yes, therapy helps!
Mémoire de travail (opérationnelle): composants et fonctions

Mémoire de travail (opérationnelle): composants et fonctions

Juin 21, 2022

Mémoire de travail, également appelée "opérationnelle" , est un système cognitif qui conserve les informations à court terme et les manipule, permettant ainsi l’exécution de comportements et de processus psychologiques complexes tels que la prise de décision ou le calcul mathématique.

La théorie originale qui décrivait la mémoire de travail était le travail des psychologues Baddeley et Hitch. Dans cet article, nous analyserons les composants de la mémoire opérationnelle en fonction de ce modèle et des fonctions correspondant à chacune d’elles.

  • Article connexe: "Types de mémoire: comment la mémoire stocke le cerveau humain?"

Mémoire de travail et mémoire à court terme

Au cours des années 50 et 60 du siècle dernier, différentes théories sur la mémoire ont émergé dans le cadre du paradigme cognitiviste. Nous avons d’abord parlé de la mémoire sensorielle, qui comprenait l’icône ou visuel et l’échoique ou auditif, et ensuite le distinction entre mémoire à court terme et mémoire à long terme .


Le concept de mémoire à court terme a été progressivement remplacé par celui de mémoire opérationnelle ou de travail. Ce changement est dû au fait que, de les contributions d'Alan Baddeley et Graham Hitch dans les années 70, on considère que ce type de mémoire est non seulement un stockage passif d'informations, mais qu'il fonctionne également.

Selon Baddeley et Hitch, la mémoire de travail est composée d'un ensemble de composants qui interagissent les uns avec les autres. Ces systèmes fonctionnent avec "Éléments" d'informations verbales , visuels ou autres ; tout élément d'information ayant un sens pour la personne est compris comme un élément.

  • Peut-être êtes-vous intéressé par: "Psychologie cognitive: définition, théories et principaux auteurs"

Le modèle multicomposant de Baddeley et Hitch

Le modèle classique de la mémoire opérationnelle Il était composé de trois composants: l'exécutif central, qui gère l'utilisation des ressources cognitives et attentionnelles, et deux systèmes subordonnés qui traitent des informations unimodales, la boucle phonologique et la boucle articulatoire.


Par la suite, Baddeley a ajouté un quatrième composant, le tampon épisodique.

1. exécutif central

Baddeley et Hitch ont décrit l'existence d'un système de contrôle de l'attention qu'ils ont appelé "exécutif central". La fonction principale de ce composant est affecter des ressources attentionnelles aux tâches que nous accomplissons à un moment donné, de sorte que le reste des systèmes mnémiques soit dirigé par l'exécutif central.

Ce système stocke également des informations, mais leur capacité est limitée. lorsque la demande dépasse les ressources de l'exécutif central, celui-ci utilise la boucle phonologique et l'agenda visuospatial , que Baddeley et Hitch ont appelé "sous-systèmes esclaves".

2. Boucle phonologique ou boucle articulatoire

La boucle phonologique est un système qui conserve temporairement les informations verbales en format acoustique . Selon le modèle, la boucle articulatoire peut maintenir passivement 3 éléments au maximum pendant 2 secondes; si nous effectuons une opération de "révision subvocale" répétant les informations par la parole interne, la capacité augmente à 7 éléments.


Si nous nous concentrons sur le côté passif de la boucle phonologique, cette composante est proche du concept de mémoire écologique , décrit par George Sperling et Ulric Neisser comme une brève représentation mentale de l’information acoustique.

3. Agenda visospatial

Baddeley et Hitch ont décrit un deuxième sous-système esclave fonctionnant avec des images: l'agenda visuospatial. Ses caractéristiques sont similaires à celles de la boucle phonologique, se différenciant essentiellement par le fait qu’elle gère les informations visuelles au lieu du son.

L'agenda visuospatial n'a pas été autant étudié que le lien articulatoire et ses caractéristiques n'ont pas été pleinement confirmées. La recherche suggère que le cerveau pourrait traiter les informations visuelles séparément (perception des détails, couleur, etc.) et spatiale, y compris la localisation et le mouvement des stimuli.

4. Tampon épisodique

Le tampon épisodique est le quatrième et dernier composant du modèle classique de la mémoire de travail, ajouté par Baddeley en 1991 à sa formulation d'origine. D'un point de vue théorique, il est associé aux fonctions exécutives du lobe frontal du cerveau.

Selon Baddeley, il s'agit d'un entrepôt temporaire à capacité limitée, tel que la boucle articulatoire et l'agenda visuospatial. Cependant, fonctionne avec des informations multimodales au lieu d'utiliser simplement des mots ou des images. Son autre caractéristique fondamentale est qu'il permet l'échange d'informations entre la mémoire à long terme et la mémoire opérationnelle.

  • Article connexe: "Hypothalamus: définition, caractéristiques et fonctions"

Fonctions du MT: opérations de contrôle

Comme nous l'avons dit, la principale différence entre le concept de mémoire à court terme et celui de mémoire de travail est que le premier a été compris comme un stockage passif, tandis que la mémoire opérationnelle est également attribuée aux fonctions actives liées à le traitement des informations disponibles .

Voyons en quoi consistent ces opérations de contrôle.

1. Répétition

La répétition des informations stockées dans la mémoire de fonctionnement permet de les conserver plus longtemps, ce qui a pour effet Prévoyez du temps pour que d'autres opérations de contrôle se produisent . Lorsque cela se produit, la probabilité que la mémoire à court terme soit transférée à la mémoire à long terme augmente.

2. Recodage, regroupement ou "chunking"

Le recodage consiste en l’élaboration de segments d’information complexes ("chunks", en anglais) à partir d’items plus simples. En plus de la mémoire de travail, cette opération il implique la mémoire à long terme , puisque les règles et les stratégies qui guident le recodage y sont stockées.

3. Exécution de tâches cognitives complexes

La mémoire de travail traite de tâches telles que la compréhension à l'audition et la lecture, résolution de problèmes, par exemple mathématiques, et prise de décision . Ces processus sont liés à des fonctions cognitives supérieures et dépendent de l'interaction entre la stimulation reçue et les informations stockées dans la mémoire à long terme.

Est-ce lié à l'intelligence?

On considère que la mémoire de travail a une relation très étroite avec l'intelligence, en ce sens qu'une plus grande capacité de ce type de mémoire se traduit par de meilleurs scores de QI. Cependant, on sait peu de choses sur la manière dont les deux constructions s'emboîtent.

  • Article connexe: "Les théories de l'intelligence humaine"

EB_#131 Projet Micro: Contrôle d'Atténuateur RF, partie 2, Premiers Essais (Juin 2022).


Articles Connexes