yes, therapy helps!
La théorie psychanalytique de Melanie Klein

La théorie psychanalytique de Melanie Klein

Novembre 12, 2022

Disciple de Sigmund Freud et l'un des auteurs les plus importants de la psychanalyse, Melanie Klein est connue pour son adaptation du modèle psychanalytique au travail avec les enfants , étant l'un des principaux auteurs travaillant avec des mineurs.

La théorie psychanalytique de Melanie Klein, tout en continuant à bien des égards avec le travail de Freud, met l'accent sur l'expansion et l'approfondissement des aspects du développement tout au long de l'enfance et sur la création d'une approche plus ciblée de la manière dont l'individu se lie aux objets ( généralement compris comme telles autres personnes), ce qui constitue la base de la théorie des relations d'objet.

  • Peut-être êtes-vous intéressé: "Anna Freud: biographie et travail du successeur de Sigmund Freud"

Melanie Klein et la théorie des relations d'objet

La théorie psychanalytique de Melanie Klein est basé principalement sur sa théorie des relations d'objet . Dans cette théorie, il est établi que le sujet est lié au médium à partir des sensations et des impulsions qu'il ressent et projette sur les objets de son impulsion. Les relations avec ces objets génèrent des traces permanentes qui marqueront la relation future avec les autres, intériorisant les expériences vécues et prenant pour base la structure psychologique du sujet.


Ainsi, la configuration psychique d'une personne il serait basé sur la façon dont il a été mis en relation et comment il a internalisé l'interaction avec ces objets, développant l'individu à partir de celui-ci. C'est-à-dire que l'apprentissage passé est très important pour la théorie de Melanie Klein, contrairement au biologiste actuel de l'époque, qui défendait l'essence des gènes.

L'individu et son développement

Dans la théorie psychanalytique de Klein, l'être humain est depuis la naissance dans une constante état de conflit entre pulsions de vie ou d'amour et mort ou haine . Tout au long du développement de l'être, le sujet doit surmonter les étapes et les conflits de l'étape de la vie vécue, en forgeant un équilibre entre l'extérieur et l'intérieur à travers les relations avec les différents objets et s'enrichissant avec le temps. votre moi, votre personnalité et votre caractère.


Au cours de ce développement, l’individu passera par différentes phases, en modifiant la façon dont nous capturons la réalité, en y associant nos impulsions et nos désirs, et en franchissant différents jalons et aspects nous permettant de générer un moi intégré nous permettant de faire face aux conflits. entre les désirs du id et la censure du surmoi.

Le Soi en psychanalyse

Bien que le travail de Melanie Klein soit en grande partie un disciple de Sigmund Freud, il existe certains aspects dans lesquels des divergences peuvent être trouvées.

L'un des principaux est que, si le père de la psychanalyse considère qu'à la naissance, l'être humain est pur, dans la théorie psychanalytique de Melanie Klein on croit que, dès la naissance, le nourrisson a un soi primitif cela lui permet de créer des liens avec les objets et de projeter sur eux ses propres impulsions et conflits inconscients.


Ainsi, à l’origine, les relations d’objet seraient basées sur la projection d'impulsions et introjection de stimuli externes , pour développer un I plus ou moins différencié dans les différentes étapes ou positions.

  • Article connexe: "Le ça, le moi et le surmoi, selon Sigmund Freud"

Les positions de développement

Dans la théorie psychanalytique de Melanie Klein, il est établi que tout au long du développement, l'être humain traverse une série d'étapes dans lequel l'ego et les relations avec l'environnement se développent. Plus précisément, il établit la présence de deux positions concrètes dans l'enfance dans lesquelles les relations d'objet et les angoisses qui en découlent évoluent vers une intégration du moi, la position paranoïde-schizoïde et la position dépressive.

L'auteur propose un moment d'apparition de chacun, mais ne nie pas la possibilité que des sujets adultes subissent un type de régression et / ou de fixation dans aucun d'entre eux. Ainsi, la position schizo-paranoïde serait davantage liée à l'émergence de troubles psychotiques et du dépressif névrotique.

1. Position schizo-paranoïde

Cette position semble être le premier type de relation d'objet, initiée avec la naissance et ayant tendance à durer jusqu'à six mois. Dans cette phase initiale de développement, l'enfant n'est toujours pas en mesure d'identifier ce qu'est le "je" et ce qu'il n'est pas, avoir une pensée concrète et ne pas être capable de distinguer des éléments holistiques.

Ne pouvant pas se distinguer du non-soi, l'enfant ne peut pas intégrer l'existence conjointe d'aspects gratifiants et aversifs dans le même objet, avec lequel il réagit en identifiant les objets de manière partielle, en faisant considère l'existence d'un bon qui prend soin de lui et d'un autre qui le blesse ou le frustre (dénommée excision à ce mécanisme de défense), projetant en eux leurs impulsions et leurs tentatives.L'exemple le plus important et le plus important pour le nourrisson est celui du sein de la mère, qui allaite parfois et parfois frustrant.

En raison de l'existence d'un mauvais objet, persécution, l'enfant va développer de l'anxiété et de l'angoisse à l'idée qu'il peut l'attaquer. De cette manière, une peur paranoïde se développe qui, à son tour, suscite des instincts agressifs et sadiques envers l'objet. De même, la confusion et l'angoisse sont fréquentes face à l'ignorance de l'objet à trouver.

