yes, therapy helps!
Âmes brisées: causes et effets de la violence psychologique

Âmes brisées: causes et effets de la violence psychologique

Septembre 27, 2022

Bien que ma vision de la maltraitance apparaisse inévitablement à l’image de la femme battue, puisque je parle socialement davantage de maltraitance envers les femmes (son incidence est indéniablement plus grande) que contre les hommes, que je suis une femme et que, de plus, en raison de ma vie et de mon parcours professionnel, j'ai tendance à énumérer, à être excité et à résonner avec lui.

Et bien qu'il y ait beaucoup trop de femmes soumises à leurs partenaires, je voudrais parler de la situation de violence psychologique en tant que telle, car je la conçois comme un type de relation pouvant affecter à la fois les hommes et les femmes. . Je parle d'une relation de couple avec une inégalité marquée de pouvoir et de soumission dans l'accord.


Vivre la maltraitance psychologique

Qu'est-ce qui fait qu'une personne décide (parce qu'elle ne cesse pas d'être une décision) d'être dans une sorte de relation comme celle-ci, dans laquelle l'autre est sur un plan supérieur, a la vérité suprême, déplace les ficelles de "ma" réalité personnelle ? Quelles expériences "j'ai" dû traverser pour accepter un traitement humiliant comme quelque chose de normal, pour accepter que "m'intimide", "me réifie", "me dégrade", "me surcharge de responsabilités, que" moi " me prive de mes relations sociales et familiales, déforme subjectivement la réalité, ne valant que "sa" vision des faits, créant "moi" une confusion et un doute constants, me montrant comme la source de conflits ..., à accepter même la possibilité de la mort comme solution alternative ou naturelle et parfois même attractive pour la réalité que "je suis" en train de vivre?


Car ce qui est certain, c’est qu’il existe un moment dans la trajectoire vitale de ce type de relations dans lequel la partie soumise ressent, intuitionne et sait que si l’autre "va la tête", cela peut mettre fin à sa vie et, en fonction du qui est, peut l’interpréter et le vivre avec un naturel absolu, même avec un certain goût, en raison de la paix poétique que cette image évoque ... jusqu'à ce qu'il se rende compte que ce n'est pas ce qu'il veut vivre , cela ne maintient pas une relation de respect et d'amour, qu'il y a des limites à ne pas franchir et qu'il ne doit pas mourir pour cela.

Le paradoxe est que lorsque vous rassemblez des forces pour vous retirer et dénoncer, dans de nombreux cas, votre vie est vraiment en danger.

Victime et agresseur

Comme je l’ai déjà mentionné, j’ai constaté au cours de ma carrière que ceux qui recherchent une relation de soumission ont généralement vécu des situations de maltraitance dans leur enfance, principalement exécutées par des membres de leur propre famille ou par des personnes très proches d’elle.


Mais il en va de même pour celui qui finit par devenir un agresseur. Nous constatons que les deux personnes ont leurs racines dans une enfance marquée par des abus dans aucune de ses manifestations et intensités, mais que la personnalité de base de chacun rend le résultat et le développement pratiquement opposés. Ce sont les deux faces d'une même pièce, d'un même problème, d'une même réalité, résolues de manière opposée.

La faute va dans le sens opposé

Dans le cas de la personne soumise, elle se sent au fond d'elle être un besoin extrême de plaire et de plaire à l'autre , se sentir accepté, aimé, pris en compte, se sentir digne, se sentir personne, se sentir complet. Pour cela, il disparaît même en tant qu'individu, ses goûts deviennent ceux de l'autre, ses inclinations, ses préférences et son raisonnement sont ceux de l'autre, tout comme son sentiment et son interprétation de la réalité sont une dépendance à son maximum; toutefois, en cas d'impossibilité de les assumer, le sujet est réduit au silence, réservé, retiré ... dans le but précis de ne pas générer de conflit, afin de ne pas se sentir rejeté, jugé, critiqué ni diffamé. , ni attaqué ni dégradé.

Il ne peut pas se défendre, il ne peut pas justifier son écart, il n’a pas d’outil ni de discours pour le faire. . Son cœur est brisé, tout son être est plongé dans la souffrance, dans un cri silencieux, dans un beuglement déchirant et muet ... parce qu'il ne peut même pas l'exprimer ouvertement, il le mange, il l'avale, aspirant à disparaître, désirant plusieurs fois mourir. Pendant tout le temps, la longue et éternelle erreur dans laquelle "l'être suprême" décide de ne pas lui parler, ni le toucher, ni le regarder, ni l'entendre ... en restant dans sa sphère lointaine et froide comme une banquise, avec ses airs de "loup blessé", de "victime souffrante", d '"enfant abandonné" ... jusqu'à ce que, après quelques jours et après les soins constants, méticuleux, maternels et complaisants du sujet, décide que les dommages ont déjà été réparés, revenant à l'approche dans un geste magnanime de pardon, d'indulgence et de compassion apparente.

Cette scène se poursuit jusqu’à un certain moment, ce qui l’oblige à répéter ce geste en raison de sa faible tolérance à la frustration, de sa rigidité mentale, de son besoin de contrôle, de son narcissisme, de son insécurité. extrême ... se manifeste à partir d'une position de victime réelle comme l'incapacité de l'autre à comprendre, à vous mettre dans la position de devoir réagir de cette manière, à vous sentir "obligé" d'être si vif, si distant, si vide, si grossier ... brisant encore et encore sa partenaire, érodant son estime de soi, désintégrant son âme, détruisant sa personne, annihilant tout soupçon de joie, d'authenticité, d'indépendance, de confiance en soi et d'humanité.

Cercle qui se répète jusqu'à ce qu'il apparaisse, enflamme et développe une étincelle chez le sujet, lui permettant de se retirer pour commencer à suivre un autre chemin, à vivre une autre réalité, à choisir un autre présent et à entrevoir un autre avenir.

Références bibliographiques:

  • Vicente, J.C., "Manipulateurs au quotidien: manuel de survie". Desclée de Brouwer, 2006.
  • Leonore E. A. Walker, "Le syndrome des femmes battues", Declée de Brouwer, 2012.

Amiga CD32 - Angry Video Game Nerd (Episode 162) (Septembre 2022).


Articles Connexes