yes, therapy helps!
Ce sont les 9 effets de l'alcool sur le cerveau à court et à long terme.

Ce sont les 9 effets de l'alcool sur le cerveau à court et à long terme.

Mai 24, 2022

En raison du grand nombre de fonctions et de leur sensibilité aux changements, le cerveau est l’un des organes du corps le plus touché par la consommation d’alcool. Cette consommation est capable de modifier n'importe quelle fonction cérébrale, y compris le raisonnement, les émotions et le jugement.

Bien que chaque personne tolère cette substance de différents foemas L’alcool a des effets plus ou moins graves sur le cerveau. . Ce qui suit explique ce que sont ces effets et leur gravité.

  • Vous pouvez être intéressé: "Boire de l'alcool à l'adolescence modifie le cerveau"

Différences individuelles dans les effets de l'alcool

Il est plus que connu que la consommation d’alcool, à la fois occasionnelle et récurrente, peut avoir de nombreux effets sur le cerveau. Lorsque cette consommation est excessive, en raison de problèmes d’alcoolisme, cela peut entraîner des dommages irréversibles au cerveau.


Cependant, même s'il existe des modèles communs, les conséquences de la consommation d'alcool ne sont pas les mêmes pour toutes les personnes; Il existe des différences considérables en fonction de l'âge, du sexe ou du poids.

Voici un certain nombre de facteurs qui déterminent à la fois la manière dont l'alcool affecte le cerveau:

  • Assiduité avec laquelle la personne consomme de l'alcool .
  • Âge auquel il a commencé à consommer de l'alcool et durée de la consommation.
  • Âge actuel de la personne.
  • Niveau d'éducation
  • Le sexe
  • Fond génétique .
  • Antécédents familiaux d'alcoolisme.
  • Exposition prénatale à l'alcool.
  • Etat de santé au niveau général .
  • Effets de l'alcool à court et à long terme.

L'alcool a la capacité de commencer à générer des effets sur l'organisme, aussi minimes soient-ils, dès le premier verre. Tous ces effets qu’il provoque à court terme s’intensifient et se conservent avec le temps, à mesure que la consommation devient de plus en plus fréquente.


Effets de l'alcool sur le cerveau à court terme

Les premiers effets qu'une personne qui a consommé de l'alcool à quelque dose que ce soit peuvent être les suivants: troubles de la motricité, difficultés à marcher, temps de réaction lent ou langage diffus.

En outre, une série de conséquences plus graves apparaissent entre les premiers moments de consommation d’alcool et jusqu’à quelques heures, voire quelques jours après leur consommation. Ces effets sont les suivants.

1. Changements émotionnels

La consommation d’alcool entraîne une série de déséquilibres dans la chimie du cerveau qui affecter à la fois le comportement, les pensées, les sentiments et les émotions . Ces perturbations dans la chimie du cerveau favorisent l'apparition de changements émotionnels tels que l'anxiété, la dépression ou l'agressivité.

Bien que traditionnellement, les gens utilisent l’alcool comme moyen de désinhiber, de se détendre ou même d’être plus sociable et extraverti; Une consommation excessive d'alcool a tendance à transformer ces émotions en anxiété, en agressivité et en tristesse ou en dépression à court terme.


  • Peut-être êtes-vous intéressé: "Différences entre émotions et sentiments"

2. Pertes de mémoire

L'ingestion d'alcool peut provoquer de petites détériorations de l'hippocampe. Cette détérioration se manifeste par des oublis de mémoire qui ne peut être présenté que quelques heures après avoir consommé de petites quantités d'alcool .

Cependant, lorsqu'il est ingéré en grande quantité, l'estomac vide et en peu de temps, la personne peut avoir tendance à oublier des intervalles de temps plus longs, voire des événements complets.

3. Perte de connaissance

Les syncopes ou les pertes de conscience sur de courtes périodes sont fréquents chez les personnes qui boivent très rapidement de grandes quantités d'alcool. Cet apport rapide signifie que les niveaux d'alcool dans le sang augmentent considérablement, causant des évanouissements et pertes de connaissances.

4. impulsivité

Consommez de l'alcool à petites et grandes doses, peut interférer avec les connexions du cortex préfrontal du cerveau . Ce domaine est responsable de la médiation de l'impulsivité de la personne, ainsi que de l'organisation de son comportement.

