yes, therapy helps!
Fonctionnement social dans la schizophrénie: 4 instruments d'évaluation

Fonctionnement social dans la schizophrénie: 4 instruments d'évaluation

Avril 15, 2021

La schizophrénie affecte de nombreux aspects de la vie des gens, car elle est liée à une distorsion de la manière dont la réalité est perçue.

L’une des dimensions de la qualité de vie qui s’épuise est ce que l’on appelle fonctionnement social.

Qu'est-ce que le fonctionnement social?

Le fonctionnement social consiste en la capacité de la personne à s'adapter à son environnement social et à ses exigences . Ce terme fait référence à la capacité d'établir des relations avec d'autres personnes, ainsi que de maintenir ces relations, de profiter de temps libre, de prendre soin de soi et de pouvoir développer les rôles que la société attend de nous.


Dans le spectre des troubles de la schizophrénie, la détérioration du fonctionnement social est un aspect central du problème et peut être détecté dans les premiers stades de l'évolution de la maladie. De plus, ce phénomène persiste même lorsque la phase aiguë du phénomène a été surmontée. D'autre part, la littérature montre que certains facteurs présents chez les patients présentant des troubles du spectre de la schizophrénie, tels que les traumatismes de l'enfance, les symptômes négatifs ou certains traits de personnalité, accentuent ce déficit de fonctionnement social.

Évaluer le fonctionnement social dans la schizophrénie

Il est donc clair qu’évaluer de manière adéquate le fonctionnement social des patients atteints de troubles du spectre de la schizophrénie revêt une grande importance, dans la mesure où ainsi, les traitements les plus efficaces peuvent être fournis pour la situation spécifique de chaque patient .


Mais il est non seulement nécessaire d'évaluer efficacement la détérioration du fonctionnement social au niveau de la pratique clinique, il est également important pour la recherche dans ce domaine et ainsi de comprendre en profondeur quels sont les facteurs et les mécanismes qui interviennent et modulent cette détérioration. .

Les outils psychométriques

Pour cette évaluation, il existe des outils psychométriques, tels que des questionnaires ou des entretiens, qui aident le clinicien et le chercheur à connaître le degré de déficit du fonctionnement social des patients.

Nous nommerons ici quatre des instruments les plus utilisés et passerons en revue leurs caractéristiques. , (à la fois sa structure et ses caractéristiques psychométriques). Tous ont été adaptés à l'espagnol et validés chez les personnes atteintes de troubles du spectre de la schizophrénie.

1. Échelle de fonctionnement social et personnel (PSP)

Cette échelle développée par Morosini, Magliano, Brambilla, Ugolini et Pioli (2000) évalue quatre domaines du fonctionnement social du patient : a) soins personnels; b) activités sociales habituelles; c) relations personnelles et sociales; et d) comportement perturbateur et agressif. Il est noté par le clinicien et comprend un entretien semi-structuré pour aider à obtenir de bonnes informations sur chacun des domaines.


Sur cette échelle les 4 zones sont notées en utilisant une échelle de Likert de 6 points, allant de 1 (absent) à 6 (très grave) . Les scores sont obtenus dans chacun des 4 domaines, de sorte que les scores les plus élevés indiquent une performance inférieure, et un score global de l'échelle dans laquelle les valeurs les plus élevées reflètent un meilleur fonctionnement personnel et social.

La version espagnole de cet instrument, développée par Garcia-Portilla et al. (2011), présente une cohérence interne de 0,87 et une fiabilité test-retest de 0,98. Il s’agit donc d’un instrument valide et fiable pour mesurer le fonctionnement social des patients atteints de schizophrénie.

2. Échelle de fonctionnement social (SFS)

L'échelle développée par Birchwood, Smith, Cochrane, Wetton et Copestake (1990) évalue le fonctionnement social au cours des trois derniers mois de la vie du patient présentant des troubles du spectre de la schizophrénie et peut être administré sous forme de questionnaire autodéclaré ou d’entrevue semi-structurée.

Il comprend 78 items et sept sous-échelles sont mesurées: isolement, comportement interpersonnel, activités prosociales, temps libre, indépendance-compétence, exécution de l'indépendance et emploi / profession. La version espagnole de Torres y Olivares (2005) présente des coefficients alpha élevés (entre 0,69 et 0,80), ce qui en fait un instrument valide, fiable et sensible.

3. Échelle de qualité de vie (QLS)

Il s’agit d’une interview semi-structurée comprenant 21 éléments, avec une échelle de Likert de 7 points. Il a été développé par Heinrichs, Hanlon et Carpenter (1984) et évalue quatre domaines: a) les fonctions intrapsychiques; b) les relations interpersonnelles; c) rôle instrumental; et d) utilisation d'objets courants et d'activités quotidiennes.

