yes, therapy helps!
Attachement au désir: le chemin de l'insatisfaction

Attachement au désir: le chemin de l'insatisfaction

Septembre 24, 2022

Je crois que les êtres humains sont constamment à la recherche de la liberté, de la paix et du bonheur intérieur, que nous en soyons conscients ou non. Cependant, ce n’est pas un secret, nous cherchons généralement à l’extérieur pour réaliser ces désirs.

Ainsi, nous nous lançons dans la recherche incessante du plaisir et de la douleur , mais la seule chose qui fait cela est de nous causer plus de souffrance. Nous sommes obsédés par le succès, la beauté, l’argent, le pouvoir, la consommation, des expériences agréables, l’approbation et le prestige, parmi bien d’autres, qui nous empêchent de nous rendre compte qu’ils ne sont pas durables et ne peuvent pas nous rendre vraiment heureux

  • Article connexe: "Qu'est-ce que la frustration et comment affecte-t-elle notre vie?"

Tenir ses voeux est source d'insatisfaction

Sogyal Rinpoché, professeur de méditation bouddhiste, nous dit que nous nous accrochons à ces choses "comme des gens qui rampent dans un désert sans fin, mourant de soif", car ce que notre société moderne nous propose de boire, par ce qu'il nous enseigne Il est important de poursuivre et ce que nous choisissons de boire également est un verre d’eau salée qui rend notre soif encore plus intense. Nous voulons de plus en plus d'objets, de situations, d'expériences ou de personnes à qui nous attribuons le pouvoir de nous rendre heureux et en chemin, non seulement avons-nous soif et sommes perdus, mais nous pouvons également nuire gravement à ceux qui nous entourent.


Il suffit de penser à l'ambition excessive de personnalités publiques et de responsables politiques et comment cette ambition prend les ressources destinées à générer du bien-être chez les personnes qui ont la mission de servir, laissant au lieu de cela une grande pauvreté, la faim, la violence et la douleur. L'attachement aux désirs nous rend égoïstes, cela ne fait que nous faire penser à notre bien-être. Cependant, ce n'est pas une façon sage de le réaliser, car l'attachement au désir ne laisse jamais satisfait ni le moyen de ressentir la plénitude.

Un autre exemple est l'attachement malsain à un couple. Le désir de se connecter, d'aimer et de se sentir aimé, devient un sentiment d'attachement, un désir de posséder et de contrôler l'autre, comme s'il était possible de ne jamais quitter ou de ne jamais changer ses sentiments. Comme cela ne se produit pas, déposez à nouveau le bonheur chez une personne laisse qui le fait constamment insatisfait , parce que les attentes qu’il place de l’autre ne sont pas réalistes.


Il est probable que, à plusieurs reprises, nous ayons dit ou pensé que nous serions heureux lorsque nous voyagerons enfin avec la maison, la voiture, la réalisation ou la personne souhaitée, puis nous découvrirons que, bien que ces choses nous apportent de la joie pendant un certain temps, nous ne le sommes pas. Ils nous donnent la paix durable et le bonheur que nous recherchons et que, comme il fallait s'y attendre, de nouveaux désirs naissent de nouveau.

Est-ce que cela signifie que nous serions mieux si nous éliminions le désir de nos vies?

Les deux types de voeux

Jack Kornfield, psychologue clinicien et professeur de méditation, explique du point de vue de la philosophie bouddhiste que il y a des souhaits sains et malsains . Celles-ci découlent d'un état d'esprit neutre appelé volonté de faire. Lorsque la volonté de faire est dirigée de manière saine, elle provoque des désirs sains. Quand il est dirigé d'une manière malsaine, il provoque des désirs malsains.

Nous pouvons vouloir quelque chose pour différentes raisons. Les gens peuvent souhaiter aider les autres par compassion authentique et par générosité ou par rechercher l'admiration. Ils peuvent vouloir créer une technologie pour détruire ou contribuer au développement et à la santé. L'attachement fonctionne de manière subtile Même dans les choses qui semblent inoffensives ou bonnes et souvent dans les désirs, des motivations s'entremêlent. Nous pouvons vouloir voyager par souci de connaître et d’élargir notre vision du monde et de la diversité, ou de ne pas être laissés pour compte, de montrer tous les détails sur les réseaux sociaux ou d’échapper aux problèmes.


Kornfield explique que le désir sain crée le bonheur, est basé sur la sagesse, la gentillesse et la compassion et se traduit par un intérêt, une gestion responsable, la générosité, la flexibilité, l'intégrité et la croissance spirituelle. Le désir malsain crée la souffrance, est basé sur la cupidité et l'ignorance et entraîne la possession, l'égocentrisme, la peur, la cupidité, la contrainte et le mécontentement. La liberté intérieure découle de la capacité de ne pas s'accrocher au désir. C'est différent de s'en débarrasser.

