yes, therapy helps!
Les relations dans la vie nocturne: analyse culturelle dans une perspective de genre

Les relations dans la vie nocturne: analyse culturelle dans une perspective de genre

Février 21, 2019

Notre façon de comprendre les relations comporte de nombreux éléments appris . Dans ce cas, je me concentrerai sur les dynamiques sociales qui se produisent dans les relations dans la vie nocturne (bars, clubs, pubs ...) des pays occidentaux.

Apprendre à travers la culture

Les processus d'enculturation définissent dans le caractère social (partagé entre plusieurs groupes sociaux majeurs) ce que signifie être un adulte, sa signification et tous les impératifs que cela implique. Ils constituent une série de modèles socialement acceptés et appréciés dans des situations de recherche de couples par des personnes partageant ce paradigme culturel, entre autres. L'une de ces caractéristiques souhaitables est la création, la formation et la stabilité de la personnalité dans le temps.


D'après mon expérience et le rôle d'observateur utilisé dans la vie nocturne, Je détecte une expression qui se répète principalement chez les personnes de sexe masculin , sans exclure d’autres genres. Notre façon de voir les gens et de les interpréter a une composante culturelle et, en fonction de la culture dominante, on détermine ce qui est beau, acceptable et désirable et ce qui ne l’est pas.

La monogamie: un point de départ pour la dissonance cognitive

Dans la culture occidentale, la croyance aux relations monogames est établie et différentes manières de concevoir des relations personnelles et affectives sont rejetées. L'expression quand on observe des personnes de sexe féminin "est que je les aime toutes", provoque une incongruence conceptuelle entre la culture absorbée et les besoins hédoniques du moment, crée une homogénéisation de la perception des gens et donne le point de partie à la construction du genre, avec l'explication que quand on a une croyance, c'est bien la croyance qui possède la personne, quel que soit le raisonnement qui suit cette expression.


Les positions essentialistes sont ébranlées par cette affirmation, puisqu'il n'y a pas de réalité, mais qu'elle est construite. Et cette construction nous fait voir la réalité telle que nous la voyons, à travers les processus d’apprentissage et d’enculturation.

Culture traditionnelle et rôles de genre dans les boîtes de nuit

Cette expression répond à un modèle de culture traditionnel, caractérisé par une vision homogène (croyances, intérieur et intérieur) et stable dans le temps. De plus, la culture occidentale est constamment reformulée sous les mêmes paramètres mais avec des esthétiques différentes. peut donner le sentiment que les rôles de genre et les attitudes relationnelles sont différents, mais il s’agit vraiment de stratégies secrètes. Un exemple de ceci peut être le machisme habillé et perpétué comme un amour romantique. Nous changeons l'usage du langage, mais structurellement, il contient un sens égal à celui de la reformulation précédente.


Ce type de cultures traditionnelles se caractérise également par des modèles peu variés, ce qui se traduit par un degré plus élevé d’impérativité. Comme on dit, ce degré a différents niveaux en termes de réaction défavorable aux situations qui doivent être imposées par les personnes immergées dans cette culture. La dissonance cognitive en termes de choc culturel moderniste ou postmoderniste, provoque des conflits internes et, suivant les paramètres d'une culture traditionnelle, crée également une culpabilité chez l'autre.

L'influence culturelle affecte également les conclusions tirées des faits Par conséquent, l'interlocuteur peut être interprété comme une personne qui ne vous comprend pas ou ne vous rejette pas, selon que l'émetteur se conforme ou non aux canons en vigueur, en concentrant la responsabilité du négatif sur l'autre et en justifiant les actes comme tels. L’autre est celui qui est à blâmer, invisibilisant ainsi, par excès psychologisation, la composante structurelle et culturelle du comportement. Dans ce type de situation, outre le fait que les caractéristiques environnementales ne conviennent pas à un processus de communication, une négociation intersubjective de significations est rendue particulièrement difficile à comprendre les discours des deux parties au-delà des projections et des interprétations subjectives de l'autre, des verres d’impératifs culturels et de ce qu’il devrait être.

Expliquer la contradiction

Nous avons d’une part les impératifs culturels et, d’autre part, le désir d’autres personnes, qu’elles soient consommées ou non. Pourquoi cette attitude peut-elle être due?

Les canons de la beauté sur les rôles de genre marquent les comportements appropriés pour chaque genre, en plus de leur apparence physique. Les environnements dans lesquels il n'est pas facile d'avoir une conversation, ajoutés à la nature visuelle de l'être humain, font en sorte que la vue devienne le sentiment qu'une plus grande attention est accordée aux ressources et par conséquent s e se transforme en premier outil de jugement de valeur . Le genre, compris comme une construction sociale et de manière savante, nous amène à regarder les gens conçus aussi beaux selon ces canons. Du point de vue occidental, les canons culturels ne comprennent le genre que comme un homme et une femme, mais du point de vue postmoderne, de nouvelles façons de comprendre le genre, la sexualité et les relations interpersonnelles sont incluses au-delà des solutions préétablies.

La femme comme simple objet de désir

Les lieux de vie nocturne sont soumis à certaines normes esthétiques d’accès, comme toute entreprise qui cherche à projeter une image. et, en outre, que des personnes aux vues similaires donnent de la publicité gratuitement. Sans négliger le rôle passif qui consiste à donner aux femmes des objets de consommation et de publicité, nous pouvons voir comment hommes et femmes réagissent à certains modèles de vêtements pour ces occasions.

Si les personnes qui respectent ces normes culturelles de la beauté ont accès à un établissement de mode et que l'accès à celles qui ne le sont pas est limité, il est facile de comprendre que les lieux de la vie nocturne deviennent une étape d'inculturation dans laquelle les rôles et les comportements sont appris socialement accepté par la culture dominante, dans ce cas, moderniste et traditionnel. Il ne se distingue pas uniquement par des considérations esthétiques. Après avoir appris ce qui est souhaitable pour chaque rôle sexuel, il est entendu que vous pouvez ressentir une attirance physique plus grande pour différentes personnes au même endroit, tout en choisissant des vêtements et des comportements supposément plus adaptatifs. chaque situation sociale dans les locaux.


LOGAN de James Mangold, l'analyse de M. Bobine (Février 2019).


Articles Connexes