yes, therapy helps!
Aprosexia: symptômes et causes de la difficulté à maintenir l'attention

Aprosexia: symptômes et causes de la difficulté à maintenir l'attention

Décembre 5, 2019

La relation entre les troubles du sommeil et les déficits de l'attention a longtemps été étudiée en médecine. L'un des premiers concepts utilisés pour faire référence à cette relation est "aprosexia", utilisé spécifiquement pour associer des obstructions nasales à des troubles du sommeil et, à partir de là, à des difficultés cognitives pendant la veille.

Ensuite, nous verrons ce qu'est aprosexia , d’où il vient et comment ce concept a évolué jusqu’à présent.

  • Article connexe: "Attention sélective: définition et théories"

Qu'est-ce que l'aprosexia?

Le terme "aprosexia" est composé du préfixe "a" qui indique "absence de", et de l'élément de composition "prosexia" pouvant être traduit par "attention". En ce sens, aprosexia fait référence à manque ou incapacité à faire attention .


C’est un terme qui est devenu populaire à la fin du XIXe siècle, quand un docteur surnommé Guye, rattaché à l’Université d’Amsterdam, fit un article intitulé "De l’abricia: l’incapacité de faire attention, et d’autres problèmes liés aux fonctions du cerveau, causée par des troubles nasaux ".

Un siècle avant, Guye, des médecins comme John Jacob Wepfer, avaient décrit les maux de tête, les tremblements et les déficits de mémoire intenses liés aux obstructions nasales. De même, en 1882, un médecin nommé Hack suggéra que les affections nasales pouvaient être étudiées d'un point de vue psychiatrique.

Mais c’est finalement Huye, en 1889, qui a introduit le terme "aprosexia" pour désigner spécifiquement déficits de mémoire et incapacité à se concentrer pendant de longues périodes ; dont la cause principale était une obstruction nasale. Il a étudié cela principalement chez les enfants et les jeunes étudiants.


La même année, William Hill avait également conclu que la difficulté à respirer était le problème sous-jacent au développement de la déficience intellectuelle de certains enfants. Pour Guye, l’aprosexualité avait un caractère physiologique, puisqu’elle était une fatigue cérébrale à son tour causée par des troubles nasaux .

Mais, pour Hill, ce n’était pas en soi l’obstruction nasale qui avait pour conséquence la difficulté de faire attention. C'était plutôt que l'obstruction nasale faisait que les enfants ne dormaient pas bien et que, pour cette raison, ils ne travaillaient pas avec suffisamment de vigilance et d'énergie pendant la journée.

Hill et Guye ont tous deux affirmé que le traitement médical des obstructions nasales, par le biais de chirurgies ou d'autres traitements médicaux, pourrait constituer un remède efficace contre l'inattention. Ils ont également affirmé qu'il était nécessaire d'établir des diagnostics précis sur les cas dans lesquels une difficulté à respirer la nuit causait des difficultés pour exécuter différentes capacités intellectuelles.


  • Peut-être êtes-vous intéressé: "Comment éviter la fatigue mentale, en 10 touches"

Obstruction nasale et troubles du sommeil

Après Guye, en 1892, un autre médecin, nommé Carpenter, a des troubles du sommeil liés à des obstructions nasales. Par exemple, la rhinite hypertrophique était liée à l’insomnie et aux cauchemars et, par conséquent, avec difficultés à prêter attention et à conserver les informations dans l'état de veille . Un autre médecin, William Fleiss, a décrit 130 cas de ce type et les a appelés "névroses nasales". Ses principaux symptômes étaient l'insomnie et les cauchemars.

C'est finalement Wells qui, en 1898, décrivit 10 cas de personnes souffrant d'obstruction nasale et signala une somnolence diurne. Après avoir restauré leur respiration, dans quelques semaines, ces personnes Ils ont guéri de symptômes tels que l'insomnie, la somnolence et une capacité d'écoute réduite .

En conclusion, ces études ont montré que la respiration nasale joue un rôle important dans la maintien des rythmes automatiques du sommeil , ce qui à son tour est pertinent pour nous maintenir suffisamment alertes le jour.

  • Article connexe: "Les 11 troubles majeurs de l’attention (et symptômes associés)

Syndrome d'apnée du sommeil et déficit d'attention

Ce qui s'appelait auparavant aprosexia s'appelle actuellement troubles respiratoires liés au sommeil (TRAS) et couvre les affections cliniques suivantes:

  • Hypopnée obstructive .
  • Résistance accrue dans les voies respiratoires.
  • Syndrome d'apnées obstructives du sommeil (SAOS) .

Ce dernier peut se manifester par une obstruction complète ou partielle avec hypoventilation. Une hyperplasie (agrandissement d'un organe) des amygdales et des végétations adénoïdes est l'une des principales causes de l'obstruction mécanique.

Des études récentes ont montré qu'il existait une comorbidité entre le déficit de l'attention et les problèmes respiratoires pendant le sommeil, causée notamment par les SAOS (Torres Molina et Prego Beltrán, 2013). C’est-à-dire des obstructions nasales peut affecter considérablement la respiration pendant le sommeil . À son tour, une insuffisance de sommeil a pour conséquence la diminution de la vigilance pendant la veille.

Pour la même raison, l’un des éléments à prendre en compte pour déterminer ou exclure un diagnostic de déficit de l’attention est de corroborer s’il existe des troubles respiratoires liés au sommeil, l’approche en cas d'existence pouvant être différente. .

Références bibliographiques:

  • Guye, Dr. (1889). Sur aprosexia, être l'incapacité de fixer l'attention et d'autres problèmes dans les fonctions cérébrales causées par des troubles nasaux. Le British Medical Journal, pp. 709-710.
  • Hill, W. (1889). Sur certaines causes de retard et de stupidité chez les enfants: et le soulagement de ces symptômes dans certains cas par des scarifications naso-pharyngiennes. Le British Medical Journal, pp. 711
  • Laive, P. (1983). Obstructions nasales, sommeil et fonction mentale. Sleep, 6 (3): 244-246.
  • Torres Molina, A. et Prego Beltrán, C. (2013). Troubles du déficit de l'attention et syndrome d'apnées obstructives du sommeil chez les enfants. Medisur, 11 (1): 61-68.

Dr. Eugene Kern's (Mayo Clinic) Lecture on Empty Nose Syndrome (English) (Décembre 2019).


Articles Connexes