne soit généralement pas reconnu comme une violence de genre).

Il existe un grand nombre de variables qui peuvent finir par générer un individu qui finit par être maltraité, ce qui n'est pas facile d'établir un profil général de la figure de l'agresseur dans la violence de genre. Malgré cela, nous verrons une douzaine de traits communs dans la plupart des cas.

  • Peut-être êtes-vous intéressé: "Profil de l'agresseur psychologique: 21 caractéristiques communes"

Le profil de l'agresseur

Bien qu’il n’y ait pas un seul type d’agresseur et ils ont tous des caractéristiques qui les rendent différents les uns des autres Il existe une série d'éléments qui ont tendance à être communs dans presque tous les cas. Vous trouverez ci-dessous une série de douze traits communs à la plupart des agresseurs.


1. Ils ont tendance à avoir une bonne image publique

Il n'est pas rare que, lorsque des cas de mauvais traitements sont connus, des voix qui surprennent se manifestent parmi les personnes qui connaissent l'agresseur. C'est parce que en dehors de la maison, l'agresseur a tendance à agir avec une normalité parfaite , n'ayant généralement pas dans son comportement des signes visibles d'hostilité envers sa partenaire et la traitant autant que les autres avec cordialité et affection. C'est à la maison, dans la vie privée, que l'individu en question manifeste et décharge son agressivité.

2. Sentiments d'infériorité et de faible estime de soi

Un dénominateur commun chez la plupart des agresseurs est la présence de faible estime de soi et sentiments d'infériorité par rapport à leurs pairs. Ces sentiments d'infériorité provoquent une profonde frustration qui peut facilement être transformée en violence.

D'autre part, la frustration résultant du fait de voir les choses du point de vue de ceux qui ont une faible estime de soi conduit parfois à exprimer la colère par la violence à l'encontre de ceux qui sont physiquement plus faibles ou de ceux qui sont en situation de vulnérabilité. pour des causes liées au contexte. En outre, on recherche un lieu sûr pour exercer cette violence et le milieu domestique est généralement réservé à l'agresseur, car il offre une intimité, loin des yeux de ceux qui le craignent.

3. Motivation pour le pouvoir

En règle générale, l'agresseur a tendance à avoir un grand besoin de pouvoir. Ces sujets ils ont tendance à avoir besoin d'imposer leurs propres opinions ou que les choses se fassent à leur manière, au moins dans des cercles sociaux restreints, dans lesquels elles peuvent essayer de se faire respecter par la violence (au lieu de les réaliser, elles suscitent parfois la peur, quelque chose de très différent du respect).

En grande partie à cause des sentiments d'infériorité mentionnés ci-dessus ou de l'absence de contrôle dans divers domaines vitaux importants pour l'agresseur, l'individu en question peut entraîner la nécessité de: exercer un contrôle et un contrôle sur le couple , qu'ils ont tendance à considérer comme inférieurs.

  • Article connexe: "23 signes indiquant que vous avez une" relation toxique "avec un partenaire"

4. Internaliser les stéréotypes de genre

La violence de genre est ainsi nommée parce que la cause de l'exercice de violence est liée au sexe de la personne soumise à l'agression. Par conséquent, la plupart des abuseurs ils utilisent les rôles de genre comme prétexte pour l'agression en les utilisant pour mettre en valeur leur rôle et celui de leur partenaire et en punissant les comportements et les pensées qui s’en échappent.

Ainsi, la femme doit être soumise, affectueuse et dépendante, tandis que l'homme doit être fort, dominant et stoïque. Si l'un des deux ne remplit pas lesdits papiers La frustration et l'agression apparaissent .

5. Faible niveau d'affirmation de soi

Un autre aspect pertinent chez un grand nombre d’agresseurs est la absence de capacité à répondre avec assurance à différents problèmes cela peut leur arriver tous les jours. Ainsi, les problèmes et les changements les frustrent et réagissent souvent avec aversion à leur égard. Ils défendent leurs droits de manière agressive sans prendre en compte les souhaits des autres et faire passer leurs besoins en premier.

6. Relations de dépendance

Bien que ce ne soit pas vrai dans tous les cas, il est courant que la personnalité de l'agresseur ait tendance à dépendre d'une certaine dépendance de l'environnement. Cette dépendance engendre la peur et une certaine fixation sur l'idée d'abandon, ce qui, dans le cas de l'agresseur, se traduit par un contrôle accru du couple, un niveau élevé de jalousie envers d'autres "concurrents" possibles , la tentative de l'isoler et de le rendre dépendant de l'agresseur et même de l'agression physique.

7. Instabilité émotionnelle et impulsivité

En règle générale, l'agresseur a tendance à avoir un niveau élevé de névrotisme. Cela signifie qu'il a une émotion labile qui peut rapidement passer de la joie à la tristesse ou de l'affection au mépris. Ce manque de stabilité facilite les frustrations et les tensions internes qui, combinées à une impulsivité élevée et à Mauvais contrôle des impulsions Cela peut déclencher une agression.

8. L'égocentrisme

Un aspect pertinent partagé par la plupart des agresseurs est le tendance à se concentrer sur leurs propres besoins et préoccupations , ignorant ceux des autres ou les conséquences de leur comportement chez les autres.

9. Jalousie et possessivité

La personne qui maltraite a tendance à craindre que le couple l'abandonne ou l'expose, aussi tente-t-il d'éviter d'être influencée ou attirée par des sujets extérieurs qui pourraient l'en éloigner couple considérant qu'ils peuvent l'arracher.

La personne abusée C'est considéré comme un élément de votre propriété qu'il doit rester fidèle et accomplir ses desseins. Les comportements de contrôle sont établis et la perception est biaisée dans la recherche de la confirmation de leurs peurs.

  • Article connexe: "Les types de jalousie et leurs différentes caractéristiques"

10. Faible niveau d'empathie

L’un des aspects les plus clairement visibles des agresseurs est le peu d'empathie qu'ils manifestent envers leurs victimes . Ils ne se mettent généralement pas à la place de la victime ou ne choisissent pas volontairement d'ignorer leur point de vue, sans tenir compte des effets psychiques et / ou émotionnels que les mauvais traitements sur la victime échappent au contrôle de leur comportement.

11. Minimiser la violence ou blâmer les autres

Un autre facteur fréquent, bien que cela ne se produise pas dans tous les cas, est le fait que l'agresseur tend à considérer la violence exercée comme justifiée , diminuez l’importance de ses effets ou placez la faute dans la performance du couple ou dans d’autres facteurs tels que l’alcool ou la drogue.

12. Capacité de manutention

Bien que pas dans tous les cas, malgré une capacité d'empathie très réduite, de nombreux récidivistes ont une capacité élevée de manipulation et de suggestion. Pendant que cela dépend aussi de la situation et de la personnalité de la victime Dans certains cas, la capacité de les convaincre que des comportements agressifs ont été adoptés pour leur propre bien, qu’elles sont normales ou même que l’agression était méritée, s’est manifestée.

Ils peuvent également prédisposer la victime à se méfier de son environnement et à s’en écarter en le traitant mal avec ses proches, en l’isolant et en le faisant dépendre exclusivement de l’agresseur.

Références bibliographiques:

  • Castellano, M.; Lachica, E.; Molina, A. et Villanueva, H. (2004). Violence contre les femmes. Le profil de l'agresseur: critères d'évaluation des risques. Carnets de médecine légale, 35

TWD #07 à #12 - 6 profils de personnalité transgressive - LE TRAILER (Mars 2020).


Articles Connexes