yes, therapy helps!
Comportement antisocial vu de la psychanalyse

Comportement antisocial vu de la psychanalyse

Avril 22, 2019

Quand il s'agit de parler des motivations profondes et inconscientes de ceux qui commettent des crimes atroces, la psychanalyse est la pierre angulaire des disciplines qui se consacrent au dur labeur consistant à tenter de mettre au jour un comportement antisocial et violent.

Comportement violent de psychanalyse

À ce jour nous passerons en revue l'approche psychanalytique de certaines des figures les plus significatives de la psychanalyse en ce qui concerne les comportements antisociaux, essayer d'apporter un peu de lumière sur cette question complexe.

Sigmund Freud

Le père de la psychanalyse Sigmund Freud a essayé d'étudier les délinquants en le divisant en deux catégories, principalement:


A) Délinquants pour culpabilité

En 1915, Freud publia un article dans lequel il déclarait que, aussi paradoxal que cela puisse paraître, ces criminels présenter un sentiment de culpabilité avant le crime , raison pour laquelle il en arrive à la conclusion que la consommation de son acte représente, pour le sujet délinquant, un soulagement psychique lié à la nécessité d’atténuer la faute antérieure. En d’autres termes, lorsqu’il commet l’infraction, le sujet répond à un besoin d’auto-punition par un sentiment de culpabilité inconscient (et qui, selon lui, découle de la culpabilité originelle dans le complexe d’Œdipe: tuer le père pour rester avec la mère).

Pour Freud, la culpabilité est la manifestation ambivalente des instincts de vie et de mort car la culpabilité proviendrait des tensions entre le surmoi et le ça qui se manifestent dans un besoin latent d'être punies. Elle précise également que seule la culpabilité n'émerge pas dans le champ de la conscience mais est souvent réprimée dans l'inconscient.


B) Délinquants sans sentiment de culpabilité

Ce sont des sujets qui ils n'ont pas développé d'inhibitions morales ou croient que leur comportement est justifié pour leur lutte contre la société (personnalités psychopathes et psychopathologiques) avec un affaiblissement marqué du surmoi, ou avec une structure du moi incapable de préserver les pulsions agressives et les tendances sadiques du id à travers des mécanismes de défense.

Il ajoute également deux caractéristiques du délinquant: l'égocentrisme et une tendance destructive, mais indique également que, chez tous les hommes, il existe une disposition naturelle ou une agressivité due au narcissisme.

Alfred Adler

Alfred Adler fut l'un des premiers étudiants et le premier dissident des théories de Freud, créateur de la soi-disant psychologie individuelle . Plasma tout son travail basé sur trois postulats principaux: des sentiments d'infériorité, impulsions de puissance et les sentiments de communauté. Pour lui, les sentiments de communauté sont ceux qui atténuent les sentiments d'infériorité (qui sont aussi congénitaux et universels) et contrôlent les impulsions du pouvoir.


Adler souligne qu'un fort sentiment d'infériorité, l'aspiration à la supériorité personnelle et un sentiment de communauté déficient sont toujours reconnaissables dans la phase précédant la déviation du comportement. En outre, l'activité antisociale dirigée contre le voisin est acquise précocement pour les enfants qui tombent dans l'opinion erronée que tous les autres peuvent être considérés comme des objets de leur appartenance. Leur comportement dangereux dépendra du degré de sentiment envers la communauté. Selon Adler, le délinquant est convaincu de sa supériorité, conséquence subséquente et compensatoire de son infériorité dès son plus jeune âge.

Theodor Reik

Theodor Reik a consacré une grande partie de sa théorie et de ses recherches au comportement criminel. Exemple de ceci est son livre La psychanalyse de la criminel, Reik souligne qu'il doit exister un effort commun des psychanalystes et des criminologues pour clarifier les faits criminels, indiquant que l'un des moyens les plus efficaces de découvrir le criminel anonyme est de préciser le mobile du crime.

Il a souligné que l'acte criminel devait être l'expression de la tension mentale de l'individu, résultant de son état mental pour constituer la satisfaction promise à ses besoins psychologiques. Selon les concepts psychanalytiques, il existe des mécanismes de projection dans les crimes: le criminel fuit sa propre conscience comme il le ferait devant un ennemi externe, projetant vers l'extérieur cet ennemi interne. Sous une telle pression, l'ego criminel se débat en vain et le criminel devient négligent et se trahit lui-même dans une sorte de contrainte mentale, en faisant des erreurs qui ont été réellement déterminées par l'inconscient.

Un exemple en est l’incapacité d’un sujet de laisser ses traces, bien au contraire, de laisser des indices sur les lieux du crime. Le retour des criminels sur le lieu du crime est un autre exemple qui montre clairement le désir inconnu de se rendre devant la justice.

Alexander et Staub

Pour ces auteurs chaque homme est un criminel et son adaptation à la société commence après la victoire sur le complexe d'Œdipe . Ainsi, si un individu normal parvient à réprimer les véritables tendances criminelles de ses pulsions et à les sublimer dans un sens prosocial, pendant la période de latence, le criminel échoue dans cette adaptation.

Il affirme que les névrosés et les criminels ont échoué dans leur capacité à résoudre le problème de leurs relations avec la famille au sens social. Alors que le névrosé s’extériorise symboliquement et par des symptômes hystériques, le délinquant se manifeste par son comportement criminel. Une caractéristique de tous les névrosés et de la plupart des criminels est l'incorporation incomplète du surmoi.