Cette échelle il sert à la fois à mesurer la qualité de vie des patients et à évaluer le fonctionnement socio-professionnel . La version espagnole adaptée de Rodríguez, Soler, Rodríguez M., Jarne Esparcia et Miarons (1995) est un outil valable, avec une cohérence interne élevée (0,963) et fiable.

4. Questionnaire d'évaluation de l'invalidité de l'OMS (WHO-DAS-II)

Ce questionnaire, avec différentes versions (36, 12 et 5 éléments), évalue différents domaines d'activité: compréhension et communication avec le monde , capacité à se gérer dans l’environnement, soins personnels, relations avec les autres, activités de la vie quotidienne et participation à la société.

Développé par Vázquez-Barquero et al. (2000), son utilité, sa validité et sa fiabilité ont ensuite été corroborées par des patients présentant des troubles du spectre de la schizophrénie par Guilera et al. (2012).

Références bibliographiques:

  • Birchwood, M., Smith, J., Cochrane, R., Wetton, S. et Copestake, S. (1990). L'échelle de fonctionnement social. Le développement et la validation d'une nouvelle échelle d'adaptation sociale à utiliser dans les programmes d'intervention familiale auprès de patients schizophréniques. Le British Journal of Psychiatry: Le journal de la science mentale, 157, pp. 853 - 859. Extrait de //www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/2289094
  • Garcia-Portilla, M.P., Saiz, P.A., M. Bousoño, M., Bascaran, M.T., Guzman-Quilo, C. et J. Bobes (2011). Validation de la version espagnole de l'échelle de fonctionnement personnel et social chez les patients ambulatoires atteints de schizophrénie stable ou instable. Journal de psychiatrie et de santé mentale, 4 (1), pp. 9 - 18.
  • Guilera, G., J. Gómez-Benito, O. Pino, J. E. Red, M. J. Cuesta, A. A. Martinez-Arán, J. (2012). Utilité de l'annexe II de l'Organisation mondiale de la santé pour l'évaluation de l'invalidité dans la schizophrénie. Schizophrenia Research, 138 (2-3), p. 240 - 247.
  • Heinrichs, D. W., Hanlon, T. E. et Carpenter, W. T. (1984). L'échelle de la qualité de vie: un instrument d'évaluation du syndrome de déficit schizophrénique. Schizophrenia Bulletin, 10 (3), p. 388-398.
  • Lemos Giráldez, S., Fonseca Pedrero, E., Paino, M. et Vallina, Ó. (2015). Schizophrénie et autres troubles psychotiques. Madrid: synthèse.
  • Lysaker, P.H., Meyer, S.S., Evans, J.D., Clements, C.A. et Marks, K.A. (2001). Traumatisme sexuel durant l'enfance et fonctionnement psychosocial chez les adultes atteints de schizophrénie. Services psychiatriques, 52 (11), 1485-1488.
  • Morosini, P. L., Magliano, L., Brambilla, L., Ugolini, S. et Pioli, R. (2000). Développement, fiabilité et acceptabilité d'une nouvelle version de l'échelle d'évaluation du fonctionnement social et professionnel (SOFAS) du DSM-IV pour évaluer le fonctionnement social de routine. Acta Psychiatrica Scandinavica, 101 (4), 323-9. Récupérée de //www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10782554
  • Rodríguez, A., Soler, R.M., Rodríguez M., A., Jarne Esparcia, A.J. et Miarons, R. (1995). Etude factorielle et adaptation de l'échelle de qualité de vie dans la schizophrénie (QLS). Revue de psychologie générale et appliquée: Revue de la Fédération espagnole des associations de psychologues. Fédération espagnole des associations de psychologie.
  • Torres, A. et Olivares, J. M. (2005). Validation de la version espagnole de l'échelle de fonctionnement social. Spanish Acts of Psychiatry, 33 (4), pp. 216-220.
  • Vázquez-Barquero, J.L., E. Vázquez Bourgón, S. Herrera Castanedo, J., Saiz, J., Uriarte, M., Morales, ... Invalides, G. C. en. (2000). Version espagnole d'un nouveau questionnaire d'évaluation de l'invalidité de l'OMS (WHO-DAS-II): phase de développement initiale et étude pilote. Actes de psychiatrie espagnols.

Les troubles du cerveau - L'Esprit Sorcier (Avril 2021).


Articles Connexes