yes, therapy helps!
Déjà Vu: l'étrange sentiment de vivre quelque chose déjà vécu auparavant

Déjà Vu: l'étrange sentiment de vivre quelque chose déjà vécu auparavant

Mai 20, 2019

Avez-vous déjà vécu quelque chose que vous pensez avoir vécu à un autre moment? Avez-vous été à un endroit qui vous est familier mais sans vous rappeler pourquoi vous êtes familier?

Si vous avez ressenti quelque chose de similaire, il est très probable que vous ayez vécu une Déjà vu .

Qu'est-ce que Déjà Vu signifie?

Déjà vu est un terme français inventé par le chercheur psychique Émile Boirac ce qui signifie "déjà vu" et implique la sensation de vivre une situation identique à une autre vécue auparavant mais dont nous ne pouvons pas nous rappeler quand ni pourquoi nous sommes familiers . Sa durée, normalement, est de quelques secondes et se caractérise par le sentiment de revivre un moment déjà vécu, comme si la même histoire se répétait.


Grâce à une collecte de données réalisée par Millon et son équipe, il a été observé qu’environ 60% des personnes en souffrent et cela devient un phénomène plus fréquent dans des situations de stress et de fatigue (Brown, 2003). Il survient généralement entre 8 et 9 ans, car pour qu'un Dèjá Vu se produise, un certain niveau de développement du cerveau est nécessaire, mais une fois que nous en faisons l'expérience, il devient plus fréquent entre 10 et 20 ans (Ratliff, 2006).

Lorsque nous parlons de Dèjá Vu, nous ne parlons pas d'un nouveau terme, car les expériences de Dèjá vu ont déjà été décrites dans des œuvres de grands écrivains tels que Dickens, Tolstoï , Proust et Hardy (Sno, Linszen & Jonghe, 1992).


Pourquoi Déjà Vu est-il produit?

Cette question est encore incertaine. De nombreux domaines offrent diverses explications à ce phénomène, certaines des théories les plus connues sont celles qui relatent Dèjá Vu en tant que symptôme d'expériences paranormales (vies passées, prémonitions, etc.) et même dans le domaine de la psychanalyse, Freud (1936) a postulé que cette sensation était due à la similitude de la situation actuelle avec un fantasme refoulé d'un rêve inconscient. Il a toutefois déclaré que le phénomène était source de confusion pour le moment.

Que nous dit la neuroscience sur le phénomène Déjà Vu?

En se concentrant sur une analyse neurocognitive, Alan Brown (2004), psychologue à la Southern Methodist University et auteur de "The Déjà vu Experience", nous présente une classification des différentes explications scientifiques relatives à Déjà vu à travers quatre théories:


1. Double traitement

L’idée centrale est l’affirmation de Déjà Vu en tant que résultat de deux processus cognitifs parallèles synchronisés qui perdent momentanément la synchronisation .

Cette asynchronie peut être due à l’absence d’un processus lorsque l’autre est activé ou que le cerveau code les informations et les récupère en même temps, ce qui signifie que deux voies connexes normalement séparées sont en train de se confondre. Le fait que vous observiez une image et que vous vous souveniez en même temps nous donne le sentiment d'avoir vécu cette situation auparavant.

2. neurologique

Déjà Vu est produit à cause d'un bref dysfonctionnement / interruption dans un circuit de lobe temporal , impliqué dans l'expérience de se souvenir de situations vécues, ce fait génère un "faux souvenir" de la situation. Cette théorie est justifiée par l'étude de patients atteints d'épilepsie du lobe temporal, qui éprouvent souvent une expérience de Déjà Vu juste avant de subir l'une de leurs attaques.

En mesurant les décharges neuronales dans le cerveau de ces patients, les scientifiques ont pu identifier les régions du cerveau où les signaux de Déjà Vu commencent et la manière dont stimuler ces mêmes régions permet de produire cette sensation.

3. Mnics

Définir Déjà Vu en tant que expérience générée par les similitudes et les chevauchements entre les expériences passées et présentes . Le psychologue Anne M. Cleary (2008), chercheur des bases neurales sous-jacentes à Déjà Vu, postule ce phénomène comme un mécanisme métacognitif normal qui se produit lorsqu'une expérience passée présente une ressemblance avec le présent et, par conséquent, nous fait croire que nous y sommes déjà.

A travers diverses études et enquêtes, il a montré que l’esprit stockait des fragments d’informations, c’est-à-dire qu’il ne stockait pas l’information complète et que, par conséquent, lorsque nous observons, par exemple, une rue qui ressemble à une autre rue ou qui contient des éléments identiques ou similaire, ce sentiment peut survenir.

4. Double perception ou attention

On postule que le phénomène est produit à la suite d’une crise distraction momentanée du cerveau juste après qu'une partie de la scène ait été capturée (rappel non explicite) et, lorsque cette attention est reprise (des fractions de seconde) et qu'une capture complète est effectuée , nous avons attribué à cette scène un fort sentiment de familiarité sans avoir conscience de son origine donnant un sentiment de "fausse mémoire", car une partie de cette scène avait été enregistrée implicitement et inconsciemment.

Le fait qu'il existe différentes théories montre qu'un tel phénomène n'est pas dû à une cause unique. De même, il est vrai que tout Déjà Vu n'est pas le résultat d'un processus mnésique normal, car il semble exister un type de Déjà Vu lié à une altération mnésique observée dans des pathologies telles que la schizophrénie ou, comme mentionné précédemment, dans l'épilepsie du lobe. temporaire dans lequel le phénomène peut durer quelques minutes, voire plusieurs heures (Thompson, Moulin, Conway et Jones, 2004).

Pour le moment, il n'y a pas d'explication claire et définitive qui détermine les bases anatomiques et fonctionnelles pour que ce phénomène se produise , mais les progrès des techniques de neuroimagerie et les recherches en cours peuvent aider à mieux comprendre le sujet d’un point de vue neurocognitif.

Références bibliographiques:

  • Brown, A. (2003). Une revue de l'expérience de déjà vu. Bulletin psychologique, 129 (3), 394.
  • Brown, A. (2004). L'expérience Dèjá vu. Angleterre: Psychology Press.
  • Cleary, A.M. (2008). Mémoire de reconnaissance, expériences de familiarité et de déjà vu. Current Directions in Psychological Science, 17 (5), 353-357.
  • Freud, S. (1964). Une perturbation de la mémoire sur l'Acropole. Dans l'édition standard des œuvres psychologiques complètes de Sigmund Freud, volume XXII (1932-1936): Nouvelles conférences introductives sur la psychanalyse et autres œuvres (p. 237-248).
  • Ratliff, E. (2006). Déjà vu, encore et encore. New York Times Magazine, 2, 38-43.
  • Sno, H., D. Linszen et F. Jonghe (1992). L'art imite la vie: laissez les expériences de vu dans la prose et la poésie. The British Journal of Psychiatry, 160 (4), 511-518.
  • Thompson, R., Moulin, J., Conway, M. et Jones, R. (2004). Déjà vu persistant: un trouble de la mémoire. Journal international de psychiatrie gériatrique, 19 (9), 906-907.

Déjà-vu : l’étrange histoire d’un homme « coincé dans une boucle temporelle » (Mai 2019).


Articles Connexes