Lorsque les niveaux d'alcool dans le sang commencent à augmenter, la personne est susceptible de subir des comportements impulsifs qui ne se seraient certainement jamais produits dans des conditions de sobriété.

Cependant, comme les changements d’agression, ces altérations dépendent également de la prédisposition ou du caractère de la personne . C'est-à-dire qu'une personne qui a tendance à être agressive ou impulsive dans des situations normales sera beaucoup plus susceptible de subir ces effets, ou en fera l'expérience avec une intensité plus grande, qu'une personne qui a tendance à être calme.

  • Vous pouvez être intéressé: "Cortex préfrontal: fonctions et désordres associés"

Effets à long terme

Comme discuté ci-dessus, n'importe quel effet de l'alcool à long terme peut être maintenu à un moment où la consommation passe de ponctuelle à récurrente. Certains de ces effets à long terme sont les suivants.

1. Développement de troubles émotionnels

La consommation excessive d'alcool est étroitement liée à certaines maladies et troubles émotionnels tels que la dépression ou l'anxiété.

Cela est dû à la consommation fréquente de boissons alcoolisées modifie les niveaux de sérotonine dans le cerveau , tend spécifiquement à les diminuer. La diminution des niveaux de ce neurotransmetteur responsable de la régulation de l'humeur favorise l'apparition de toutes sortes de troubles émotionnels chez la personne.

  • Article connexe: "Sérotonine: 6 effets de cette hormone sur le corps et l'esprit"

2. Limite le développement du cerveau chez les adolescents

Consommation de plus en plus habituelle au début de l'âge, surtout à l'adolescence. Cette consommation qui est réalisée de manière sociale peut finir par interférer dans le développement du cerveau correct des jeunes.

En raison de ces variations, l'adolescent peut développer des déficits transcendantaux dans la récupération des informations verbales et non verbales et du fonctionnement visuospatial.

De plus, étant donné que le cerveau n’est pas complètement développé au cours de cette phase, les adolescents qui boivent de l’alcool sont beaucoup plus exposés lorsqu’ils développent des difficultés d’apprentissage et de la mémoire.

3. Destruction des neurones

Outre le ralentissement du développement du cerveau à l'adolescence, la consommation d'alcool affecte également le développement neuronal à l'âge adulte.

Au cours de cette étape, la consommation d'alcool à fortes doses empêche la croissance de nouvelles cellules et réduit le nombre de neurones cérébraux dans certaines zones du cerveau. Cependant, ces dommages sont plus visibles dans des zones spécifiques de ces cellules nerveuses: les axones, extensions qui forment le câblage du système nerveux .

4. Dommages à l'hippocampe

Comme décrit ci-dessus, la destruction des neurones peut entraîner une grave détérioration de l'hippocampe. Cette région cérébrale est responsable de l’intervention dans le stockage de la mémoire. Ainsi, une série d’ ivrognes fréquentes ou une dépendance à l’alcool peuvent endommager le cerveau de façon permanente, en altérant la capacité de mémorisation.

Ce déficit de mémoire peut être conservé même après que la dépendance à l'alcool a été surmontée.

  • Article connexe: "Hippocampe: fonctions et structure de l'organe de la mémoire"

5. psychose

Une dépendance extrême à l'alcool peut générer un état ou un trouble de la psychose chez les personnes, ce qui expérimentez toutes sortes d'hallucinations, paranoïa et illusions .

En outre, si une personne ayant de longs antécédents d'alcoolisme interrompt brutalement la consommation d'alcool, elle peut développer un syndrome de sevrage alcoolique, également appelé «delirium tremens».

Ce syndrome provoque une hyperstimulation du système adrénergique, provoquant des maux de tête, une agitation constante, des tremblements corporels, des nausées et des vomissements hallucinations et même la mort.

6. Syndrome de Wernike-Korsakoff

La dépendance à l'alcool provoque, dans 80% des cas, une carence en vitamine B1 ou en thiamine . Cette diminution des taux de thiamine est un facteur de risque lors du développement du syndrome de Wernike-Korsakoff.

Cette condition est différente parce que la personne présente une encéphalopathie de Wernike et un syndrome de Korsakoff connu. Les deux maladies ont leur origine dans le manque de cette vitamine.


Pourquoi la consommation d'alcool cause une vision floue? (Mai 2022).


Articles Connexes