yes, therapy helps!
7 mythes sur les abus sexuels sur enfants (pédophilie)

7 mythes sur les abus sexuels sur enfants (pédophilie)

Février 18, 2019

Les abus sexuels dans l'enfance (pédophilie) constituent un problème d'importance vitale pour la santé mentale des personnes qui en souffrent.

Ce type d'abus a été considéré comme un facteur de risque pour le développement de divers troubles psychiatriques, notamment la schizophrénie, les troubles dissociatifs ou la dépression.

Abus sexuel d'enfant: invisible et ignoré

Malgré tout, sur le plan social, il s’agit d’une question discrète, qui compte un grand nombre de cas non signalés et qui est associée à un grand nombre de mythes qui influent sur la connaissance générale du problème. Certaines croyances qui déforment la vision de ce type d’abus au niveau social, cela peut influencer la stigmatisation envers les victimes et créer une résistance pour dénoncer ces cas.


Pourtant, Il est important de connaître ces mythes afin de fournir des informations réelles et contrastées sur ce phénomène. afin qu'il puisse être traité plus efficacement. Dans cet article, nous allons explorer sept des mythes que je considère les plus pertinents:

Mythe 1: les abus sexuels sur enfants ne sont pas aussi courants qu'on le dit

La vérité est que ce type d’abus est plus répandu que nous le pensons. On estime qu'environ une fille sur quatre et un enfant sur six à huit ont été victimes d'abus sexuel .

Des études récentes indiquent que la prévalence des abus sexuels sur enfants en Espagne est de 19% chez les femmes et de 15,5% chez les hommes. De nombreuses victimes ne révèlent jamais les abus dont les chiffres pourraient être plus élevés lorsqu'elles passeraient inaperçues aux autorités.


Mythe 2: les filles sont plus à risque que les garçons

Les études de prévalence indiquent que les femmes subissent davantage d’abus sexuels pendant leur enfance, mais ces résultats peuvent être influencés par un parti pris dans les plaintes .

On pense qu'il est plus difficile pour les hommes de soulager les abus, en raison des stéréotypes culturels de la masculinité et des initiateurs de relations sexuelles.

Mythe 3: Les agresseurs sont des inconnus de la victime.

La littérature nous montre que dans environ 80 à 85% des cas, l'agresseur était connu de la victime , même de son propre entourage familial.

En Espagne, on constate que, dans les cas où la victime a moins de 13 ans, 23,7% à 29,3% des cas étaient des agresseurs inconnus. Ces chiffres augmentent entre les cas où la victime a entre 13 et 18 ans et peuvent ainsi constater qu'entre 20% des femmes et 54,5% des hommes ont été agressés par un inconnu.


Mythe 4: Les abus sexuels dans l'enfance ne se produisent que dans certaines classes sociales, cultures ou familles dysfonctionnelles

L'abus sexuel dans l'enfance se produit dans toutes les cultures, communautés et classes sociales . Ce mythe peut limiter la prévention, car il ignore que ce type d’abus peut arriver à toute personne, et il en va de même pour les familles dysfonctionnelles.

Ce type de maltraitance est indépendant de la fonctionnalité de la famille, car les agresseurs peuvent gagner la confiance des familles fonctionnelles et dysfonctionnelles.

Mythe 5: Tous les agresseurs sexuels ont été maltraités dans leur enfance

Certains des agresseurs ont été victimes d'abus sexuel durant leur enfance , mais ce n’est pas un fait généralisé, car des études indiquent qu’une victime d’abus sexuel sur huit finit par abuser d’enfants.

Ce mythe est utilisé par les agresseurs pour obtenir de la sympathie ou rationaliser leurs tendances abusives.

Mythe 6: Les agresseurs ne sont que des hommes

La littérature suggère que entre 20 et 25% des cas d'abus sexuel ont été perpétrés par des femmes . Ce mythe repose sur la conviction que les femmes sont les dispensatrices de soins et ne peuvent pas être agressives envers les enfants.

Les enfants de moins de 5 ans et les adolescents courent un plus grand risque d'être victimes de femmes.

Mythe 7: Les enfants maltraités savent que c'est faux et le révéleraient

Les mineurs ne sont pas forcément conscients que ce type d’activité est faux: la technique du "toilettage", marié en espagnol, est utilisé par les pédophiles pour gagner l'amitié et la confiance des mineurs avant que l'abus ne commence.

Grâce à cette technique, l’enfant ne veut pas perdre l’amitié avec l’agresseur, ni violer leur confiance, car il considère que leur relation est spéciale et n’explique donc pas cet abus à qui que ce soit.

J'espère que ces informations ont été utiles et permettent de mieux comprendre ce phénomène.

Références bibliographiques:

  • Pereda, N & Forns, M (2007) Prévalence et caractéristiques des abus sexuels sur enfants chez des étudiants universitaires espagnols. Child Abuse & Neglect, 31 (2007), 417-426
  • Sanderson, C. (2006) Counseling survivants adultes d'abus sexuels sur enfants. Londres: Jessica Kingsley Publisher.

LA VÉRITÉ SUR LES SCANDALES D'ABUS SEXUELS DANS L'ÉGLISE CATHOLIQUE (Février 2019).


Articles Connexes