Sandor Ferenczi

Sandor Ferenczi a observé à travers la psychanalyse de divers criminels anarchistes que le complexe d'Œdipe était encore en pleine évolution, il va sans dire qu'il n'avait pas encore été résolu et que ses actes représentaient symboliquement une revanche déplacée contre la tyrannie primitive ou oppressif de son père. Il constate que le criminel ne peut jamais vraiment expliquer ce qu'il a commis, car il est et sera toujours incompréhensible pour lui. Les raisons qu'il donne pour ses méfaits sont toujours des rationalisations complexes.

Pour Sandor, la personnalité est composée de trois éléments: J'ai instinctif, Je réel et Je social (semblable au deuxième sujet freudien: it, I and superego) lorsque le moi instinctif prédomine dans le sujet, Ferenczi dit qu'il est un véritable criminel; Si le vrai moi est faible, le crime prend un caractère névrotique et lorsque la faiblesse exprimée est centrée sur l'hypertrophie du moi social, il y a crimes du fait d'un sentiment de culpabilité.

Karl Abraham

Disciple de Freud, Karl Abraham soutient que les individus présentant des caractéristiques délinquantes sont fixés au premier stade sadique oral : des individus avec des traits agressifs régis par le principe du plaisir (comme nous l’avons expliqué dans un article précédent, les personnalités antisociales doivent projeter des traits d’agressivité orale lors du test de la figure humaine de Machover).

Il a également souligné les similitudes entre les festivals de guerre et les festivals totémiques basés sur les œuvres de son professeur, alors que toute la communauté se réunissait pour faire des choses absolument interdites à l'individu. Enfin, il convient de noter qu'Abraham a mené de nombreuses enquêtes pour tenter de comprendre les perversions criminelles.

Mélanie Klein

Melanie Klein a découvert que les enfants ayant des tendances sociales et antisociales craignaient les représailles possibles de leurs parents en guise de punition. Il a conclu que ce n’était pas la faiblesse du surmoi, mais la sévérité accablante de celui-ci responsable du comportement caractéristique des personnes asociales et criminelles Ceci est le résultat de la projection irréelle de ses peurs et fantasmes de persécution au début de la phase sadique contre ses parents.

Lorsque l'enfant parvient à dissocier l'imaginaire irréel et destructeur qu'il projette à ses parents et que le processus d'adaptation sociale est initié par l'introjection de valeurs et le désir de rembourser les fantasmes d'agression projetés, plus la tendance à corriger sa culpabilité pour le la fausse image qu'il avait des parents et développer leur capacité créative apaisera davantage le surmoi; mais dans les cas où une forte structure de surmoi prévaut en raison d'un sadisme fort et de tendances destructrices, l'angoisse sera forte et accablante face à ce que l'individu peut se sentir obligé de détruire ou de tuer. Nous voyons ici que les mêmes racines psychologiques de la personnalité peuvent se développer en paranoïa ou en criminalité.

Jacques Lacan

Jacques Lacan est la figure la plus en vue de la psychanalyse actuelle . Ce qui intéressait le plus Lacan sur le plan criminologique, c’était les crimes commis par des paranoïaques psychotiques, où les délires et les hallucinations sont la cause de leur comportement. Pour Lacan, la pulsion agressive qui résout dans le crime survient ainsi. On peut dire que la condition qui sert de base à la psychose est inconsciente, ce qui signifie que le contenu intentionnel qui le traduit en conscience ne peut se manifester sans engagement vis-à-vis des revendications sociales intégrées par le sujet, c'est-à-dire sans camoufler les motifs constitutifs du crime.

Les caractères objectifs du crime, le choix de la victime, l'efficacité pénale, son déclenchement et son exécution varient continuellement en fonction de l'importance de la position fondamentale. Le pulsion criminelle qu’il conçoit comme la base de la paranoïa serait simplement une abstraction insatisfaisante s’il n’était pas contrôlé par une série d’anomalies corrélatives des instincts socialisés. Le meurtre de l'autre ne représente que la tentative de nous assassiner nous-mêmes, précisément parce que l'autre représenterait notre propre idéal. Ce sera à l'analyste de trouver le contenu forcé qui cause les délires psychotiques qui conduisent à l'homicide.

Erich Fromm

Psychanalyste humaniste, il propose que la destructivité se distingue du sadisme en ce sens que le premier propose et cherche à éliminer l’objet, mais est similaire dans la mesure où il résulte de l’isolement et de l’impuissance. Pour Erich Fromm, les comportements sadiques sont profondément enracinés dans une fixation au stade sadique anal . L'analyse qu'il effectue considère que la destructivité est une conséquence de l'angoisse existentielle.

Outre Fromm, l'explication de la destructivité ne peut pas être trouvée en termes de patrimoine animal ou instinctif (comme proposé par Lorenz, par exemple), mais doit être comprise en termes de facteurs qui distinguent l'homme des autres animaux.

Références bibliographiques:

  • Marchiori, H. (2004). Psychologie criminelle. 9ème édition. Editorial Porrúa.
  • Fromm, E. (1975). Anatomie de la destructivité humaine. 11ème édition. Éditorial XXIème siècle.

Une histoire de perversion 3/3 : la femme perverse - PSYCHORAMA #06 (Avril 2019).


Articles Connexes