Il s'agit d'apprendre à bien comprendre le désir . Ne pas être obsédé par la réalisation de ce que nous voulons ou cesser de profiter de la vie sans que ces choses ne soient pas présentes. Cela implique une attitude ouverte et détendue envers les désirs. Nous pouvons laisser aller et réfléchir calmement sur eux et voir ce qui les motive ou si nous avons vraiment besoin de les mener à bien. Si nous décidons de les réaliser, nous le faisons avec conscience.

  • Peut-être êtes-vous intéressé: "La pyramide de Maslow: la hiérarchie des besoins humains"

Vers une forme de dépendance

La philosophie bouddhiste décrit cet état comme un esprit affamé dont le désir est insatiable et souffre donc beaucoup, car Rien n'arrive à le satisfaire .

Comme le dit Mason-John & Groves, "dans un certain sens, nous pouvons tous nous identifier aux fantômes affamés, parce que nous vivons dans une culture où rien ne suffit ... Nous voulons vivre dans un endroit plus grand, nous voulons avoir un meilleur travail, plus de vacances, la dernière innovation technologique, la plus récente. Même lorsque nous ne nous définissons pas comme toxicomanes, nous sommes nombreux à utiliser des drogues acceptables, telles que nourriture, pain social, médicaments, sexe, courses, amitiés, etc., pour surmonter le vide de nos vies. "

Travailler avec désir et douleur

Par conséquent, il est nécessaire de transformer la relation que nous entretenons avec le désir et aussi avec la douleur, car notre incapacité à vivre avec la douleur inévitable de la vie nous conduit à nous réfugier dans des désirs malsains qui, paradoxalement, finissent par produire plus de souffrance. Il est important d'encourager les désirs sains et de se débarrasser de ceux qui nous asservissent. Pour cela, nous pouvons utiliser la pleine conscience de nos états mentaux lorsque le désir naît et observer avec gentillesse ce que nous ressentons quand nous sommes présents et comment nous nous sentons quand nous nous y accrochons. De cette façon, nous commençons à discerner les sains désirs de ceux qui ne le sont pas. De même, nous pouvons aller reconnaître comment nous utilisons les désirs pour échapper à la si c'est notre façon habituelle de réagir .


Kornfield déclare que nous devons étudier le désir et être prêts à travailler avec lui pour retrouver notre liberté et notre équilibre innés. Travailler avec les désirs dépendra de savoir si nous avons tendance à supprimer ou à désirer excessivement. Il s’agit de ne pas résister aux désirs quand ils se présentent, mais de les accepter avec gentillesse et d’observer leur cours naturel sans nécessairement agir sur eux.

Cette pratique nous aide à comprendre d'une manière plus compatissante et gentille avec notre expérience intérieure , ce qui nous aide à mieux réguler nos émotions et à agir avec plus de conscience. Réalisons que les pensées, ainsi que le désir et les émotions douloureuses vont et viennent, ne sont pas permanents, car nous croyons en ces moments où ils se produisent. Nous soustrayons le pouvoir des désirs malsains lorsque nous n'agissons pas, malgré leur intensité. Puis ils cessent de nous gouverner.


Au lieu de fuir la douleur, nous y faisons face avec compassion et sans jugement , lui permettant d'être et de se dissoudre par lui-même. Nous cessons de nous identifier avec ce qui nous arrive et avec nos expériences internes. Nous reconnaissons ce moment crucial dans lequel, en faisant une pause, nous pouvons réaliser que nous avons un choix et que nous pouvons réagir plus consciemment aux situations que la vie nous présente, sans causer de souffrance secondaire.

Enfin, Tara Brach, psychologue clinicienne et enseignante en méditation, mentionne que nous aspirons à découvrir notre vraie nature et que, derrière nos innombrables désirs, il existe un désir spirituel, mais parce que nos désirs ont tendance à être fixes et fixes, nous nous sentons séparés à propos de qui nous sommes Quand on se sent éloigné de notre propre réalité, nous nous identifions à nos désirs et aux moyens de les satisfaire , ce qui nous distingue encore plus. C’est lorsque nous cultivons un esprit calme que nous pouvons être conscients de nos aspirations les plus profondes, les écouter et y répondre. Comme on dit bien là-bas "investit dans ce qu'un naufrage ne peut pas arracher".


Références bibliographiques:

  • Kornfield, J. (2010). La sagesse du coeur Un guide sur les enseignements universels de la psychologie bouddhiste. Barcelone, Espagne: Le lièvre de mars.
  • Mason-John, V. & Groves P. (2015). Mindfulness et Addictions. Récupération en huit étapes. Espagne: Éditorial Siglantana.
  • Rinpoché S. (2015). Le livre tibétain de la vie et de la mort. Édition commémorative du 20e anniversaire. Barcelone, Espagne: Editions Urano.
  • Brach, T. (2003). Acceptation radicale. Madrid, Espagne: Editions Gaia.

Assertivité - Affirmation de soi - la voie royale vers la confiance en soi (Septembre 2022).


Articles Connexes