Si l'enfant parvient à introjecter le bon aspect des objets (essentiellement le bon sein de la mère) à travers l'expérience d'expériences plus ou mieux positives que négatives, il sera capable de se former un soi en bonne santé lui permettant de passer à la position suivante.

2. Position dépressive

Au fur et à mesure que l'enfant grandit, il commence à avoir un plus grand développement de soi et une meilleure capacité de discernement de ce qui est soi que ce qui ne l'est pas, étant maintenant capable de constater que les objets sont indépendants d'eux-mêmes. Cette étape survient environ six mois après la naissance.

Le bon aspect des objets est incorporé et introjecté spécifiquement du sein de la mère , et l’enfant est capable d’intégrer les aspects agréables et désagréables des objets. Peu à peu, il a été possible de voir les objets comme un élément unique qui peut être parfois bon ou mauvais.

Diminuer les pulsions agressives et quand on constate que l’objet est une entité indépendante, la peur et l’anxiété surgissent face à la possibilité de sa perte. Ainsi, dans cette position ou ce stade, apparaissent des détresses de type dépressif, qui s’ajoutent à celles de la position précédente. Des sentiments de culpabilité et de gratitude envers les objets naissent, et des mécanismes de défense tels que le refoulement des instincts et le déplacement commencent à être appliqués.

Le complexe d'Œdipe

L'un des concepts les plus controversés de la théorie psychanalytique est le complexe d'Œdipe, qui selon Freud apparaît tout au long du stade phallique, vers trois ans environ. Dans la théorie psychanalytique de Melanie Klein, ce complexe est tout à fait antérieur et apparaît à côté de l'intégration des objets partiels dans un objet total pendant la position dépressive.

En d'autres termes, Klein considère qu'il existe un complexe d'Œdipe à partir du moment où l'enfant est capable de discerner que ses parents sont des individus qui lui sont étrangers, observant qu'il existe un lien entre eux dont il ne fait pas partie. L'enfant projette ses voeux dans ledit lien , générant de l'envie et provoquant des sentiments ambivalents à ce sujet.

Plus tard, apparaîtra le complexe d'Œdipe proposé par Freud, au moment où l'ambivalence sera réduite et où le choix sera fait entre le désir d'un parent et la rivalité et l'identification à l'autre.

  • Article connexe: "Le complexe d'Œdipe: l'un des concepts les plus controversés de la théorie de Freud"

Le jeu symbolique et le fantasme inconscient

La capacité de s’exprimer verbalement et extérioriser à travers le mot pensées, émotions, désirs et expériences il se développe tout au long de la vie. Cette capacité nécessite un certain niveau de développement et d’apprentissage de la maturation, ainsi qu’une certaine capacité d’introspection.

Ainsi, pour un enfant qui n’a pas achevé son développement, il est extrêmement complexe de pouvoir exprimer ses pulsions, ses désirs et son angoisse. C'est l'une des principales raisons pour lesquelles la méthode d'association libre propre à la psychanalyse freudienne n'a pas pu être appliquée à l'origine aux enfants.

Cependant, les éléments instinctifs, les désirs et les peurs qui font partie de chacun sont présents depuis la naissance. Pour la théorie psychanalytique de Melanie Klein, bien que dans l’enfance, ces éléments puissent ne pas être conscients peuvent être symbolisés par la génération de fantasmes. De cette façon, les fantasmes inconscients agir comme une méthode d'expression des instincts de base et de l'angoisse , se projetant dans le jeu et entraînant dans une large mesure l’attitude et le comportement des enfants.

À cet égard, l’un des apports les plus précieux de la théorie psychanalytique de Melanie Klein est l’introduction du jeu symbolique comme méthode d’évaluation et de travail avec les mineurs. Pour Klein, le jeu est un moyen de communication dans lequel le nourrisson extériorise indirectement ses préoccupations et ses désirs primitifs. De cette manière, en analysant le symbolisme inclus dans le processus de jeu, il est possible d'observer les fantasmes inconscients qui régissent le comportement de l'enfant d'une manière similaire à celle utilisée dans les méthodes de libre association appliquées chez l'adulte.

Quand il s’agit d’utiliser le jeu symbolique, il est très important mise ou l’ajustement de la situation, c’est-à-dire que le besoin de séances, le type de mobilier et de jouets conviennent à l’enfant afin que celui-ci ne soit pas taxé comme il le devrait. L'enfant doit choisir les jouets qu'il veut utiliser par lui-même, en étant capable d'exprimer librement ses peurs, ses angoisses et ses désirs.

Références bibliographiques:

  • Amande, M.T. (2012). Psychothérapies Manuel de préparation du CEDE PIR, 06. CEDE: Madrid.
  • Corral, R. (2003).Histoire de la psychologie: notes pour votre étude. Éditorial Félix Varela. Havana.
  • Klein, M. (1971). Principes de l'analyse de l'enfant. Buenos Aires: Paidós.
  • Klein, M. (1988). Envie et gratitude et autres emplois. Travaux complets. Volume 3. Barcelone: ​​Paidós.

Mélanie Klein et la position schizo-paranoïde (Novembre 2022).


Articles Connexes