yes, therapy helps!
Est-il normal de se sentir étourdi en fumant?

Est-il normal de se sentir étourdi en fumant?

Octobre 3, 2022

Bien que ces dernières années, la consommation de tabac ait été réduite à un niveau général, le tabagisme continue à être un phénomène courant et une habitude qui, bien que nocive et dangereuse pour la santé à long terme, continue à être pratiquée par de nombreuses personnes. .

Pour la plupart des fumeurs, la consommation de cette substance procure un certain plaisir et une sensation de tranquillité. Elle est également acceptée par la société et est traditionnellement associée à la maturité ou à la virilité / féminité. Cependant, c'est une substance exogène dans notre corps qui aura des effets différents sur le corps. Par exemple, de nombreuses personnes ont signalé à l'occasion qu'elles avaient atteint sensation de vertige en fumant . Est-ce normal? Pourquoi ça se passe? Dans cet article, nous allons essayer de répondre à ces questions.


  • Article connexe: "Les deux facettes de la dépendance au tabac (chimique et psychologique)"

Nicotine: type de substance et effets sur le corps

La nicotine est l'une des principales substances qui font partie du tabac à priser (bien que la cigarette puisse contenir de nombreuses autres substances, dont beaucoup sont toxiques).

Cette substance a des propriétés psychoactives et est la principale responsable de la dépendance physique du tabac. Il est considéré comme une substance psychostimulante malgré le fait que la consommation continue finit par avoir des effets dépresseurs. C'est pourquoi la plupart des fumeurs habituels ressentent des sensations de relaxation lorsqu'ils en consomment et ont tendance à fumer plus fréquemment lorsqu'ils se sentent nerveux.


Le mécanisme d'action de la nicotine est basé sur son action sur les récepteurs de l'acétylcholine , spécifiquement aux nicotiniques. Il agit comme un agoniste de cette substance, agissant sur le système nerveux central (dans le cortex, le système limbique et les noyaux gris centraux, entre autres) et périphérique, ainsi que sur le système cardiovasculaire et surrénalien. Cependant, avec la consommation à long terme finit par avoir une action bloquante de ce neurotransmetteur.

À faible dose, génère initialement une augmentation de l'activité cholinergique, entraînant une augmentation du niveau d'activation et de vigilance. Des doses plus élevées génèrent des sensations de plaisir en aidant à activer le système limbique par la synthèse de dopamine. Il a également un effet sur l'augmentation des niveaux de cortisol , ACTH, prolactine, vasopressine et hormone de croissance. Au niveau cardiovasculaire, la nicotine provoque une vasoconstriction, de sorte que le sang va plus vite et avec plus de pression. Cela provoque une accélération du fonctionnement du cœur et, en même temps, un transport moindre d'oxygène, ce qui augmente également la fréquence d'inhalation.


Dans le cortex surrénalien, la nicotine agit en générant une stimulation qui entraîne la libération d'adrénaline. Enfin, il entrave l'action du pancréas, entraînant la libération d'insuline (ce qui nous permet de dégrader la glycémie).

Vertiges en fumant: est-ce normal?

Le tabagisme, comme l'indiquent les différentes campagnes publicitaires que nous pouvons voir aujourd'hui, peut avoir de graves effets néfastes à long terme, notamment au niveau respiratoire. Emphisèmes, blessures et maladies pulmonaires ou différents types de cancer (comme le poumon ou la trachée) ont été associés de manière significative à la consommation continue de tabac .

Mais en plus de ces effets, cela peut également causer divers inconforts et des effets désagréables pendant ou après l’action. Parmi eux figurent la présence de nausées, de vomissements et de vertiges, ces derniers étant quelque chose de relativement fréquent.

Pourquoi avons-nous la tête qui tourne en fumant?

En général, la présence de vertiges est plus fréquente chez les personnes qui commencent à avoir leur première consommation de tabac à priser ou chez les personnes qui recommencent à fumer après une longue période sans le faire, ainsi que chez celles qui cessent de fumer brusquement. Ces vertiges peuvent survenir en raison de diverses circonstances.

Tout d'abord, nous devons tenir compte du fait que le tabac inhale de manière répétée une substance qui va pénétrer dans les poumons, cette substance étant irritante et empêchant le système respiratoire d'intégrer suffisamment d'oxygène dans le cerveau. De même l'effet vasoconstricteur de la nicotine provoque la compression des vaisseaux sanguins faire passer le sang beaucoup plus rapidement que d'habitude et peut générer de l'hypertension. Tous ces effets sont parmi les raisons pour lesquelles, lors de la première consommation ou après de longues périodes sans fumer, le corps réagit en produisant des vertiges.

On peut trouver une autre raison dans l’empoisonnement si la quantité consommée est excessive ou si elle a consommé d’autres substances, telles que l’alcool, susceptibles d’interagir avec les effets du tabac à priser. La balance interne à laquelle vous êtes habitué notre corps souffre d'une altération qui peut provoquer divers symptômes .

De même vertiges dus au manque d'oxygène Il n'est pas nécessaire que cela se produise chez les fumeurs qui viennent juste de commencer. Étant donné que cette substance nuit au système respiratoire, si vous souffrez d’une maladie pulmonaire pour cette raison ou pour d’autres raisons, la consommation de tabac à priser peut générer ces effets plus fréquemment.

Un autre moment d'apparition de vertiges est généralement celui d'une personne qui a acquis une tolérance et une dépendance à la nicotine cesse brusquement sa consommation . Et est-ce que le corps s'est habitué à un certain équilibre qui subit un changement soudain. Nous nous retrouverions dans ce cas avec un symptôme de syndrome de sevrage.

Le blocage de l'action cholinergique générée par une exposition prolongée à la nicotine et l'augmentation du nombre de récepteurs nicotiniques générés par l'accoutumance seraient dans ce cas responsables du déséquilibre de l'organisme et de l'apparition de symptômes.

Références bibliographiques

  • Pozuelos, J .; Martinena, P .; Monago, L .; Viejo, D. et Pérez, T. (2000). Pharmacologie de la nicotine. Integral Medicine, 35 (9): 409-417. Elsevier
Articles Connexes