yes, therapy helps!
Je veux gagner plus de temps: quand on veut tout atteindre

Je veux gagner plus de temps: quand on veut tout atteindre

Août 10, 2022

L’organisation inadéquate du temps est l’une des sources de stress et d’anxiété les plus courantes que nous pouvons faire souffrir les gens, mais, heureusement, nous avons la capacité de le gérer.

Être conscient de ce pouvoir améliore notre bien-être et notre qualité de vie de manière remarquable. Et bien que ce ne soit pas toujours facile pour nous de le faire, de choisir des priorités et des objectifs, de déléguer des tâches, de dire "non" au moment opportun ... ce sont des actions qui peuvent favoriser notre équilibre émotionnel et nous libérer de la frustration.

Conseils pour gérer son temps

Avec un schéma intelligent de Sergio Fernández sur la productivité et la gestion du temps, cette semaine, M.ª Teresa Mata , psychologue de l'Institut d'assistance psychologique et psychologique Mensalus lance une réflexion sur la gestion des priorités et la poursuite d'objectifs vitaux. Ana Dorado .


"Je n'ai pas le temps", c'est le sentiment qu'à un moment donné, nous avons tous verbalisé ...

Droit Et remarquez qu'il est impossible d'avoir plus de temps. La bonne nouvelle est que nous avons la capacité de le gérer entre nos mains. La gestion du temps est réelle. C’est quelque chose qui, lorsque nous le découvrons, nous fait nous sentir extrêmement puissants.

Bien que cela soit difficile à croire, tout n’est pas une priorité. Maintenant bien. Dire «non» est une tâche beaucoup plus compliquée qu'il n'y parait. Sinon, nous cesserions de surcharger nos programmes d’essentiels apparents. Lâcher, arrêter, rejeter et déléguer sont des actions qui nécessitent une formation, une formation liée au choix des objectifs et à la conservation de l'énergie vitale.



Que devrait considérer cette élection?

La gestion des priorités est importante pour être fidèle aux objectifs essentiels. C’est pourquoi, écouter notre volonté facilite l’établissement de limites et la manifestation du droit de se débarrasser du "superflu" (ce que nous désignons au départ comme "je dois" et, après avoir évalué le degré de coûts et d’avantages, Nous cataloguons "Je ne le veux pas").

Nous sommes habitués à fonctionner soumis à des distractions et des interruptions constantes résultant de demandes extérieures et, ne le nions pas, à des demandes personnelles ("Je veux être dans tout"). De même, nous "donnons" souvent du temps vital à des tâches qui ne nous récompensent pas ("pour ce que cela me coûte, en vaut-il la peine?"). Être organisé mentalement est primordial pour vivre le temps, le savourer et ne pas rivaliser au quotidien ("j'ai l'impression que je ne viens pas"). Le fameux "j'ai le sentiment que je ne viens pas" est une source d'inquiétude.


Comment pouvons-nous gagner la bataille?

Un concept intéressant est celui de "pare-feu": des indicateurs qui nous obligent à terminer la tâche. Le pire ennemi du pare-feu est le perfectionnisme. Assouvir vos envies se traduit par une fosse sans fond, un "voleur" de la vie. Bien travailler est différent de vivre pour travailler, donc les tâches doivent accepter une part d'imperfection. Sinon, nous retarderons le prochain objectif et, bien sûr, nous nous sentirons incapables de tout faire. En ce sens, différer et retarder est un frein à la productivité. Toute décision implique une perte, aussi minime soit-elle. En supposant que c’est ce qui nous rend libres et nous libère de la demande indésirable.

Quels autres aspects ajoutent de l'anxiété?

Encore une fois, les pensées ont trait aux tâches en suspens ("Je dois me souvenir"). Écrire la tâche (et tirer parti des nouvelles technologies pour l'associer à un avertissement) est une recommandation connue de tous. Même dans ce cas, nous ne consacrons pas assez de temps à une planification et à une organisation réalistes du programme. Parce que? Peut-être en raison de la fameuse croyance de «je dois, devrais et devrais».

Dit ceci Nous pouvons mettre en marche de nombreux systèmes organisationnels, plus ou moins visuels, plus ou moins sophistiqués (par exemple: "créer des listes, créer des filtres, mettre le téléphone en silence, indiquer par des couleurs, supprimer des e-mails, consulter les tâches du mois" , etc.), mais nous laisserons être l’élément qui décide réellement si nous sommes productifs ou non (si nous couvrons un niveau de travail / une exigence cohérente).

Que pouvons-nous faire d'autre pour nous rappeler que le fait de ne pas avoir le temps est simplement une sensation?

Démontrer qu'il en est ainsi. Avez-vous essayé de dire "non" aux demandes inattendues, aux projets apparemment attrayants qui se transforment en véritables jeux Tetris impossibles à adapter, des réunions dans lesquelles vous parlez plus que vous ne travaillez, des petits déjeuners qui allongent, des tâches délégables est-ce que je le fais "), etc.? C’est un bon moyen de commencer, mais le «je n’ai pas le temps» devient même une excuse pour ne pas s’arrêter et penser à tout ce qui se passe dans nos vies.Mettre la date d'expiration à "ce qui reste" est la première étape.

Du coaching et de la psychothérapie, nous dessinons les étapes nécessaires pour y parvenir. Aujourd'hui, pour commencer l'année, nous nous retrouvons avec un schéma très graphique et intelligent. Nous espérons que vous le trouverez utile.


Comment GAGNER de L'ARGENT sur INTERNET 2019, de 0 à 3000€/mois (Août 2022).


Articles Connexes